Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Stagnation du chômage au premier trimestre 2016… oui, sans compter 1,5 million de personnes qui n’ont même plus la force de chercher un emploi

Ce jeudi 19 avril, l'INSEE a publié les statistiques sur le chômage pour le 1er trimestre 2016. Si le nombre de chômeurs stricto sensu est stable, on compte 2,5 millions de personnes inactives souhaitant travailler mais échappant aux statistiques ou en situation de temps partiel subi. Ces mesures complémentaires montrent qu'au sens élargi, le taux de chômage est plus proche de 20% que de 10%.

Découragement de masse

Publié le
Stagnation du chômage au premier trimestre 2016… oui, sans compter 1,5 million de personnes qui n’ont même plus la force de chercher un emploi

le niveau du halo du chômage est extrêmement élevé. On est aujourd'hui à un peu moins d'1,5 million, le record ayant été atteint au premier trimestre de 2015 avec environ 1,474 million.  Crédit wikipédia

Atlantico : L'INSEE a publié ce jeudi les statistiques sur le chômage pour le 1er trimestre 2016 (voir ici). En dehors, d'une légère progression du chômage des jeunes, le nombre de chômeurs reste stable.

Néanmoins, le nombre de personnes inactives dans le halo autour du chômage (c’est-à-dire échappant aux statistiques) est à nouveau en progression et atteint quasiment 1,5 million. Qui sont ces personnes et quelle est leur situation ? Quels sont les facteurs entraînant une sortie de ces personnes des statistiques du chômage ?

Mathieu Plane : Depuis deux trimestres, on constate d'un côté, une reprise du halo du chômage et de l'autre, une légère baisse du taux de chômage. On peut penser qu'il y a des vases communicants entre ces deux phénomènes. Néanmoins, le lien n'est pas forcément évident : en effet, lorsque l'on regarde les chiffres sur une année (du 2015 T1 au 2016 T1), on remarque que le chômage a très légèrement baissé (de 0,1 point) et que le halo du chômage a très légèrement baissé. Si sur les deux derniers trimestres on peut expliquer la légère baisse du chômage par la hausse du halo du chômage, il est plus compliquer d'établir cette corrélation sur une année. 

En revanche, le niveau du halo du chômage est extrêmement élevé. On est aujourd'hui à un peu moins d'1,5 million, le record ayant été atteint au premier trimestre de 2015 avec environ 1,474 million. 

Le halo du chômage concerne des personnes qui souhaitent travailler mais qui ne sont pas considérées comme chômeurs ou chômeuses au sens du Bureau international du travail (BIT). Les critères du BIT pour être qualifié de chômeur sont extrêmement précis : 

1) Ne pas avoir travaillé du tout lors de la semaine de référence choisie pour mener l'enquête (avoir travaillé ne serait-ce qu'une heure au cours de cette semaine de référence suffit pour être "exclu" du chômage) ;
2) Etre immédiatement disponible pour travailler ;
3) Faire des démarches actives de recherche d'emploi.

Au-delà de cette non-conformité aux critères du BIT, l'effet flexion entre également en jeu : il s'agit d'une mesure que les économistes essaient d'évaluer sur le marché du travail qui s'apparente au phénomène du chômeur découragé. En effet, les frontières entre le chômage et l'inactivité sont poreuses : quand le marché du travail se dégrade fortement, une partie des personnes qui sont au chômage (souvent dans un chômage de longue durée) estiment que la situation du marché du travail ne "vaut pas le coup" de chercher un travail. Certaines de ces personnes qui s'éloignent du marché du travail peuvent souhaiter travailler mais elles ne vont pas faire de démarches actives. A l'inverse, quand la situation s'améliore, ces personnes reviennent vers le marché du travail. 

Le chômage au sens du BIT représente environ 2,8 millions de personnes (en France métropolitaine) mais en prenant en compte le halo du chômage, ce nombre est augmenté de quasiment 50%. 

Il est intéressant de noter que cette forte augmentation est très corrélée avec la crise : depuis le début de la crise de 2008, on observe une forte augmentation du chômage (quasiment 1 million de chômeurs supplémentaires au sens du BIT), auquel il faut ajouter 300 000 personnes supplémentaires qui sont dans le halo du chômage. Si on additionne les deux, on remarque donc que la situation est bien plus dégradée que ce que laisse penser l'observation du chômage stricto sensu

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 20/05/2016 - 11:10 - Signaler un abus Les critères servent à tricher

    Tous les critères compliqués et les catégorisations de chômeurs ne servent qu'à une chose : permettre aux élus et aux ministres de jongler avec les chiffres pour interpréter les réalités à leur avantage. La définition devrait être celle-ci : est chômeur celui qui ne travaille pas à temps complet sans le désirer. Qu'il cherche activement ou pas, qu'il soit indemnisé ou pas, qu'il soit en formation ou pas, qu'il soit malade ou pas, qu'il travaille un peu ou pas du tout : il est chômeur.

  • Par Ganesha - 20/05/2016 - 11:44 - Signaler un abus Imprécisions

    C'est aussi ces imprécisions qui permettent de lire tous les jours dans les commentaires d'Atlantico des conneries du genre : abolissons les trente cinq heures, rétablissons la retraite à 65 ans et défiscalisons les heures supplémentaires : la France redeviendra alors un véritable Paradis Terrestre où coulent le lait et le miel. Quant aux tartes à la crème quotidiennes sur l'Allemagne, l'Angleterre et les USA ''où règnent le plein emploi'' !!! On retrouve aussi souvent une statistique crapuleuse prétendant qu'il y aurait chez nous ''500.000 offres d'emploi non-pourvues''. Quelqu'un pourrait-il nous indiquer la source de cette obscure rumeur ?

  • Par vangog - 20/05/2016 - 12:29 - Signaler un abus 6,5 millions de chômeurs, avec les DOM-TOM

    et 2,5 millions de foyers au RSA...ça fait plus d'une dizaine de millions de français en situation d'exclusion pour cause de gauchisme irréductible...oui, ça va mieux, neu-neu!

  • Par MarcBloch - 20/05/2016 - 14:06 - Signaler un abus @Ganesha

    Vous connaissez la Suisse ? Pas de pétrole, pas d'accès à la mer, pas de mines de métaux précieux ni de réserves de "terres rares". Mais pas de 35 heures non plus... Du coup : http://www.challenges.fr/economie/20131024.CHA5998/les-secrets-de-la-suisse-pays-du-plein-emploi.html

  • Par Fran6 - 20/05/2016 - 18:20 - Signaler un abus @ vangog

    sans parler des artisans, commerçants et professions libérales qui ne se payent depuis des mois cause du RSI et encore maintenant pour refaire le BFR, en clair, pourquoi je suis pas né Suisse monsieur?

  • Par vangog - 20/05/2016 - 23:38 - Signaler un abus @Fran6 oui, je connais ce phénomène...

    les artisans, PME et TPE sont dépendants, plus que tout autre Français, de l'activité, de la construction Immobiliere, du tourisme, des baisses des retraites et des baisses de salaires du gauchisme. Il faut tendre le dos, réduire les charges au maxi et, surtout, ne pas investir, et compter sur sa femme ou sur sa famille, dans ces périodes difficiles...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Plane

Directeur adjoint du Département analyse et prévision à l'OFCE

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€