Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi la France est bien plus proche d'une chute à la grecque que l’Espagne ou l’Italie

Croissance, chômage, moral des entreprises, consommation : tous les voyants de l'économie française sont au rouge. Le pays sous-estime-t-il la gravité de sa situation ?

A qui le tour ?

Publié le
Pourquoi la France est bien plus proche d'une chute à la grecque que l’Espagne ou l’Italie

"le problème de la France est le poids de son service public et de la redistribution". Crédit Reuters

Atlantico : L'Insee prévoit une croissance presque nulle pour l'économie française au moins jusqu'à la fin du mois de juin, les indices PMI flash de Markit (qui dressent un panorama de l'activité économique) font état de la plus forte chute depuis quatre ans, le tout sur fond de crise chypriote. Faute de croissance, le chômage pourrait atteindre 10,6% en juin selon l'Insee , qui prévoit aussi une stagnation de la consommation - un des moteurs phares de la croissance française - au premier trimestre avant un léger rebond (+0,1%) au second.

Résultat, 9 chefs d'entreprises sur 10 ne sont pas confiants, selon un sondage Vivavoice/CCI France/Les Echos/Radio Classique. La France sous-estime-t-elle la gravité de sa situation ? Peut-elle connaitre, à son niveau et avec ses caractéristiques, une grave crise économique comme l'a connu la Grèce ?

Jean-Paul Betbèze : La réponse est oui : nous sous-estimons la gravité de la situation, car ce qui se passe échappe à nos mesures. La France n’a plus de croissance depuis quelques mois, précisément depuis le moment où l’inquiétude est revenue sur la zone euro, avec l’Italie, et la France, avec en sus les annonces d’augmentations d’impôts venant d’ici. Les anticipations des Français ont été durement affectées depuis et ne se relèvent pas. Et les nouvelles qui nous viennent d’Italie et maintenant de Chypre n’aident évidemment pas. Ce qui est en jeu, c’est le moral. Le moral des entrepreneurs, avec moins de stocks et aussi moins d’investissement, et on voit ce qui se passe avec la décélération du crédit, notamment aux petites et moyennes entreprises, le moral des ménages, et on voit la chute de la construction, et aussi le freinage de la consommation.

Ce moral est essentiel, en liaison avec ce qui se passe ailleurs, avec les impôts, avec le chômage. En même temps, et ceci échappe encore plus aux statistiques, tous les agents économiques sont plus aux aguets et réactifs que jamais. La volatilité est entrée plus encore dans les esprits et dans les comportements, avec un raccourcissement des horizons. C’est ce qui est très grave, avec un risque de sur-réaction, si les nouvelles ne sont pas bonnes dans les semaines qui viennent, ou les messages, ou les rumeurs.

Guy Martin : Je ne crois pas que la France sous-estime la gravite de la situation, pas plus ses dirigeants que ses habitants. Lors de la campagne présidentielle il y a un an déjà, François Langlet opposait au candidat Hollande la fantaisie de ses prévisions de croissance a 0,8%; ce à quoi l’intéressé avait répondu du bout des lèvres : de toute manière, s’il n’y a pas de croissance nous n’y arriverons pas, et de répéter comme à lui-même, nous n’y arriverons pas.  Vous voyez, tout était dit il a déjà un an. Le reste n’est que du bruit.

La France traverse déjà une grave crise économique et la question n’est pas tant si elle risque un choque encore plus grave mais quand celui-ci arrivera. La comparaison avec la Grèce s’arrête là. La Grèce est un Etat voyou qui a falsifié ses comptes pour entrer dans l’euro et mis en place une économie de la corruption qui n’a aucune mesure avec ce que nous pouvons connaitre en France. Il faut ajouter à cela un marché noir qui pèse près d’un tiers de son économie. C’est autant de rentrées fiscales qui passent à la barbe d’Athènes. Malgré les idées reçues, l’économie souterraine est très peu développée en France qui est plus vertueuse que l’Allemagne dans ce domaine !

Non, le problème de la France est au contraire le poids de son service public et de la redistribution. Pendant de nombreuses années nous avons financé les excès de celui-ci par la dette et entretenu l’illusion que nous pouvions nous permettre des assurances généreuses et un service publique pléthorique. Ce que nous réalisons aujourd’hui c’est que nous sommes incapable de porter ce poids par nous-même et que 40 milliards d’euros d’impôts nouveaux sont en train de mettre les entreprises autant que les particuliers à genou.

Mais là encore, il n’y a guère de surprise. Le principe de l’Etat providence et de la sécurité sociale a été théorisé en 1942 dans le rapport Beveridge, au Royaume-Uni. Or il y a eu un second rapport Beveridge en 1950 qui précisait que le modèle d’Etat providence n’était viable que dans une économie de plein emploi… cela fait très longtemps que la France n’est plus une société de plein emploi.

Aussi, la question qui se pose à nous depuis 25 ans et de manière urgente aujourd’hui est celle de la refondation de l’Etat providence. Or syndicats, fonctionnaires et de nombreux français ne sont pas près a cela et les politiques le savent… faute de réforme cela sera donc la chute.

Il suffit d’une hausse des taux d’intérêts de la dette française, d’une contraction un peu plus marquée de l’économie ou encore un effondrement  des administrations locales (dont les finances se sont très dégradées avec la crise et la faillite de Dexia). Chacun de ces évènements pourrait arriver dans les 6 prochains mois et déclencher un vent de panique en France et dans le monde.

Pascal de Lima : La France ne connaîtra pas de crise telle que l'a connue la Grèce. Céder à la panique des marchés ou à la défiance des chefs d'entreprise est la même erreur que d'avoir un excès de confiance. La question en soulève deux autres :
a. Les erreurs de prévision jouent-elles un rôle dans l'enfoncement de la situation économique ?
b. Quel diagnostic peut-on faire de la situation française par rapport à son chômage ?

Sur le point (a), il me semble que les erreurs de prévision contraignent les gouvernements à réajuster constamment leur plan d'austérité ou de rigueur. La prévision n'est pas un exercice facile et la confrontation avec la réalité decrédibilise les orientations de la politique économique. Chaque année, les objectifs a priori risquent de ne pas être atteints, comme le déficit public à 3% pour l'année 2013 en France, parce que les prévisions produisent un écart à la réalité. On sous estime constamment les effets récessifs des plans d'austérité, ce d'autant plus qu'ils sont conjoints. 

Sur le point (b) et la question du chômage en France, il faut comprendre que la France est dans un chômage non pas keynésien mais classique, contrairement à l'Italie et l'Espagne et même la Grèce. Un chômage keynésien se caractérise pas un excès d'offre de biens sur la demande et un chômage. Un chômage classique se caractérise par un excès de demande de biens par rapport à l'offre et un chômage. Ceci est confirmé par certains indicateurs comme la profitabilité des entreprises, la demande de services et la balance courante (au cours des dix dernières années).

Du coté chômage, il faut donc taper sur l'offre et la compétitivité des entreprises en passant par le marché du travail. il me semble très modestement que l'internationalisation des PME TPE, l'allègement des cotisations, le business friendly etc...sont de meilleures mesures que de taper sur le coût unitaire de production par une flexibilité des ajustements salariaux au cycle. D'ailleurs, j'insiste sur cette mesure de l'accord emploi qui consiste à vouloir ajuster les salaires en fonction du cycle. Mesure très dangereuse car il y a toujours une bonne raison de dire que le cycle va mal. Enfin on encre dans le marbre l'idée que la précarité du marché du travail est une réalité bientôt juridique. Soit on propose des vrais jobs avec des vrais métiers, soit on a rien à proposer mais laisser s'engouffrer certains patrons dans la brèche de la flexibilité salariale en fonction du cycle est extrêmement dangereux.

Pour résumer, la crise française tient à un excès de demande de biens et service. Il faut donc conjointement augmenter l'offre de préférence, et éviter de jouer sur les salaires qui comme votre question le dit, jouerait sur la consommation. Il vaut mieux en France que l'offre rejoigne la demande que l'inverse par la baisse de la demande.

Un autre point est que la cause des symptômes du mal français (dette privée, dette publique, balance commerciale) vient d'une exploitation inadéquate de ses avantages comparatifs naturels du fait de défaillances structurelles. La France a un nombre incalculable d'avantages comparatifs naturels qui n'émergent pas à cause des rigidité structurelles. De plus elle est coincée entre l'Allemagne qui lui prend les parts de marché du haut de gamme et la Chine qui lui prend les part de marché du bas de gamme.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par papillom - 25/03/2013 - 08:50 - Signaler un abus 1933 en France ? est-ce possible ?

    chômage important banques en faillite syndicats demandant la révolution élections qui dévoilent une alliance croissante entre front NATIONAL et électeurs SOCIALISTES .... de facto un parti "national-socialiste' avec des tribuns LE PEN MELENCHON DUPONT AIGNAN ... qui nous demandant de rompre le traité européen (de versailles !) et nous répétant que notre grande voisine l'ALLEMAGNE est trop forte et mérite une lesson nous pouvons faire un PARALLELE EVIDENT entre 1933 et 2013 la catastrophe éclatera si les MEDIAS jettent des combustibles dans ce feu naissant, et se taisent et surtout si L INFLATION explose en France !!!! ce sera l'allumette ! soyons lucides et courageux ne fermons ni yeux, ni oreilles, ni bouche

  • Par yvonman53 - 25/03/2013 - 09:29 - Signaler un abus PIB ou croissance

    C'est mieux que la baisse ! rappel croissance en 2008 = -0.1% croissance en 2009 = -3.1%

  • Par gile - 25/03/2013 - 09:40 - Signaler un abus On lit tout et son contraire

    Par exemple, l'un nous dit que la France est forte de ses atouts naturels et se relèvera, et l'autre nous raconte que la France est prise entre l'économie low cost chinoise et l'économie high cost allemande. No future en qq sorte. La vérité est que personne ne peut vraiment prédire ce qui peut arriver dans notre pays. Mais est-il besoin d'envisager un scénario à la grecque pour craindre pour notre pays ? Non. Certainement pas. La France n'est pas la Grèce. Les français sont trop habitués à un niveau de vie élevé, des services publics nombreux, une assistance sociale abondante, pour accepter une baisse sensible de ce train de vie. S'il devait se produire le quart de ce qui s'est produit en Grèce, alors ce serait l'explosion sociale assurée dans notre pays. Voyez le remue ménage lorsqu'une entreprise, comme PSA, tente de se restructurer.... Tout le monde sait que les réactions des enfants gâtés sont toujours imprévisibles.

  • Par agesilas - 25/03/2013 - 10:25 - Signaler un abus Bla bla bla Sciences Po ENA

    Mr de Lima nous sert de la bouillie pour les chats. Il nage en pleine irréalité. Il nous sert du délire verbal. Professeur à Sciences Po! Il n'est pas étonnant que nos dirigeants nourris au lait de cette pensée soient aussi incapables de faire quoique ce soit. Et que les Français confortés par ces hautes pensées délivrées par leurs plus grands intellectuels, refusent de voir les réalités

  • Par pemmore - 25/03/2013 - 10:58 - Signaler un abus L'Allemagne un pays riche de gens pauvres,

    je n'en tiens que l'apparition de produits alimentaires Français de moyenne gamme haute destinés à l'Allemagne dans les sous discounters Français en quantité. Ce qui veut dire qu'ils n'ont plus les moyens de manger du bon. En France, je suis entré par hasard dans un magasin bio, boutique pleine, ainsi que chez le Chinois. Toujours la même queue à la station essence, mais pas d'acheteurs pour le e85(95 cmes ni le gpl 83 cmes). Les Français ne sont pas pauvres du tout, quand aux chômeurs, il y a pas mal de boulot mais personne n'en veut, et je me marre, le pôle emploi est dans une cîté relou. Comme on dit du producteur au consommateur. La crise est plus dans les têtes que réelle et c'est le comportement des entreprises finales de vente en France qui est la plus grande cause de fermetures d'entreprises. Quand vous entrez au supermarché vous savez que vous payez moins cher, mais que vous allez fermer une boîte. Idem au magasins de bricolage ,la déférencement de 2 groupes très connus a fermé 2 menuiseries industrielles, 1 en Savoie, 1 en sarthe, et nos forêts et la filière on en fait quoi?

  • Par EOLE - 25/03/2013 - 11:08 - Signaler un abus Baratineurs

    La plus grande part des français ont compris que cela ne pouvait plus durer. Beaucoup se refusent à en accepter les conséquences pour eux-mêmes, personnellement. Comment voulez-vous convaincre et guider dans cette tourmente annoncée sans un vrai courage politique! Sarkozy s'est limité à quelques réformettes pour pouvoir ête réélu et sans doute ne pas faire grand chose de plus: out. Hollande se contente de ne surtout pas bouger les lignes: out. Bayrou n'a aucune solution et compte sur une croissance impossible: out. Le Pen botte en touche essayant de faire croire qu'on joue mieux en dehors du terrain: out. Les autres formations nous proposent des clowns plus ou moins tristes: out. Nous cherchons désespérément un politique courageux pour nettoyer les écuries d'Augias et réformer structurellemlent ce qui nous entrave. Qui serait in?

  • Par etalors7 - 25/03/2013 - 12:05 - Signaler un abus "salaudepatron" un contrat sur flamby n'est pas la solution !

    Il y a des millions de flamby potentiels en France pour le remplacer au pied levé.... dans tous les partis et ailleurs. Seul un effondrement massif et rapide du pays pourra à mon sens créer une prise de conscience permettant de créer les conditions d'une renaissance. C'est aujourd'hui inévitable tant le déni de réalité sur l'analyse mais surtout sur la volonté d'appliquer les mesures vitales est IMMENSE de la part du peuple et de ses élites

  • Par Tan - 25/03/2013 - 13:42 - Signaler un abus Blocage = décisions politiques.

    Les éléments de blocage cités dans cet article sont tous issus de mesures politiques. Et si le marché libre était plus efficace, car de rustine en rustine, le pneumatique perd toujours de plus en plus d'air. En économie,chaque mesure politique a son effet pervers qui est parfois plus important que le bien attendu de la mesure proprement dite. Et on crée une autre mesure pour corriger la perversité de la première et ainsi de suite jusqu'à l'écroulement global. Bien sûr, le politique n'acceptera jamais de reconnaitre son inutilité, sa nuisance, que ferait-il sinon. Il ne laissera jamais un marché libre se développer en se consacrant qu'aux activités régaliennes de l'état. Et le monde ira de mesures en contraintes toutes aussi inutiles mais qui on l'avantage de pourrir la vie de l'individu.

  • Par la licorne - 25/03/2013 - 13:50 - Signaler un abus Pas grave, puisqu'on aura la mariage homo...

    Tant pis si tout s'effondre, tant que Taubira fera passer sa loi sur le mariage homo...

  • Par la licorne - 25/03/2013 - 13:56 - Signaler un abus L'économie soutterraine de la France, c'est le Service Public.

    "Non, le problème de la France est au contraire le poids de son service public et de la redistribution" Mais le Service Public, c'est la clientèle de la Gauche, sa béquille, ce sans quoi elle n'existerait pas, une hydre gigantesque de redistribution de pouvoirs, d'argents, et de prébendes aux individus qui une fois en place, n'ont qu'un objectif, y demeurer. Et pour cela mettre tout en oeuvre au delà de toutes règles démocratiques pour favoriser le maintient sous perfusion d'un personnel politique de gauche qui, quand il parvient parfois au pouvoir en rajoute encore plus..... En fait l'économie souterraine de la France, c'est le service public.

  • Par la vie claire - 25/03/2013 - 14:34 - Signaler un abus Oui, plus dure sera la chute car :

    L'Italie et l'Espagne ont viré de bord, mais en France, avec Calimero accroché comme un morpion pendant encore quatre ans, l'on va s'enfoncer gravement avant de toucher le fond. Toucher le fond permet de rebondir, or, dans qjuatre ans, tout le monde aura les jambes définitivement coupées.

  • Par boblecler - 25/03/2013 - 14:39 - Signaler un abus Suffit de mettre une dictature .

    Il faudrait un bon dictateur un kim jong il

  • Par Bullblood - 25/03/2013 - 14:58 - Signaler un abus Allons!

    On attaque les boches, ça fera travailler les chômeurs! :) et puis on a ZIGUIGUI a la tête de l’état, comme il ne peut pas pifrer Merkel, on a bien le droit se défendre non!

  • Par outrequin - 25/03/2013 - 15:15 - Signaler un abus classe moyenne inférieure

    J'ai decouvert recemment que c'etait mon "etiquette",comment une societé peut-elle fonctionner avec de telles imbécilités .Il faut de la transparence,pas de la pedagogie,qui s'adresse a des etres ,immatures,pour les enseignants c'est "ecouter et obéir"Je suis persuadée que ce peuple,tant méprisé accepterait de gros efforts,mais pas avec cette fonction publique phletorique,ce gachis monstrueux de l'argent qu'on nous extorque,ni notre absence de contre pouvoirs,ni notre absence de representation

  • Par prochain - 25/03/2013 - 15:16 - Signaler un abus Sur le fil du rasoir le numéro de contorsionniste

    Comment rassurer son ennemi la finance et les agences de notation d'une part et son électorat la nouvelle noblesse à statut de l'autre. Son chemin se rétrécit, on n'entend plus ses petites blagues depuis les couacs à Dijon. Impôts et chômage pour les uns bétonnage des statuts et des avantages pour sa clientèle ainsi va la vie comme avant la débâcle dans l'Est, l'histoire se répète. "La première fois comme tragédie la seconde comme farce". Marx

  • Par gegemalaga - 25/03/2013 - 18:58 - Signaler un abus rien compris !

    enfin , rien ! si quand meme : il est sur qu'après avoir reçu un enseignement économique aussi clair à Sc. PO....il n'est pas surprenant que nos " elites politiques" ne prenent pas les mesures indispensables adequates ....! et pourquoi pas ? par exemple regarder ce qui se fait ( et donne des résultats ) à coté ? et sans etre sectaire , faire la moyenne entre Allemagne et Espagne? !! mais non !! nous sommes les meilleurs !! cocorico. au fait , Mr Martin , pensez vous vraiement que Chypre ai mis en danger l'Europe ? allons , soyons serieux ( vous vous laissez intoxiquer par les medias). gegemalaga

  • Par crisemajeure.fr - 25/03/2013 - 19:36 - Signaler un abus La France un des leaders des chiffres tronqués

    Analyse tirée du livre « La face cachée du mondialisme » présentation www.crisemajeure.fr Les chiffres indiqués dans cet article (10,6 %) de chômage est faux, une enquête récente du Parisien détaille précisément toutes les catégories non comptabilisées soit 9 millions de personnes, voir cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=JmoAxmXQEIg Les chiffres de l’endettement du pays sont aussi tronqués, voir ici : https://secure.publications-agora.fr/SSW10/WSSWNA17/index.htm?pageNumber=1 Le ministre du Travail, Michel SAPIN a déclaré récemment, la France est en faillite… en totale faillite ! Voir ici : http://www.liberation.fr/politiques/2013/01/27/pour-sapin-la-france-est-totalement-en-faillite_877114 Un facteur non chiffrable que l’on ne prend pas en compte c’est le niveau d’égocentrisme régnant en France, le summum parmi les autres pays du Sud, Grèce, Portugal, Espagne, Italie.

  • Par crisemajeure.fr - 25/03/2013 - 19:37 - Signaler un abus La France un des leaders des chiffres tronqués – suite -

    Car c’est bien à ce niveau que se positionne désormais l’hexagone, mais sans les avantages humains des voisins du Sud. C’est pourquoi, la période à venir sera beaucoup plus dure à vivre ici que chez nos voisins plus fraternels. Ici, c’est invariablement chacun pour soi, et même pas un Dieu pour tous. Le milieu protégé de la fonction publique va vivre cela très durement. Les quelques suicides de France Télécom ne seront rien comparés à ceux à venir surtout dans ce milieu qui se croit être protégé par l’Etat providence.

  • Par crisemajeure.fr - 25/03/2013 - 19:37 - Signaler un abus La France un des leaders des chiffres tronqués – suite -

    Car c’est bien à ce niveau que se positionne désormais l’hexagone, mais sans les avantages humains des voisins du Sud. C’est pourquoi, la période à venir sera beaucoup plus dure à vivre ici que chez nos voisins plus fraternels. Ici, c’est invariablement chacun pour soi, et même pas un Dieu pour tous. Le milieu protégé de la fonction publique va vivre cela très durement. Les quelques suicides de France Télécom ne seront rien comparés à ceux à venir surtout dans ce milieu qui se croit être protégé par l’Etat providence.

  • Par géodith - 25/03/2013 - 22:16 - Signaler un abus Parce que

    c'est hollande not' persiflan

  • Par prochain - 25/03/2013 - 23:21 - Signaler un abus Encore des chiffres tronqués

    Les chiffres du chômage ne concernent que le secteur privé et les chiffres du chômage déguisé garanti à vie du secteur protégé sont inconnus, ils ne sont même pas évoqués pour l'instant, c'est même un sujet tabou. Que diriez-vous d'un audit des dits services...

  • Par Duffy - 25/03/2013 - 23:24 - Signaler un abus Faut pas s'énerver tout va bien ...

    Y'a des opportunités en cas de crise. C'est un jeu à somme nulle, ce qui est perdu ne l'est pas pour tout le monde. Laissez le nigauds croire au discours officiel car c'est leur désir le plus cher. Regardez la réalité et profitez-en.

  • Par Duffy - 25/03/2013 - 23:24 - Signaler un abus Faut pas s'énerver tout va bien ...

    Y'a des opportunités en cas de crise. C'est un jeu à somme nulle, ce qui est perdu ne l'est pas pour tout le monde. Laissez le nigauds croire au discours officiel car c'est leur désir le plus cher. Regardez la réalité et profitez-en.

  • Par Duffy - 25/03/2013 - 23:27 - Signaler un abus A la fin de la crise ...

    le discours officiel continue d'être 'de crise' pendant au moins un an, afin que les perdants ne fassent pas la révolution. C'est pendant la remontée que se font les meilleurs profits. Au plus noir de l'orage, préparer vous à surfer la vague.

  • Par jerem - 26/03/2013 - 10:32 - Signaler un abus Rappelez nous la prevision de croissance allemande !!!

    on a pas bien entendu c'est quoi le taux de croissance allemand pour 2013 ? il est de combien le taux de baisse des ventes de volkswagen en fevrier , apres leur baisse de 12% en janvier ? A qui le tour ? a ce petit jeu de bonne reflexion constructive , continuez a jouer

  • Par jerem - 26/03/2013 - 10:34 - Signaler un abus A qui le tour ?

    redonnez nous les taux d'endettement des menages des pays encore en triple A et refaites nous un balayage de ces royaumes du nord dont on nous compte les excellences de la flexisecurité ..... ensuite parlez nous des impayes qui fragilisent les banques locales .... A qui le tour ? continuez ce petit jeu constructif pour les francais et leur pays , continuez donc

  • Par vangog - 26/03/2013 - 11:31 - Signaler un abus @jerem amalgamer la flexisecurité et le taux d'endettement

    des ménages des pays Nordiques, c'est fort! On peut même se demander si ces recettes de la pensée unidimensionnelle manipulées a l'envie par les petits soldats de la social-démagogie, amalgame, caricature et mensonge par omission, ne sont pas a l'origine d'une partie des maux sudistes! Détruisons les écoles qui prodiguent ces réflexes socio-démagogiques, et cela ne pourra qu'aller mieux...

  • Par Allergico ps - 26/03/2013 - 12:40 - Signaler un abus Réponse

    Parce qu'elle a Hollande comme président !

  • Par Imragen - 26/03/2013 - 12:53 - Signaler un abus @Pascal de Lima

    Merci monsieur Grâce à vous je sais qu'il existe des Diafoirus à Science Po, spécialité Economie.

  • Par CN13 - 26/03/2013 - 14:38 - Signaler un abus Le silence des médias...

    Les médias ont été silencieux sur la gestion de Hollande sur le département de la Corrèze qu'il a conduit à la faillite. Seuls sont ceux et celles qui ont reçu des cadeaux de Hollande (ex : I-pad à chacun des fonctionnaires) qu'il a été reçu en triomphe à Tulle. Il n'est pas étonnant qu'il fait de même avec la France.

  • Par veryliberalguy - 26/03/2013 - 15:57 - Signaler un abus vangog

    si jerem etait social-démocrate il ne serait pas contre la flexi-sécurité ou la baisse des dépense publiques, car même la gauche l'a accepté dans son discours, et les gauche européennes avant la notre. Surement quelqu'un qui appartient à l'ancienne gauche, celle qui a un discours figé en 1990. C'est quelqu'un qui cherche à décridibiliser les modèles anglo-saxons envers et contre tout, mais qui n'a pas d'arguments qui a aucun moment prouverait que le modèle français de rigidité et de matraquage fiscal des sociétés est efficace du point de vue micro- et macro-économique, au point que copié par certains de nos voisins. Il n'y a pas de honte à admettre que nous avons fait fausses routes pourtant. Même entre 1997 et 2002, lorsque l'économie se portait bien (merci les USA, le RU et l'Espagne, entre autres, d'avoir tiré notre économie vers le haut), la France connaissait pourtant un chômage entre 7 et 10%, avec une croissance entre 2,5 et 3,5% !! Nous étions déjà une anomalie mondiale. Par ailleurs, france2 avait diffusé un reportage sur le modèle anglais de flexi-securité et je peux vous assurer que salariés comme entrepreneurs semblaient sincèrement y trouver leur compte. Inspirant !

  • Par issartier - 26/03/2013 - 20:25 - Signaler un abus la providence est avec nous

    Les français, même ceux qui sont peu rapides d’esprit, finiront par s’apercevoir que la quasi-totalité d’entre eux reçoivent à un titre et sous une forme quelconque une rémunération du pouvoir en place, soit en espèces soit sous forme d’abattement, de niche fiscale ou d’allocation. Ils vont, dans la foulée des hausses d’impôts cumulés actuelles, vérifier l’évidence que c’est en fait le plus souvent eux-mêmes qui se paient ces cadeaux électoraux, non sans que l’Etat n’ai au préalable prélevé sa dîme pour récompenser ses politiques et syndicaux si généreux avec vous. Quoi de plus beau et généreux que d’être solidaire, surtout si c’est avec soi-même et encore plus si l’on en a pas vraiment besoin? D’autant plus que dans ce cas rien n’empêche de supprimer un avantage finalement inéquitable, sachant qu’on ne supprime jamais un impôt qui a le mérite d’exister. Dans le même esprit et pour vaincre automatiquement l’accroissement du chômage en cours Ayrault a trouvé la parade absolue: suivez-le: si le chômage augmente c’est que Pôle-emploi manque de personnel connaissant bien le problème. Donc il est nécessaire et suffisant d’embaucher autant de chômeurs que nécessaire à Pôle-emploi.

  • Par issartier - 26/03/2013 - 20:31 - Signaler un abus suite

    Dans ces conditions il serait tout à fait contre-productif de diminuer les dépenses publiques comme le suggérent certains qui n’ont rien compris. c'est tout simple

  • Par Ali ce - 26/03/2013 - 22:28 - Signaler un abus Chutt

    faut pas le dire trop fort, pépère dort, faut pas le réveiller...

  • Par guy bernard - 27/03/2013 - 07:01 - Signaler un abus et Keynes n'est pas Robin des bois...

    merci de rappeler (enfin) le 2e rapport de Lord Beveridge. vous auriez pu rappeler également que Keynes n'est pas Robin des bois... beaucoup de choses sont à rappeler sur la politique économique de Roosevelt, de Truman, et de Reagan suite aux prochains épisodes ?

  • Par texarkana - 27/03/2013 - 13:13 - Signaler un abus Oui mais...

    DU fait de son statut (usurpé je trouve) de grande puissance , la France bénéficie sur le plan international de connivences et de complicités ("leverage") que ces autres pays n'ont pas, comme Mme Lagarde à la tête du FMI. Et puis si quelqu'un n'est pas content, la France sait jouer du menton : ne sommes nous pas une Puissance nucléaire?

  • Par santillanna - 29/03/2013 - 12:23 - Signaler un abus ah ! la france

    le probleme grave ce la france , c'est qu'elle continue d'etre dans un systeme capitaliste mortifére qui va droit au mur et qui mourra comme le systeme collectiviste . Il n'y a plus de solutions car pour que les vrais détenteurs du pouvoir s'engraissent , il faut du chomage et des chomeurs . le systeme continue de provoquer pollutions en tout genre , dégradation des ecosystemes , violence , drogue et alcoolisme , suicide , économie souterraine etc... il est temps de changer cette sociéte , n'en déplaise aux gouvernants de quel bord qu'il soit ; société autogestionnaire , création de scops , à chacun selon ses besoins etc.. Les gouvernants ne brassent que du vent et sont des soporifiques

  • Par ElSuego - 29/03/2013 - 14:00 - Signaler un abus La réponse est dans la question...

    Ah la France, Atlantico, est dans l'état où son "occupant" précédent l' a laissée en partant : un champ de ruines. Merci Sarko, encore merci !

  • Par Mani - 29/03/2013 - 17:42 - Signaler un abus "Pourquoi la France est bien

    "Pourquoi la France est bien plus proche d'une chute à la grecque que l’Espagne ou l’Italie" ? . Hmm... je ne sais pas... peut-être parce que les situations des deux pays n'ont strictement rien à voir l'une avec l'autre ? Au hasard ?

  • Par Pastekos - 29/03/2013 - 19:00 - Signaler un abus Suivez mon regard....

    Merci Sarko d'avoir DETRUIT le pays au point qu'il faudra une génération (soit une bonne vingtaine d'années) pour s'en remettre. Alors vous voyez la première année difficile d'Hollande ça m'affole pas.... Et pendant cette vingtaine d'années effectivement il peut y avoir des périodes à haut risque. Ce type devrait aller en taule.

  • Par yvonman53 - 29/03/2013 - 19:07 - Signaler un abus Ben

    Ça dépend du gouvernement en place ! Vu que la majorité des gouvernements UE sont de droite .....

  • Par evy - 30/03/2013 - 07:31 - Signaler un abus Question

    J'aimerai vraiment savoir de la part des ennemis de Sarkozy quelles seraient les fautes graves qu'il a commit au point de se faire détester par certains français. J'avoue que ça m'échappe. Hollande pour l'instant a démonté le travail de Sarkozy pour le remettre en place 10 mois plus tard et ça n'inquiète pas ses amis. C'est curieux un français, ça ne réagit pas comme les autres humains !

  • Par FrédéricLN - 30/03/2013 - 10:07 - Signaler un abus coquille

    Merci pour cette interview croisée très instructive. Une coquille apparente dans la 1ère page : "Un chômage classique se caractérise par un excès de demande de biens par rapport à l'offre et un chômage".

  • Par Yongho - 30/03/2013 - 10:36 - Signaler un abus Et alors ?

    De toutes manières, l'effondrement est inévitable. Que ce soit Starkozy, Hollande ou même pire, Le Pen. La seule question est de savoir si le dirigeant au pouvoir protégera la finance ou les travailleurs. Et j'ai (un peu) plus confiance en Hollande pour limiter la casse sur la majorité du peuple français que pour les autres ... Maintenant, c'est vous qui voyez si vous êtes salarié et votez Sarkozy ... c'est carrément du masochisme mais c'est votre droit. Faudra juste pas venir pleurer ensuite que ça fait mal par où ça passe.Par exemple, je doute qu'un Starkozy accepte un plan type chypriote pour les banques. Lui il tondra de préférence les petits épargnants (c'est d'ailleurs ce qu'il a fait lors du sauvetage précédent en Europe). Bref ...

  • Par yvonman53 - 30/03/2013 - 11:50 - Signaler un abus 9 chefs d'entreprises sur 10 ne sont pas confiants

    Normal ils votent ,pour une grosse majorité , à droite !

  • Par yvonman53 - 30/03/2013 - 11:52 - Signaler un abus Parts de marché

    "" De plus elle est coincée entre l'Allemagne qui lui prend les parts de marché du haut de gamme et la Chine qui lui prend les part de marché du bas de gamme."" Moralité: Acheter français

  • Par jacques6870 - 30/03/2013 - 16:07 - Signaler un abus Ton français fout le camp, lui aussi... Dommage !!!

    ""un service publique pléthorique. Ce que nous réalisons aujourd’hui c’est que nous sommes incapable de porter ce poids par nous-même et que 40 milliards d’euros d’impôts nouveaux sont en train de mettre les entreprises autant que les"" etc... Comment peut-on laisser passer autant de fautes d'orthographe dans un texte publié ? Quizz : combien de fautes voyez-vous dans ce petit extrait ? Et je ne parle pas de l'ensemble de l'article... Après une telle vision, j'ai bâché la lecture. Indigne !!! Français et autres : retournez à l'école !!! Ce ne sera pas du temps perdu...

  • Par utha - 30/03/2013 - 16:38 - Signaler un abus On nous avait dit...

    Avant l'élection de François Hollande, ces détracteurs disaient vous allez voir on va perdre le deuxième "A", les marchés vont sanctionner, on va emprunter à des taux jamais vus....ET J'EN PASSE. Constat, côté agence de notation: rien, on n'a jamais emprunté à des taux aussi bas, la bourse se porte plutôt bien. Je vous demande comment gouverner dans un pays aussi individualiste et avec une culture politique de comptoir ?

  • Par COCO29 - 30/03/2013 - 17:24 - Signaler un abus panique à bord

    merci hollande et sa clique

  • Par mich2pains - 30/03/2013 - 17:28 - Signaler un abus à " EOLE " mail de 11:08

    A la question pregnante "Comment convaincre et guider dans cette tourmente sans un vrai courage politique " (sic) , la réponse s'impose nettement : MARINE LE PEN ! Du COURAGE POLITIQUE et de la CONSTANCE , elle en a à revendre à tous les autres RIPOUX-blicains ! ce n'est plus à coups de formule lapidaires et vides comme " LE PEN botte en touche , essayant de faire croire qu'on joue mieux en dehors du terrain " (sic) qu'on réussira à la mettre OUT . Plus maintenant .....Il faudra vous y faire .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guy Martin - Jean-Paul Betbèze - Pascal de Lima

Guy Martin pour la rédaction d'Agora. Présents dans 14 pays et sur les 5 continents, les rédacteurs d’Agora éditent chaque jour leurs propres dépêches en langue anglaise pour couvrir tous les évènements de l’actualité économique et financière intéressants pour les investisseurs particuliers. 

Jean-Paul Betbèze est directeur de Betbèze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Pascal de Lima est économiste et enseignant à Sciences-po. Il a publié en septembre 2012 Economie bancaire et croissance économique aux Editions Dunod.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€