Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 06 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fatigués de la démocratie !? Le sondage choc sur l’attirance des Français pour un gouvernement technocratique non élu ou autoritaire

Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 67% des Français estiment qu'il faudrait que la direction du pays soit confiée à des experts non élus qui réaliseraient les réformes nécessaires mais impopulaires, et 40% seraient favorables à l'arrivée d'un pouvoir politique autoritaire.

Info Atlantico

Publié le - Mis à jour le 6 Novembre 2015
Info Atlantico
Fatigués de la démocratie !? Le sondage choc sur l’attirance des Français pour un gouvernement technocratique non élu ou autoritaire

40% des Français seraient favorables à l'arrivée d'un pouvoir politique autoritaire. Crédit Reuters

Jérôme Fourquet : Cette enquête révèle des chiffres marquants et spectaculaires : deux tiers (67%) des Français adhéreraient ou seraient tentés par un gouvernement d'experts, de personnes non élues qui réaliseraient des réformes nécessaires mais impopulaires.

C'est une thématique qui monte. On voit par exemple Jacques Attali envoyer des ballons d'essai sur son éventuelle candidature à la présidentielle en expliquant qu'en tant qu'expert, il va mettre des propositions sur la table et si d'aventure aucun candidat ne s'en saisit, il se réservera le droit d'y aller. Le libellé que nous avons construit repose un peu sur cette problématique.  Nous disons : "certains pensent que la France doit se réformer en profondeur pour éviter le déclin mais qu’aucun homme politique élu au suffrage universel n’aura le courage de mener à bien ces réformes et que dans ce cadre, il faudrait que la direction du pays soit confiée à des experts non élus qui réaliseraient ces réformes nécessaires mais impopulaires."

Cette logique de fond existe depuis un moment, mais s'amplifie.

On peut aussi prendre l'exemple de l'affrontement entre François Fillon et Nicolas Sarkozy : François Fillon part sur un diagnostic très radical et libéral sur l'état de la société française, et dit que l'heure n'est plus à la demi-mesure, qu'il faut adopter des réformes radicales pour que le pays puisse se redresser. Dans son livre "Faire", il formule une série de propositions très osées, qui n'ont jamais été proposées au suffrage universel.

A plusieurs reprises, avant la sortie de son livre, ce message-là avait attiré les sarcasmes de Nicolas Sarkozy qui disait : "celui qui propose la suppression des 35h et la retraite à 67 ans, je lui souhaite bon courage pour être élu". On est au cœur de la problématique : un diagnostic est posé par beaucoup de gens sur l'inéluctabilité de réformes difficiles à mener, mais en réponse, d'autres vous disent que la société française n'est pas prête à l'accepter et que celui qui proposera ce traitement de cheval n'a aucune chance d'être élu.

Ce sondage peut apporter de l'eau au moulin de François Fillon, car il montre que l'électorat est prêt à entendre ce discours, dont un quart (23%) sont "tout à fait d'accord".

Quand on regarde comment ça se ventile politiquement, on a bien évidemment un clivage gauche droite assez marqué, mais on a quand même, à gauche, y compris au Front de gauche, un Français sur deux qui adhère à cette idée. 

Ce chiffre monte à 80% chez les Républicains. On comprend que le thème "réformes impossibles, pays bloqué, corporatismes, etc." soit une vieille rengaine à droite, mais le contexte joue peut-être aussi : la droite est dans l'opposition, ses sympathisants peuvent donc avoir dans l'idée que "les types aux manettes sont nuls". Pas sûr que si l'on avait posé cette question sous Nicolas Sarkozy, 80% de l'électorat de droite aurait été d'accord.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 02/11/2015 - 08:07 - Signaler un abus Sondage auto-administré?

    Mêler, dans une même question, gouvernement autoritaire et gouvernement technocratique est déjà le signe d'une grosse manipulation....serait-ce du gouvernement européen dont parlent ces sondeurs? Car je n'en connais pas d'autre qui mêle avec une telle arrogance technocratie et autorité! le Front National prône exactement l'inverse, en voulant rendre le pouvoir au peuple, mais peut-être est-ce ce que craignent ces sondeurs?...

  • Par cloette - 02/11/2015 - 08:36 - Signaler un abus Le but

    c'est l'exemple chinois et un gouvernement mondial dans un second temps de ce type

  • Par zouk - 02/11/2015 - 09:47 - Signaler un abus BESOIN ET INTENTIONS DE REFORMES

    A la lecture de "Faire", je suis convaincu que Fr.Fillon aurait, Président, le courage de faire ce qu'il prône, ainsi, ce qui est indispensable, l'expérience et l'habileté politique de le réussir. Juppé est par trop faible dans ses propositions et Sarkozy est définitivement disqualifié par son premier mandat. Je pense moins à son comportement personnel, peu digne, qu'à l'abandon sans commentaire de ses promesses de campagne. Heureusement pour nous que Fr.Fillon a parfois réussi à limiter ses plus grosses erreurs.

  • Par MIMINE 95 - 02/11/2015 - 10:41 - Signaler un abus CITOYENS CITOYENNES, JE NE CROIS PAS UN MOT DE CE SONDAGE

    Il est temps de se rassembler pour préparer la riposte à une telle ignominie si elle devait se produire. Révisez votre Marseillaise. Pour le pouvoir autoritaire, c'est déjà fait car cela fait déjà un certain temps que le pouvoir s'exerce en se foutant pas mal de la volonté populaire. L'adage, "les promesses n'engagent que ceux qui y croient" est le credo de nos politiques de droite comme de gauche, car les experts non élus qui nous imposent une politique inique, mise en place par des hommes politiques serviles, sont déjà en place, bien au chaud et pourris de privilèges, à Bruxelles. Ami entend tu le vol noir.......

  • Par celajun - 02/11/2015 - 10:46 - Signaler un abus Quels experts?

    Et qui les nommerait ? S'il s'agit d''experts auto proclamés doublés de bouffons médiatiques du genre du parasite immigrationiste Attali, sorte de Nostradamus failli qui se trompe et s'est toujours trompé sur tout, non merci. Ce serait encore pire que la dictature socialiste actuelle.

  • Par C3H5.NO3.3 - 02/11/2015 - 10:57 - Signaler un abus ca merite quelques explications

    Quand les Français parlent d'un gvt autoritaire, c'est d'un gvt qui n'hésiterait pas a rentrer dans le lard des zadistes, des gdv bloqueurs d'autoroute ou des racailles protégées par le padamalgamisme ou le vivrensemblisme. Et pas d'un gvt de technocrates non élus européistes.

  • Par tubixray - 02/11/2015 - 12:20 - Signaler un abus Alternative

    Un gouvernement présidé par un chef d'état qui ne briguerait pas un nouveau mandat pourrait il faire le job ? Qui osera nous promettre de la sueur, du sang et des larmes POUR TOUS a

  • Par tubixray - 02/11/2015 - 12:21 - Signaler un abus Alternative

    Un gouvernement présidé par un chef d'état qui ne briguerait pas un nouveau mandat pourrait il faire le job ? Qui osera nous promettre de la sueur, du sang et des larmes POUR TOUS avec un redressement à la clef ????

  • Par fredibus - 02/11/2015 - 12:30 - Signaler un abus Les limites de la démocratie.

    La démocratie a ses limites, on les a atteintes avec notre nombre incalculable d'élus à tous les niveaux; La soupe est trop bonne, quel homme politique pense d'abord à l'avenir de la nation avant ses propres intérêts ? Je n'en vois plus un seul, à force de contenter les uns et les autres par souci électoral ils ne pensent plus aux bien- être de tous. Au lieu de nommer des hommes compétents aux postes importants, c'est le copinage. Le clientélisme électoral ruine le pays à travers les dérives en tout genre. Un régime autoritaire n'est pas nécéssaire mais supprimer les ors de la république et prendre exemple sur les pays scandinaves en rendant la fonction plus résponsabilisante qu'attrayante serait déjà un pas vers l'absence de désir de Pouvoir qu'affectionnent nos dirigeants.

  • Par Pourquoi-pas31 - 02/11/2015 - 12:32 - Signaler un abus Ah ! Ces experts auto-proclamés !

    ATTALI qui a mis en difficulté la banque européenne de développement et qui depuis arrose de ses conseils tous ceux qui passent à sa portée. Il faudrait peut-être se concentrer sur notre nation, la France, qui doit être forte, sans ingérence étrangère et maitresse d’elle-même. Il n’y aura pas d’Europe s’il n’y a pas une France forte.

  • Par borissm - 02/11/2015 - 13:47 - Signaler un abus @ C3H5 NO3.3

    Parfaitement d'accord. Un gvt qui en ait ("to have and have not', avait écrit Hemingway), et qui sache manier la nitroglycérine ! Bien à vous.

  • Par jurgio - 02/11/2015 - 15:08 - Signaler un abus Comment évaluer un « expert » ? Nommer des experts ?

    Si nous tombons sur des apprentis sorciers du genre d'Attali qui paraît avoir tout appris et pratiquement rien retenu... En tous cas, la chose la plus remarquable est un retour diffus au monarque non élu, la seule autorité qui ait duré dans ce pays.

  • Par J'accuse - 02/11/2015 - 15:20 - Signaler un abus Le sens des mots

    Il y a confusion chez les sondés entre gouvernement autoritaire et gouvernement ayant une autorité: personne en réalité n'est pour un gouvernement autoritaire, c'est-à-dire dictatorial. Il n'y a pas non plus de raison d'opposer démocratie et compétences d'experts, si ce n'est que les électeurs choisissent quelquefois des candidats incompétents et inexpérimentés, comme ils ont fait avec Hollande ou envisagent de le faire avec Le Pen. Rien n'empêche que les candidats élus au suffrage universel soient des experts: c'est au peuple d'avoir un minimum d'éducation politique et économique pour distinguer les vrais docteurs des charlatans et des démagogues. Maintenant, si les 2/3 des Français sont pour un gouvernement qui leur impose des réformes difficiles, pourquoi n'éliraient-ils pas démocratiquement celui qui les propose ?

  • Par von straffenberg - 02/11/2015 - 17:34 - Signaler un abus sondages

    Ce que veulent les français est plus simple que çà : un Etat de droit qui sache gérer les priorités , (travail fiscalité sécurité) avec de vrais ministères régaliens , qui ait une stratégie sur la scène mondiale , un Président qui pense à la France avant de penser à son électorat .Bref toutes choses absentes .Cessez de prendre nos concitoyens pour des idiots, incultes, racistes et ingouvernables !!!!!!

  • Par Yves3531 - 02/11/2015 - 17:44 - Signaler un abus Si c'est pour se retrouver avec une buse comme Mou 1er,

    mais indéboulonnable, mille fois non merci... Le problème francais, relève plus des excès de pouvoir de ceux qui se sont érigés en contre pouvoir (syndicats fort peu representatifs et quasi mafieux, ou clique pravda-journalistique, ou autres corps intermédiaires, voire associations) qui de facto paralysent l'action légale et légitime des pouvoirs démocratiquement élus. Bref c'est d'un rééquilibrage des pouvoirs au profit de l'exécutif élu ainsi que d'une réforme assurant une vrai représentativité aux syndicats dont nous avons besoin. Accessoirement évitons d'élire des couilles molles rase-moquette.

  • Par superliberal - 02/11/2015 - 17:50 - Signaler un abus L'état doit s'occuper de ses fesses....

    Soit garantir les libertés et la sécurité...pour le reste le privé se débrouillera bien mieux que ces incompétents. Back to basic et nous nous en porterons bien mieux. Si l'état se mêle de tout c'est pour caser la noblesse républicaine et pour des intérêts particuliers. Nous n'avons pas besoin d'être administré par des parasites, fainéants, corrompus, lâches, menteurs, snobs, Parisianistes, Jacobins et j'en passe...

  • Par cremone - 02/11/2015 - 18:59 - Signaler un abus appliquer...

    appliquer simplement les lois existantes, ce serait déjà pas mal

  • Par toupoilu - 02/11/2015 - 20:42 - Signaler un abus A mon avis, ils ne veulent ni dictateur ni technocrate.

    Ils veulent quelqu'un d'assez fort pour faire plier la clique ultra minoritaire qui s'est arrogé la réalité du pouvoir contre le peuple.

  • Par Ganesha - 03/11/2015 - 07:00 - Signaler un abus Hypothèse Optimiste

    ''L'Hypothèse Optimiste'', c'est que ce sondage soit ''complètement bidon'' ! Qu'il prouve qu'un sondage peut toujours être manipulé pour donner la réponse souhaitée par ses commanditaires. Alors, on aurait posé aux français une ''question stupide'' : ''voulez-vous une dictature'' ? Et une large majorité aurait dit oui ! Je dit stupide, parce que c'est complètement irréaliste, non plausible ! Il y a une Constitution, des lois européennes… L'explication pessimiste, c'est que cela indique que les français sont ''complètement dégoûtés de la politique'' : depuis des décennies, nos gouvernements successifs ont toujours fait le contraire de leur programme : de Gaulle a donné l'indépendance à l'Algérie, Mitterrand a été contraint au ''tournant de 1983'', Chirac buvait des bières plutôt que de lutter contre la ''Fracture Sociale'', et, sommet absolu de l'infamie : le spectacle navrant de Sarko, puis de Hollande !

  • Par Ganesha - 03/11/2015 - 07:07 - Signaler un abus Chevaux de Retour

    Quelle offre politique ont actuellement les français ? Nous nous affrontons ici tous les jours dans des débats, où nous sommes (30 % ?) à déclarer placer nos espoirs dans Marine Le Pen, ou, pour quelques uns, dans une jeune vierge à peine nubile, Marion. Et 70 % qui ''n'en veulent à aucun prix'', parce que ces deux dames sont '' fille et nièce d'un Nazi'' ! Et parce que mr Phillipot est un ''Communiste avec un couteau entre les dents'' ! Mais que proposent les opposants ? Ils osent rarement émettre un autre nom : il est vrai qu'ils se sentent passablement ridicules : comment s’enthousiasmer pour des ''chevaux de retour'', qui ont déjà été au pouvoir pendant de nombreuses années, et qui ont démontré leur totale incompétence et surtout leur inefficacité !

  • Par Ganesha - 03/11/2015 - 07:11 - Signaler un abus Consternant

    Mention spéciale pour mr de Voogd, qui fait remarquer que, selon lui, ''deux tiers des français s'en sortent plutôt bien'', et qui, surtout s'ils sont de droite, se foutraient complètement d'améliorer un tant soit peu la condition de ceux qui sont moins favorisés ? Et bien-sûr, c'était inévitable, les fameuses ''réformes'' ! Je trouverais, oublié sur un siège de bus ou de métro, le livre de mr Fillon, aurais-je la curiosité de le lire ? En tout cas, on nous cite en exemple les éternelles ''tartes à la crème'' : ''la retraite à 67ans et l'abolition des 35 heures'' ! Faut-il hurler de rage, ou se tordre de rire ? Ce serait donc là les''remèdes miracles'' ? Dans une France où seuls 55% des 55-60 ans occupent un emploi ? Et faire travailler plus ceux qui ont la chance de ne pas être au chômage : consternant !

  • Par Le gorille - 03/11/2015 - 07:38 - Signaler un abus Les grenouilles qui voulaient un roi

    La Fontaine est décidément d'actualité ! Et ces mêmes grenouilles ont eu leur roi... qui se remue, qui les gobe et qui les tue... Euh ! C'est pas le cas en ce moment ?

  • Par FIGAROCB - 03/11/2015 - 09:48 - Signaler un abus VIVE L'EMPEREUR !

    C'est triste à dire, mais notre démocratie est en pleine déconfiture ! Nous sommes, à peu près, dans la même situation que sous "LE DIRECTOIRE", il nous faut donc un autre "BONAPARTE" qui puisse remettre de l'ordre avant de redonner le pouvoir au peuple grâce à nouvelle constitution et de vraies réformes de structure de notre Pays. Cela n'est pas de l'utopie, nous pouvons y croire, si les résultats des élections donnaient le F.N. gagnant sur tous les tableaux, il ne serait pas incertain que de vrais patriotes reprennent le pouvoir!!!

  • Par Bulldozer - 04/11/2015 - 03:50 - Signaler un abus ...

    Moi je veux bien un gouvernement autoritaire, mais que s'il est d'accord avec moi.

  • Par Bulldozer - 04/11/2015 - 06:12 - Signaler un abus Ce sont les hommes qui font l'histoire, pas les régimes

    En dépit d'une indéniable déconnexion, les gouvernants sont quand même le reflet de leur époque et du pays. Le gouvernement, c'est avant tout une question d'hommes. Même avec le meilleur régime du monde, si les hommes sont médiocres, leur gouvernement le sera. La IIIe République était encore plus ingouvernable, plus corrompue, plus agitée (c'est peu dire), que la Ve, ça ne l'a pas empêchée d'être le régime qui a fait de la France le phare du monde à une certaine époque, accompli le plus d'avancées et le plus durablement marqué l'histoire, la tradition politique et les institutions du pays depuis 1789. Parce que Poincaré, Clemenceau, Ferry, Jaurès, etc, qu'on les aime ou pas, étaient de grands hommes politiques. Alors que vous pouvez donner les pleins pouvoirs à vie à Hollande, il fera à peine plus, et probablement pas mieux, tout simplement parce qu'il n'est pas à la hauteur, comme le peuple, les élites, les intellectuels et les médias d'aujourd'hui.

  • Par Nicolas V - 13/03/2016 - 17:25 - Signaler un abus "Fatigués de la Democratie "?

    Nous serions donc en Democratie . On se marre. La question non posée : êtes-vous d'accord pour élire un gouvernement Democratique qui gouvernera , sur les orientations essentielles, par référendum ? Rendre la parole au peuple. Êtes-vous d'accord pour vous impliquer et prendre votre pays en main ? Oui/non On verra bien

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd enseigne l'histoire des idées politiques et la rhétorique politique à Sciences Po. Il est également formateur accrédité en "political speechwriting" au secrétariat général du Conseil des ministres européens à Bruxelles.
 

Il est l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Vincent Tournier

Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€