Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 29 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Rencontre Hollande Blair : le social libéralisme à la française a-t-il vocation à finir dans la même frénésie financière que l'ancien premier ministre britannique ?

L'icône de la "troisième voie" du social-libéralisme, Tony Blair, doit être reçu ce vendredi 11 mars par le président de la République. Presque dix ans après la fin de ses mandats, l'ancien Premier ministre britannique s'est considérablement enrichi, via des activités souvent opaques et moralement douteuses. Persona non grata au Royaume-Uni, l'ancien locataire du 10 Downing Street pourrait bien présager de l'avenir du social-libéralisme.

Pente naturelle ?

Publié le
Rencontre Hollande Blair : le social libéralisme à la française a-t-il vocation à finir dans la même frénésie financière que l'ancien premier ministre britannique ?

Atlantico : Ce vendredi 11 mars, François Hollande doit recevoir l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair. Depuis l'arrêt de l'exercice de ses mandats, qu'est devenu Tony Blair ? A en croire l'ouvrage "Blair Inc. : The Man Behind the Mask" de Francis Beckett, David Hencke et Nick Kochan, l'homme s'est considérablement enrichi… parfois pas très honnêtement. Qu'en est-il ?

Sophie Loussouarn : Lorsque Tony Blair a quitté le 10, Downing Street en juin 2007, il était contraint de démissionner face à la crise du cash for peerages, un scandale de corruption sur fond de nomination des pairs travaillistes à la chambre des Lords (pour éviter ainsi une opposition conservatrice à ses réformes).

C'est donc sur un tableau assez noir que s'est terminé le troisième mandat de Tony Blair, qui a passé la main à son ministre des Finances Gordon Brown qui, lui, n'a jamais été élu.

Quand il a quitté Downing Street, Tony Blair a été nommé représentant de l'ONU pour le Moyen-Orient mais n'a jamais véritablement exercé ses fonctions. Il s'est davantage consacré à des missions lucratives de conseil auprès du Gouvernement du Koweït ainsi que de régimes africains douteux. Il s'est également adonné à des missions de conseil pour Morgan Stanley et JP Morgan. Il a aussi créé une fondation pour le sport et une fondation pour la foi, car il s'était converti au catholicisme après son départ. Il y a donc un paradoxe entre sa volonté d'amasser de l'argent et sa conversion au catholicisme pour rejoindre son épouse Cherie Blair. Il avait attendu de quitter son poste pour se convertir, car un Premier ministre britannique se doit d'être membre de l'église anglicane…

Tony Blair est un homme à plusieurs facettes très ambivalentes. Il a eu beaucoup de succès, il a commencé comme le plus populaire des Premiers ministres et a terminé comme le plus impopulaire. Il est aujourd'hui quasiment persona non grata au Royaume-Uni. Chaque fois qu'il se prononce en faveur d'une cause, il la fait perdre ! On l'a vu lorsqu'il s'était prononcé contre Jeremy Corbyn lors de son élection à la tête du Parti travailliste. Il avait aussi soutenu David Miliband en 2010, et c'est son frère Ed qui avait été élu… Les gens font le contraire de ce que prône Tony Blair.

Il mène une vie complètement coupée de la réalité. C'est un homme qui voyage en jet privé, qui se déplace de pays en pays. C'est un nomade aujourd'hui, un conseiller itinérant qui donne des conférences mieux rémunérées que celles de Bill Clinton. Après avoir été élu à la tête du Parti travailliste en 1994, il était allé suivre la campagne électorale de Bill Clinton et s'en était inspiré pour mener sa propre campagne en 1997. Clinton a toujours été son modèle, mais il l'a dépassé désormais, il gagne plus d'argent que lui ! C'est encore la star des sommets internationaux.

Ses activités les plus contestées sont ses missions de conseil auprès de gouvernements peu démocratiques, comme le Koweït.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 12/03/2016 - 10:09 - Signaler un abus Le socialisme est une perversion...

    Et Blair-l'immigrationniste le prouve!

  • Par kaprate - 12/03/2016 - 12:45 - Signaler un abus masque...

    Cahuzac exilé fiscal chargé de contrôler les exilés, le responsable du contrôle des fraudes à Pole Emploi épinglé pour fraude aux allocations chômage, la féministe Aubry se jouant de l égalité en ouvrant des créneaux de piscine non mixtes, Moscovici creusant la dette en tant que ministre et la critiquant une fois à la commission européenne, Hollande "exemplaire" en tous points, mentant, trompant, trahissant les valeurs mêmes qui le nourrissent depuis des décennies, les chantres de l égalité qui s empiffrent, les défenseurs de la liberté qui abusent de l état d urgence, les garants de la fraternité qui se tirent dans les pattes et divisent plus que n importe qui... Des kalifs à la place des kalifs honteux qu ils honorent... Socialistes, des dictateurs en puissance derrière le masque des libérateurs et des humanistes...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sophie Loussouarn

Sophie Loussouarn est spécialiste de l’histoire politique et économique du Royaume-Uni et proche du monde politique anglo-saxon.

Voir la bio en entier

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€