Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mark Zuckerberg fait don de 99% de sa fortune : pourquoi la démarche du patron de Facebook n’est pas la même que celle de Bill Gates

A la naissance de sa fille, le milliardaire et fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé qu'il lui ferait don de 99% de sa fortune sur une période de 100 ans. Mais cette grande générosité n'est pas désintéressée.

Philanthropique ?

Publié le - Mis à jour le 4 Décembre 2015
Mark Zuckerberg fait don de 99% de sa fortune : pourquoi la démarche du patron de Facebook n’est pas la même que celle de Bill Gates

Mark Zuckerberg fait don de 99% de sa fortune. Crédit Reuters

Atlantico : Mark Zuckerberg a annoncé à la suite de la naissance de son enfant une généreuse donation de 99% de ses parts sur Facebook à son association philanthropique Chan Zuckerberg Initiative. Est-ce réellement généreux de sa part ? Quel est le projet de son association ? Comment fonctionne t elle ?

Jérôme Kohler : Oui c'est un geste très généreux car donner -même sur 100 ans- 99% de sa fortune revient  quasiment à se déposséder. Nous retrouvons deux traits fondamentaux de la philanthropie : il s'agit d'un acte librement consenti et cet acte n'a pas de contrepartie directe pour le donateur. Ici son don évidemment améliore son image mais le montant (45MM), le moment (la naissance de sa fille) et la durée (50 à 100 ans) vont bien au-delà de cette simple préoccupation. Sa structure sera soit une fondation soit plus probablement une LLC (statut d'une entreprise sociale dont les investissements ou activités doivent remplir des critères sociaux, environnementaux.).

Il ne s'agit pas de la poursuite de la rentabilité à tout prix car les bénéfices doivent être cohérents avec la démarche. L'objet décrit est plus une intention, une volonté (augmenter le potentiel de développement humain et favoriser l'équité dans tous les domaines) qu'un énoncé de moyens (prix, subventions, investissements non-lucratifs) ou de sujet (écoles publiques). Il s'agit juste d'une annonce et non un business plan.

N'est ce pas un moyen de garder un véritable contrôle de son entreprise et de protéger ses propres intérêts ?

Jérôme Kohler : Non plus car il a aujourd'hui les moyens de contrôler son entreprise alors que dans 50 ans il aura tout intérêt à l'avoir revendu. De plus la loi américaine n'autorise pas que la dotation d'une fondation soit constituée majoritairement des actions d'une seule entreprise.

Quelle est la différence avec l'association de Bill Gates par exemple ? Comment expliquer qu'autant de milliardaires célèbres se lancent dans la philanthropie ? Leurs actions ont-elles un impact réel ?

Jérôme Kohler : La différence est dans l'objet : Bill Gates investit dans la Santé et Education alors que Mark Zuckerberg investit dans l'équité et développement humain. Les actions ont un impact réel : les campagnes de vaccinations couvrant des pays entiers pour la Fondation Bill Gates, les énormes investissements et moyens de recherches mis en place par la Fondation Bill Gates mais aussi la Fondation Mérieux en France. Faire de la philanthropie aux Etats Unis va avec le statut social, la fortune et un vrai sentiment de " rendre à la société". Contrairement à la France, un milliardaire américain sans sa propre fondation ou une importante philanthropie serait mal considéré voire vu comme un "mauvais joueur" au sein de la société américaine.

Antoine Vaccaro : J’ai cru,  jusqu’à un passé récent,  que la philanthropie n’était qu’un exercice  de style pour un certain nombre de grandes fortunes et ne pouvait en aucun cas influer sur le cours de l’histoire des sociétés. La Fondation Gates avec le renfort de Warren Buffet a bousculé véritablement ce paradigme. Grâce à des budgets équivalents à ceux que l’OMS emploient pour combattre les grands fléaux épidémiques qui ravagent l’humanité, la fondation a permis de réduire le nombre de morts de la rougeole chez l’enfant de 2 millions de décès par an à 200 000.
 

Pouvons nous observer le même phénomène en France sachant que les taux d'imposition ne sont pas les mêmes qu'aux Etats Unis ? Quels sont les domaines privilégiés de l'action philanthropique ?

Jérôme Kohler : En France la philanthropie des individus et des familles augmentent mais n'est ni aussi répandue ni avec des montants aussi importants. Alors que les déductions fiscales en France -contrairement à ce que l'on dit- sont très importantes et proches de celles des USA. Les domaines privilégiés de la générosité des particuliers est la recherche médicale, la solidarité (notamment lutte contre la pauvreté) et les dons religieux.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 04/12/2015 - 09:31 - Signaler un abus QE

    Ces histoires montrent surtout qu'en ces temps d'Assouplissement Quantitatif (Quantitative Easing) les grandes fortunes ne sont que des mirages basés sur la spéculation. Bill Gates a déjà reconstitué sa fortune !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Vaccaro

Antoine Vaccaro est titulaire d’un doctorat en science des organisations - Gestion des économies non-marchandes, Paris-Dauphine, 1985. Après un parcours professionnel dans de grandes organisations non gouvernementales et groupe de communication : Fondation de France, Médecins du Monde, TBWA il préside le Cerphi (Centre d'étude et de recherche sur la philanthropie), Faircom International et le Fundraising Lab. Il assume diverses fonctions bénévoles au sein d’associations et de fondations. Il enseigne à Sciences Po Paris. Il est également co-Fondateur de plusieurs organismes professionnels promouvant le financement privé des causes d’intérêt général : Association Française des fundraisers, Comité de la charte de déontologie des organismes faisant appel à la générosité publique, Euconsult et la chaire Philanthropie de l’ESSEC. Il a publié divers ouvrages et articles sur la philanthropie et le fundraising.

Voir la bio en entier

Jérôme Kholer

Jerôme Kohler (ESSEC 92) est directeur de L’Initiative Philanthropique, société de conseil philanthropique et en stratégie de mécénat. Ayant débuté sa carrière à la Fondation de France, il a été directeur du mécénat du Groupe l’Oréal, puis conseiller du président du Louvre et directeur des American Friends of the Louvre. Ex-président de Paris-Musées, il est administrateur des Amis de l'Opéra Comique, du Fonds Entreprendre pour Aider et membre du comité de pilotage de la Fondation Culture et Diversité. Il participe aussi à de nombreux réseaux d’experts en philanthropie.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€