Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 19 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Il paraît qu'une cellule de déradicalisation est prévue pour Laurent Wauquiez…

Tous les sondages prédisent qu'il sera élu à la tête des Républicains. Et c'est pourquoi la République est en danger.

Sonnons le tocsin

Publié le
Il paraît qu'une cellule de déradicalisation est prévue pour Laurent Wauquiez…

Ils étaient nombreux à connaître la vérité : Wauquiez est un fiché S ! Mais tous, des "constructifs" pour la plupart, gardaient le secret. Ce sont des gens modérés et responsables. Ils ne voulaient pas faire souffler un vent de panique sur la France.

Mais voilà que l'un d'entre eux, Christian Estrosi, a mangé le morceau. Il a déclaré –visant expressément Wauquiez- que certains dirigeants des Républicains s'étaient "radicalisés". D'où son inquiétude quant à l'avenir de la formation politique à laquelle il appartient (pour combien de temps encore ?).

Jusqu'à maintenant le mot "radicalisé" était réservé à une catégorie parfaitement identifiée de la population française. L'appliquer à Laurent Wauquiez montre que les dérives de cet individu sont particulièrement graves et dangereuses. Dans son cas, avant que la justice ne l'envoie en prison, une cellule de déradicalisation s'impose.

Des experts, des psychologues, des psychiatres seront convoqués pour exorciser le mal dont souffre Wauquiez. Christian Estrosi bien sûr et aussi Valérie Pécresse, Gérarld Darmanin, Edouard Philippe. Satan, sort de ce corps diront-ils, avec succès on l'espère, à Wauquiez. Et quand ils seront à court d'arguments ils iront demandé à leur chef, Alain Juppé.

Le mystère demeure quant à la façon dont Wauquiez s'est radicalisé. La prison ? Il y a échappé. La cité ? Ce n'est pas là qu'il a grandi. La mosquée ? Il va plutôt à la messe. L'hypothèse la plus crédible est que Laurent Wauquiez a mis au point une machine à remonter le temps. Elle lui a permis de se rendre à Rome dans les années mussoliniennes. Et à Berlin à l'époque d'Hitler.

Fort de leurs enseignements il en est revenu radicalisé à bloc. C'est ainsi qu'il a prêté allégeance à l'émir El Sarkozy. A moins que cela ne soit à l'émir Ben Fillon. Et sous leur égide il veut instaurer en France un califat de couleur bleu d'abord, puis noir et brun.

On comprend alors pourquoi Christian Estrosi a tiré la sonnette d'alarme. Ce député méridional est un homme sage. Pendant la campagne électorale il est tombé dans les bras de Macron, selfies à l'appui. Contrairement à Wauquiez gravement atteint, Estrosi est juste sujet à des pulsions amoureuses que les médecins ont diagnostique sous le nom de macronite aigüe. Ce n'est pas dangereux. Mais l'amour, on le sait, rend aveugle. Radicalement aveugle. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par moneo - 14/10/2017 - 15:57 - Signaler un abus jusqu'ou allons nous tomber

    voila que l'on tient compte de l'avis de motodidacte ..c'est vrai que si Wauquiez adit les idées de juppé ;ça serait formidaaaaable Et ensuite ls vont s' étonner déprendre une veste hénaurme la prochaine fois on a Macron pour 10 ans

  • Par Liberte5 - 14/10/2017 - 16:23 - Signaler un abus Billet savoureux!! B. Rayski manie avec bonheur l'humour.

    Évidemment C. Estrosi dont on connaît la finesse d'esprit a trouvé les mots justes pour faire voter les militants LR pour L. Wauquiez. C. Estrosi a montré depuis deux ans qu'il avait l'échine souple en se faisant élire à la région PACA par les socialistes et ensuite il en soutenant ouvertement E. Macron contre F. Fillon.Cela me fait penser à la chanson de J. Dutronc "je retourne ma veste". Tout ceci contribue largement à lui conférer la stature de sage pour conseiller la droite sur ce qu'elle doit faire. Moi, il me fait bien rire C. Estrosi........

  • Par Le gorille - 14/10/2017 - 19:23 - Signaler un abus Fiché S...

    J'avais lu dans un billet "fiché F"... parfait. Mais ici, que veut dire le "S" ? Satan ? Dans l'esprit des exorcistes cités, il semble qu'il faille comprendre radicalisé NS, référence à Munich, mais cela prête vraiment à confusion. Ou alors "fiché F", référence à Rome, mais ce n'est pas le même et là aussi une déplorable confusion. Ecrire fiché LR, ce n'est pas drôle... Alors quoi ? Surtout pas "fiché S", qui est tellement stigmatisé... Aidez-moi, vous, les commentateurs... et surtout aidez notre pauvre BR, qui n'en peut mais de se creuser la tête !

  • Par Le gorille - 14/10/2017 - 19:51 - Signaler un abus Radicalisé...

    Fut un temps, oh! j'étais bien jeune, il fallait choisir : Oui ou Non ? Le reste ne venait que de Satan, me disait-on. Tiens donc ? Donc "radicalisé" ne serait-il plus de bon ton ? Faudrait-il être "radicalisé S", soit "suppôt de Satan", c'est-à-dire, maître ès-louvoyage, ès-"ni oui ni non", pour complaire à ces nouveaux juges, voire exorcistes ? Mais alors, comment comprendre cette antinomie dans cette sémantique ? Bref, la confusion morale, j'oublie celle sémantique, règne en maîtresse dans les esprits !

  • Par KOUTOUBIA56 - 14/10/2017 - 23:39 - Signaler un abus Estrosi le mange merde par

    Estrosi le mange merde par excellence

  • Par assougoudrel - 14/10/2017 - 23:45 - Signaler un abus Notre Satan est mort

    et sa relève (son fils ou sa fille) a repris le flambeau. Chaque nouvelle génération est pire que celle d'avant tout comme les voyous. Pour ses ennemis (et non adversaires), Wauquiez sera pire que ses prédécesseurs, tout comme pour nous le sont hollande puis macron. Quand on voit ce qui se passe dans le monde actuellement, je suis certain qu'un changement de gouvernement à eu lieu en Enfer. L'horreur est monté de plusieurs crans et les fumiers se mettent dans la peau des gentils; ils sont juges et bourreaux à la fois.

  • Par CasCochyme - 15/10/2017 - 10:47 - Signaler un abus S pour Surveillé

    Je dirais que pour le moment en tout cas il est encore Surveillé, à titre plus ou moins consentant peut-être (je ne lis pas dans les âmes). Surveillé (étroitement) par tous ceux qui se revendiquent des admonestations (post)mitterrandiennes consistant à ne jamais ô grand jamais se commettre avec l'impensable, l'inimaginable, l’immonde, le nauséabond (etc.). Ces imprécations prennent parfois des accents schizophréniques, à la Estrosi par exemple, lequel, il n'y a pas si longtemps, osait parler de 5ème colonne et qui, depuis la campagne des régionales, a mis tant d’eau tiède dans son Corbières qu’il en a fait un brouet rosé insipide mais sûr, macronisable à souhait, ayant donc rejoint les fichés R (repentis rattrapables par la raison). LW n'est pas tombé dans les fichiers A (comme affranchis), espèce où manœuvrent les très sombres comploteurs à la Ménard et Dupont-Aignan, qui ont osé réfléchir à de terrifiants, funestes et suicidaires concepts comme celui de l’accord électoral de désistement au 2ème tour, glaçante perspective qui transit d’effroi les Surveillants.

  • Par adroitetoutemaintenant - 15/10/2017 - 12:07 - Signaler un abus Macronite aigüe

    Les pulsions amoureuses d’Estrosi sont une question d’odorat comme toutes les pulsions amoureuses. Il y a autour du macron un certain parfum de merde. Ça ne pouvait qu’attirer Estrosi ! Le sperme aussi se dirige vers les ovules à l’odeur alors le sien va se diriger vers le rect…. du sieur. CQFD

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€