Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Octobre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Scandale à la Deutsche Bank : comment les banques parviennent-elles encore à passer à travers les mailles du filet ?

La banque centrale allemande s'apprête à enquêter sur la Deutsch Bank soupçonnée, selon le Financial Times, d'avoir caché plusieurs milliards d'euros de pertes sur des dérivés de crédit pendant la crise.

Plus fort qu'on ne le croît

Publié le
Scandale à la Deutsche Bank : comment  les banques parviennent-elles encore à passer à travers les mailles du filet ?

Ce qui peut paraître surprenant, c'est que les actionnaires des banques n'imposent pas un changement drastique de modèle.  Crédit Reuters

L’enquête lancée par la Bundesbank sur la Deutsche Bank concernant des pertes abyssales que la banque aurait cachées pendant la crise financière, nous rappelle que les prises de risque excessives n’étaient pas l’apanage des banques américaines. La question n’est pas de revenir sur le passé pour savoir qui était le plus gourmand ou le plus méchant mais de savoir si les choses sont en place pour que de tels errements ne se reproduisent pas. Le durcissement de la position du régulateur actuel est manifeste : encadrement des rémunérations au niveau européen, volonté de faire porter des pertes aux créanciers et déposants des banques à Chypre, ouverture d’une enquête à la Deutsche Bank... Il serait d’ailleurs faux et dangereux de penser que la finance ne peut pas être régulée.

Pourtant, la pression du lobby bancaire ne relâche pas, la ligne de « défense » étant de continuer à faire croire que les nouvelles règles imposées aux banques ne leur permettent plus de faire le métier, qui est de financer l'économie. Ce que le régulateur semble méconnaître, c’est le rôle joué par certaines mesures de performances en place dans les banques.

La rentabilité financière comptable (ROE) reste notamment centrale dans l'allocation des ressources au sein des banques. Cela pousse les banques à chercher la rentabilité à court terme la plus forte, et à minimiser les fonds propres, fabriquant ainsi le parfait cocktail d'une prise de risque exagérée, c'est-à-dire destructrice de valeur. Dans une étude très récente avec Arthur Petit-Romec, nous apportons la preuve formelle du caractère destructeur de cette mesure de performance. Plus le ROE dans les banques était fort avant la crise, plus elles ont détruit de valeur pour les actionnaires dans la crise. Hélas, je suis effaré de voir que la manière dont la performance est mesurée dans les banques n'a pas changé d'un pouce depuis la crise financière. De manière encore plus inquiétante, le durcissement de la réglementation financière, notamment les exigences de fonds propres, a même renforcé la cristallisation sur ce type d’indicateurs. Je vois notamment une grande homogénéité dans les choix opérés par les banques face à la nouvelle donne réglementaire. Certaines activités de financement à long terme sont supprimées, détruisant des pans entiers de financements spécialisés et des emplois dans les banques. Le modèle "origination et titrisation", qui a déraillé dans la crise, est réaffirmé. Les arbitrages entre activités au sein des banques se font plus que jamais sur la base du ROE. Tout cela démontre que les incitations ne sont pas encore bien en place.

Ce qui peut paraître surprenant, c'est que les actionnaires des banques n'imposent pas un changement drastique de modèle. Une première raison est qu’ils ne comprennent pas ou sont passifs. Une deuxième raison est qu’ils sont complices, pensant encore bénéficier de la prise de risque associée à la maximisation de ce type d’indicateurs, tout en jouissant d’une protection de l’Etat en cas de crise. Le cas de Chypre est à ce titre intéressant. Une première lecture est de penser que les banques vont désormais supporter leurs pertes (dont les déposants), ce qui devrait limiter la prise de risque. Une deuxième lecture, plus réaliste, est de se souvenir que ces banques sont trop petites pour que le « too-big-too-fail » ne s’applique.

Pour revenir à un modèle de banque plus sain, le régulateur doit donc veiller aux incitations. L’augmentation des fonds propres est une bonne chose et devrait aller plus loin et plus vite. Les dividendes des banques devraient notamment être interdits tant que les banques n'ont pas fait la preuve de leur capacité à se recapitaliser. Une attention très particulière doit aussi être apportée à la manière dont les directions de banques sont rémunérées. La référence à des mesures de performance absurdes doit être combattue voire réglementée si les banques et leurs actionnaires n’apprennent pas. Des progrès ont été accomplis, souvent grâce à des personnes de bonne volonté acharnées. Du chemin reste à faire et à faire vite. Il y a un tel besoin de confiance et de justice sociale en ces temps difficiles, que les errements outranciers des banques doivent appartenir à l’histoire… au même titre que ceux des hommes politiques. Le fond a peut-être été touché.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par walküre - 05/04/2013 - 09:56 - Signaler un abus Comptabilité

    Les magouilles bancaires se basent sur la comptabilité, laquelle est fort compliquée. D'ailleurs très peu de gens sont capables de décortiquer un bilan, et encore faut-il qu'il soit sincère. Et aller au détail d'un compte financier demande du temps. C'est ainsi que les actionnaires de ces banques votent n'importe quoi, encouragés en cela par les directeurs généraux, PDG et autres grands patrons au cours d'assemblées générales qui ne sont que des théâtres de guignol. Même les commissaires aux comptes sont hors course et les représentant de l'Etat quand il y en a, sont des fonctionnaires pépères ou prenant leurs ordres dans les ministères lesquels ministères ont été auparavant briefés par lesdites banques. Il ne faut donc s'étonner de rien en ce domaine.

  • Par sbgf43 - 05/04/2013 - 10:33 - Signaler un abus Le quarté gagnant des banques

    Menteurs/ tricheurs/ voleurs./profiteurs....les 4 valeurs des banques..

  • Par Gengis - 05/04/2013 - 13:03 - Signaler un abus Dieu est un fumeur de Havane ?

    "Un riche vole un pauvre, c'est du business. Le pauvre se révolte, c'est de la violence". Dommage que je ne sois de Gauche, cette mignonne maxime m'eut servi ! -- Au final, à bien y réfléchir, les grandes valeurs humaines font fi de la dichotomie politique. N'empêche, la culture de droite invite, en principe lequel bafoué trahit un gauchiste reconverti, à s'interroger avant de vilipender la société., toute des autres que soi.

  • Par sicenetoi - 05/04/2013 - 14:31 - Signaler un abus la deutche bank ?

    Ah, ben zut ! la banque aurait dissimulé de pertes abyssales ? La finance teutonne pervertie . Et dire que l'Allemagne nous est présentée comme un modèle... PS.: que sont devenues ces pertes abyssales, personne ne nous le dit... Curieux non ? la savoir diminuerait-t-il 'aura de notre modèle ? Elle est pas belle la vie ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Moussu

Christophe Moussu est professeur de finance à l’ESCP Europe et professeur visitant au Collège d’Europe et à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Il a toujours promu une finance de long terme au service de l’économie réelle.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€