Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Natacha Polony : "Nous sommes la France", mais qui est ce "nous" ?

Après les attentats de janvier 2015, 4 millions de Français ont défilé sous le slogan "Nous sommes la France". Mais qui sont ce "nous" et cette France ? Il est essentiel d'affirmer ce qui nous rassemble, au-delà des diversités, à travers la France et la République, pour ne pas voir les fractures se creuser et les plaies s'infecter. Extrait de "Nous sommes la France", de Natacha Polony, publié aux éditions Plon (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le - Mis à jour le 26 Octobre 2015
Natacha Polony : "Nous sommes la France", mais qui est ce "nous" ?

Que nous dit Renan de la Nation ? Que son principe fondateur n’est pas une race, pas une religion, pas même une langue ni une géographie. « Une Nation, dit-il, est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis.

»

>>>>>>>> A lire également : Natacha Polony : ce que révèle la réaction de ceux qui n'ont pas condamné les attentats de Charlie Hebdo sur l'état de la France

 

Passé et présent. « Possession en commun d’un riche legs de souvenir » et « volonté de continuer à faire valoir l’héritage ». Cette conception française de la Nation, formulée en 1882 dans Qu’est-ce qu’une Nation ?, s’oppose explicitement à la conception allemande. Renan s’emploie à invalider les thèses de l’anthropologie et de la philologie allemandes qui font reposer l’idée de Nation sur la race et la langue. Ces thèses, pourtant, auront au xxe siècle une triste postérité. Au contraire du fantasme de définir une « race pure », il insiste sur le principe essentiel qui permet de faire, à partir de Burgondes, de Francs et de Normands, un même peuple parmi lequel les différences sociales ne refléteront pas les différences ethniques. Renan cite d’ailleurs la France, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne et l’Angleterre : « Qu’est-ce qui caractérise ces différents Etats ? C’est la fusion des populations qui les composent. » Une fusion qui ne signifie nullement une uniformisation, mais le refus de statuts différents. La fédération yougoslave, avec ses « nationalités » inscrites sur l’état civil, ne forma jamais une Nation, et c’est bien tout le drame. Deuxième point fondamental, d’ailleurs, Renan formule dès 1882 la notion de droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Puisque la Nation relève d’une volonté, rien ne sert d’y maintenir de force une population et un territoire qui veulent s’en détacher. La Nation et les peuples sont une prophétie autoréalisatrice : ils existent quand des êtres humains se sentent former un peuple et constituer une Nation.

Cependant, pour qu’il y ait cette « volonté », pour que perdure cette « âme », ce « principe spirituel », il faut qu’il y ait « héritage commun ». L’enjeu est encore plus crucial quand s’ajoutent aux populations déjà présentes des populations venues d’ailleurs, qui ne sont pas porteuses, par les récits familiaux, par une culture commune, de cet héritage. S’agit-il de dire que des enfants nés français de parents immigrés seraient moins français que les autres ? Non. Mais si personne ne songe à leur transmettre l’héritage qui est le leur en tant que Français, alors la France n’existe plus comme Nation. Elle n’est qu’une forme administrative vide, substituable à n’importe quelle autre. Or il ne semble pas que le fantasme d’un individu libre et détaché de tout lien dans une entité neutre régie par le droit et le marché soit réellement l’idéal recherché par une majorité d’êtres humains. Pour preuve, ces identités de substitution que tant de gens investissent pour combler le vide existentiel laissé par l’effacement des appartenances et l’éradication des institutions qui en sont la manifestation.

Pourtant, la réduction de toute forme de patriotisme à un nationalisme xénophobe – Le  Monde, « journal de référence », avait en 2002 surnommé les défenseurs de la souveraineté de la Nation et de l’expression du peuple à travers les institutions républicaines de « nationaux républicains » (toute ressemblance avec le national-socialisme étant en la matière rien moins que fortuite) –, le refus systématique de transmettre le patrimoine culturel, historique et littéraire, jugé discriminant pour ceux qui ne le possèdent pas, tous ces réflexes idéologiques ont depuis des décennies cherché à détruire toute spécificité française. Pourquoi ?

L’appartenance à une Nation, comme tout autre lien affectif et moral qui structure la vie d’un homme, est le meilleur frein à l’extension indéfinie du marché. Elle est la preuve que nous ne saurions être réduits à des individus rationnels poursuivant leur seul intérêt et cherchant à maximiser leur plaisir, ce qui est la définition de l’être humain dans la pensée libérale classique et celle du consommateur dans les sociétés contemporaines. Il s’agira donc de présenter l’attachement à la Nation comme un renfermement « rance » et xénophobe, selon  le vocabulaire consacré, pour mieux permettre l’extension des échanges libérés des contraintes que peuvent être la protection des peuples, la prise en compte de leurs spécificités, de leur histoire… Une fois de plus, les gentils libertaires « citoyens du monde » ouvrent la porte aux libéraux les plus déterminés.

La France, donc, n’est qu’une formule imprimée sur un passeport. Elle est pur présent. Il faut en effacer le passé, soit pour se faire croire qu’on va rendre l’humanité plus généreuse quand elle n’aura plus de racines, soit pour lui permettre d’acheter, partout dans le monde, les merveilles produites à bas coût par la société industrielle. Il est d’ailleurs frappant de voir à quel point certains tentent de réduire la France à sa dimension comptable, à ces chiffres sans grandeur et sans passé : les immigrés ne seraient venus que pour remplir les usines, qui plus est à notre demande. Quoi, pas un qui n’ait cru en la promesse de notre histoire ? Pas un qui ne soit venu parce qu’il avait cru trouver cette France de Voltaire et de Victor Hugo à laquelle on croit encore ailleurs que dans nos frontières ? Ah si, quelques-uns tout de même, mais à condition qu’on puisse leur faire dire que la réalité les a bien déçus.

Extrait de "Nous sommes la France", de Natacha Polony, publié aux éditions Plon, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 24/10/2015 - 10:26 - Signaler un abus Natacha Polony

    N'ayant pas lu son livre, je ne peux donner aucune impression, mais il est clair pour toute personne de bonne foi que nous donnons un bien triste spectacle au reste du monde.

  • Par zouk - 24/10/2015 - 10:33 - Signaler un abus Natacha Polony

    N'ayant pas lu son livre, je ne peux donner aucune impression, mais il est clair pour toute personne de bonne foi que nous donnons un bien triste spectacle au reste du monde, en reniant toute notre histoire, identité, culture.... en somme tout ce qui constitue une nation. Non seulement nous nions tout cela, mais nous nous mettons notre orgueil à les nier, répudier, et même nous en excuser...

  • Par cremone - 24/10/2015 - 17:24 - Signaler un abus Le marché

    Quels que soient les sujets qu'aborde Natacha Polony, on aboutit toujours à la mise en cause du marché et du libéralisme. Encore une fois, j'aimerais bien qu'on me cite un exemple de société non libérale et néanmoins vivable.

  • Par Pourquoi-pas31 - 24/10/2015 - 20:48 - Signaler un abus Il faut donc être patriote

    ou ne pas se dire français ! Le choix est là, entre ces deux positions. Il faut donc accepter de lire dans les manuels scolaires : " Nos ancêtres les gaulois ......" . Tout ceci ne nous empêche pas d'être européens, et même donne plus de force à notre attachement à l'Europe.

  • Par RBD - 24/10/2015 - 22:09 - Signaler un abus approximations

    J'espère que la promesse de l'Histoire de France ne se résume pas à l'espace existant entre Victor Hugo et Voltaire !!! Marc Bloch la ciblait déjà bien mieux. De plus il faudrait en finir avec ce mythe de Renan grand penseur de la conception républicaine de la Nation, en opposition aux vilains Allemands bismarckiens de cette époque préparateurs du nazisme. La IIIe république a fait oeuvre d'uniformisation profonde de la France (ne serait-ce que pour la langue, justement) pour en faire une nation, rattrapant dans les faits ce modèle allemand. Ça crève tant les yeux, qu'on ne veut plus le voir à présent.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Natacha Polony

Natacha Polony est journaliste pour Le Figaro et essayiste. Elle publie notamment en 2014 l'ouvrage Ce pays qu’on abat. Chroniques 2009-2014 (Plon). 

Spécialiste de l'éducation, elle tient le blog Éloge de la transmission.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€