Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Calais : Valls annonce la construction d'ici "début 2016" d'un nouveau campement humanitaire de tentes
©Reuters

Projet

Calais : Valls annonce la construction d'ici "début 2016" d'un nouveau campement humanitaire de tentes

En déplacement dans la ville où se regroupent les migrants, le Premier ministre a oscillé entre fermeté et humanité.

La construction d'ici "début 2016" d'un nouveau campement humanitaire de tentes pour quelque 1 500 personnes dans la zone baptisée la "jungle". Voilà la seule idée de Manuel Valls qui a précisé qu'un soutien de 5 millions d'euros supplémentaires de l'UE sera apporté. Ce campement sera "complémentaire" au centre Jules-Ferry déjà existant.

Oscillant entre fermeté et humanité, Manuel Valls a expliqué : "nous sommes venus avec Bernard Cazeneuve, mais surtout avec les deux commissaires européens, pour dire que nous sommes là, que l'Europe est là". "L'Europe est en train de se mobiliser pour apporter des solutions de manière méthodique, de manière intelligente en conciliant ce qui est indispensable, l'accueil et l'aide humanitaire" a-t-il affirmé ajoutant qu'il fallait de la "fermeté contre les passeurs [...], de la fermeté aussi à l'égard de l'immigration clandestine que nous ne voulons pas confondre avec le droit d'asile, et on le fait pour que chacun ait une solution digne".

Aux salariés d'Eurotunnel, le Premier ministre a indiqué comprendre les "inquiétudes qui sont partagées". "Il s'agit de protéger les salariés et les migrants eux-mêmes, on est à votre écoute et la présence des deux commissaires européens montre une implication de l'Europe". De son côté, Natacha Bouchart, la maire de Calais a dit espérer que "ça ne va pas être un parcours touristique". "Ce n'est pas la France qui accueille, c'est Calais. Il faut arrêter de dire que la France accueille dignement les migrants, elle n'accueille rien du tout" a-t-elle insisté.

« Ce que j'attends, c'est que l'on puisse en arriver, comme on le fait en Allemagne, à de vrais centres de réfugiés. Aujourd'hui, les commissaires européens vont venir sur le site. J'espère qu'ils auront une réaction en disant : mais alors c'est comme ça que la France accueille les migrants" a-t-elle conclu.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !