Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 23 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tunisie : 3 ans après la révolution, la situation reste fragile mais l'espoir reste permis

Depuis le Printemps arabe en Tunisie, la situation économique s'est aggravée et le contexte politique reste très tendu. Des signes pourtant montrent la voie d'une amélioration où l'Europe a son rôle à jouer.

Remontée

Publié le
Tunisie : 3 ans après la révolution, la situation reste fragile mais l'espoir reste permis

Où la Tunisie en est-elle depuis le printemps arabe ?  Crédit Reuters

La Tunisie est à la croisée des chemins. Dans la plupart des pays concernés le printemps arabe s’est déjà transformé en hiver glacial. Ce n’est pas encore le cas de la Tunisie où l’espoir reste permis malgré une situation fragile et instable.

Le gouvernement dominé par les islamistes de Ennahda accumule les échecs. La situation économique est catastrophique et le chômage en hausse constante.

Le tourisme est à l’agonie. En novembre dernier, la direction du Club Méditerranée a décidé la fermeture de son village de Hammamet. Tout un symbole pour le pionnier du tourisme français en Tunisie.

La Tunisie est en proie à des attentats terroristes dont on ne connaît pas exactement l’origine. Deux membres éminents de l’opposition ont été tués cet été et plusieurs membres des forces de l’ordre ont été assassinés cette année. Une attaque a visé le mausolée de Bourguiba, le père de la Nation, un autre symbole. Ces attaques sont attribuées à des « salafistes djihadistes ». Des islamistes radicaux tunisiens sont partis se battre en Syrie. Des femmes y sont également envoyées pour le Djihad du sexe ou al-nikah.

De plus, Ennahda a réussi à imposer la nomination de la plupart des nouveaux gouverneurs de province et des autorités locales. Ils renforcent ainsi leur pouvoir sur l’appareil administratif tunisien et développent par ailleurs des services sociaux de proximité en marge de ceux de l’État.

La société résiste

Malgré ces aspects décourageants, de nombreux acteurs de la société tunisienne ont manifesté une capacité de résistance incroyable au pouvoir des islamistes. Seul point vraiment positif de la Révolution de 2011, la liberté de la presse est bien réelle même si des journalistes sont accusés ou condamnés par une justice parfois héritière de l’ancien régime, parfois au service du nouveau pouvoir. Le droit de la famille et les acquis en matière de droit de la femme datant du temps de Bourguiba ont jusqu’à présent été préservés.

À titre d’exemple, après une longue lutte, le corps académique de l’Université de la Manouba a réussi à résister aux tentatives d’islamisation de cet établissement réputé. Celles-ci se traduisaient par une volonté de séparer les garçons et les filles lors des cours, d’autoriser les jeunes filles à porter le niqab qui voile le visage, de refuser l’enseignement de Michel-Ange et de Diderot. Sous la conduite du courageux doyen de la faculté des lettres Habib Kazdaghli, la situation est redevenue plus ou moins normale sur le campus, mais le doyen, menacé de mort, vit désormais sous protection policière permanente. Le prix de la résistance est parfois très élevé.

Depuis des mois, la société manifeste contre le gouvernement issu de l’élection de l’assemblée constituante d’octobre 2011 qui avait un mandat d’un an pour écrire une nouvelle constitution. Les pressions de l’opposition ont fait reculer les islamistes. Il y a désormais un quasi-accord sur le texte de la future constitution. Le Gouvernement du Premier ministre Larayedh s’est engagé à démissionner à l’issue du dialogue national qui regroupe toutes les composantes de la société tunisienne. Il devrait être remplacé par  Medhi Jomaa, technocrate peu expérimenté en politique et proche du parti Ennahda.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 09/01/2014 - 12:49 - Signaler un abus Bon Courage !

    Sans pétrole et sans tourisme, les délocalisations industrielles sont parties en Ethiopie. La Tunisie importe une part très importante de sa nourriture de l'extérieur : elle va connaître une ''famine islamique'' pendant quelques années... Bon courage !

  • Par arbat - 09/01/2014 - 13:41 - Signaler un abus super !!!!

    l espoir est permis !!!! c est ce que l on dit quand il ne reste plus rien ......c est de l humour je suppose .....l espoir est permis la bonne blague !!!! l espoir est permis !!!!!!!! L ESPOIR EST PERMIS !!!!!!!!!!!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Destexhe

Alain Destexhe est député belge,  ex sénateur, initiateur de la commission d'enquête du Sénat belge sur le génocide du Rwanda. Il a également été secrétaire général de Médecins Sans Frontières et est l'auteur de Le mouvement flamand expliqué aux francophones (ed. La Renaissance du livre).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€