Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mobilisation des retraités : ces solides arguments qu’aurait pu utiliser Emmanuel Macron pour justifier les efforts qu’il leur demande

Les retraités se mobilisent ce jeudi pour protester contre la hausse de la CSG et la baisse de leur pouvoir d'achat. Pourtant, en quelques décennies, on a observé un très net déplacement de la richesse vers les seniors.

Panorama

Publié le
Mobilisation des retraités : ces solides arguments qu’aurait pu utiliser Emmanuel Macron pour justifier les efforts qu’il leur demande

Atlantico : Dans le contexte de la hausse de la CSG, les retraités descendront dans le rue ce jeudi 15 mars, à l’appel de 9 syndicats, une situation qui avait provoqué une réaction d’Emmanuel Macron qui déclarait : « Je sais que je demande un effort aux plus âgés, que parfois certains râlent, ça ne rend pas forcement populaire mais je l’assume ». En quoi le destin connu par les retraités peut-il être qualifié d’exceptionnel au cours de ces dernières décennies ? Des Trente Glorieuses au plein emploi, de la moindre concurrence connue par les diplômés, aux effets de l'inflation sur le capital immobilier, quels ont été les moteurs principaux qui pourraient venir justifier l’idée de la nécessité d'une plus grande solidarité générationnelle ?

Quels sont ces arguments qui pourraient justifier la politique mise en place ?

Michel Ruimy : Dans l’imaginaire collectif, les « Trente Glorieuses » ont été d’une prospérité imperturbable. Les populations nées jusqu’à la fin des années 1940 bénéficiaient d’un net progrès générationnel : d’une génération à la suivante, les conditions d’emploi étaient plus favorables à l’entrée sur le marché du travail, le niveau de vie augmentait régulièrement, l’accès était plus fréquent à l’éducation et à la propriété d’un logement. Mais, c’est aussi une période où l’on travaillait plus longtemps et plus durement : 44 h en moyenne par semaine, la moyenne de l’espérance de vie était de 67 ans. Et au mieux, on partait à la retraite à 65 ans... À l’époque, la retraite était vécue, en quelque sorte, comme la fin de l’histoire. Elle n’était pas considérée comme une tranche de vie à part entière. Elle était perçue comme un « bonus » de temps à vivre. La vie, c’était le travail, la carrière.

Ce progrès social s’est fortement ralenti, voire interrompu à plusieurs égards, pour les générations des années 1950 et 1960 qui ont été confrontées, assez tôt dans leurs parcours de vie, à la crise économique, plus particulièrement aux deux chocs pétroliers et aux périodes de conjoncture difficile du début des années 1980 et du milieu des années 1990. En même temps, la retraite a été intégrée à la carrière au milieu des années 1970 - époque de la « pré-retraite » à 55 ans - et François Mitterrand faisait passer la loi sociale incluant la retraite à 60 ans au début des années 1980. Cela faisait consensus. Le message essentiel était de « laisser la place aux jeunes ». Les patrons, les syndicats..., presque tout le monde s’accordait à dire que c’était formidable.

Les générations les plus récentes, quant à elles, vivent une situation plus contrastée. Si plusieurs années de bonne conjoncture au tournant des années 2000 ont contribué à leur redonner un niveau de vie plus élevé que les générations précédentes au même âge - le faible niveau de taux d’intérêt leur a facilité l’accès à la propriété malgré la hausse des prix de l’immobilier -, les inégalités entre générations s’accompagnent d’inégalités intra-générationnelles.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 15/03/2018 - 09:54 - Signaler un abus En résumé,

    la France paye aujourd'hui l'arrivée des socialistes au pouvoir en 1980, leur démolition de l'économie et du tissu social, et l'inflation pléthorique de la fonction publique. On ses demande bien pourquoi les français se plaignent aujourd'hui, c'est bien ce qu'ils ont voulu, non?

  • Par assougoudrel - 15/03/2018 - 10:14 - Signaler un abus Hier, il était question que

    les russes étaient masos en "redemandant "Poutine comme président. Les français feraient mieux de se regarder. La gauche a chouchouté les cas sociaux, donné la nationalité française à des gens que leurs pays d'origine étaient bien contents de s'en débarrasser; ceux-là même qui ont engendré un vivier électoral, sans oublier une Droite conne à bouffer de la merde.On prend les mêmes et on recommence et comme résultat, la France rayonne par sa médiocrité. Et ce n'est pas fini, car il y a un nouveau chouchou, le migrant qui fuit le méchant Bachar, accompagné par ses amis afghans et j'en passe.

  • Par MIMINE 95 - 15/03/2018 - 10:24 - Signaler un abus JEUNES OU VIEUX MÊME COMBAT

    Montant moyen d'une retraite en France 1376 euros mensuel, salaire moyen d'un jeune de 25 ans 1760 euros mensuel. Autrement dit, tous dans le même bateau, les vieux dans la misère, les jeunes dans la galère, la seule différence, le vieux ne souffriront plus d'une insécurité financière , les jeunes, c'est hélas ce que nous leur avons légué . Diviser pour mieux régner pour que " ça continue encore et encore ....".

  • Par Stargate53 - 15/03/2018 - 11:29 - Signaler un abus 1376 euros bruts par mois est donc un privilège !

    Cet article comme tant d'autre est une caricature de la réalité ! Et je recommande à tous les plumitifs qui vont dans le sens E Macron de ne pas tordre les chiffres des retraités : 1376 Euros bruts est la pension moyenne mensuelle des 16 millions de retraités en France, C'est trop après une vie professionnelle de cotisations, d'impôts en tout genre payés payés pour couvrir des dépenses d''un état dépensier sans retenue ! Et les un demi-million qui perçoit le minimum vieillesse soit 800 euros par mois pour une personne et 1242 euros pour un couple, c'est ça la notion de privilégiés sous les experts payés à combien de milliers d'euros par mois pour écrire de telles insanités et fake news ! Il faut arrêter de travestir la réalité ! A trop regarder les nantis et les premiers de cordée, aux revenus confortables, nos gouvernants et leur cohorte de courtisants, s'imaginent que toute la population de nos anciens est riche, hélas c'est faux sauf pour vous les "oiseaux de mauvaise augure" qui flattent Jupiter pour faire partie de la cour de Jupiter ! Attention à ne pas finir comme les aristocrates, guillotinés à cause de votre mauvais foi !

  • Par Citoyen-libre - 15/03/2018 - 11:45 - Signaler un abus La vie du petit peuple

    Vous avez déjà vu des loups se partageant une carcasse de viande : les dominants arrivent, ils se servent et laissent les restes pour les autres. Nous en sommes là. Ils nous restent les miettes à se partager. Et c'est valable pour de plus en plus de peuples. M Ruimy est spécialiste des marchés. En 10 ans, beaucoup de pays se sont entendus sur l'évasion fiscale. Chaque jour, des milliards s'échangent sur la planète, sans aucune production industrielle. Une cargaison de pétrole sur un tanker, change de propriétaire 5 à 6 fois pendant sa traversée. C'est de l'argent virtuel. Une taxe sur ces transactions permettrait de régler beaucoup de problèmes. Mais à ça, personne ne s'attelle. On préfère enfumer le peuple et opposer les jeunes aux vieux. C'est en quelque sorte un aveu d'impuissance des gouvernants, face la finance mondiale et aux grands groupes qui dominent le monde et qui le gouvernent réellement.

  • Par Liberte5 - 15/03/2018 - 12:25 - Signaler un abus C'est un peu court que de vouloir parler .......

    de solidarité intergénérationnelle!!! C'est se moquer du monde. Moi qui ait travaillé dans le secteur du bâtiment et notamment pendant plusieurs années sur les chantiers à une époque où la semaine était de 48h, je dois être solidaire de tous les gaspillages que la cour des comptes dénoncent régulièrement. Je dois payer, via la CSG, l'incroyable dépense publique, les hauts fonctionnaires qui se gavent , les déficits de la SNCF, le trou d'Aréva laissé par A. Lauvergeon.etc. Ce qu'il faut c'est baisser la dépense publique de 200Mds € (supérieure à celle de l'Allemagne.). Réduire l’État seule solution. "Plutôt que de nous demander ce que l’État peut faire pour nous, demandons-nous ce que nous pouvons faire sans lui".Yves Seguin.

  • Par clclo - 15/03/2018 - 12:35 - Signaler un abus solidarite

    non du vol pur et simple

  • Par martinsain - 15/03/2018 - 13:06 - Signaler un abus branlemou

    attention aux concontributeurs du calibre RUIMY, sinon il va falloir les chercher les abonnés ravis de se faire cracher dessus!!!!!!!!

  • Par gerard JOURDAIN - 15/03/2018 - 13:26 - Signaler un abus +1 @Liberté5

    quand je lis qu'une jeune est moins "riche" qu'un retraité....je suis inquiet des formations que promeut mr Ruimy. ahhh..;quel surprise!! le vieux devrait, après avoir bossé toute sa vie, être à la rue comme certains jeunes!!! c'est pas gagné..la culture du bon sens dans ce pays....

  • Par Liberte5 - 15/03/2018 - 14:08 - Signaler un abus Vous avez raison @ clclo

    c'est du vol pur et simple.

  • Par Alain Proviste - 15/03/2018 - 15:34 - Signaler un abus C'est reparti pour un tour de jérémiades

    Les inusables "j'ai travaillé toute ma vie", "j'y ai bien droit" etc. Il ne faut pas s'étonner que la France soit dans une situation particulièrement mauvaise. Cette façon de s'arc-bouter ne vaut mieux que la défense des statuts du type SNCF etc.

  • Par Alain Proviste - 15/03/2018 - 15:35 - Signaler un abus ... ne vaut PAS mieux que...

    Désolé pour la faute. Pas eu le temps de relire, je travaille moi.

  • Par spiritucorsu - 15/03/2018 - 15:46 - Signaler un abus Macron et l'art de stigmatiser les retraités!

    Non,mr Ruimy,la richesse ne s'est pas forcément déplacee vers les retraités,et il faut une bonne dose de cynisme et encore plus de sophisme pour faire passer pour des privilégiés toutes celles et tous ceux qui au prix d'un labeur physique et psychique harassant ont contribué à faire de ce pays une puissance économique de premier plan en ayant pour seule récompense une retraite souvent misérable(-de 1000 E par mois ou médiocre.Le mythe du retraité profiteur et jouisseur ne tient pas davantage la route quand on sait que le montant moyen des pensions s'élève à environ 1350E mensuels.Si vous voulez vraiment chercher où se situent les privilégiés ,voici quelques bonnes pistes:les banques qui trafiques en bourse(affaire Kerviel),les multinatonales qui échappent à l'impôt grace aux paradis fiscaux,les emplois fictifs dans les grandes entreprises privées et public..la liste serait trop longue.Dans l'art de stigmatiser les retraités pour mieux faire passer la pilule auprès du bon peuple,le grand gourou et sa clique suffisent à eux mêmes.Les quelques créatures de la macronie on core aveuglée par la pensée intersidérale de leur maître à penser n'ont pas besoin d'en rajouter.

  • Par Carl Van Eduine - 15/03/2018 - 18:21 - Signaler un abus Etrange pays

    Etrange pays qui décourage les investisseurs pendant des années sous prétexte que l'un pense que la politique de la France ne se fait pas à la corbeille tandis que l'autre déteste les riches. Etrange pays qui décourage les salariés dynamiques qui voient leurs revenus "anormalement" élevés passer à la toise de l'IRPP, qui n'est plus payé que par ces méchants salariés riches d'ailleurs. Etrange pays qui décourage le monde productif en protégeant tant et plus la noblesse de robe, tant Enarques que fonctionnaires, des prébendes des emplois surs. Etrange pays qui tape sur ses salariés "riches" pour mieux faire oublier qu'à cause d'investissements plus ou moins débiles, tel le tout TGV ou le tout nucléaire, les finances publiques sont en grande partie vouées à des investissements dont on attend toujours le pay-back. Etrange pays où les politiques et les salariés du public ont enterré les formations de qualité, sans voir qu'ils condamnaient le pays à être absent des technos et des marches rentables. Alors haro sur le retraité riche : il ne cantera que peu de toute façon avant de partir ! Et puis, déjà qu'il a payé l'essentiel de l'IRPP, on peut continuer à la tondre avec la CSG.

  • Par gerard JOURDAIN - 15/03/2018 - 19:12 - Signaler un abus et pendant que....

    et pendant que des couillons tombent dans le panneau ... vieux contre jeunes, riche contre pauvre, grand contre petit, chrétien contre musulman...etc... le politique se marre et se goinfre... pauvre France....

  • Par ajm - 15/03/2018 - 20:30 - Signaler un abus Le refrain des trente glorieuses.

    Cette histoire des trente "glorieuses" , plutôt vingt d'ailleurs et pas si glorieuses que cela , on va nous la servir longtemps ? Dans trente ans quand la CSG aura dépassé 25% des pensions, on ressortira encore cette fable aux vieux de l'époque ? Une fois pour toute, il faut rappeler des evidences: la plupart des pensions sont modestes, voir dans de nombreux cas extrêmement faibles ( agriculteurs, pensions de réversion pour les femmes etc..) Les grosses retraites du privé, dépassant les 50000 euros annuels ( tous régimes confondus) représentent seulement 1.4% des cas. Un retraité "aisé " l'est toujours nettement moins qu'en activité, le niveau de remplacement de la pension par rapport au revenu d'activité déclinant au fur et à mesure que l'on est bien rémunéré. S'agissant des jeunes, on enfonce des portes ouvertes car, sauf cas particuliers ( orphelins de parents riches, sportifs ou artistes à succès très précoces. ..), on est toujours pauvre au départ , sachant que les jeunes sont souvent logés et nourris longtemps chez leurs parents alors que des vieux , y compris les pauvres, doivent payer souvent chères des prestations médiocres quand ils ne sont plus autonomes.

  • Par A M A - 16/03/2018 - 16:12 - Signaler un abus Macron , lui qui se veut

    Macron , lui qui se veut expert en tout, ne comprend pas que les "vieux" ont une place considérable et déterminante à l'intérieur des familles. C'est un sot.

  • Par A M A - 16/03/2018 - 16:14 - Signaler un abus Très bien vu Gerard Jourdan.

    et pendant que des couillons tombent dans le panneau ... vieux contre jeunes, riche contre pauvre, grand contre petit, chrétien contre musulman...etc... le politique se marre et se goinfre... pauvre France.... .

  • Par lasenorita - 16/03/2018 - 18:08 - Signaler un abus Des ''économies ''sont à faire ailleurs!

    Il faut diminuer le nombre de députés, de sénateurs, de conseillers généraux, régionaux.. supprimer l'immigration.. Les Français paient des impôts énormes pour entretenir des fainéants et des terroristes!...80% des prisonniers dans nos prisons sont musulmans: il faut supprimer la nationalité française aux délinquants bi-nationaux musulmans et également la ''loi du sol''!...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Ruimy

Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€