Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nicolas Sarkozy : "Il y a eu une instrumentalisation de la justice"

Nicolas Sarkozy s'est exprimé publiquement pour la première fois sur sa mise en examen dans une affaire de trafic d'influence dans une interview accordée à TF1 et Europe 1.

Explications

Publié le
Nicolas Sarkozy : "Il y a eu une instrumentalisation de la justice"
  •  Nicolas Sarkozy a été mis en examen ce mercredi pour trafic d'influence actif, corruption active et recel de violation du secret professionnel.
  •  Cette mise en examen a été décidée à l'issue d'une garde à vue qui a duré une quinzaine d'heures, une mesure exceptionnelle pour un ancien chef d'Etat.
  •  L'ex-président risque des peines pouvant aller jusqu'à dix ans de prison et 150 000 euros d'amende. Des peines complémentaires sont prévues par le code pénal, notamment l'interdiction des droits civiques.  
  •  De telles sanctions priveraient Nicolas Sarkozy de se porter candidat à un quelconque mandat, pour une ou plusieurs années.
  •  Thierry Herzog, l'avocat de Nicolas Sarkozy et le haut magistrat Gilbert Azibert ont également été mis en examen, pour trafic d'influence et violation du secret de l'instruction.

>> 20h35 : Fin du direct : retrouvez l'intégralité de l'entretien via ce verbatim d'Europe 1.

20h30 : Nicolas Sarkozy laisse planer le doute sur sa candidature à la présidence de l'UMP

"La question de savoir si on doit renoncer ne se pose pas pour moi. (...) Je regarde avec consternation la situation de la France et je connais l'inquiétude et la souffrance des Francais. (...) J'aurais à réfléchir sur la décision que je prendrai d'ici à la fin du mois d'août ou du mois de septembre" 

20h26 : Nicolas Sarkozy revient sur le financement de sa campagne de 2012

"Cette campagne a été vérifiée dans tous les sens par la Commision des comptes de campagne et par le Conseil Constitutionnel. (…) Ma campagne n'a pas coûté un centime au contribuable. Il n'y a jamais eu de double système de facturation (...) C'est une folie, personne ne peut jamais imaginer que les enquêteurs soient passés au travers".

20h25 : "Je n'ai rien à me reprocher" 

"Rien. Cela fait 35 ans que je fais de la politique. (...) Je suis écouté dans mes téléphones depuis plusieurs mois. On ne trouve rien. Je prends les Français à témoin. Quand on est innocent, on n'a pas peur de s'expliquer". 

20h23 : Nicolas Sarkozy charge son avocat 

"Il existe une écoute (...) où je dis à Thierry Herzog : non, je ne ferai pas l'intervention. M. Azibert n'a rien obtenu, je n'ai pas fait de démarches. Où est le traffic dinfluence ? Ou est la corruption ? C'est scandaleux". 

20h21 : "Je ne demande aucun avantage"

"Je ne demande aucun droit particulier. Je vous rappelle que j'ai été interrogé dans le cadre de l'affaire Bettencourt (...) J'ai eu un non-lieu, savez-vous que j'ai dû endurer 22h d'interrogatoire ?"

20h18 : "Il y a une instrumentalisation de la justice" 

"Les choses sont claires. Madame Taubira, garde des Sceaux, sur le plateau de monsieur Bouleau, a été convaincue de mensonge lorsqu’elle a dit : "je n’ai jamais eu connaissance des écoutes des conversations de monsieur Sarkozy". Vous avez prouvé qu’elle avait menti. Vous savez comme moi que monsieur Valls a menti lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. D’ailleurs, je suis très étonné. Ce matin même, monsieur Valls dit : "les faits qui sont reprochés à Nicolas Sarkozy sont très graves". Mais qu’en sait-il ?"

20h16 : "Il y avait une volonté de m'humilier"

"Ces chefs d'accusation sont grotesques. Je ne connaissais pas le dossier, et j'ai accepté de répondre à toutes les questions scrupuleusement. Est-il normal que je sois écouté dans le cadre de mes conversation les plus intimes (....) et qu'elles soient diffusées par des journalistes, des médias. Est-il normal que je sois mis en garde à vue pendant 15 heures ?" 

20h11 : Nicolas Sarkozy se dit choqué par cette affaire 

"Je suis profondément choqué de ce qui s'est passé. Je ne demande aucun privilège. Et si j'ai commis des fautes, j'en assumerai toutes les conséquences. Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités."

20h09 : Nicolas Sarkozy explique pourquoi il a tenu à accorder cet interview

"J'ai estimé que la situation est suffisamment grave pour que je dise aux Français de ce qu'il en était de l'instrumentalisation politique d'une partie de la justice aujourd'hui. "Dans notre pays qui est le pays des droits de l'homme, (...) il y a des choses qui sont en train d'être organisées. Les Français doivent les connaître, et en leur conscience, et en toute liberté, doivent juger de ce qu'il en est".

"Tout est fait pour donner de moi une image qui n'est pas conforme à la vérité. Je veux dire à ceux qui nous écoutent, ou ceux qui nous regardent, que je n'ai jamais trahi leur confiance, que jamais je n'ai commis un acte contraire aux principes républicains, ou à l'Etat de droit."

19h45 : "Il y avait une volonté de m'humilier"

"J’ai été en garde à vue pendant 15 heures sous la surveillance de policiers, les deux dames qui m’ont donné rendez-vous à deux heures du matin, il y avait une volonté de m’humilier" a-t-il expliqué, selon des déclarations du journaliste d'Europe 1 Nicolas Poincaré qu'il a tenus à l'antenne.

19h35 : Thierry Herzog a-t-il voulu faciliter l'arrivée du magistrat Azibert à Monaco ?

Lâcherait-il son avocat ? Nicolas Sarkozy, dans l'entretien qu'il a accordé à Europe 1 et TF1 ce mercredi (diffusion ce soir à 20 heures) aurait en tout cas reconnu que Thierry Herzog lui avait effectivement demandé d'aider le magistrat Gilbert Azibert pour obtenir un poste à Monaco.

19h20 : "Je n'ai jamais commis un acte contraire aux principes républicains ou à l'Etat de droit"

"Il était venu pour moi le temps de m'expliquer, de prendre la parole. Et la nuit dernière qui me fût réservée m'a convaincu de la nécessité de le faire. Je suis profondément choqué par ce qui s'est passé. Je ne demande aucun privilège. Et si j'ai commis des fautes, j'en assumerai toutes les conséquences. Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités."

19h00 : Nicolas Sarkozy contre-attaque suite à sa mise en examen

Contre-attaque médiatique pour l'ancien chef de l'Etat, qui est interrogé par Europe 1 et TF1 ce soir suite à sa mise en examen pour trafic d'influence actif, corruption active et recel de violation du secret professionnel.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par essentimo - 02/07/2014 - 20:32 - Signaler un abus TF1

    N. Sarkozy a été parfait, Bouleau est à proscrire : ce n'est pas un journaliste ! N. Sarkozy n'a pas "chargé" son avocat ainsi que vos l'écrivez : celui-ci a émis une idée, elle n'a pas été prise en compte.

  • Par ELLENEUQ - 02/07/2014 - 20:42 - Signaler un abus Le problème ! Le vrai !

    Le république française a toujours été un système pourri jusqu'à l'os depuis qu'il existe, mais ce régime est maintenant dans un tel état de décomposition, que le seul moyen est de le foutre en l'air radicalement et d'éliminer définitivement cette mafia immorale par tous les moyens.

  • Par sheldon - 02/07/2014 - 21:08 - Signaler un abus BRAVO à Sarkozy : mots justes, gravité sans gesticulation, etc

    Et non, il n'est pas mort ! Enfin une droite ni conservatrice de "notables de province", ni mollasse ne sachant plus où elle veut aller ! Dans cette ambiance délétère que nous subissons depuis 3 ans, ça fait du bien ! Encore bravo ! je suis peut-être con mais je suis prêt à le soutenir, et pourtant j'avais beaucoup de doutes !

  • Par cloette - 02/07/2014 - 21:25 - Signaler un abus Sa force

    C'est que ses interventions ne sont pas soufflées par des communiquants comme certains autres politiques obligés de se justifier, et dont les propos sonnaient faux

  • Par C1iD - 02/07/2014 - 21:44 - Signaler un abus Sarko

    Depuis Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande devraient tous aller en prison pour mauvaise gestion. Nous filons droit vers la catastrophe. Ces petites combines cachent la réalité du problème.

  • Par vangog - 02/07/2014 - 22:39 - Signaler un abus "Il n'y a jamais eu de double système

    de facturation" ...voilà encore un mensonge à mettre au compte de "la fin justifie les moyens", vieille devise gauchiste...et Sarkozyste! Les 26 millions de fausses factures rédigées après campagne, n'ont pas coûté aux con-tribuables français, certes, mais ils ont coûté cher aux naïfs militants UMP, qui paient trois fois pour les meetings de Sarko...par leurs impôts, par le prix du billet, et par leurs cotisations...quasiment une triple facturation!

  • Par Ganesha - 02/07/2014 - 23:03 - Signaler un abus Rolex

    Il m'a semblé remarquer sur une commode, une boite en bois, que j'ai reconnu pour l'avoir déjà vue dans la vitrine d'un bijoutier, et qui exposait une montre Rolex en or.

  • Par jlm30 - 02/07/2014 - 23:03 - Signaler un abus Bouleau

    Un gland ce bouleau, aucun charme, ne laisse PaS finir son interlocuteur,parle a tort et a travers. Un vrai bobo de gauche.

  • Par Geolion - 02/07/2014 - 23:36 - Signaler un abus L'indépendance globale de la

    L'indépendance globale de la justice n'existe pas et n'existera jamais ! Car cette indépendance a deux volets : - l'indépendance de juges qui n'ont pas à recevoir d'ordre ou de recommandations de politiques. Cette indépendance peut être respectée, - et l'indépendance ou l'objectivité de la décision d'un juge qui, elle, n'existe pas en général car ce qu'il fait ou décide est forcément le résultat de sa sensibilité politique ! Surtout lorsque le juge est politiquement très engagé comme l'est celui (celle) qui a mis N.Sarkozy en examen ! Concernant le premier volet de l'indépendance, il y a eu un cas flagrant d'intervention scandaleuse de politiques : c'est le cas où F.Hollande et M.Valls sont directement intervenus, par écrit, auprès de la justice pour que celle-ci mette un terme aux tracasseries dont V.Trierweiller était l'objet de la part de la presse ! F.Hollande et M.Valls ont-ils été inquiétés pour autant ? NON ! Qu'on se pose la question de savoir pourquoi et on comprendra bien des choses !!

  • Par vangog - 02/07/2014 - 23:44 - Signaler un abus @jlm30 ...et triste comme une porte

    de prison...quand je tombe, par hasard, sur le journal télévisé du triste Bouleau, nait en moi une irrésistible envie de l'entarter... Pour sauver ma télé, je zappe, puis vais me coucher avec ma copine Prozac qui met longtemps à me remonter le moral...

  • Par assougoudrel - 03/07/2014 - 06:14 - Signaler un abus @Ganesha et sa Rolex

    Si je comprends bien, Mr Sarkozy qui a un cabinet d'avocats, a une femme riche qui peut lui faire de beaux cadeaux, fait des conférences qui lui rapporte un peu de "vaisselles de poche", n'a pas le droit d'avoir une Rolex. C'est une remarque de jaloux comme beaucoup de français de gauche aigri. Un sujet si important et on parle d'une montre. On a de l'argent et pour ne pas froisser des esprits mesquins, on doit porter au poignet une Kelton et rouler en fiat panda. On a pas le droit de se faire plaisir avec son propre argent. Ridicule mentalité de 'pisse trois gouttes". Réflexion de cas sociale Quel pays!

  • Par ISABLEUE - 03/07/2014 - 09:15 - Signaler un abus Rolex Ganesha et alors ???

    Mentalité de pov type !! Si c'est tout ce que vous avez dire, taisez vous. Le débat n'a pas besoin de pisse copie dans votre genre.

  • Par Gilly - 03/07/2014 - 09:52 - Signaler un abus @Ganesha

    Regardez les montres de Moscovici et Sapin. On reparlera des boîtes qui pourraient contenir.... Il a de l'argent, sa femme aussi. Il assume et n'essaie pas de se faire passer pour un pauvre qui déclare une vieille bagnole ou une table et 10 chaises sur sa déclaration de patrimoine. On peut aussi parler du Teinté qui fraude le fisc en ne faisant pas déclaration commune avec Rottweiler.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€