Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 23 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mission (très) possible: comment François Fillon pourrait rassurer la majorité de Français que son programme inquiète

Pour rassurer, François Fillon va devoir insister sur les valeurs, sans renoncer à la radicalité qui est sa marque de fabrique et qui lui a permis de remporter la primaire de la droite.

Action !

Publié le - Mis à jour le 23 Décembre 2016
Mission (très) possible: comment François Fillon pourrait rassurer la majorité de Français que son programme inquiète

Atlantico : Dans un sondage Ifop pour Le JDD paru ce dimanche, le programme de François Fillon est jugé inquiétant par 62% des Français et 50% des sympathisants LR. Cette inquiétude est-elle justifiée ? 

Maxime Tandonnet : La France est dans une situation économique et sociale désastreuse avec ses 5,5 millions de chômeurs, ses gigantesques déficits et sa dette publique, le poids de ses prélèvements obligatoires, 47%, en hausse vertigineuse ces dernières années, son phénoménal matraquage fiscal. A côté, l'économie allemande est florissante, en situation de plein emploi, dégageant des excédants considérables. Sur le fond, François Fillon a profondément raison de vouloir rétablir le sérieux dans la gestion du pays et se rapprocher du modèle allemand.

Aucun pays au monde ne peut consommer plus qu'il ne produit, sauf à sombrer dans la dépendance.

Toutefois, la raison et la rationalité ne font pas toujours bon ménage avec la politique. Les propositions économiques et sociales de François Fillon ne sont pas l'essentiel en soi d'un point de vue politique. Ce qui compte sur le plan politique et ce qui jouera en définitive, c'est la manière dont elles seront perçues. Or, à cet égard, la position de M. Fillon est fragile. Il suffit d'un chiffre, d'une image, d'une sensation, pour provoquer des basculements vertigineux de l'opinion. Pour les oppositions de gauche ou d'extrême droite, il sera aisé de brandir un chiffon rouge et de manipuler l'opinion au point de provoquer un mouvement de rejet. Aujourd'hui, certaines des propositions de François Fillon font peur à une majorité de Français qui n'ont pas voté à la primaire, y compris du côté d'un électorat du secteur privé acquis à la droite modérée. C'est un fait indéniable dont il faut prendre acte. La France est une société malade, fragile, déchirée, profondément traumatisée par la vague d'attentats terroristes, par les scandales politiques, par l'exclusion due au chômage. Le terreau de la révolte et de vertigineuses surprises électorales existe. Ne pas en tenir compte serait une attitude suicidaire.

 

Par quels moyens François Fillon peut-il parvenir à rassurer ? Renoncer à la radicalité et à la rupture - qui sont ses principales marques de fabrique et qui lui ont permis de remporter la primaire de la droite - ne serait-il pas une stratégie risquée ? 

En restant lui-même! En cultivant ce qui a fait sa force pendant la primaire. Le succès de François Fillon n'est pas tellement lié aux détails des propositions de son programme. Celui-ci était connu dès septembre 2015 avec la publication de son livre "Faire". Or, la réussite de M. Fillon s'est affirmé dans les semaines qui ont précédé les primaires. Elle repose sur une impression forte qu'il a su imposer pendant la "guerre éclair" des primaires, notamment lors des débats télévisés: attachement aux valeurs traditionnelles de la France, à travers son soutien aux chrétiens d'Orient, image de sérieux de son projet économique et social et dans sa vision de la diplomatie, axée sur le dialogue avec la Russie, projet d'Europe des Nations, une apparence de sobriété, de modestie et de probité contrastant avec les exubérances vaniteuses de la classe dirigeante que les Français ne supportent plus.
 
C'est tout cet ensemble, de l'ordre de l'impression, qui explique sa réussite. Il doit donc s'ancrer dans cette image de modération, de capacité d'écoute des Français, d'attachement aux principes nationaux, à la source de son succès. Cela ne signifie en rien qu'il lui faille renoncer aux mesures nécessaires pour le redressement du pays. Toutefois, il ne faut pas qu'il apparaisse dans un rôle autocratique, déterminé à imposer unilatéralement un catalogue précis et détaillé préconçu à l'avance qui donnera prise à toutes les manipulations des oppositions de gauche et d'extrême droite. Sa réussite finale passe par l'explication et la volonté de dialogue avec les Français. La hauteur de la mission présidentielle doit guider sa politique. D'ailleurs, il semble fondamental , au regard des expériences récentes, de sortir de la confusion des rôles. Le chef de l'Etat fixe un cap, protège les Français et prépare le destin du pays. Le programme détaillé et précis du futur quinquennat législatif ne peut procéder, dans une démocratie normale, que d'une majorité parlementaire et d'un futur Premier ministre. Retrouver cette hauteur présidentielle, dans le discours et la pratique, est la clé de la réussite d'un futur chef de l'Etat. 
 

Cette entreprise visant à rassurer les Français et une partie de son électorat sur son programme ne risque-t-elle pas d'être rendue difficile par certains candidats à la présidentielle qui pourraient surenchérir en un front commun sur la casse du modèle social ? 

Nous allons vers une période extrêmement difficile pour François Fillon et tous ceux qui le soutiennent. Il sera pris dans le feu croisé de la gauche socialiste et de l'extrême droite. Il va devenir de toute évidence le nouvel épouvantail des milieux politiciens et tous les coups seront permis. Rien ne va lui être épargné. Son projet économique et sociale sera passé au crible de ses deux adversaires. On va évidemment l'accuser de thatchérisme, et dénoncer ses supposées intentions de casser le modèle social. Il va être insulté en permanence, traité de réactionnaire par la gauche et de faux jeton par l'extrême droite. Même sur le plan personnel, il sera inévitablement traîné dans la boue. Il va devenir le point de mire des attaques de l'ensemble des autres candidats. L'avalanche de critiques et d'accusation qu'il risque de subir pourrait ensevelir assez vite le souvenir de sa victoire aux primaires. En somme, son élection en mai 2017, dans un climat où l'opinion est extrêmement volatile et imprévisible, est loin d'être acquise. Sa grande chance est justement le statut de paria qui ne va pas manquer d'être le sien. Sans avoir besoin de s'autoproclamer "anti-système" à l'image de nombreux politiques actuels, il pourrait, à force de devenir le souffre-douleur de la classe politique, de l'extrême gauche à l'extrême droite, s'attirer la sympathie de l'opinion ce qui serait son meilleur atout en mai 2017.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Rosiale - 19/12/2016 - 09:31 - Signaler un abus Très bonne analyse.

    Très bonne analyse. FF remplace NS comme cible dans les médias et chez ses adversaires. Une de ses qualités fera peut-être la différence: il est calme et ne s'emporte pas. Dans ce climat volatile, difficile ce sera je pense un gros avantage pour lui. Qu'il ne renie pas trop les promesses faites durant la primaire et beaucoup d'électeurs, s'il fait une bonne pédagogie, se tourneront vers cet homme posé.

  • Par zouk - 19/12/2016 - 10:37 - Signaler un abus Fr. FILLON

    La véritable inquiétude serait que ses propositions rassurent tout le monde, c'est à dire l'immobilisme parfait: nous en mourons déjà, ajoutons y 5 ans: qui restera pour enterrer la défunte nation France?

  • Par zouk - 19/12/2016 - 10:45 - Signaler un abus Fr. FILLON

    Son calme suffira bientôt à rassurer nombre de ses critiques, s'il veulent bien écouter de bonne foi (j'espère que ce n'est pas qu'un vœu pieux) les précisions qu'il explique sur son programme. Je sais que divers opposants vont l'accuser de s'amollir ou au contraire d'en prendre prétexte pour l'accuser de pencher vers le FN, tous cherchant d'abord à créer confusions et polémiques.

  • Par vauban - 19/12/2016 - 11:33 - Signaler un abus Il doit se tenir à l'écart des médias

    Pour se protéger ,laisser les caricaturistes de son programme et les faiseurs logorrhéiques de petites phrases s'affaisser tous seuls dans leur petits studios surchauffés et embolisés par les socialobobogauchohomoecolo en quête d'affichage et de reconnaissance médiatiques Un jour les chroniqueurs et éditorialistes matés par cet assèchement unilatéral lui feront les yeux doux pour le faire revenir à leur micro et il pourra alors s'exprimer et expliquer Pour l'instant ils veulent tous se le payer(cf interview de GLarcher par Martichoux sur RTL) Enfin il faut délégitimer la prise de paroles en son nom de certains LR du style Raffarin,Stoleru et acolytes ,qui veulent se refaire de la claque qu'ils ont pris aux primaires Mettre dehors toutes ces girouettes et HAS BEEN dont le seul pouvoir est de nuisance et le seul objectif de perdurer Qu' ils aillent voir chez Macron!

  • Par Cervières - 19/12/2016 - 11:44 - Signaler un abus @Vauban

    Lionel Stoléru est mort le 30/11/2016, laissons le en Paix

  • Par Benvoyons - 19/12/2016 - 11:48 - Signaler un abus Ceux qui sont contre les réformes Fillon :)::) Ben ceux pour qui

    l'Argent de l’État ne coute rien ! Ceux pour qui exister ne peut se faire que par des solutions de facilités avec vos impôts, vos taxes, comment vous devez vivre! En fait petit à petit ils vous veulent à leurs bottes car votre liberté de pensée ne sied pas à leurs manipulations pour vivre facilement à vos dépends. Tous les pays ont des défauts mais la France les dépasse tous! Avec Les Fonctionnaires sont des élus ( interdit dans tous les pays Démocratiques et ceci d'ailleurs pour éviter ce qui arrive en France. Une caste (Noblesse d’État) qui décide tout pour vous (Pourtant les Français avaient fait la Révolution pour éliminer cette façon de fonctionner) Ben non rien n'y fait nos nobles sont bien là très performant sur nos portes monnaies et nos dettes. Bien évidemment avec le secours des Syndicats du Public qui dirigent les Syndicats du Privé. Votez Fillon et bien vous voterez pour une Révolution 2017 /2022 pour enfin revenir à la qualité qu'avait voulu notre Révolution 1789; Plus de Caste qui gouverne le pays mais une gouvernance avec la diversité de la société civile.

  • Par JLH - 19/12/2016 - 11:59 - Signaler un abus Georges Pompidou

    Rappelons nous, ceux qui ont l'âge d'avoir un passé un peu long, ce grand président a été élu pratiquement sans programme. Il avait une vision pour la France, il était (très) cultivé, connaissait l'histoire en détail. Je crois que F Fillon est cultivé, connait l'histoire, a les moyens de rassurer, mais il reste une condition : sans "être droit dans ses bottes" il doit rester bien en équilibre sur ses deux pieds, et ne pas perdre son sang-froid face au critique, maintenir la direction. J'ai l'impression d'un changement de pied sur la Sécurité Sociale et sur le nombre de fonctionnaire, et c'est l'impression qui compte. Le rôle du patron est de rester calme et certain de son fait, de ne pas réagir au quart de tour, laisser passer l'orage, et tout ira bien.

  • Par vauban - 19/12/2016 - 19:24 - Signaler un abus Cervieres

    Oups ! Je pensais à Benoist Apparu Rien à voir avec Lionel Stoleru dont je ne savais pas qu il était décédé et qu'on ne pouvait qualifier de politicien Un homme très estimabLe et estlmé

  • Par Anouman - 19/12/2016 - 22:19 - Signaler un abus Inquiétude

    Il n'y a vraiment pas de quoi être inquiet du programme de Fillon qui est d'une banalité et d'un conservatisme à toute épreuve. On peut en revanche être inquiet du fait que son programme ne résoudra aucun problème que nous connaissons car il n'est pas inspiré. A sa décharge ses adversaires ne le sont pas plus. Mais ça nous fait une belle jambe. Ca devient fatigant de devoir voter pour le moins débile. On aimerait avoir un peu d'enthousiasme, mais c'est incompatible avec l'analyse des propositions des candidats, Fillon compris (sans compter que c'était le toutou de Sarkozy et qu'il aimait ça puisqu'il est resté cinq ans).

  • Par Ganesha - 20/12/2016 - 05:20 - Signaler un abus Francois Fillon !

    Francois Fillon ! Cet homme n'a aucune opinion, aucune volonté, sur aucun sujet ! Il n'est qu'une carpette, un majordome obséquieux, entièrement dévoué au service de m. Gattaz et du club Bilderberg ! Élisez-le et vous passerez ensuite cinq ans à vous lamenter !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Maxime Tandonnet

Maxime Tandonnet est historien, et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. Il est l'auteur de Histoire des présidents de la République (Perrin, 2013), et alimente régulièrement son blog personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€