Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 01 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Modification génétique d’un embryon humain en Chine : bienvenue dans ce monde où l’Occident a perdu le monopole de la science de pointe (et des choix éthiques...)

Mi-avril, un groupe de scientifiques chinois a publié une étude dans la revue Protein and Cells dans laquelle ils décrivent leurs recherches visant à modifier génétiquement des embryons humains. Quelques semaines auparavant, les dirigeants d'une entreprise américaine avaient appelé à un moratoire contre la manipulation des cellules humaines.

Position de principe

Publié le - Mis à jour le 1 Mai 2015
Modification génétique d’un embryon humain en Chine : bienvenue dans ce monde où l’Occident a perdu le monopole de la science de pointe (et des choix éthiques...)

Une équipe de chercheurs chinois a récemment publié les résultats d'une étude sur leur tentative de modification d'embryons humains. Crédit REUTERS/Ho New

  • Une équipe de chercheurs chinois a récemment publié les résultats d'une étude sur leur tentative de modification d'embryons humains. Si celle-ci n'a pas permis d'aboutir à un résultat probant, ses conclusions apportent des informations importantes pour la recherche et l'édition du génome. 
  • Quelques semaines auparavant, les dirigeants de Sangamo Biosciences, une entreprise américaine, avaient appelé dans une tribune publiée dans le journal Nature, à un moratoire contre la manipulation des cellules humaines reproductrices.
  • Selon eux, ce processus serait trop dangereux et contraire à toute éthique.
  • Les réticences portent principalement sur la modification irréversible de l'appareil génétique de l'espèce humaine, une modification embryonnaire étant héréditaire.
  • La Chine, mais aussi d'autres pays, ont un rapport décomplexé à la recheche sur le patrimoine génétique, adhérant davantage à une éthique utilitariste à visée thérapeutique plutôt qu'à une interdiction pure et simple.
  • Si ce décalage dans la disposition à mettre en oeuvre des études ou non n'est pas flagrant aujourd'hui, il devrait logiquement donner une avance tant économique qu'éthique à ceux qui s'y autorisent.

 

Atlantico : Quel poids peuvent avoir les considérations éthiques occidentales pour des scientifiques chinois qui, culturellement, ne partagent pas le même système de valeurs ?

Laurent Alexandre : Cette tribune n'était pas du tout une coïncidence, il était de notoriété publique que certaines équipes travaillaient dessus. En l'occurrence, cette étude ne permet pas d'apporter une innovation concrète pour les implanter sur des bébés. D'ailleurs, les Chinois ont utilisé des embryons qui n'étaient pas viables. C'est un pas en avant très important, mais il n'y aura pas de bébés avec cette technologie, car elle n'est pas au point : l'étude fait part de nombreuses modifications génétiques non souhaitées, et repérées grâce au séquençage des embryons. Il faut bien comprendre qu'il y a une différence entre le fait de changer par thérapie génique le génome d'un enfant myopathe qui ne le concernera que lui, et les modifications embryonnaires dont il est question ici et qui modifieront durablement l'espèce.

Le jour où la technologie de modification génétique des embryons sera performante, dans quelques années, nous n'aurons plus aucun moyen de pression pour empêcher les Chinois de faire des modifications embryonnaires. Je ne pense pas que nous pourrons faire la guerre contre la Chine pour les en empêcher… Et il y aura donc probablement un consensus pour laisser faire.

Alexandra Caude : Le moratoire a effectivement été porté par le laboratoire sur la médecine générative. Les scientifiques mettent en garde sur la dangerosité de réaliser des fécondations avec des cellules qui auraient subi des expérimentations. Finalement, ce moratoire ne contredit pas l'étude que vous évoquez. L'expérience de Huang consistait à prendre des embryons humains non-viables, et à les modifier par des techniques élégantes, et qui ne sont pas dans la droite ligne du moratoire. En revanche, il est vrai que ce moratoire a été contredit dès le lendemain de sa publication par l'annonce d'une recherche en cours à l'Université d'Harvard et portant sur des cellules ovariennes récupérées sur une femme atteinte d'un cancer ovarien héréditaire, où il s'agissait pour le coup d'une modification sur des enfants à naître.

Mais on voit mal comment ces recherches actuellement menée sur la génétique ne seraient pas un jour utilisée pour modifier le patrimoine génétique des générations à venir. Surtout qu'on a déjà une expérience de moratoire qui n'a pas été suivi d'effet : en 1975, Paul Berg (Prix Nobel) et une multitude de scientifiques du monde entier – dont des soviétiques – ont signé le traité d'Asylomar sur le danger d'une dispersion dans la nature de bactéries génétiquement modifiés. Finalement, ces moratoires scientifiques font beaucoup de bruit. A partir du moment où la technique et la technologie sont là, la curiosité prime sur la modération éthique des expériences à mener.

Pierre Le Coz : Je pense que ce sont à peu près les mêmes valeurs. La différence, c'est que l'on privilégiera en Chine la dimension thérapeutique, comme le montre cette étude, alors qu'en Occident, on prend davantage en compte le risque de nuire à plus large échelle l'humanité en ouvrant une brèche que l'on ne pourrait plus colmater. Je ne pense pas que qui que ce soit souhaite nuire à l'espèce humaine. C'est en l'occurrence un humanisme médical. C'est donc plus une position politique que le résultat d'un cadre de valeurs. Mais avec l'ouverture au monde, on peut penser que la contestation telle qu'on peut l'entendre de la part des chercheurs européens ait un écho plus important à venir en Chine. Ce moratoire peut donc avoir un impact, d'autant qu'il est publié dans une revue prestigieuse, et signé par des entrepreneurs dont on pourrait imaginer qu'ils ne sont a priori pas motivés par des considérations éthiques.

Même si on ne pourra jamais endiguer l'intégralité des voies de recherche sur les manipulations génétiques, on pourra faire en sorte qu'elle soit confinée à une proportion réservée.

Quels sont aujourd'hui les pays scientifiquement capables de mener des recherches sur les manipulations génétiques ? Quelle est leur approche et leur degré de décomplexion face aux enjeux éthiques ?

Laurent Alexandre : Tout le monde. Les Chinois l'ont fait en premier non pas parce qu'ils sont très avancés sur les nucléases, mais parce qu'ils ont osé le faire. Un étudiant en 4ème année de biologie est capable de procéder à ce type de manipulation (CRISP-Cas9). Ils l'ont fait sur une centaine d'embryons, mais le caractère sensationnel de l'annonce n'est pas lié à la complexité technique, plutôt à la transgression.  

Globalement, la Chine est très utilitariste. Les Chinois en attendent une puissance industrielle, un moyen d'améliorer les générations à venir, de faire avancer la médecine, de gagner des brevets, des parts de marché, et in fine de l'argent… En somme, ils ont l'approche éthique de Stuart Mill : tout ce qui est utile est éthique.

L'approche occidentale quant à elle est plus timorée et prudente. La critique chrétienne consiste à dire qu'il ne faut pas toucher à un don de Dieu, et pour les non-chrétiens c'est une approche transhumaniste choquante sur le plan bioéthique. Et une très importante partie des généticiens européens sont contre. Ils avancent le principe de précaution, la peur de transgresser et de modifier l'espèce humaine, et tout ce qui fait que l'Europe sort petit à petit du paysage industriel et technologique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 25/04/2015 - 13:20 - Signaler un abus supprimer

    les maladies c'est bien mais modifier le QI ( moyennant finances bien sûr , vous imaginez les conséquences ?

  • Par Anouman - 25/04/2015 - 23:53 - Signaler un abus Manipulations génétiques

    Ma chère Cloette modifier le QI des embryons c'est la mort de la génération politique actuelle. Gageons qu'ils vont retarder ce moment le plus longtemps possible pour prolonger leur carrière. Cela dit je ne crois pas qu'on puisse augmenter le QI par modification directe des gènes, mais par contre en appliquant une strcite sélection des naissances ça pourrait marcher et ce ne serait pas un mal.

  • Par zouk - 26/04/2015 - 13:06 - Signaler un abus Modification du génôme

    Qui peut imaginer jusqu'où cela peut conduire? Bien plus loin et bien pire que ne l'ont envisagé Aldous Huxley ou George Orwell très probablement dans la perte totale du sens de la Création, oeuvre de Dieu.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Alexandre

Chirurgien de formation, également diplômé de Science Po, d'Hec et de l'Ena, Laurent Alexandre a fondé dans les années 1990 le site d’information Doctissimo. Il le revend en 2008 et développe DNA Vision, entreprise spécialisée dans le séquençage ADN. Auteur de La mort de la mort paru en 2011, Laurent Alexandre est un expert des bouleversements que va connaître l'humanité grâce aux progrès de la biotechnologie. 

Vous pouvez suivre Laurent Alexandre sur son compe Twitter : @dr_l_alexandre

 

Voir la bio en entier

Alexandra Henrion-Caude

Dr Alexandra Caude est directrice de recherche à l’Inserm à l’Hôpital Necker. Généticienne, elle explore les nouveaux mécanismes de  maladie, en y intégrant l’environnement. Elle enseigne, donne des conférences, est membre de conseils scientifiques.

Créatrice du site internet science-en-conscience.fr, elle est aussi l'auteur de plus de 50 publications scientifiques internationales. Elle préside l’Association des Eisenhower Fellowships en France, et est secrétaire générale adjointe de Familles de France.

Voir la bio en entier

Pierre Le Coz

Pierre Le Coz est Professeur des Universités en philosophie, et docteur en sciences de la vie et de la santé. Il a été vice-président du Comité National d'Ethique jusqu'en 2012.

Ses recherches portent, entre autres, sur la biomédecine, la bio-éthique et le principe de précaution.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€