Deux journalistes français arrêtés pour chantage sur le roi du Maroc | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Deux journalistes français arrêtés pour chantage sur le roi du Maroc
©Reuters

Un silence à 3 millions d'euros

Deux journalistes français arrêtés pour chantage sur le roi du Maroc

Eric Laurent et Catherine Graciet ont été interpellés à Paris, selon Eric Dupont-Moretti, l'avocat du roi Mohammed VI.

RTL a révélé l'information selon laquelle le journaliste et écrivain Éric Laurent avait réclamé trois millions d'euros contre la non publication d'un livre à charge. Puis, on apprend qu'il n'est pas le seul. En effet, Catherine Graciet, elle aussi journaliste est impliquée. Selon la radio, l'affaire a commencé le 23 juillet, jour où le journaliste Eric Laurent aurait contacté le cabinet royal et sollicité un échange car "il avait des choses importantes à demander" raconte Eric Dupont-Moretti, l'avocat du roi du Maroc. "Un avocat marocain s'est rendu au rendez-vous et Eric Laurent a dit : 'Ecoutez, moyennant 3 millions d'euros, je ne publie pas mon livre, un livre que je prépare avec Catherine Graciet'", affirme l'avocat français.

Les deux journalistes ont été arrêtés ce jeudi et sont entendus par la police à Paris. Une information judiciaire pour chantage et tentative d'extorsion de fonds a été ouverte. RTL raconte comment les Français ont finalement pu être interpellés .Le 21 août. Une nouvelle rencontre a eu lieu entre l'avocat marocain et l'écrivain. Cinq jours plus tard, le parquet de Paris ouvrait une information judiciaire pour chantage et tentative d'extorsion de fonds. 

Enfin, eu lieu ce jeudi 27 août, la dernière entrevue est à nouveau surveillée et écoutée par la police. L'écrivain a finalement été arrêté à la sortie de ce restaurant parisien, en compagnie, semble-t-il, de sa co-auteure, Catherine Graciet, qui travaillait sur cet ouvrage. 

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !