Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 31 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vouloir faire disparaître
la prostitution, c'est mépriser
la nature humaine

Pour la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, la prostitution doit "disparaitre". Pourtant, la question de l'abolition divise même les associations. Est-il vraiment réaliste de vouloir supprimer le plus vieux métier du monde ?

Le plus vieux débat du monde

Publié le

Lire aussi sur ce sujet : Prostitution : "le bilan de l'expérience suédoise montre l'hypocrisie de la pénalisation des clients"

Si la prostitution est, comme l’écrivait Kipling, le plus vieux métier du monde, la question de son abolition est sans doute également le plus vieux débat du monde. En le relançant, Najat Vallaud-Belkacem ravive, comme souvent en période de crise, l’opposition des moralistes et des libéraux.

Les arguments n’ont pas changé depuis des siècles. Inutile donc de les réinventer, ils sont de trois ordres : économique, moral, philosophique. Ecoutons par exemple Bernard Mandeville, un des pères fondateurs du libéralisme, qui écrivit en 1724, alors que le même débat faisait rage à Londres, une « modeste défense des maisons closes », joliment traduite en français sous le titre « Vénus la populaire », et que j’eus il y a quelques années le bonheur de lire dans un endroit encore plus fantasmatique que les salons des bordels : la salle des manuscrits rares de la Bibliothèque Nationale.

- Argument économique : Mandeville rappelle que, mis à part quelques perverses de l’espèce de Belle de jour, la prostitution assure à celles (et ceux) qui la pratiquent « les moyens de subsister », et que son abolition reviendrait à les priver de leur outil de travail (un corps qui leur appartient), un comble dans la période actuelle. A l’inverse, si les prostituées ont un vrai métier, dûment taxé par l’Etat, elles méritent de bénéficier pleinement des droits de n’importe quel travailleur. Le syndicat du travail sexuel (STRASS) milite ainsi légitimement pour un statut professionnel qui « permette de garantir l’indépendance et de bénéficier d’une protection sociale et d’une retraite ».

- Argument moral : Mandeville défend la possibilité pour les prostituées de bénéficier de leur propre « système de protection ». Napoléon avait suivi ses conseils en instituant des « maisons de tolérance » surveillées et contrôlées par l’Etat. Ses successeurs furent moins inspirés. Fermer ces maisons (mesure prise en France juste après la guerre en France, interdire le « racolage passif » (loi de 2003) ou pénaliser le client (comme cela semble être l’intention du présent Gouvernement) ne font qu’empirer progressivement le sort des prostituées, forcées de se marginaliser dans des conditions de plus en plus incertaines. Ainsi que le tweetait Morgane Mertueil, la médiatique Secrétaire Générale du STRASS, le jour où le Gouvernement a laissé transparaître ses intentions abolitionnistes : « en développant la repression n’importe comment, on empire les choses ». L’expérience de la Norvège, où une loi de 2009 punit les clients, qui encourent jusqu'à six mois de prison, montre que la situation des « travailleuses du sexe » n’a cessé de se détériorer depuis (ce que reconnaît très officiellement le centre d'aide aux prostituées d'Oslo, le Pro Sentret, dans un rapport publié la semaine dernière).

- Argument philosophique : Mandeville constate avec pragmatisme que le vice est « répandu dans tous les âges, dans tous les lieux et dans toutes les conditions », et qu’il y a par ailleurs « une infinité d’honnêtes débauchés ». Autant donc canaliser et maîtriser le vice de la manière la moins nocive possible pour l’ensemble du corps social, plutôt que de chercher héroïquement à l’éradiquer, et de le contraindre à une clandestinité malsaine et incontrôlable. C’est en autorisant les bordels, précise Mandeville, que l’on pourrra prévenir les conséquences les plus néfastes de la prostitution, voire en diminuer l’attrait en la banalisant. "Le torrent de la luxure entraîne les hommes avec trop de rapidité, pour vouloir l'arrêter à force ouverte" – il vaut mieux, plus prudemment, en détourner le cours.

Les socialistes croient, comme toujours, pouvoir transformer la nature humaine, illusion de toute-puissance politique dont l’histoire n’a cessé de nous montrer les dérives. En voulant changer l’Homme, ils montrent tout leur mépris des hommes – et des femmes – de chair et d’os.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par fms - 27/06/2012 - 10:21 - Signaler un abus une vraie pensée de droite :

    puisque nous ne pouvons changer l'homme (c'est sa nature, ma pauvre madame), alors autorisons-lui la complète satisfaction de ses pulsions. Autant nier toute idée de civilisation, de progrès, et retourner vivre dans nos savanes originelles.

  • Par jean-paul - 27/06/2012 - 10:59 - Signaler un abus m. nietzsche

    "Les socialistes croient, comme toujours, pouvoir transformer la nature humaine, illusion de toute-puissance politique dont l’histoire n’a cessé de nous montrer les dérives. En voulant changer l’Homme, ils montrent tout leur mépris des hommes – et des femmes – de chair et d’os." et alors, en écrivant cela je pense que nietzsche te féliciterait

  • Par mva - 27/06/2012 - 11:03 - Signaler un abus DSK est-il de droite ?

    @fms Combien d'hommes de gauche et même peut être de femmes vont voir des prostitués... Quelle courte vue d'opposé gentille gauche et méchante droite.

  • Par Ercole - 27/06/2012 - 12:10 - Signaler un abus Misère sexuelle

    Alors le retour des mst, la libération sexuelle a disparu et la misère sexuelle - et affective ! - est de retour... Alors que des millions de gens vivent seuls, sans compagne ni compagnon, alors que 12 000 personnes meurent du suicide, que fait la gauche ? Ce que naguère faisait le curé, de la morale, des points Godwin pour les penseurs déviants de la doxa gauchiste et des twit... MALHEURS AUX AVEUGLES !!!

  • Par ropib - 27/06/2012 - 12:39 - Signaler un abus Ridicule

    Vouloir faire disparaître la prostitution est aussi dans la nature humaine. C'est un peu comme le meurtre: il n'y a pas d'assassins chez les animaux, c'est complètement humain comme notion, pourtant non seulement on essaye de le faire disparaître, mais en plus même quand on sait que c'est impossible on rend quand même l'assassinat illégal, parce que c'est aussi dans notre nature (on a un cerveau, capable de gérer le feedback de la nature, théoriser son action, avoir un raisonnement analogique, se projeter dans l'avenir... c'est "naturel" de s'en servir). Je suis d'accord pour dire qu'en matière de prostitution l'interdiction pure et dure n'est sans doute pas la meilleure des solutions (on peut dire ça d'un certain nombre de choses d'ailleurs). L'expression utilisée est donc la bonne puisqu'il s'agit d'exprimer un objectif (qui n'est pas un changement de nature justement) pour en déduire les moyens, plutôt que de partir sur l'interdiction et la limitation des libertés individuelles comme certains le font systématiquement et très fièrement sur tous les sujets. En l'occurrence vous faites un faux procès, en le sachant, ça s'appelle de la mauvaise foi, tout simplement.

  • Par decheval - 27/06/2012 - 12:49 - Signaler un abus ...

    À une époque, on pensait que l'esclavage était dans la « nature humaine » (Aristote) ; on pratiquait aussi la pédérastie comme un fait naturel. Vouloir faire disparaître l'esclavage et la pédérastie, c'était donc mépriser la nature humaine... Voilà qui réduit à néant cet article.

  • Par decheval - 27/06/2012 - 12:51 - Signaler un abus ...

    Et j'ajouterai que c'est rigolo de voir un libéral invoquer le principe le plus conservateur et anti-libéral qui soit : la nature humaine.

  • Par texarkana - 27/06/2012 - 12:58 - Signaler un abus Etape suivante : interdiction de la masturbation

    et de la sexualité "non productive" (en futures bouches à nourir). Et la police aura , comme dans certains Etats, accés à la chambre à coucher..je caricature ? j'exagére ? pas tant que çà : cf. le roman d'Orwell 1984 où le Ministère de la Guerre est rebaptisé "Ministère de l'Amour"...on y va tout droit.

  • Par decheval - 27/06/2012 - 13:31 - Signaler un abus @ texarkana

    waouh... on parle d'une activité qui se trouve être une forme d'esclavagisme (80 pour cent de femmes importées sous la coupe de proxénètes), et vous nous sortez un délire paranoïaque que vous justifiez par un livre écrit il y a 60 ans et qui aurait besoin d'être actualisé pour coller au monde d'aujourd'hui.

  • Par Karamba - 27/06/2012 - 13:32 - Signaler un abus Curieux...

    dépénalisation du cannabis pour protéger les consommateurs, mais condamnation des clients des prostituées. Le bobo fume des joints mais ne va pas aux putes. Ah le progressisme de la gauche et ses phénomènes de mode... Mais que ce soient les stupéfiants ou les réseaux de prostitution, le premier souci est toujours le même, notre police et notre justice sont dépassées par les évènements, rattrapés par le laxisme des politiques, plus prompts à donner des leçons de moral façon Belkacem, que d'intervenir sur le terrain.

  • Par fms - 27/06/2012 - 14:06 - Signaler un abus @mva

    je n'oppose pas une vision manichéenne de la droite et de la gauche, je fustige une résignation, un refus de tendre vers une amélioration de la condition humaine => cf. posts de ropib et decheval. @Karamba : en fumant un joint le bobo n'exploite pas son prochain et ne soumet pas autrui à ses pulsions.

  • Par texarkana - 27/06/2012 - 14:12 - Signaler un abus On n'arrête plus le puritanisme

    cf les commentaires ici des pro interdiction pompeusement (et hypocritement) baptisée "abolition". Lisez plutôt Sonia Ayoub, çà vous rafraichira les neurones. Cet océan de moraline où l'on nage désormais...et du fait souvent d'ancien soixante huitards ("il est interdit d'interdire"), c'est paradoxal...

  • Par Seb Per - 27/06/2012 - 14:33 - Signaler un abus il faudrait peut être

    distinguer prostitution et proxénétisme. On est bien d'accord pour reconnaître que la majorité dès prostituées est sauvagement exploitée par des proxenetes mais c'est justement parce que leur statut n'est pas encadré ni protégé par l'ordre public. Tout le monde est d'accord pour interdire l'esclavage. Par ailleurs la distinction entre une relation sexuelle ouvertement tarifee et une autre en apparence gratuite est parfois très ténue. Toute relation humaine est un échange, et ce jusque dans l'inconscient. Faudra t il aussi interdire cela?

  • Par Koïnè - 27/06/2012 - 14:57 - Signaler un abus Je m'étonne vraiment...

    ...qu'Atlantico se fourvoie dans une cause aussi nauséabonde que la défense de la prostitution, qui est le plus vieux mal de l'humanité avec le meurtre. L'hypocrisie de ce Gaspar Koenig quand il glose sur la misère de ces femmes (et quelques hommes), son égoïsme, son inhumanité sont révoltants. J'espère qu'il nous fera un compte rendu détaillé le jour où sa fille, convaincue qu'elle aura été par sa théorie économique, lui annoncera qu'elle se destine à ce métier passionnant. Il est trop jeune pour avoir une fille exerçant dans ce secteur? Pourquoi ne coache-t-il pas sa femme? Sa mère? D'ailleurs, je lui pose une question, ainsi qu'aux commentateurs apologistes de la prostitution: pourquoi n'avez vous pas embrassé une carrière aussi prometteuse, noble et rémunératrice? Merci aux quelques courageux qui osent réclamer l'abolition de ce fléau par la vraie cause: en arrêtant l'impunité des consommateurs. j'étais bien seule dans l'article précédent.

  • Par texarkana - 27/06/2012 - 15:08 - Signaler un abus Moi je m'étonne vraiment

    que les gens ne comprennent pas que le fait que si quelqu'un défend la non pénalisation d'une pratique, celà n'en fait pas pour autant un partisan ou un adepte de ladite pratique. Exemple : tout le monde (quasiment)est contre la prohibition de l'alcool , même les abstinents, celà ne fait pas de tout le monde des alcooliques! et n'oublions pas que l'"enfer est pavé de bonnes intentions", de fil en aiguille, interdire ci, interdire çà, selon le "feeling" du moment, celà risque de nous mener à une drôle de société orwellienne....

  • Par pimousse - 27/06/2012 - 15:11 - Signaler un abus et la tendresse bordel

    il suffirait de rouvrir des "maisons" controlées et ouvertes a ceux qui dont des envies et besoins ;ne plus les voir sur les trottoirs serait un progres mme belkacem ;enfin ne revons pas trop

  • Par sanglier intrépide - 27/06/2012 - 15:25 - Signaler un abus La prostitution, c'est l'esclavage de la dignité humaine.

    Je me disais bien aussi qu'il fallait un libéral pour nous parler du bien-fondé de la commercialisation du corps de la femme. Qu'il se soigne de son libéralisme aigu et qu'il vienne ensuite nous parler de la nature humaine. Le corps n'est pas à vendre. L'amour est la seule valeur qui ne se dévaluera jamais et c'est celle que les capitalistes méprisent le plus.

  • Par texarkana - 27/06/2012 - 15:28 - Signaler un abus sanglier intrépide

    va faire l'indigné ailleurs, tu pues des "hessel"...

  • Par Ercole - 27/06/2012 - 15:53 - Signaler un abus Li-ber-té

    Y'a plein de trolls staliniens ici qui n'ont pas compris que notre individualité n'est pas là pour servir leur doxa, que la liberté si chérie doit s'appliquer aux drogues, à la prostitution, à l'alcool, etc... Si nos institutions scolaires marchaient mieux, on pourrait faire de la prévention et donner des soins à ceux qui ont dérivé et qui souhaitent revenir... Au lieu de ça, pénalisations de tous les déviants - il y a encore peu l'homosexualité était passible de prison, comme l'avortement d'ailleurs... De quoi vous mêlez vous si un individu veut fumer un joint ou si une prostituée est d'accord pour vendre son corps un quart d'heure - les salariés le font bien !!! PARCE QUE CELA NE VOUS REGARDE PAS NOS DESIRS !!! Et puis ça a tellement bien marché la prohibition aux USA...

  • Par pansted00 - 27/06/2012 - 15:57 - Signaler un abus Le puits sans fonds de l'ignorance unanime

    Que ce soit pour l'alcool, pour les autres drogues, ou encore plus pour le sexe l'échec patent de la prohibition est historique et indéniable. Rien, au grand rien, ne pourra jamais empêcher l’être humain de vouloir s’envoyer en l’air, se défoncer, ou tout simplement jouir. La beurette incompétente peut dire ce qu'elle veut, elle ferai mieux de pisser dans un violon .

  • Par Jean-Baptiste83 - 27/06/2012 - 16:30 - Signaler un abus Illusion de toute-puissance libérale

    Je m'étonne qu'un agrégé de philosophie puisse laisser son idéologie dicter sa pensée. Etant moi-même libéral mais non libertarien, me méfiant sans concession de l'intervention de l'Etat, il me semble tout de même que s'en remettre à la "nature humaine" est l'argument naïf du désespoir intellectuel, une idée acceptée de tous qui ne mérite aucune argumentation. Si nature humaine il y avait, si puissance politique n'était qu'illusion, croyez-vous sincèrement que la justice existerait? Que l'Etat même existerait? Croyez-vous qu'il est dans la nature humaine de payer des impôts? D'aller porter plainte au lieu de se venger? De se rendre à un tribunal? Je suis au regret de vous dire que le progressisme existe et que si l'on comparait la société d'aujourd'hui aux précédentes, il se trouve que l'Homme a accepté volontairement de renoncer à certaines libertés au nom du progrès, au nom de la société, du vivre ensemble et d'une élévation de l'humain. La disparition de la prostitution se fera ou pas, elle sera alors peut-être considérée dans un siècle comme l'esclavagisme ou le colonialisme aujourd'hui. Je ne suis pas devin mais je sais depuis longtemps que la nature humaine n'existe plus.

  • Par Redmonde - 27/06/2012 - 16:42 - Signaler un abus CLICHES RESSASSES

    Les auteurs d'articles justifiant la prostitution répètent tous comme des perroquets que c'est le plus vieux métier du monde. Ouvrez n'importe quelle histoire de la prostitution, vous verrez qu'il y a eu des "métiers" bien antérieurs à la prostitution. La prostitution n'existe pas dans toutes les cultures d'abord (indiens d'Amérique par exemple). Elle suppose un certain degré de "civilisation" et de complexité sociétale pour exister. Ensuite, même si elle a existé depuis très longtemps dans un nombre important de sociétés, on peut dire la même chose de l'esclavage, et pourtant il a largement disparu. La réalité, c'est que 70 à 80% des prostituées (selon les régions) sont sous la coupe de proxos et trafiquées; il faut comprendre que défendre la prostitution, ça revient finalement à défendre les réseaux proxénètes, autrement dit à pousser à l'extension de leurs activités criminelles. Ceux qui préconisent un retour aux maisons closes ne connaissent pas mieux 'histoire de la prostitution: la majorité des prostituées au XIXème siècle n'exerçaient pas dans ces maisons très régimentées, car elles préféraient être libres et dans la rue. C'est aussi le cas des prostituées actuelles.

  • Par Ganesha - 27/06/2012 - 17:15 - Signaler un abus Redmonde

    Vous pourriez également citer la "prostitution sacrée" dans les temples en Inde. La comparaison avec l'esclavage est amusante : il consiste à obliger un être humain à travailler sans le payer, la prostitution consiste à reconnaître que le sexe peut faire l'objet d'un commerce et être payé, ou d'un art! (pornographie) Sur la question de l'abolition, je pense avoir trouvé un argument imparable : doit-on "abolir" la prostitution comme on voudrait abolir le meurtre ou la guerre, ou considérer que le sexe est un besoin humain aussi fondamental que la nourriture ? Ce serait merveilleux un monde où toute notion d'argent serait interdite à propos d'agriculture er d'alimentation !

  • Par Ercole - 27/06/2012 - 17:42 - Signaler un abus Progrès...

    La colonisation était vendue comme un "progrès" - alors merde au progrès si c'est pour laisser les curés, les rabbins et les immams venir nous em... avec leurs morales !!!! NOTRE CORPS EST A NOUS !!!!

  • Par Redmonde - 27/06/2012 - 17:49 - Signaler un abus REPONSE

    Ganesha@ "Vous pourriez également citer la "prostitution sacrée" dans les temples en Inde. En effet, et si je me souviens de mes lectures, c'est dans les temples, avec les prêtres comme proxénètes, que la prostitution aurait commencé, du côté d'Assur, Babylone etc. "La comparaison avec l'esclavage est amusante : il consiste à obliger un être humain à travailler sans le payer, la prostitution consiste à reconnaître que le sexe peut faire l'objet d'un commerce et être payé..." Je ne compare pas l'exercice de la prostitution avec votre définition de l'esclavage. Simplement, l'esclavage a existé durant des millénaires, Bible et Coran le légitiment, et pourtant il a finalement disparu--et cela a pris plus de deux siècles. On ne peut pas abolir le crime ou la guerre. Mais cela ne signifie pas qu'on ne doive pas légiférer pour les réprimer et en limiter l'extension. On ne va pas non plus autoriser le meurtre sous prétexte qu'on ne peut pas l'abolir. On sait , d'après les expériences de légalisation, que celle-ci entraine un accroissement de la prostitution. La réprimer (de façon réaliste) ne la fera pas disparaître, mais juste diminuer, ce qui serait déjà socialement un progrès.

  • Par Diego - 27/06/2012 - 18:05 - Signaler un abus Les socialos sont formidables

    Les socialos sont formidables... Ils ont inventé un nouveau concept. Supprimons le mot race et il n'y aura plus de racisme et maintenant pourquoi pas supprimons le mot prostitution et il n'y aura plus de prostitution...cqfd !!!!!

  • Par Ercole - 27/06/2012 - 18:18 - Signaler un abus très belle lettre ouverte...

    http://www.causeur.fr/vous-qui-voulez-interdire-la-prostitution,18147

  • Par Ercole - 27/06/2012 - 18:28 - Signaler un abus @ Redmonde

    Quand je vous dis que l'homosexualité vous conduisait en PRISON il n'y a pas si longtemps ça ne déclenche rien en vous ? Le fait que la morale et la loi puissent être si variables ? Rien, vraiment ? Dans les pays régis par la charia, on en est encore là, à coups de sabre la morale... Trop bon... :-( Comme disait Coluche, "maintenant qu'on a libéré les mecs, faut libérer les gonzesses"... C'est pas gagné avec ce moralisme vision simplistique du monde, les méchants - les hommes - et les gentilles victimes - les femmes... Je vois surtout qu'on sacrifie la liberté de chacun sur un autel au moins aussi religieux que le Vatican - venant des gauchistes héritiers de mai 68 je me marre !!! Heureusement que le ridicule ne tue plus... Moi si on interdit la prostitution, je veux interdire qu'un président de la France ne soit pas marié avec sa compagne - ouafff !!!!

  • Par Occam - 27/06/2012 - 20:45 - Signaler un abus Citation latine du jour

    Comme le disait bien Thraséa : "Qui vitia odit, homines odit" ("qui hait le vice hait les hommes").

  • Par Ganesha - 27/06/2012 - 21:00 - Signaler un abus Esclavage 1

    Dans les discussions sur la prostitution, il est souvent fait référence à l'esclavage et l'on se gargarise du fait qu'il aurait été aboli. Actuellement aux U.S.A, ils ont plus de jeunes des minorités dans leur goulag que dans les universités, et je conseille à ceux que cela intéresse d'en apprendre un peu plus sur le Libéria dans Wikipédia... Je n'exagère pas beaucoup en disant que c'est le travail en général qui est devenu un esclavage. L'esclave américain n'était pas libre de retourner en Afrique, et dans la prostitution, la lutte s'était à juste titre surtout concentrée sur le proxénète qui voudrait empêcher une prostituée de quitter le métier. En voulant plonger la prostitution dans l'illégalité, mme Belkacem cherche surtout à promouvoir le proxénétisme ! Et le grand patron, payé des millions d'euros pour diriger une usine où travaillent des smicards n'est-il pas un proxénète? L'esclavage sera vraiment aboli le jour où un salarié démissionaire aura droit à des indemnités de chômage illimtées...

  • Par Ganesha - 27/06/2012 - 21:11 - Signaler un abus Esclavage 2

    Dans les discussions au moment de l'abolition de l'esclavage, il y avait des perturbateurs qui défendaient la notion d"esclave heureux". Il y a quelques semaines, dans l'émission "On n'est pas couché" sur France 2, une dame suisse est venue expliquer qu'elle était prostituée de son plein gré et que cela lui plaisait. Elle était patronne, mais faisait aussi des passes pour le plaisir... Les deux péronnelles de service lui ont expliqué qu'elle n'était qu'une abrutie, une grosse vache dans son pré, et que tout en se croyant heureuse, elle n'était qu'une malheureuse et misérable esclave !

  • Par Seb Per - 27/06/2012 - 21:20 - Signaler un abus quelquechose cloche chez les abolitionnsistes

    avec un raisonnement qui consiste à dire qu'il devrait être interdit qu'une personne se mette de son plein gré et en pleine conscience dans une position considérée comme celle d'une exploitation injuste et inhumaine, il faudrait alors au nom du même raisonnement interdire l'immigration de la misère. On voit bien que ce n'est pas le cas et que les abolitionnistes ne sont pas anti immigration loin de là . Le raisonnement est donc faussé . La seule différence est celle du commerce du sexe au lieu des bras ou du cerveau. Ceci est une conviction intime qui ne repose que sur le libre arbitre de la personne qui décide seule de sa liberté. Évidemment si elle subit une privation contre son gré de ses droits, d'accord pour interdire. Mais c'est le proxénétisme qui est visé pas la prostitution.

  • Par frederichlist - 27/06/2012 - 21:39 - Signaler un abus mépriser la Nature humaine? rien que ça

    le titre, c'est juste pour faire des clics, non?

  • Par ciceron - 27/06/2012 - 21:44 - Signaler un abus Bien vrai !

    L'enfer est pavé de bonnes intentions, nom de dieu de bordel ! De féroces féministes nous disent aussi que le mariage est une prostitution légale. De féroces cryptos-bobos-cocus nous le disent pour le travail. Nous sommes tous esclaves de nos sens Bref tous esclaves et prostitués Heureusement la lumière fut............ et le Résident normal ne faisant pas la loi chez lui, décide de la faire chez les autres...normal on vous dit ! Le changement de capote c'est maintenant ! Ah merde, il a oublié la sienne en remontant les Champs-Elysées

  • Par protagoras - 28/06/2012 - 00:18 - Signaler un abus Belle utopie

    @ jean-paul Vous avez raison, ces socialistes sont incorrigibles. Ils veulent forger un homme nouveau, au besoin par la violence comme Robespierre à la suite de Rousseau ou comme Staline ont tenté de le faire. Évidemment nos braves socialistes français actuels ne vont pas aussi loin. Il n'empêche qu'ils sont toujours enclins à adhérer à des idées utopistes potentiellement dangereuses.

  • Par Cap2006 - 28/06/2012 - 08:29 - Signaler un abus pragmatisme roi...

    Comme sur tout ce qui est illicite, le problème vient souvent du trafic et de toute cette société souterraine... Je ne suis pas un expert, mais il me semble bien que très très peu de prostitués le sont par choix.... et que vendre son corps n'a rien d'innocent... pour la santé psychique et psychologique de l'individu. Une fois que l'on a dit cela... Il reste à la république de réduire ces dégâts au minimum, puisqu'il apparaît bien difficile d’éradiquer le phénomène. ( tiens, cela ressemble fort à d'autres sujets comme le cannabis par exemple) Légalisons la prostitution, au nom du droit à disposer de son corps, du droit à bénéficier d'une protection sociale, voir même d'une reconnaissance sociétale ( on ne dira plus "pute" mais "technicienne du plaisir d'autrui" ) Organisons l’exercice de cette profession : salariat dans des maison de tolérance associative, groupement de professionnels indépendants... Pour garantir des conditions de travail "acceptable" et aussi la "qualité du "produit" pour le consommateur Pénalisons très sévèrement le client qui consommerait son plaisir hors de ce circuit, aggravé s'il s'agit de mineurs, de personnes sans papiers ou vulnérable...

  • Par Annbou - 28/06/2012 - 11:23 - Signaler un abus Prostituées= ASSISTANTES SOCIALES !

    déja avoir une ministre des droits de la femme en France c'est l'aveu que les droits des femmes ne sont pas respectés ! mais de là à avoir cette démangeaison puritaine et à vouloir brimer encore plus la liberté de vendre son corps : on est dans l'absurdité totale ! Les gouvernements doivent lutter contre les EXPLOITEURS des travailleurs et Travailleuses du sexe , et non pas contre ces individus qui CHOISISSENT de vendre leur corps. Il faudrait protéger et Médicalement Sécuriser les Travailleurs du sexe qui rendent un service immense à la SECURITE dela société et donc des femmes également. On peut désormais parier que le viol va augmenter gravement désormais Mme la Ministre !!!

  • Par Annbou - 28/06/2012 - 11:34 - Signaler un abus Fonctionarisons la Prostitution

    L'autre solution est de transformer l' Etat en Proxénète CONTROLABLE, en effet les prostituées ( hommes ou femmes ) se voient réclamer URSSAF et IMPOTS. donc les interdire reviendrait à interdire leurs côtisations URSSAF et FISCALES !!! Il serait plus judicieux de fonctionnariser les prostituées comme les ASSISTANTES SOCIALES le sont.

  • Par Annbou - 28/06/2012 - 11:50 - Signaler un abus Et qu'en pensent les TRAVAILLEURS DU SEXE ???

    les puritains ont-ils demandés à cette catégorie de TRAVAILLEURS leur opinion sur leur éradication ??? Adolf n'aurait -t-il pas mieux fait de demander aux Juifs leur opinion sur les Chambres à Gaz ? L'histoire est une grande leçon d'humilité sur les FATWAS germées dans nos cervelles.

  • Par Annbou - 28/06/2012 - 11:59 - Signaler un abus Prochaine étape : TCHADOR

    décidément la Laïcité est en pleine débâcle ces temps-ci !!! Le retour discret mais en force des Puritains ( décidés à éradiquer les Putains) est intolérable !!! les féministes devraient tourner leurs fusils contre les proxénètes et non pas contre ces AUTOENTREPRENEURS que sont les prostitués ( des 2 sexes d'ailleurs ! ).

  • Par meumeu89 - 28/06/2012 - 12:20 - Signaler un abus attention !!!

    La ministre des droit de la femme en a-t-elle référé à son collègue du tourisme ? En effet, si cette loi venait à passer, les hôtels aux abords de l'assemblée nationale risquent de faire faillite...

  • Par cornaviera - 28/06/2012 - 14:18 - Signaler un abus il n'y a pas une opposition libéral/socialiste

    Gaspard Koenig écrit : "Les socialistes croient, comme toujours, pouvoir transformer la nature humaine" Cette conclusion n'a aucun sens puisque sur l'interdiction de la prostitution on trouve des pour et des contre aussi bien à droite qu'à gauche.

  • Par Guff - 28/06/2012 - 14:48 - Signaler un abus Perte de repères.

    Comment peut-on imaginer que notre vieille insulte de "fils de p***", si universelle, disparaisse à jamais?

  • Par De France et de plus loin - 28/06/2012 - 20:45 - Signaler un abus Najat vient de dire sa

    Najat vient de dire sa première grosse connerie. Je vote à gauche mais j admet que ses déclarations sont d une naïveté désarmante. En tout cas, le premier qui veut m empêcher de me faire payer pour coucher avec des femmes ( ce serait sympa d essayer) , je lui casse la gueule au nom du droit des hommes à disposer de leur corps.

  • Par Alexis007 - 28/06/2012 - 23:32 - Signaler un abus Briser le dogme féministe de la domination masculine

    Les féministes radicales font un lobbying puissant depuis de nombreuses années en France pour faire que la lutte contre la prostitution s'oriente vers la pénalisation du client, du client-prostitueur comme elles disent. C'est pour des raisons purement idéologiques que les féministes radicales prennent la Suède comme exemple car elles vont ainsi pouvoir parler dans toute la presse, et pendant des années, croyez moi, des hommes hétérosexuels (la prostitution homosexuelle elles n'en parlent pas... et pourquoi donc ?), ces êtres décidément pas fréquentables car uniquement soumis à leur libido. Leurs campagnes de communication omettront d'ailleurs savamment de dire que d'après les statistiques ce sont 5% à 10% des hommes qui fréquentent des prostituées. Vous comprenez l'occasion est trop belle de se payer une nouvelle fois la tête des hommes... Il y a derrière ce sujet de la prostitution une question de société fondamentale pour les années à venir : la place de l'homme dans la société du futur. Brisons ensemble le dogme fémniste de la domination masculine : www.homme-culture-identite.com

  • Par Alexis007 - 28/06/2012 - 23:56 - Signaler un abus Briser le dogme féministe de la domination masculine

    Les féministes radicales font un lobbying puissant depuis de nombreuses années en France pour faire que la lutte contre la prostitution s'oriente vers la pénalisation du client, du client-prostitueur comme elles disent. C'est pour des raisons purement idéologiques que les féministes radicales prennent la Suède comme exemple car elles vont ainsi pouvoir parler dans toute la presse, et pendant des années, croyez moi, des hommes hétérosexuels (la prostitution homosexuelle elles n'en parlent pas... et pourquoi donc ?), ces êtres décidément pas fréquentables car uniquement soumis à leur libido. Leurs campagnes de communication omettront d'ailleurs savamment de dire que d'après les statistiques ce sont 5% à 10% des hommes qui fréquentent des prostituées. Vous comprenez l'occasion est trop belle de se payer une nouvelle fois la tête des hommes... Il y a derrière ce sujet de la prostitution une question de société fondamentale pour les années à venir : la place de l'homme dans la société du futur. Brisons ensemble le dogme féministe de la domination masculine : www.homme-culture-identite.com

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gaspard Koenig

Gaspard Koenig dirige le think-tank GenerationLibre. Dernier ouvrage paru : Le révolutionnaire, l’expert et le geek (Plon).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€