Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vous ne devinerez jamais quel animal préhistorique pourrait devenir notre pire ennemi au 21e siècle...

En Europe, en Asie, en Amérique... cette espèce souvent discrète menace l'homme, mais aussi son économie.

Terreur moderne

Publié le
Vous ne devinerez jamais quel animal préhistorique pourrait devenir notre pire ennemi au 21e siècle...

Il y  a tout juste quatre ans, en octobre 2013, le plus gros réacteur de centrale nucléaire de Suède a été stoppé. Menace terroriste ? Action spectaculaire de Greenpeace ? Panne technique ? Non, rien de tout cela. Il se trouve simplement que les tuyaux de refroidissement avaient été envahis par... des méduses bleues. Et ce n'est pas la première fois que l'animal cause de tels soucis. Les centrales nucléaires américaines, israéliennes, coréennes et japonaises ont notamment été concernées par le problème.

Les méduses se trouvent également être dangereuses pour l'homme, les autres espèces marines et même... l'économie.

C'est en Asie du Nord-Est (Chine, Taïwan, Japon, Corée du Nord et du Sud) qu'elles posent le plus problème. Selon des estimations récentes, elles coûteraient annuellement plus de 200 millions d'euros au secteur sud-coréen de la pêche. Et cet exemple n'est pas le seul, la mer du Japon ayant été, elle aussi, envahie par les méduses. Un maximum de 150 tonnes de méduses doit d'ailleurs être retiré chaque jour du système de refroidissement d'une seule centrale, et ce, depuis les années 1960. L'Inde a connu le même problème entre février et avril 1989 : quatre millions de méduses s'étant coincées dans des écrans placés sur les entrées des tuyaux de refroidissement d'une centrale nucléaire. Une équipe de chercheurs sud-coréens travaille donc depuis 2010 à la mise au point de robots aquatiques tueurs de méduses.

Robots Vs méduses

Jeros (Jellyfish Elimination Robotic Swarm) - c'est le nom de la machine - flotte à la surface de l'eau et dispose d'hélices pour les pulvériser. Il détecte les bancs de méduses et planifie ses attaques à l'aide d'une caméra et d'un système GPS. Jeros piège ensuite ses proies dans un filet immergé avant de les ingérer. Cette machine, qui devrait être commercialisée à partir du mois d'avril, est un premier pas dans la "guerre" que vont devoir mener les hommes contre les méduses. La surveillance permanente de certains sites sera, elle aussi, indispensable pour empêcher cet animal de causer trop de dégâts.

Selon la biologiste Lisa-Ann Gershwin, la méduse Mnemiopsis a tout de même réussi "à paralyser trois économies et anéantir tout un écosystème". Arrivée en mer Noire, elle a causé la mort d'anchois et d'esturgeons, deux poissons d'importance capitale dans les pêches bulgare, roumaine et géorgienne. Résultat : le poids total de Mnemiopsis dans la mer Noire était devenu tellement élevé en 2002 qu'il a été estimé comme étant dix fois supérieur à celui de tous les poissons pêchés dans le monde entier en un an.

Un problème pour les autres espèces

Pire encore, plusieurs espèces de méduses sont, en plus, de redoutables chasseurs. C'est notamment le cas de la cubozoa - ou méduse-boîte - dont les tentacules peuvent provoquer la mort d'un être humain en moins de six minutes. L'espèce serait d'ailleurs responsable d'au moins soixante-six décès en Australie depuis 1884. Outre le danger que représentent pour l'homme certains membres de l'espèce, les méduses sont également dangereuses pour d'autres espèces animales. Des saumons d'élevage, dans un enclos, peuvent, par exemple, créer un vortex qui aspire des méduses. Une fois introduites, ces dernières piquent à mort de nombreux poissons en seulement quelques minutes, provoquant la disparition de milliers de poissons de valeur. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 18/10/2017 - 11:22 - Signaler un abus En voyant la photo, j'ai

    cru que c'était la femme comme Schiappa, Obono, Michel P. et autres phénomènes du genre.

  • Par wwmat - 18/10/2017 - 15:26 - Signaler un abus Il est a noter

    Que cela se passe surtout en Asie, victime de la surpêche, ces' "Jelly Fish" n'ont plus de prédateur

  • Par kelenborn - 18/10/2017 - 18:20 - Signaler un abus Ah Assou

    Schiappa!!! t'en est médusé! avoue! Au fait, elle est où Plahier? Rayski a du lui payer une barrique de whisky pour qu'elle ferme sa gueule...encore que...ça lui faisait une groupie pour laver son calebard!

  • Par assougoudrel - 18/10/2017 - 19:16 - Signaler un abus Kelenborn, bonjour

    Si je me souviens, Michel Plahier avait parlé d'un voyage aux USA avec des amis. Elle doit circuler sur la route 66 avec un vélo dont la selle est remplacée par un gode, car elle nous a fait comprendre qu'elle est un peu cochonne sur les bords et qu'elle est aussi chaude que le cul d'une pipe en porcelaine.

  • Par kelenborn - 18/10/2017 - 19:40 - Signaler un abus Ouais Assou

    Ben....si j'étais à ta place, je ne me laisserais pas tailler une pipe par l'Amere...encore que...suis pas sur qu'elle ait encore des dents...mais tiens ça y est j'ai pigé! si elle drague Rayski c'est pour lui piquer son dentier!!! Non plaisanterie mise à part, elle nous manque...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€