Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Le théâtre d'Orange, qui était une colonie romaine nommée Arausio.
Le théâtre d'Orange, qui était une colonie romaine nommée Arausio.
©ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Effets à long terme

Grecs, Etrusques, Phéniciens : quand l’impact de colonisations multimillénaires se révèle positif aujourd’hui pour les zones concernées

Des chercheurs ont étudié l'activité économique des villes colonisées ou fondées par des civilisations antiques (Phéniciens, Grecs, Etrusques...). Il en ressort que 2000 ans plus tard, ces villes sont en général plus denses et plus riches.

Daniel Oto-Peralías

Daniel Oto-Peralías

Daniel Oto-Peralías est professeur associé au département d'économie de l'Université Pablo de Olavide, à Séville.

Voir la bio »

Atlantico : Vous avez publié dans le Journal of Economic Geography une étude intitulée "The economic impact of ancient colonisation" (L'impact économique des anciennes colonisations). Comment vous est venue l'idée d'étudier l'impact de la colonisation des Phéniciens, des Grecs et des Étrusques sur l'économie actuelle ? Aviez-vous des pistes avant de commencer vos recherches ?

Daniel Oto-Peralías : Il y a eu un regain d'intérêt parmi les économistes pour l'analyse des conséquences du colonialisme moderne. De nombreuses études montrent que les politiques et les institutions mises en place par les colonisateurs européens en Amérique, en Afrique et en Asie ont été des déterminants importants de la réussite économique future des pays. De même, les investissements et les infrastructures construits par les puissances coloniales ont influencé la localisation de l'activité économique sur le long terme.

Dans ce contexte d'intérêt croissant pour le sujet, l'idée d'étudier le colonialisme ancien est venue spontanément. Il s'agissait simplement de remonter plus loin dans le temps, jusqu'aux toutes premières expériences de colonisation menées par les Phéniciens, les Grecs et les Étrusques. Pour trouver l'idée, le fait que la plupart des coauteurs de l'étude viennent de pays méditerranéens, de Grèce et d'Espagne, où l'héritage de la colonisation antique est clairement présent, a certainement aidé. Par exemple, dans ma région, l'Andalousie, trois des quatre capitales provinciales côtières ont été fondées par des Phéniciens (c'est-à-dire Huelva, Cadix et Malaga). En France, vous avez les exemples de Marseille et de Nice, villes importantes fondées par les Grecs.

Vous constatez que les anciennes zones colonisées présentent aujourd'hui des densités de population plus élevées et une activité économique accrue. Quel est l'impact concret de cette colonisation ancienne ?

À Lire Aussi

THÉÂTRE : "Orphée" de Jean Cocteau, quand Orphée s'amuse, et nous, pas mal !

Nous constatons que l'impact de la colonisation ancienne est important au niveau local. D'après nos résultats de base, les zones où se trouvent des colonies anciennes sont aujourd'hui 99 % plus densément peuplées. Pour mesurer l'activité économique, nous utilisons l'émission de lumière la nuit captée par des satellites, une mesure qui est disponible pour toutes les régions analysées dans notre travail. Comme dans le cas de la densité de population, les régions où les anciens colonisateurs se sont installés ont un niveau de densité lumineuse 180% plus élevé que leurs homologues sans colonies. Pour interpréter correctement cet impact important, il est important de garder à l'esprit que par régions, nous entendons de petites zones géographiques de 10kmx10km, qui est notre unité d'analyse. Cette taille est équivalente à environ un tiers d'un canton français. Il s'agit donc d'un effet local. En outre, nous constatons que les zones où se trouvent d'anciennes colonies ont 30% de chances en plus d'avoir des villes de plus de 10 000 habitants, et 10% de chances en plus d'avoir de grands centres urbains.

Comment l'expliquez-vous ? S'agit-il d'une pure coïncidence ou d'une relation de cause à effet ? Quelle est sa force ? En particulier, comment écarter l'idée que ce développement pourrait être dû à une situation prospère et non à la colonisation elle-même ?

La raison pour laquelle les lieux où se trouvaient d'anciennes colonies présentent aujourd'hui une activité économique plus importante est sans doute due au fait que les anciens colonisateurs y ont établi des colonies présentant des caractéristiques urbaines, dont certaines survivent aujourd'hui en tant que villes modernes. La question clé est de savoir si la différence observée est attribuable aux avantages dérivés de la colonisation ou simplement due aux caractéristiques géographiques (supposées) attrayantes des lieux sélectionnés. Notre méthode pour exclure la possibilité que le développement plus élevé soit simplement dû aux caractéristiques géographiques consiste à prendre en compte tous les facteurs possibles affectant l'emplacement des colonies, tels que la forme de la côte, la présence de ports naturels, la disponibilité des ressources naturelles, etc. En substance, nous essayons de comparer les zones où se trouvent d'anciennes colonies avec des zones très similaires qui n'ont pas été colonisées. Grâce à plusieurs approches, nous obtenons toujours des résultats très similaires, ce qui nous rend plus confiants quant au fait que l'effet observé est dû à la colonisation ancienne plutôt qu'aux attributs géographiques. Cela dit, étant donné la nature observationnelle de notre étude, il est impossible d'être totalement certain que l'effet est purement causal. C'est généralement le cas en sciences sociales, car nous ne pouvons pas faire d'expériences pour répondre à la plupart des questions de recherche.

Y a-t-il quelque chose de spécifique à ces colonisations qui pourrait expliquer cet effet bénéfique ou s'agit-il d'un phénomène plus global ?

À Lire Aussi

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

Les sociétés phéniciennes, grecques et étrusques étaient des économies centrées sur les villes, sophistiquées, avec un niveau de vie plus élevé et des institutions plus inclusives que la plupart de leurs voisins méditerranéens. Il est donc plausible de supposer que les colonies établies par ces civilisations ont eu un effet positif à long terme sur la densité de population et l'activité économique, comme nous le constatons effectivement. À cet égard, nous cherchons à savoir si leur héritage est dû au fait d'avoir établi une colonie ou à leur caractère particulier en tant que colonies phéniciennes et grecques. Plus précisément, nous comparons les colonies antiques aux établissements d'autres cultures (autochtones) de la même époque. Si les colonies antiques étaient comme les autres colonies, nous devrions observer que les deux ont un effet similaire sur le développement. Or, ce n'est pas le cas. Les colonies anciennes présentent aujourd'hui des niveaux d'activité économique plus élevés que les autres colonies de la même époque. Elles diffèrent également dans d'autres dimensions quantifiables. Les colonies grecques et phéniciennes présentaient davantage de caractéristiques urbaines dans l'Antiquité et une orientation commerciale plus marquée (elles étaient beaucoup plus proches des anciennes routes commerciales) que les colonies d'âge similaire. Ces éléments indiquent que l'héritage laissé par le colonialisme antique n'est pas seulement la conséquence de la fondation d'une colonie, mais un héritage "spécial" avec des traces d'un style et d'une culture urbains.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !