Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Toutes ces idées reçues que nous avons sur la Seconde Guerre mondiale

Les mythes font partie de l’histoire et de la mémoire des hommes. Comment définir ces mythes et comment se construisent-ils, à travers l’exemple de la Seconde Guerre mondiale ? Entretien avec Olivier Wierviorka.

Atlantico Radio

Publié le
Toutes ces idées reçues que nous avons sur la Seconde Guerre mondiale

Les mythes font partie de l’histoire et de la mémoire des hommes. Comment définir ces mythes et comment se construisent-ils? Qui les alimentent? Peut-on les considérer  comme le révélateur de l’échec des historiens dans la transmission au grand public des fruits de leurs travaux? A travers l’exemple de la Seconde Guerre mondiale, Olivier Wierviorka interrogé par Christophe Dickès, présentent des idées qui “ont la vie dure” à partir de deux volumes parus aux éditions Perrin et codirigés avec Jean Lopez: La défaite de 1940 était inéluctable; Pearl Harbor est une victoire japonaise; L’armée italienne était mauvaise; Les Allemands n’ont pas pris Moscou à cause de l’hiver; Yalta a partagé le monde; etc.  Plus de trente historiens, spécialistes de la période, décortiquent toutes ces idées reçues à la loupe.

Cette émission rappelle que des moments de notre passé sont des champs de bataille où se sont affrontés propagande et lectures partisanes, plaidoyers pro domo et Mémoires en défense.

L’invité: Membre de l’Institut universitaire de France et professeur des universités à l’Ecole normale supérieure de Cachan, Olivier Wieviorka, est un spécialiste reconnu de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale auxquelles il a consacré plusieurs livres qui font autorité, dont une Histoire du Débarquement et une Histoire de la Résistance. Il vient aussi de publier avec Jean Lopez le volume II des Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin).

Retrouvez le podcast sur Storiavoce

A écouter aussi sur Atlantico avec Storia Voce :
- Philippe Séguin, le remords de la droite
Marie-Louise, une jeunesse impériale
Pourquoi Charles VII, le roi qui a abandonné Jeanne d’Arc, n’était pas le salaud qu’on croit
Mais que pouvaient bien manger Jésus, Marie-Antoinette, Napoléon ou Churchill ?

Si Louis XVI était mort en 1783, il aurait été considéré comme un des plus grands rois de France. Et l’homme à qui il le devait s’appelait Vergennes

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Patrick LOUVET - 18/11/2017 - 14:16 - Signaler un abus Hitler n'est pas le mal absolu ; Straline l'étaiot.

    Staline a fait plus de mal qu'hitler et il est mort dans son lit sans jamais avoir été inquiété mqlgré un nombre de morts nettement supérierr. Il faut arreter l'hypocrisie..

  • Par vangog - 19/11/2017 - 20:56 - Signaler un abus Vieworka est l’idiot utile du gauchisme...

    Il est là pour nous donner une seule facette de l’histoire, celle qui magnifie la gauche et fait oublier sa complicité dans les crimes du nazisme et les crimes du socialo-communisme...total, environ cent cinquante millions de morts, une paille! Pas certain que ce cretin de Vieworka réussisse son entourloupe historique...

  • Par A M A - 21/11/2017 - 19:42 - Signaler un abus Après 1930, Hitler avait la

    Après 1930, Hitler avait la cote partout. Chamberlain, Blum, tout le monde l'admirait pour la façon admirable dont Il avait magistralement redressé l'économie allemande après la grande guerre et la crise de 1929. Avant que cela tourne mal...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€