Pourquoi vous ne perdrez pas un gramme (au contraire) si vous adoptez un régime sans glucides en plus de vous mettre au sport | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Il faut privilégier les glucides à assimilation lente : fructose des fruits, les pâtes complètes, le pain complet, les légumineuses…. mais tout dépend aussi du sport.
Il faut privilégier les glucides à assimilation lente : fructose des fruits, les pâtes complètes, le pain complet, les légumineuses…. mais tout dépend aussi du sport.
©Pixabay

Contre-indication

Pourquoi vous ne perdrez pas un gramme (au contraire) si vous adoptez un régime sans glucides en plus de vous mettre au sport

Beaucoup d'idées préconçues existent concernant les glucides. Réduire les glucides tout en faisant du sport lorsqu'on souhaite perdre du poids ou gagner du muscle est contre-productif car c'est un élément dont notre corps en a besoin.

Vanessa Bedjaï-Haddad

Vanessa Bedjaï-Haddad

Vanessa Bedjaï-Haddad est diététicienne nutritionniste diplômée d'Etat, formée au coaching et au développement personnel. Elle exerce depuis plusieurs années à Paris. Après une première expérience en milieu hospitalier, elle se consacre désormais principalement à son cabinet et ses patients.

http://www.vbh-dieteticienne-nutritionniste.com/

Voir la bio »
Béatrice de Reynal

Béatrice de Reynal

Béatrice de Reynal est nutritionniste. Très gourmande, elle ne jette l'opprobre sur aucun aliment et tente de faire partager ses idées de nutrition inspirante. Elle est par ailleurs l'auteur de Ouvrez les yeux avant d’ouvrir la bouche, publié chez Plon, et du blog "MiamMiam".

 

Voir la bio »

Atlantico : Pourquoi certains régimes conseillent-ils de supprimer les glucides ou de réduire leur consommation ?

Vanessa Bedjaï-Haddad : A mon sens, c'est un nouveau phénomène de mode. Après avoir longtemps diabolisé les matières grasses, puis être passé de la folie des régimes hyper protéinés à la tendance vegan à l'extrême inverse, c'est aujourd'hui le sucre qui se trouve dans la ligne de mire. On accuse le sucre de faire grossir ou de provoquer le diabète. Or, il est bien établi qu’il n’y a pas de relation entre consommation de sucres et risque de diabète. Les facteurs alimentaires susceptibles de participer à la physiopathologie du diabète sont principalement une alimentation trop riche en matières grasses et pauvre en fibres. C'est dommage et sans aucun intérêt de faire peur aux gens en pointant du doigt et en incitant à supprimer totalement une catégorie d'aliment, car tout est davantage question de variété et de modération. Les régimes d'exclusion (sauf cas particulier) n'ont pas de sens et peuvent s'avérer dangereux pour la santé. Cependant, il est vrai que nos habitudes de consommation ont évolué, pas forcément dans le bon sens et qu'il faut rester vigilant. En ce qui concerne le sucre, nous sommes passés d'une consommation d'1 kilo par an au début du siècle à près de 35 kilos aujourd'hui. Il y a de plus en plus de sucre caché dans nos aliments de tous les jours, notamment les préparations industrielles, les plats préparés, les sauces. Les gens mangent du sucre sans même sans rendre compte. Il est là, le problème. Et comme le sucre a un côté addictif, plus on en mange et plus on a envie d'en manger, on a vite tendance à en manger trop, plus que ses besoins.

Quel type de glucide est bon ou mauvais pour le corps ?

Béatrice De Reynal : Il faut privilégier les glucides à assimilation lente : fructose des fruits, les pâtes complètes, le pain complet, les légumineuses…. mais tout dépend du sport. Le marathon, le match de rugby, le tour de France à vélo… requiert des sucres de toutes sortes, en quantité et proportions particulières. Pour tous les autres, évitons les sucres trop simples qui sont assimilés trop vite.

Vanessa Bedjaï-Haddad : La différence se fait au niveau des aliments qui contiennent du sucre. Dans les fruits, les légumes, les féculents, vous avez du sucre mais également des micronutriments, des vitamines, des minéraux, des oligoéléments, des fibres. Contrairement aux sucreries, aux sodas, au sucre blanc de table, dans lequel, vous n'avez que du sucre et qui n'apporte donc que ce que l'on appelle des calories vides. Il y a aussi une notion importante liée à la vitesse d'assimilation du sucre par l'organisme, qu'on appelle L'Index Glycémique. Plus l'IG d'un aliment est élévé, plus le sucre qu'il contient passe rapidement dans le sang, entrainant la sécrétion d'une hormone l'insuline qui donne faim et insiste à continuer à manger ou est responsable de fringale quelques heures après. L'idée est donc de privilégier des aliments à faible IG tel que le pain complet plutot que le pain blanc, les céréales complètes plutôt que pates et riz blanc, les miel plutôt que le sucre de table raffiné, et les fruits et les légumes, riches en fibres plutôt que les jus.

Quelle est la fonction des glucides sur l'organisme et quels risques posent la réduction de leur consommation lorsqu'on fait davantage d'exercice physique ?

Béatrice De Reynal : Les glucides sont le carburant idéal des muscles et du cerveau car les petites molécules diffusent très vite dans le sang et de là, dans les cellules. Et elles sont transformées immédiatement en énergie ou en chaleur. Sans laisser de déchets. C’est donc le substrat idéal de l’effort et de la performance.

Vanessa Bedjaï-Haddad : Les glucides sont des substrats indispensables à notre organisme, indispensables à la vie. Facilement dégradés, ils permettent de fournir à notre corps l'énergie dont il a besoin pour fonctionner. Notre cerveau est le principal utilisateur de glucose puisqu'il en consomme jusqu'à 120 grammes/jour. L'excédent est stocké sous forme de glycogène par le foie qui libère ces réserves loin des repas, pour permettre la stabilisation de notre glycémie (taux de sucre dans le sang) toute au long de la journée ou de subvenir aux besoins accrus lors d'une activité physique, sportive par exemple.

Quel régime conseilleriez-vous pour ne pas avoir à réduire sa consommation de glucides ?

Béatrice De Reynal : Justement, les consommer mais en les choisissant : complets, ou sous forme de tes alimentaires (les protéines ralentissent l’assimilation des glucides des pâtes), des fruits...et évitez les boissons sucrées, les produits gras et sucrés…

Vanessa Bedjaï-Haddad : L'idée n'est pas tant de réduire sa consommation de glucides mais surtout de faire de meilleurs choix. Changer ses habitudes dès le petit déjeuner, avec un petit-déjeuner protéiné, du pain complet ou des céréales complètes, des œufs, du poulet, du fromage... Moins le petit-déjeuner sera sucré moins on aura de fringales et moins au aura envie de manger sucré le reste de la journée. Ensuite, au repas suivant, préférez les féculents complets aux féculents raffinés, les fruits, les légumes et évitez les sucreries, les sodas qui ne présentent pas d'intérêt sur le plan nutritionnel.

Propos receuillis par Thomas Gorriz

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !