Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le prix de la lâcheté : ce redoutable effet boomerang qui menace une France prête à brader son héritage chrétien pour de très mauvaises raisons

Le Conseil d'Etat a définitivement jugé que la crèche de Noël installée en 2014 à l'Hôtel de ville de Béziers était bel et bien illégale. Un nouvel exemple, après l'affaire de la croix à Ploërmel, du retour de positions jugées par certains trop "laïcardes".

Retour de baton

Publié le
Le prix de la lâcheté : ce redoutable effet boomerang qui menace une France prête à brader son héritage chrétien pour de très mauvaises raisons

Atlantico : Le Conseil d'Etat a définitivement interdit l'installation d'une crèche dans un établissement public  "sauf si des circonstances particulières montrent que cette installation présente un caractère culturel, artistique ou festif" - ce qui semble paradoxal, une crèche de Noël étant précisément culturelle, artistique et festive. De quelle vision de la laïcité témoigne cette interdiction ? Si on pense aussi à l'affaire de la croix retirée d'une statue ou d'un bâtiment administratif, qu'est-ce qui explique ce regain de positions jugées par certains comme "laïcardes" en France ? 

Philippe d’Iribarne : Il ne faut pas sous-estimer la difficulté devant laquelle nous nous trouvons.

Nous avons à faire le raccord entre la théorie politique qui nous inspire et notre réalité historique, sociale et culturelle.  D’un côté notre théorie politique veut que nous ayons affaire à une société qui ne doit rien à aucune religion particulière et qui respecte de manière égale les droits de tous ses citoyens en matière de liberté religieuse. La catégorie de « religion » est supposée fournir une appréhension satisfaisante de réalités aussi diverses que le christianisme, l’islam, le bouddhisme, etc. Notre droit est marqué par une telle vision et celle-ci est défendue par des instances telles que la Cour européenne des droits de l’homme. De l’autre on a affaire à une société profondément marquée par une histoire et des repères chrétiens qui font partie de son identité. De plus, l’islam n’est que très partiellement une « religion » au sens où nous  l’entendons, mais une réalité sociale porteuse d’un projet politique de contrôle des populations et des territoires qui met en cause la vie des sociétés démocratiques. Face à la difficulté à faire ce raccord entre théorie et réalité, les politiques hésitent, louvoient, essayent de concilier l’inconciliable. Le regain des positions « laïcardes » doit être compris dans ce contexte.

Bertrand Vergely : Dans l’affaire que vous évoquez et qui concerne la ville de Béziers dont Robert Ménard député Front National, est le maire, difficile de ne pas voir là un geste politique à l’encontre de Robert Ménard. La situation est par ailleurs délicate. La crèche de Béziers était-elle une coutume locale de longue date ou une installation récente avec des arrière-pensées ? D’une façon générale, la crèche fait partie du folklore dans lequel elle revêt une signification à la fois chrétienne, populaire et coutumière. Si on la trouve dans les églises, on la trouve un peu partout selon la sensibilité propre à chaque ville, petite ville ou village. Les boulangeries ou les grands magasins ont affiché ou affichent des crèches à Noël et des œufs à pâques.  À l’Élysée, (il y a ?) il y avait le traditionnel sapin de Noël avec les cadeaux pour les enfants du personnel.  Jusqu’à présent, la sagesse des gouvernements, même socialistes et « laïques » était d’accepter la cohabitation entre la laïcité républicaine et le passé chrétien, populaire et chrétien. La laïcité républicaine sortait grandie de ce respect Elle, qui se réclame de la tolérance, en faisait preuve. Elle, qui se voulait pacifique, faisait preuve de paix. Elle en recevait les bénéfices en étant d’autant plus respectée et respectable qu’elle était respectueuse. Aujourd’hui, les choses changent. La laïcité a décidé de faire du zèle en se montrant tatillonne, sourcilleuse, légaliste, fondamentaliste et intégriste. Résultat, elle devient bête et dangereuse. Là où il y avait un équilibre fait de bon sens règne désormais la méfiance, le soupçon, les arrière-pensées, la malveillance. On voit le mal là où auparavant il n’y en avait pas. On crée une sale ambiance en compliquant inutilement les choses. On allume les feux de la discorde.  Très curieusement, la laïcité agit comme l’intégrisme islamiste qu’elle récuse. Comme lui, elle a décidé de faire une fixation sur les signes. Ici, ce sont les femmes que l’on voile en faisant du voile un abcès  de fixation. Là, c’est le religieux et notamment le christianisme que l’on a décidé de voiler en faisant de ce voile également un abcès de fixation. « Cachez ce sein que je ne saurai voir » dit Tartuffe le héros de Molière. « Cachez cette religion et ce christianisme que je ne sauri voir »,  disent nos modernes Tartuffe. Du coup, autre paradoxe, cette laïcité intransigeante et sourcilleuse finit par donner aux crèches une importance qu’elles n’avaient pas en les transformant en enjeu politique. Quelle vision de la laïcité derrière cette interdiction des crèches dans l’espace public ? J’ai bien peur qu’i n’y en ait aucune. Comment expliquer cette résurgence d’un laïcisme vengeur et haineux ? Par l’aveuglement administratif, juridique et idéologique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 12/11/2017 - 10:11 - Signaler un abus les oeufs de Pâques

    vont ne vont pas poser problème car en chocolat bons pour le commerce, pourtant c'est le symbole le plus religieux de tous . Chocolatiers, faites des crèches et des petits Jésus en chocolat !

  • Par bern4243 - 12/11/2017 - 10:45 - Signaler un abus la justice sait bien juger et nous prend pour des C...

    La cour d’assises de Seine-et-Marne a estimé que le viol d’une mineure de 11 ans par un homme de 22 ans au moment des faits n’était pas caractérisé. La contrainte, la menace, la violence et la surprise” ne sont pas “établis” ont conclu après deux jours d’audience les jurés de la cour d’assises de Meaux, qui devaient se prononcer sur une affaire de relation sexuelle entre une mineure de 11 ans, qui était tombé enceinte, et un homme de 22 ans, en 2009, l’homme est acquitté. “Ma cliente est traumatisée” et pourtant c'est elle qui a été "violée"

  • Par Bobby Watson - 12/11/2017 - 10:47 - Signaler un abus Le conseil d'Etat

    La question qui se pose: quelle est la légitimité du Conseil d'Etat qui avalise le burkini et interdit la statue de Jean-Paul II ? Comment se font les nominations de cette institution qui se pose en censeur de notre société. Y-a-t-il eu une prise en otage par le lobby islamo-gauchiste ? François Hollande se vantait un jour d'être rétribué à ne rien faire... Les intervenants pourraient-ils nous éclairer ?

  • Par assougoudrel - 12/11/2017 - 11:00 - Signaler un abus Par contre certains peuvent

    bloquer une rue pour prier rien que pour faire chier le monde et c'est accepté. Nous sommes cernés par des élus et des juges cons et qui montent à l'assaut en braillant comme les débiles prosternés, priant dans les rues.

  • Par Citoyen-libre - 12/11/2017 - 11:44 - Signaler un abus Une interrogation

    Pourquoi les français, dans leur grande majorité sont individuellement souvent courageux, volontaires et de bon sens, et pourquoi de manière collective, nous apparaissons souvent comme un peuple de lâches, incapable d''affirmer et défendre ses valeurs ? 1940, la guerre d'Algérie, l'ont hélas prouvé. Il existe un peuple allemand, un peuple anglais, un peuple américain, un peuple russe, etc, mais il n'existe pas un peuple français. Pourquoi ?

  • Par kelenborn - 12/11/2017 - 11:56 - Signaler un abus Oui

    Il ne faut pas oublier que cette question commence avec l'affaire de Creil quand Jospin est ministre de l'EN. On a délibérément placé la question du voile sur le terrain de la laïcité, simplement pour ne pas mettre en cause l'islam (religion de cons selon Houellebecq). Le piège s'est refermé alors qu'il aurait fallu le poser ( comme l'on fait quelques rares-E.Badinter par exemple) sur le terrain des droits de l'homme. On a ainsi banalisé l'Islam en en faisant une religion comme les autres ( voir les élcucubrations des islamo-collabos pour montrer que la Bible est aussi violente que le Coran ! Au surplus, il n'est pas besoin d'aller invoquer ces histoires de racines chrétiennes vites taxées de discriminatoires. Il n'est nul besoin d'être politologue pour savoir que la démocratie, telle qu'elle a été inventée en OcciLent a trois racines: la philosophie greco latine, le christianisme et les lumières et, en aucun cas l'Islam religion de l'obscurantisme,de la décapitation et de la lapidation! Tout cela est dans le socle de la déclaration des droits à laquelle le conseil constitutionnel a reconnu valeur constitutionnelle!

  • Par Jamar - 12/11/2017 - 15:08 - Signaler un abus La Croix...

    Nous vivons le temps d'une crise morale, culturelle et spirituelle sans précédent. Veuille le Ciel nous envoyer un peu de sa Lumière !... Jamar.

  • Par vangog - 12/11/2017 - 16:05 - Signaler un abus L’occident en marche avec les moutons de Panurge?...

    Le choix qui s’offre à l’Occident est simple! Abandonner toutes ses constructions historiques, fondées sur son héritage latino-Chrétien et marcher avec les faux-culs à la De Rugy, vers le gouffre de l'incompétence et de la compromission morbide avec l’islam, ou se révolter avec les patriotes européens! il n’y a plus à tortiller...

  • Par Deudeuche - 12/11/2017 - 17:21 - Signaler un abus Confusion entre laïcité et

    Athéisme d’Etat, un vieux problème français.

  • Par zen-gzr-28 - 12/11/2017 - 17:31 - Signaler un abus Le prix de la lâcheté

    Nous sommes lâches, tous autant que nous sommes et nous paierons le prix fort. Ex : combien de citoyens ont écrit à leur député pour faire part de leur désaccord total avec les prières dans les rues 1 jour par semaine, encadrées qui plus est, par les forces de police ?

  • Par zen-gzr-28 - 12/11/2017 - 17:31 - Signaler un abus Le prix de la lâcheté

    Nous sommes lâches, tous autant que nous sommes et nous paierons le prix fort. Ex : combien de citoyens ont écrit à leur député pour faire part de leur désaccord total avec les prières dans les rues 1 jour par semaine, encadrées qui plus est, par les forces de police ?

  • Par Liberte5 - 12/11/2017 - 18:31 - Signaler un abus Des magistrats qui maintenant décident à la place du peuple.

    C'est ainsi la justice, le conseil d’État, le conseil constitutionnel, la cour de justice européenne etc. disent ce que nous devons faire ou pas. C'est à un véritable coup d'état rampant que toutes ces justices ont peu à peu installées. C'est à dire que les peuples peuvent élire leurs représentants, ceux ci en définitive devront passer sous les fourches caudines de ces différentes institutions judiciaires. Un référendum où une majorité demanderait la fin du regroupement familial, serait retoqué. Cela s'appelle un système totalitaire.

  • Par Pharamond - 12/11/2017 - 19:33 - Signaler un abus Référendum

    Le droit est là pour corriger un désavantage de l'un par rapport à un autre. Qui est lésé par cette crèche? Plus généralement,sur de tels sujet,le référendum s'impose.

  • Par Deudeuche - 12/11/2017 - 21:40 - Signaler un abus Tout le monde le sait

    Justice et franc-maçonnerie, institution anti judéo-chrétienne sont un seul bloc.

  • Par Poussard Gérard - 12/11/2017 - 22:09 - Signaler un abus Supprimons le conseil d'état qui

    Detruit notre histoire, notre civilisation greco romaine, nos racibes judeo chrétiennes en un mot notre culture. ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe d'Iribarne

Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment travaillé pour le Secrétariat général de la présidence de la République.

Voir la bio en entier

Bertrand Vergely

Bertrand Vergely est philosophe et théologien.

Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€