Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Prof d’histoire en banlieue : “pour certains élèves, la liberté d’expression est un accessoire de bourgeois”

Plusieurs professeurs ont fait face à des comportements hostiles à Charlie Hebdo et à des remarques bien loin des valeurs que tente de leur inculquer l’Éducation nationale, après les attentats de cette semaine.

Y'a du boulot

Publié le - Mis à jour le 16 Janvier 2015
Prof d’histoire en banlieue : “pour certains élèves, la liberté d’expression est un accessoire de bourgeois”

Plusieurs enseignants ont fait face à des élèves qui ne voulaient pas rendre hommage à Charlie Hebdo (photo d'archive). Crédit Reuters

Atlantico : L’attentat contre Charlie Hebdo a eu lieu mercredi en fin de matinée. A partir de quel moment avez-vous commencé à entendre des réactions ?

Le lycée ferme à midi le mercredi, pour les activités sportives. J’étais donc absente le mercredi après-midi.

Mais le lendemain, une minute de silence était proposée. Je ne l’ai pas faite en classe. Très honnêtement, il s’agissait plus d’une question logistique : les cours se terminent à 11h55 et la minute de silence était prévue à midi.

Il aurait donc fallu garder les élèves quelques minutes de plus, et je m’attendais à un refus, tout simplement.

Par contre, j’ai prévu d’en parler dans deux classes différentes, puisque ça rejoint le programme de français sur la liberté de la presse et la construction de l’information. J’ai trouvé qu’il fallait travailler une heure entière là-dessus plutôt que de faire une minute de silence. Et là, j’ai eu des réactions, disons… compliquées à gérer.

J’ai tenté l’expérience dans des classes de seconde et terminale, en filière professionnelle.

A lire aussi : "Je n'ai aucune compassion pour les personnes qui sont mortes et qui dessinaient le prophète"

Comment avez-vous introduit le sujet ?

En seconde, j’ai essayé de le ranger dans le programme, avec la problématique "peut-on vivre dans un monde où l’on ne peut pas s’informer ?" Je leur ai photocopié la première page du Parisien, je leur ai fait lire l’édito, nous avons étudié la façon dont c’était écrit, et chacun a pu me dire comment il avait vécu les évènements de la veille. J’ai été très surprise de voir que tout de suite, ils se sont mis à comparer avec des réactions qui n’ont pas eu lieu suite à des évènements en Palestine, en Syrie, etc.

L'édito, très opposé aux attentats les a vraiment choqués, ils y ont vu une attaque contre tous les musulmans. J'ai passé l'heure à expliquer qu'il ne s'agissait pas d'une guerre des civilisations entre chrétiens et musulmans, mais ils n'écoutaient pas vraiment cette opinion. Ils sont obsédés par les juifs, croient qu'ils ont le contrôle des médias, et rejettent tout ce que l'on peut trouver dans la presse traditionnelle.

Avez-vous pu ramener le débat sur la question de la liberté de la presse ?

Il y a eu un gros souci, plus de génération je pense. Ça m’est difficile de répéter leurs propos, mais l’idée était qu’on ne touche pas à la religion. Les plus virulents ont pu dire que lorsqu’on provoque, voilà ce qui se passe.

Il y avait une légitimisation de l’acte ?

De la part des plus virulents, oui.  Mais les autres, qui sont plus calmes et s’expriment moins fort mais existent aussi, m’ont posé des questions sur le passé de Charlie Hebdo. Ils m’ont demandé si la voie juridique avait déjà été utilisée, puisqu’ils pensaient qu’un procès aurait été plus approprié. Je leur ai donc parlé de celui qui a eu lieu.

Quand je leur ai appris que le procès avait eu lieu, ils ont été surpris par la relaxe dont avait bénéficié le magazine. Ils ne s’attendaient à ce que ça soit autorisé, légitimé par la justice de leur pays. Je les ai sentis assez désemparés.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par victor51 - 11/01/2015 - 10:41 - Signaler un abus Censuré!

    Malheureusement ce genre d'articles et de témoignages ne passent dans les médias bien pensants et assainis. Se voiler la face et ne pas rechercher des solutions est le lieu commun des politiques et de leurs médias asservis.

  • Par Benvoyons - 11/01/2015 - 11:58 - Signaler un abus Aujourd'hui c'est la Fête de la nouvelle invention Française

    l'échelle à degré dans la connerie. Problème les dessinateurs ne l'ont pas prévu assez solide et ils en sont tombés en l’inaugurant. Ils n'ont pas réussi a allez aussi loin que prévu par eux pour voir ce qu'il y avait au dessus. Bon ils auraient trouvé la Gauche applaudissant à tout rompre et marchant sur les corps des innocents qui n'avaient eux rien demandé. La Gauche est allée voir les familles des innocents pour qu'elles participent à l'édification du Panthéon Charlie Hebdo mais tout de même les morts innocents et leurs familles en dehors de ce Panthéon Journalistique.; Ils ne font pas parti du même Monde il y a un immense respect pour les initiateurs de cette belle mort. Mais pas, tout de même pour les morts innocentes. Tout le Monde ne peut être précurseur à l'échelle. Maintenant paix aux âmes des vrais innocents! Grande réussite Française tout de même car cette échelle elle s'exporte en Allemagne, au Canada etc; Heureusement il y a quelques médias qui eux ont compris qu'un minimum de respect ne nuit pas. même pas à la Liberté de pensée puisque le respect est sa base!

  • Par Benvoyons - 11/01/2015 - 12:10 - Signaler un abus Pour l'anonyme

    Heureusement il y a quelques médias Anglo Saxon qui eux ont compris qu'un minimum de respect ne nuit pas. Même pas à la Liberté de pensée ni pour celle de la presse puisque le respect est sa base!

  • Par Eolian - 11/01/2015 - 12:21 - Signaler un abus On est vraiment en plein 1984

    Même plus liberté de penser.

  • Par Benvoyons - 11/01/2015 - 12:37 - Signaler un abus Ou est votre liberté de pensée??? censure votre méthode!

    La Gauche surprise que des jeunes puissent penser! En effet il y a du boulot pour réapprendre aux profs comment débattre d'un sujet! Comment peut faire un prof qui déjà n'a pas compris la Liberté de pensée????? Si la discussion doit ce terminer que la pensée du prof est la seule digne d'être écouté et que le prof doit tout faire pour que l'ensemble des élèves soient d'accord avec elle ! L'on peut comprendre avec de telles aficionados de prof et bien que les jeunes rejettent l'école et tout ces soi-disant intellectuels. Aristote doit bien rigoler de tant d'ignorance !

  • Par vangog - 11/01/2015 - 14:52 - Signaler un abus Les professeurs sont largués! Pourquoi?

    Parcequ'ils ont soigneusement évacué les valeurs Républicaines de leur enseignement. Ils croient pouvoir manipuler les consciences des jeunes (ce qui est déjà une illusion proprement gauchiste..), sans affirmer, avec force, les valeurs de l'humanisme et de la République. Or, ces valeurs ne souffrent pas de compromis foireux. On ne peut discuter pour savoir celles qui sont bonnes ( pour la gauche, l'Amour et la Vie), celles qui sont mauvaises ( pour la gauche, la Liberté et le Possession), car elles sont toutes égales et indivisibles. Force d'avoir privilégié les deux premières valeurs dans leur éducation des esprits, les profs gauchistes sont confrontes à l'impuissance de faire admettre la Liberté d'expression. Mais c'est bien faute de l'avoir galvaudée, pendant toutes ces années, en lui donnant une fonction essentiellement favorable aux valeurs de gauche.

  • Par vangog - 11/01/2015 - 14:56 - Signaler un abus La Liberté a été galvaudée par la gauche, pendant des années...

    et elle vient, aujourd'hui, tenter de manipuler les enfants, en mettant en avant cette Liberté a laquelle elle n'a jamais cru, qu'elle n'a jamais préservé dans les institutions et les lois....Ces profs ne se sont pas indignés contre les multiples entailles de la gauche à la Liberté, noyautage des médias, pensée unique, stigmatisation et diabolisation des opposants...et ils viennent aujourd'hui, faisant mine de se battre pour une valeur qu'ils n'ont jamais défendue! Les enfants ont beau-jeu de leur répondre par la Liberté de défense d'une religion, par la loi du Talion et par le donnant-donnant...ce qu'a pratiqué la gauche pendant des années...Bien-fait pour eux!

  • Par Benvoyons - 11/01/2015 - 16:02 - Signaler un abus Charlie Hebdo a tué la Philosophie d'Aristote!

    Aristote philosophe Athée, mais qui respectait les religions de son époque et qui disait aussi que la religion était nécessaire à la bonne marche des peuples. Comme quoi l'intelligence des hommes n'est plus de se monde. Donc madame la Prof anonyme et bien refaite vos études et plus particulièrement sur Aristote qui vous éclairera certainement pour vos prochains débats. Sans respect des autres la Liberté de pensée mais toutes les Libertés ne sont possibles. Vos élèves sont en avance sur vous car finalement ils vous parlaient de respect car justement c'est la base le socle de toutes possibilités de Liberté et vous ne lavait pas compris, dommage pour vous.

  • Par Outre-Vosges - 11/01/2015 - 17:26 - Signaler un abus Peut-on attendre autre chose d’un pareil établissement ?

    Comme si des élèves d’un lycée professionnel étaient là pour travailler ! Comme si des petits musulmans pouvaient comprendre quelque chose à l’histoire alors que la notion de progrès leur est tout à fait étrangère ! Pour eux la perfection a déjà été atteinte avec Mahomet et, si l’on doit faire un effort, c’est pour essayer de revenir à cette époque. J’aurais éventuellement de la compassion pour madame Anne Onyme mais, si elle adhère de surcroit à un syndicat de gauche (ils sont majoritaires de façon écrasante dans l’Éducation nationale), je ne peux plus éprouver pour elle le moindre sentiment de pitié car elle a eu ce qu’elle a voulu.

  • Par toupoilu - 11/01/2015 - 18:32 - Signaler un abus Ce qui me surprend,

    ce sont les infinies précautions qu'utilisent cette prof pour essayer de parler a ses élèves, "subrepticement", "trouver des lucarnes", etc. Je ne lui jette pas la pierre, mais ça fait peur.

  • Par langue de pivert - 11/01/2015 - 18:55 - Signaler un abus Génération ? J'crois pas non !

    "Il y a eu un gros souci, plus de génération je pense. Ça m’est difficile de répéter leurs propos, mais l’idée était qu’on ne touche pas à la religion. Les plus virulents ont pu dire que lorsqu’on provoque, voilà ce qui se passe." Le représentant officiel de la secte islamiste en France laissait entendre la même chose cette semaine sûr je sais plus quel plateau de télé ! En gros et de mémoire "quand Charlie Hebdo a sorti les caricatures nous avons respecté les lois républicaines, nous avons porté plainte, nous avons été débouté. Nous en sommes resté là...) Trop malin pour dire "voila ce qui arrive" mais il l'a pensé très fort ! La fatwa a pris le relais et il est resté là aussi ! ☺ Si la république autorise le blasphème la charia prend le relais et c'est bien là le problème !

  • Par cloette - 11/01/2015 - 19:31 - Signaler un abus Aristote

    Peut-être aurait-Il aurait conseillé un aumônier, un rabbin, et un clergé musulman dans les établissements scolaires pour une heure par semaine ou quinzaine , en lieu et place de l'animateur en activité créative d'éveil comme le rap ( par exemple ) ?

  • Par pale rider - 11/01/2015 - 20:17 - Signaler un abus Pathétique cette prof

    Il est loin le temps où les profs s interdisaient toute politique en classe.... il est vrai qu a l epoque ils etaient la pour instruire. et les voilà ces gros couillons qui se font renvoyer à la figure leur moraline à deux balles. Les pauvres choux , ça fait 40 ans qu ils tentent de formater les esprits et la patatras ça ne marche pas .... Ah bon elle est surprise de constater un fossé , pauvrette , c est bien de découvrir la roue , mais c est un peu tard ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anne Onyme

L'auteur de ce témoignage, qui préfère rester anonyme, est professeur d'histoire dans un lycée professionnel de la commune du Raincy (Seine-Saint-Denis).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€