Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vers la guerre civile ? Pourquoi l’alternative binaire à laquelle Alain Juppé réduit le problème de l’islam en France pourrait produire l’effet contraire à celui qu’il espère

Alors qu'Alain Juppé a nettement opposé les deux conceptions d'islam de France et d'islam en France, l'approche du candidat à la primaire de la droite pourrait bien cliver davantage la société sur un sujet déjà très sensible dans notre pays.

Le poids des mots

Publié le - Mis à jour le 17 Juin 2016
Vers la guerre civile ? Pourquoi l’alternative binaire à laquelle Alain Juppé réduit le problème de l’islam en France pourrait produire l’effet contraire à celui qu’il espère

Atlantico : Ce week-end, Alain Juppé a abordé la question de l'islam sur TF1 et sur son blog personnel (voir ici). Il a notamment déclaré : "Ou bien l'on pense que l'islam n'est pas soluble dans la République, et il faut alors se préparer à une forme de guerre civile, ou bien on est convaincu du contraire, et alors il faut travailler à poser des règles claires entre la République et les musulmans qui partagent cette conviction". Comment interpréter ces propos dans le contexte actuel de campagne pour la primaire de la droite ?  

Philippe d'Iribarne : On est dans un contexte où le fossé se creuse, au sein de la population française, entre d’un côté ceux, spécialement à droite mais aussi à gauche, qui ont les plus grands doutes sur la compatibilité entre l’islam et la République et de l’autre ceux qui dénoncent comme "islamophobes" les porteurs d’une telle inquiétude.

Alain Juppé, qui tente de défendre une position intermédiaire, ni radicalement pessimiste ni béatement optimiste, a un certain mal à faire admettre que, sous un dehors d’ouverture, il ne fait pas preuve de complaisance envers l’islam. Il se plaint dans son blog : "Je suis la cible d’attaques venimeuses sur les réseaux sociaux où je suis parfois rebaptisé (sic) 'Ali Juppé' ou qualifié de 'Grand Mufti' de Bordeaux". De telles accusations, alors que l’on pense que la question de l’identité française et de la place de l’islam va jouer un rôle central dans la prochaine élection présidentielle, menacent de lui coûter cher face à des adversaires beaucoup plus pugnaces à l’égard de l’islam. On comprend, face à cette menace, qu’il veuille affirmer à la fois que sa position est beaucoup plus ferme qu’on ne le dit face à l’islamisme et qu’elle est un gage de paix, par contraste avec la position de ses concurrents. Il accuse implicitement ceux-ci de mener non à une affirmation sereine de l’identité française mais à une guerre civile et se présente comme un rempart contre une telle guerre.

A qui s'adresse l'alternative posée par Alain Juppé ? La réponse à la question de la compatibilité entre l'islam et la République française peut-elle être trouvée sans s'adresser aux musulmans eux-mêmes, et notamment aux instances représentatives de l'islam de France ?

Les musulmans de France sont profondément divisés, comme du reste les musulmans de l’ensemble du monde. D’un côté, une part d’entre eux a une vision positive de la modernité occidentale, et en particulier de la démocratie. Pendant ce temps, d’autres rejettent cette modernité et prônent le retour aux pieux ancêtres. Cette opposition n’est pas propre aux pays occidentaux. Ainsi, on la retrouve en Iran, en Indonésie, en Tunisie, en Turquie. La question qui se pose, en France comme ailleurs, est de savoir quelle tendance va donner le la. Vers où vont se tourner ceux qui sont pris entre l’une et l’autre. Cela dépend bien sûr essentiellement des musulmans eux-mêmes - sans doute plus du corps social musulman que des instances représentatives de l’islam de France, dont il n’est pas certain qu’elles aient une grande influence -. Ceci dit, la République n’est pas sans moyens de favoriser plutôt l’une ou l’autre tendance. La position d’Alain Juppé est que "nous devons nous montrer intraitables avec toutes les formes de radicalisation des esprits qui menacent notre civilisation". Reste la question de l’appréhension précise de la menace et des moyens de lutter contre elle. Vient-elle seulement d’un islam radical très minoritaire, ou est-elle plus large, associée à l’émergence, comme à Molenbeek, d’une sorte de contre-société islamique marquée par le culte du hallal ? Comment lutter contre la pression sociale visant à inciter les personnes d’origine musulmane à s’intégrer dans cette contre-société, tout en respectant les droits du citoyen libre de manifester ses convictions religieuses dans l’espace public ? Le débat qui fait rage autour du voile islamique témoigne bien de la difficulté à concilier ces deux impératifs. Son port relève-t-il des droits de chaque individu, considéré comme n’agissant que pour son propre compte ? Ou est-il, et dans quelle mesure, l’étendard, porté par ses membres les plus convaincus, d’une communauté conquérante ? Difficile de savoir comment il convient d’agir à son égard sans répondre à une telle question.

Quid des nombreux Français qui ne sont pas instinctivement "convaincus" de la compatibilité de l'islam avec la République, mais qui n'ont pour autant aucune velléité de "guerre civile" ? Finalement, par cette opposition binaire, Alain Juppé ne risque-t-il pas de nourrir malgré lui les tensions déjà très sensibles sur ce sujet ?

La meilleure manière de convaincre les Français que l’islam est compatible avec la République est de faire en sorte que ce qui, dans leur quotidien ou dans les faits que rapportent les médias, suggère le contraire soit aussi limité que possible. Je ne suis pas sûr que ce qu’un homme politique écrit sur son blog ait beaucoup d’impact sur l’opinion, par comparaison avec ce qu’elle connaît du monde. Il est sûr que ce qu'il se passe dans les pays où l’islam domine est globalement inquiétant. Pour que les Français soient vraiment rassurés, il faudrait que prenne corps un islam d’Occident qui admette pleinement la liberté de conscience, y compris le droit pour un musulman de se convertir à une autre religion, qui renonce à une vision par trop inégalitaire des rapports entre hommes et femmes, qui accepte que ses textes sacrés et d’abord le Coran soient, comme les textes juifs et chrétiens, l’objet d’une approche historico-critique. Il y a du chemin à faire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lafayette 68 - 14/06/2016 - 10:21 - Signaler un abus Oui du chemin à faire ...

    L'auteur en somme prône un islam réformé , le mutazilisme et ses variantes ( marier foi et raison ) qui ont toujours échoué (réprimés férocement )

  • Par jurgio - 14/06/2016 - 10:40 - Signaler un abus Beaucoup de palabres et d'idées naïves

    quand le mahométisme se résumera toujours à des écrits intouchables.

  • Par Jean-Benoist - 14/06/2016 - 10:50 - Signaler un abus Ras le bol de ces énarques qui

    se contentent d'incantations et qui refusent de voir la vraie vie.. Qu'il prenne sa retraite avec son pote l'imam de Bordeaux (frère musulman)

  • Par Zèbre Zélé - 14/06/2016 - 10:58 - Signaler un abus Il parle de ce qu'il ne connait pas

    Il ne connait pas l'islam, il n'a pas lu le coran et ne connait pa

  • Par GP13 - 14/06/2016 - 11:13 - Signaler un abus L'oubli de l'essentiel

    Il ne peut pas y avoir deux civilisations sur un même territoire. La civilisation de la France est chrétienne. La laïcité de l’État français ne pourrait générer une nouvelle civilisation qu' à la condition d'être une religion et donc d'apporter des réponses sur le sens de la vie, de la mort, de l'espérance. L'Islam n'a pas sa place en France. En conséquence un Islam de France reste une illusion dangereuse. Cependant, si la France continue à refuser tous ses héritages et notamment chrétiens, c'est une autre civilisation qui supplantera la nôtre. C'est, évidemment, inacceptable. Les politiques devraient le savoir et cesser de ne penser qu'au court terme........

  • Par gerint - 14/06/2016 - 11:53 - Signaler un abus Oui Zèbre Zélé

    Juppé ne sait pas de quoi il parle. Mais il parle quand-même et il est en situation d'être élu. C'est dramatique.

  • Par cloette - 14/06/2016 - 13:44 - Signaler un abus ces politiques

    qui selon les termes de GP13 "devraient le savoir", le savent fort bien , je les ressens comme des " vendus"!

  • Par vangog - 14/06/2016 - 14:03 - Signaler un abus Ali-Juppé-le-dhimmi nous construit une grande mosquée...

    à Bordeaux. Et bientôt, la proposition de changer le nom de Bordeaux (interdit, ça, bordeaux!) en "Islamad-in-France" ou "Islamabad-de-France"...il hésite Ali-Juppé-le-dhimmi...

  • Par Liberte5 - 14/06/2016 - 14:31 - Signaler un abus A. Juppé est un collabo de l'islam.

    Il ne fera rien pour nous débarrasser de ce fléau qui va ruiner, dans tous les sens du terme, la France. Au contraire il va légaliser tous les accommodements que l'islam impose en France. C'est un pétainiste du 21ème siècle.

  • Par clint - 14/06/2016 - 15:04 - Signaler un abus @Liberte5 : sauf que Pétain était le vainqueur de Verdun !

    Alors que Juppé n'a pas beaucoup de victoires nationales en tant que politique ! Jusqu'ici je n'ai pas vu de politiques dirent clairement qu'il fallait interdire l'arrivée de nouveaux musulmans en France, car c'est tout simplement illégal ! Néanmoins Juppé ne fera que du Chirac/Jospin car c'est dans sa nature !

  • Par Borgowrio - 14/06/2016 - 15:07 - Signaler un abus N'appelez point à la paix , quand vous aurez la supériorité

    Savoir de quoi on parle . En laissant lyncher médiatiquement Zemmour par la gauche , la droite c'est séparée de quelqu'un qui connaît les arcanes du Coran . Quelqu'un qui nous dit qu' un Islam modéré compatible avec notre civilisation est un fantasme occidental . Pour le moment les sommités islamistes nous encouragent dans ce sens . Qui peut affirmer que nous ne regretterons pas un jour ?

  • Par joke ka - 14/06/2016 - 21:28 - Signaler un abus Juppé

    Non, l'islam n est pas compatible avec la république et notre manière de vivre..et ceux qui viennent vivre chez nous ,ne cherchent pas à s'adapter à nos traditions ,ils ne cherchent pas à se faire accepter :revendications tout azimut :halal ,prières de rues, salles de prières dans les entreprises ,toujours plus de mosquées ,polygamie, délinquance,violence, burqas ,djellaba.......etc etc sans compter les allocations généreuses accordées aux frais du contribuable

  • Par joke ka - 14/06/2016 - 21:30 - Signaler un abus et Juppé ose nous demander de

    et Juppé ose nous demander de nous soumettre !!! pour moi Juppé ne vaut guère mieux que Hollande ou Taubira

  • Par Semper Fi - 14/06/2016 - 22:41 - Signaler un abus Musulmans de France

    Tout est dit dans cette expression.... commençons déjà par parler de français musulmans et remettre les choses dans leur ordre naturel. Je suis français, et il se trouve que je suis aussi catholique mais ce n'est certainement pas la première chose qui me caractérise. De la même manière l'auteur de ces lignes est français puis polytechnicien et non l'inverse... parle-t-on des polytechniciens de France ?

  • Par Paul Emiste - 15/06/2016 - 09:39 - Signaler un abus Vers la guerre civile?

    Oui!

  • Par 100-dents-33 - 15/06/2016 - 10:49 - Signaler un abus Venez donc à la cité du Grand Parc!

    ...La cité du Grand Parc que je connais bien (hélas!) qui s'islamise à marche forcée sous l'impulsion d'un groupe de salafistes ayant pignon sur rue(ils ont un commerce..). L'imam de la salle de prière était connu pour ses idées salafistes, et faisait partie des mosquées fichés au lendemain du Bataclan....Il parait qu'il a été "muté"...? Il n'empêche que depuis qq années, on assiste à une radicalisation, à la haine du français, et à l'explosion des femmes voilées(je parle bien du voile, et non du foulard). Qu'a fait Juppé,et sa bande ? RIEN ! Au nom de la paix sociale, on ferme les yeux, on se bouche les oreilles, et l'on ne dit rien...Pour ma part, aux présidentielles, je vote blanc!

  • Par Eolian - 15/06/2016 - 11:59 - Signaler un abus Une religion?

    Islam une religion? Pas que, quand les gens comprendront que l'islam n'est pas qu'une religion, mais surtout un système politique indissociable de la religion? Alors, Jupé peut toujours vouloir "arranger" le Coran à la sauce française, il prouve simplement que "le meilleur d'entre nous" n'y connaît strictement rien.

  • Par Anguerrand - 15/06/2016 - 14:56 - Signaler un abus Juppé croit au père Noël

    Il pense que les musulmans sont intégrables, mieux assimilables alors que leur religion leur interdit d'obéir à nos lois, mais à celles du Coran et de la Charia. Il faudrait donc qu'ils renoncent à leur religion ce qui est impossible. Alors Juppé vous avez tout faux, relisez De Gaulle qui disait que l'islam et notre civilisation étaient non miscible, il parlait de l'eau et de l'huile. Il disait aussi qu'il ne fallait pas trop de musulmans en France. Quand il y en a 13 millions, ça commence à faire beaucoup, beaucoup trop. Vous ne serez pas elu avec un tel programme laxiste, il nous faut un president fort.

  • Par Ex abrupto - 15/06/2016 - 16:10 - Signaler un abus Tant que les musulmans...

    ...sont largement minoritaires (mais ça change vite), l'option "compatible" est envisageable, moyennant "la main de fer dans le gant de béton" pour les amener à un niveau de culture suffisant: par exemple camp de culture française obligatoire......Bon, je plaisante. Quoique...

  • Par emem - 15/06/2016 - 16:17 - Signaler un abus Trop tard, plus de solution

    Il n'y aura jamais de protestantisme de l'islam. Pour les musulmans le coran ne peut être modifié car selon eux il aurait été dicté par leur dieu. Le coran régit totalement leur vie. Tous les pays musulmans sont des théocraties On a laissé, et même encouragé, les musulmans à s'installer en France (Et en Occident). Leur taux de natalité bien plus grand que celui des souchiens. Alors..! Le grand remplacement est en marche...

  • Par moneo - 15/06/2016 - 18:18 - Signaler un abus solution pour mr Juppé

    réécrire le coran et adapter la charia pour la rendre conforme à nos lois;Bon courage Mr le candidat.J'ai idée que d'ici 50 ans ce sera l'inverse qui se fera

  • Par rodmcban - 15/06/2016 - 19:00 - Signaler un abus Mission impossible

    Réformer l'Islam ? Impossible depuis mille ans avec l'éradication du mutazilisme et ce n'est pas Ali Juppé et les autres 40 voleurs qui y arriveront. Autant réformer le nazisme, c'est du même ordre...

  • Par Gré - 15/06/2016 - 20:59 - Signaler un abus Ecrire "pour que les Français

    Ecrire "pour que les Français soient vraiment rassurés, il faudrait que prenne corps un islam d’Occident qui admette pleinement la liberté de conscience", c'est la même chose que dire, il faudrait que les poules aient des dents. La liberté de conscience pour les musulmans est un péché. Vous n'avez pas le droit de vous convertir quand vous êtes musulman. C'est écrit en clair (pour ceux qui veulent lire) dans les hadiths, et en filigrane dans tout le coran.

  • Par Alain Proviste - 15/06/2016 - 21:49 - Signaler un abus Juppé se fout de l'avenir de la France

    Premièrement parce que c'est un homme politique standard, qui ne roule que pour lui. Deuxièmement parce qu'il a 70 ans et que donc la situation de la France dans 1 génération le laisse indifférent.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe d'Iribarne

Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment travaillé pour le Secrétariat général de la présidence de la République.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€