Débordements lors de la manifestation du 1er Mai à Paris : la CGT dénonce une « violence inacceptable » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Social
Les membres du syndicat français de la CGT reprennent leur marche après une interruption en raison d'affrontements entre manifestants et policiers lors des manifestations du 1er mai à Paris le 1er mai 2021.
Les membres du syndicat français de la CGT reprennent leur marche après une interruption en raison d'affrontements entre manifestants et policiers lors des manifestations du 1er mai à Paris le 1er mai 2021.
©Bertrand GUAY / AFP

Incidents

Débordements lors de la manifestation du 1er Mai à Paris : la CGT dénonce une « violence inacceptable »

Lors des manifestations organisées à l’occasion du 1er Mai, des incidents ont éclaté dans le cortège parisien. Le service d'ordre de la CGT ainsi que des pompiers et des policiers ont été attaqués par des Gilets jaunes et des membres des black blocs.

Dans un communiqué, la CGT, l'un des principaux syndicats français – venu manifester à Paris ce samedi 1er Mai pour « porter les revendications des travailleurs et l'aspiration à une société plus juste » – déplore « plusieurs interventions des forces de l'ordre totalement injustifiées » ainsi que « l'extrême violence à l'encontre des manifestants [d'un] important groupe d'individus dont certains se réclament des Gilets Jaunes. Notre organisation était particulièrement ciblée ».

La CGT a énuméré les attaques dont ils ont été victimes : « insultes homophobes, sexistes et racistes », « véhicules des organisations vandalisés » et « bien plus grave », « déchainement de coups et de jets de projectile ».

La CGT a dénombré « 21 blessés, dont 4 graves ».

Le Parquet de Paris a depuis ouvert une enquête suite à ces violences contre la CGT en marge des défilés du 1er Mai.

Des pompiers ont également été la cible d'attaques à Paris alors qu’ils intervenaient pour éteindre des feux sur du mobilier urbain.

17.000 personnes ont manifesté à Paris dans le cadre de cette mobilisation du 1er Mai.

34 personnes ont été interpellées à Paris, selon le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui a tenu à remercier les policiers et les gendarmes « pour leur action vis-à-vis de ceux qui ne sont pas venus pour manifester, mais pour casser ».

La rédaction du Parisien et du Huffington Post ont dévoilé des images de ces violences des casseurs, des blacks blocs envers les forces de l'ordre, les pompiers et les membres de la CGT : 

CNews - Le Parisien - Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !