Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

White only?

"Un Noir n'est pas un Noir s'il pense voter Trump" : les nouvelles théories racialistes de Joe Biden

On croyait que Gobineau avait tout dit sur la question. Eh bien non, car le candidat démocrate à la Maison-Blanche est parvenu à innover dans cette matière.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Il y a des Noirs cons. Et même des très cons. Et il y a des Blancs cons. Et même des très cons. Dans cette dernière catégorie, il y en a qui sont plus cons que d'autres. La compétition est souvent rude. Joe Biden, le meilleur, a réussi à monter sur la plus haute marche du podium.

Il était interviewé sur une chaîne de télévision par un journaliste noir. Le sentant un peu hostile à son égard, Biden lui lança : "un Noir qui vote Trump n'est pas un Noir". Le journaliste en resta tout estomaqué. Le malheureux n'avait pas compris que seul un Blanc (démocrate) peut dire qui est un vrai Noir et comment il peut devenir encore plus authentique en votant comme il faut.

Joe Biden est sûrement très con. Mais son propos s'inscrit dans une très ancienne et condescendante tradition des démocrates américains. Ils considèrent que les Noirs sont de grands enfants qui ont besoin d'être guidés par des Blancs éclairés.

A l'époque de la ségrégation, il y a avait des places "white only" dans les bus des États du sud, les derniers sièges étant réservés aux Noirs. Fort heureusement, tout cela a disparu. Mais certains Blancs, comme Joe Biden, assignent encore les Noirs en leur indiquant quel bulletin ils doivent mettre dans l'urne. Un gentil Noir doit voter bien.

Si Joe Biden connaissait le langage de nos banlieues, il aurait traité le présentateur noir de "bounty" (une délicieuse friandise noire à l’extérieur et blanche à l'intérieur) ou de "suceur de blancs", ce qui est plus clair. C'est quand même ce qu'il a dit d'une autre façon.

On peut comprendre les tourments et le désarroi des démocrates américains. Pendant des décennies, les Noirs ont voté pour eux. Puis ils se sont émancipé de leur tutelle : ils ont été plus d'un million à voter Trump aux dernières élections. S'ils s'étaient bien conduits, c'est Hillary Clinton qui aurait été élue.
Ici, il nous faut avoir une pensée émue pour le regretté Michael Jackson. Le chanteur a dépensé une fortune pour se faire blanchir la peau. Il lui aurait suffit, selon l'enseignement de Joe Biden, de voter Bush.

Quand le candidat démocrate reviendra dans l'émission où il a houspillé le présentateur noir, gageons que ce dernier aura compris comment il doit se conduire. Il annoncera à Biden qu'il va voter pour lui. Et il lui dira : "y'a bon missié".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !