Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les raisons pour lesquelles Hillary Clinton est soupçonnée d’être manipulée par Goldman Sachs

Désignée comme la candidate officielle des démocrates, Hillary Clinton se retrouve face à de terrifiantes campagnes de dénigrement. La dernière en date : celle qui la soupçonne d’être tenue par Goldman Sachs.

Atlantico Business

Publié le
Les raisons pour lesquelles Hillary Clinton est soupçonnée d’être manipulée par Goldman Sachs

Hillary Clinton est comme tous les candidats, elle passe à la lessiveuse pour reprendre le langage des équipes de campagne. Et elle apparaît sévèrement secouée. Il faut dire qu'elle est particulièrement ciblée.

Les campagnes présidentielles américaines n'ont rien d'un parcours de santé pour Bisounours désœuvrés ou romantiques. Tous les coups sont permis, y compris les plus sordides et les plus violents.

Hillary Clinton a été soupçonnée de tout et n'importe quoi : son laxisme pervers dans la gestion des faiblesses sexuelles de son mari, ses imprudences quant à l'utilisation de mails privés pour correspondre sur des faits touchant à la sécurité du pays, son arrivisme forcené, sa cupidité apparue après le départ de Bill Clinton de la Maison Blanche, sa gestion pas très rigoureuse de la fondation qu'elle a fondée avec son mari et last but not least, ses relations ambiguës avec la banque Goldman Sachs qui l'aurait grassement payée pour des conseils et des conférences - ce qui entache son intégrité et sa droiture.

Cette rumeur court dans les rues de New York depuis quelques semaines et s'avère particulièrement pernicieuse. 

La démocratie américaine n'a jamais fait de cadeaux à tous ceux qui voulaient s'y frotter pour accéder au pouvoir. Tous les présidents américains ont essuyé des tempêtes terribles. Parfois, ils tombent de cheval en plein course comme Richard Nixon. Parfois, ils en sortent grandis. Steven Spielberg a accusé et démontré qu'Abraham Lincoln avait dû se livrer à un tas de manœuvres nauséabondes et financières pour obtenir une majorité capable de voter l'abolition de l'esclavage, mais qu'il n'avait pas pour autant abîmé son image de président américain.

Hillary Clinton est comme tous les candidats, elle passe à la lessiveuse pour reprendre le langage des équipes de campagne. Et elle apparaît sévèrement secouée. Il faut dire qu'elle est particulièrement ciblée. 

D'abord parce que c'est une femme et que pour la première fois, une femme est en position de prendre la présidence des Etats-Unis. Le pays a beau être celui de la modernité, il reste encore très conservateur. L'arrivée d'une femme serait presque plus innovant que ne le fut l'arrivée d'un Noir.

Ensuite, parce qu'Hillary Clinton n'a pas un charisme de folie et surtout ne dégage pas une empathie délirante. D'autant que son bilan en politique étrangère dans l'équipe Obama ne laissera pas une trace exceptionnelle.

Enfin, parce que son adversaire ne fait pas dans la dentelle. Donald Trump n'est pas un modèle de distinction, et d'élégance a fortiori avec les femmes. 

L'arrivée de Goldman Sachs dans le débat va prendre une dimension particulière parce que c'est Goldman Sachs et que Goldman reste qu'on le veuille ou non, l'ennemi public numéro 1.

Goldman est une énorme banque d'investissement et de marché, mais son impact et son image va bien au-delà. Pour beaucoup, c'est "la Firme" dont le cinéma a mille fois démontré l'influence. Pour beaucoup, Goldman abrite l'une des sectes les plus puissantes du monde, capable de tricoter ou de détricoter des empires industriels, d'apporter des financements à des pays fragiles et de les mettre à genoux pour qu'ils remboursent.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 28/07/2016 - 10:07 - Signaler un abus Anti-sémitisme ou anti-protestantisme?

    Si dire que "Goldmann-Sachs est d'essence juive" est antisemite, alors, dire que "Lehmann Brothers était d'essence protestante" aurait dû être anti-protestant, non?...

  • Par Labarthe - 28/07/2016 - 10:10 - Signaler un abus L'idéologie libérale libertarienne....

    Vous ne démontrez pas que ces liens n'existent pas. Tous les gens que vous citez sont des représentant de l'idéologie libérale libertarienne qui est a l'œuvre depuis plus de trente ans aux États Unis et qui est en train de détruire les peuples d'occident: l'individu seul devant l'hyper capitalisme financier. Derrière cette idéologie la grande finance avec des Goldman Sachs, des Soros et sans doute une Hillary Clintontc....Pour arriver à leurs fins, ils ont pendant longtemps manipulé l'extrême gauche et maintenant ils jouent sur l'islamisme.

  • Par cloette - 28/07/2016 - 19:56 - Signaler un abus Ça se voit sur son visage

    Qu'elle est ..... Et qu'elle est ....... , regardez la !

  • Par Deudeuche - 28/07/2016 - 21:23 - Signaler un abus @labatthe

    Oui tout à fait!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€