Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 01 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

UMP-FN : les sympathisants des deux partis favorables à des alliances électorales

Selon un sondage Harris Interactive pour Marianne publié ce jeudi, 64% des sympathisants du FN et 55% de ceux de l’UMP souhaitent un rapprochement entre les deux parties, principalement pour battre le PS aux élections régionales en 2015.

1+1

Publié le
Le sondage de l’institut de sondage Harris Interactive pour Marianne publié ce jeudi matin risque de faire des vagues. On y apprend en effet que les sympathisants de l'UMP et ceux du FN ne seraient pas contre une alliance entre les deux partis lors des prochaines élections de 2015. La question posée était : "A l'occasion des élections régionales qui se dérouleront en décembre 2015, souhaiteriez-vous que l'UMP et le FN passent des accords électoraux au second tour et fusionnent leur liste ?". La réponse est clair. 64% des sympathisants du FN sont pour. Quant aux sympathisants UMP, ils sont 55% à dire "oui". 
 
Les sympathisants des deux partis se justifient "par le souci de battre une personnalité du PS".
Des convictions qui vont à l'encontre des responsables politiques des deux formations qui sont contre des accords. A l'UMP, les principaux ténors ont rappelé récemment qu'il fallait combattre le FN. De son côté, Marine Le Pen cherche constamment à mettre l'UMP dans "le même panier que les socialistes" en agitant son fameux slogan "UMPS".
 
Quand on pose la question, "préfériez-vous que votre région soit dirigée par ?", 21% des sympathisants de l'UMP affirment préférer un président FN. Harris écrit que "c’est une information inédite issue du sondage : une part significative des électeurs proches de l’UMP se disent prêts à voter, par exemple, pour Marine Le Pen si d’aventure la liste qu’elle conduirait dans la région Nord - Pas-de-Calais était en position de gagner les élections". 
 
"Une marche est en passe d’être franchie dans l’électorat de l’UMP qui, lentement mais sûrement, glisse du souhait d’alliances avec les frontistes pour faire élire quelques conseillers départementaux ou régionaux vers une acceptation d’une présidence confiée à l’extrême droite" écrit Marianne. En revanche, à la même question, 72% des sympathisants UMP ne veulent voter ni pour un socialiste ni ourar un frontiste. Du côté FN, si les sympathisants "rejettent encore majoritairement (53 %) l’idée qu’une région soit dirigée par un président issu de l’UMP comme du PS, ils sont désormais 44 % à se dire prêts à gagner avec l’UMP". 
 
Concernant les valeurs, les distances restent importantes entre les sympathisants des deux partis. Chez les sympathisants UMP, près des deux tiers mettent en avant des différences. Au FN, un sur deux reconnaît des différences. Dans le détail, sur les propositions, ils restent proches sur certaines thématiques comme la sécurité, la famille, l'immigration, ou les impôts.
 
 
Enquête réalisée en ligne du 21 au 24 novembre 2014 auprès d’un échantillon de 1 561 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 27/11/2014 - 15:42 - Signaler un abus Ce n'est pas à l'ordre du jour!

    Quand l'UMP ne sera plus ce "parti du centre-droit construit pour faire face au FN", et affichera de véritables convictions, alors nous réfléchirons!...en attendant cette prise de conscience de l'UMP, nous, nous prenons leur électeurs, car nous avons de véritables convictions...

  • Par Deudeuche - 27/11/2014 - 16:51 - Signaler un abus @vangog

    Un peu emphatique mais la remarque est pertinente. L'UMP doit se débarrasser du centre qui squatte chez eux. Néanmoins l'Europe, la centralisation ou pas de la France seront toujours des pierres d'achoppement. Sur des points concrets il serait possible de se mettre d'accord. Il suffit de prendre Zemmour comme base doctrinale!!!

  • Par Texas - 27/11/2014 - 18:58 - Signaler un abus Depuis..

    ...Septembre 2013 , le Parti Hoyre ( Conservateur ) a accedé au pouvoir avec l' aide du Fremskrittsparteit ( Droite Nationaliste ) , ce qui permet à ce dernier d' influer sur les décisions gouvernementales prise par Ema Solberg ( Parti Conservateur ) , en matière de sécurité et d' immigration . Une nuance de taille pourtant , le Fremskrittsparteit est atlantiste et plutôt liberal .

  • Par Texas - 27/11/2014 - 19:11 - Signaler un abus Donc..

    ...l' exemple Norvegien est difficilement transposable en France avec un Parti Nationaliste plutôt interventionniste et souverainiste .

  • Par vangog - 28/11/2014 - 00:51 - Signaler un abus @Texas Mauvaise pioche! La Norvège ne fait pas partie de

    l'union Européenne, et n'a accepté Schengen qu'à reculons et pour prendre en compte et préserver le traité existant de libre circulation entre les pays nordiques (la Suède, la Norvège et l'Islande ) le 19 décembre 1996. Ne subissant pas l'erreur de l'Euro, la Norvège n'a pas de problème de souveraineté monétaire et se défend plutôt habilement contre toute invasion islamisante, malgré Schengen. Voilà pourquoi la droite nationaliste peut s'allier avec le parti Hoyre, qui, en l'occurrence, ne cède à aucun terrorisme intellectuel gauchiste ( les Norvégiens sont des gens pragmatiques et libéraux, comme je les aime...), et n'a pas déclaré d'antipathie envers le Fremskrittsparteit...contrairement à l'UMP dont la seule conviction est d'être anti-FN...encore une erreur originelle de l'UMP...on ne les compte plus!

  • Par Ange-Baroudeur - 28/11/2014 - 10:08 - Signaler un abus Accords ?

    Pas besoin d'accords d'appareils pour que les droites se retrouvent dans les urnes ! Dommage que ça ne se soit pas fait en mai 2012, ça nous aurait évité la catastrophe Hollande ! Marine Le Pen en porte la lourde responsabilité !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€