Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mais comment la Corée du Nord est-elle parvenue à se fabriquer une bombe nucléaire ?

A peine plus jeune que celle de la France, l’industrie nucléaire nord-coréenne a démarré grâce au soutien technique de l’Union soviétique... avant de multiplier les filières à travers le monde.

A la source

Publié le
Mais comment la Corée du Nord est-elle parvenue à se fabriquer une bombe nucléaire ?

Comment la Corée du Nord a pu, au fil des années, être en capacité de détenir une arme nucléaire ? Quels ont été ses soutiens historiques dans cette tache, aussi bien en termes de compétences que de matériels ? Comment expliquer la récente accélération dans cette tâche par Pyongyang ?

L’industrie nucléaire nord-coréenne a près de soixante ans d’âge. A peine plus jeune que celle de la France, elle a démarré par la filière plutonium grâce au soutien technique de l’Union soviétique dont les experts ont formé les ingénieurs nord-coréens. Les dirigeants ont compris très vite que le nucléaire militaire issu des réacteurs plutonigènes permettrait de disposer d’une arme susceptible d’assurer la pérennité du régime. Le développement est resté lent jusqu’au début des années 1990. A cette époque Pyongyang, s’est inquiété de la victoire écrasante des Etats-Unis sur Saddam Hussein dans la guerre du Koweït.

Il en est résulté une accélération des programmes nucléaires militaires et de missiles balistiques afin de compenser la supériorité des Etats-Unis et de leurs alliés régionaux (Corée du Sud et Japon). La seconde guerre d’Irak n’a fait que renforcer cette volonté de mettre au point un outil complet et crédible de dissuasion nucléaire ce qui explique la multiplication récente des essais de missiles, et la rhétorique agressive destinée à faire peur.

Selon une analyse de Michael Elleman, reprise dans le New York Times, la réussite de la Corée du Nord à produire des missiles balistiques nucléaires tiendrait en partie à l'Ukraine. Selon l'expert en missile de l'Institut International des Etudes Stratégiques, la puissance nord-asiatique aurait réussi à se procurer du matériel auprès de l'entreprise Yuzhmash. Une telle analyse est-elle crédible ?

La mise au point d’une arme nucléaire et la fabrication de missiles balistiques de longue portée exige la fabrication ou l’acquisition de dizaines de milliers de composants de toute nature. La Corée du Nord s’est dont adressée à toutes les sociétés productrices des éléments dont elle avait besoin, y compris de nombreuses sociétés occidentales peu regardantes sur l’identité réelle des acheteurs.

Comme l’avait fait Saddam Hussein, dès les années 1970-1980, la Corée du Nord a cherché à créer de multiples filières, notamment avec le Pakistan. Abdel Kader Khan, « père » du nucléaire pakistanais, était un fournisseur privilégié jusqu’en 2002. Les attentats du 11 septembre 2001 ont en effet suscité de la part des Etats-Unis une initiative de contre prolifération qui a durement touché les filières pakistanaises.

Simultanément, la dislocation de l’Union soviétique a favorisé l’ouverture d’un marché noir des technologies balistiques, notamment l’Ukraine dès 1990. Celle-ci a commencé à vendre au plus offrant les produits d’un complexe industriel de pointe (propulseurs de fusées, utilisables pour les missiles balistiques, centrales inertielles pour les missiles de croisière). Il n’est donc pas étonnant que Pyongyang ait conservé des liens avec des entreprises ukrainiennes plus ou moins héritières du grand complexe de la période soviétique. Les efforts pour attirer les scientifiques de l’ex URSS ont, semble-t-il connu moins de succès. En revanche, la Corée du Nord a activement coopéré avec l’Algérie, la Lybie, la Syrie et l’Iran dans le domaine essentiel de la formation des ingénieurs. Lors des tirs de missiles balistiques des délégations de ces différents pays étaient invitées comme en témoignent des documents parfois publics.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 15/08/2017 - 20:20 - Signaler un abus États islamistes ou socialistes...

    Les deux ont, en commun, la stratégie de conquête et le cynisme idéologique...les deux ingrédients nécessaires pour faire tout peter!

  • Par Anouman - 15/08/2017 - 20:44 - Signaler un abus Moyens

    Dire que l'Arabie Saoudite a les moyens mais pas les compétences techniques c'est parfaitement idiot. Les compétences techniques s'achètent, donc si on les moyens on a les compétences.

  • Par Marie-E - 15/08/2017 - 20:46 - Signaler un abus il ne faut pas oublier

    la coopération militaire et nucléaire de l'Iran et de la Corée du nord. C'est bien le développement du balistique qui est problématique...sans compter que Nasrallah n'arrête pas de la ramener. Comme c'est la voix de son maître, cela veut dire que l'Iran se sent en confiance en particulier en Syrie le long des frontières israélienne et jordanienne. Pour ce qui est de la Corée, le problème vient surtout des anciens présidents américains qui ont laissé faire ainsi que la Chine et la Russie qui ne voyaient pas le danger pour eux à cette époque. Maintenant Kim fait peur à tout le monde tellement il est cinglé et qu'il n'écoute personne. Alors à moins qu'il ait de gros besoins alimentaires pour sa population ...et là ça pourrait s'arranger;

  • Par assougoudrel - 16/08/2017 - 11:17 - Signaler un abus On essaie de nous faire peur

    avec un fou qui possède une "grenade à main nucléaire" qui fera un petit champignon d'un mètre de hauteur, oubliant ce que c'est que la dissuasion nucléaire. Au premier tir de sa "grenade", le palais du fou et les infrastructures sensibles seront rayés de la carte et le fou avec. Toutes les armes sont déjà pointées sur eux et les américains ont de quoi faire "dévier" la terre de son orbite. Cela me rappelle comment l'armée de Saddam Hussein "faisait peur".

  • Par Anguerrand - 16/08/2017 - 15:22 - Signaler un abus La Chine a laissée, voire encouragée ce fou

    Ce pays est des plus en plus dépendant de la Chine. Elle a vu ce fou faire ce qu'il voulait alors que ses intérêts sont limités. La Corée du Nord a absolument besoin de la Chine , des millions de coréens sont morts de faim pour faire cette bombe, et durant des décennies la Chine a protégé ce monstre. Alors qu'il suffisait au début de bombarder les installations nucleaires du gros Kim. Maintenant c'est autre chose et la Chine commence seulement à en prendre conscience. Quoi qu'on en dise, seul Trump a le courage qu'il fallait arrêter les dégâts, négocier avec un fou ne sert à rien. Par malnutrition les coréens du nord est un peuple dont la population mesure en moyenne 1,5 m quand les Sud coréens ont un taille normale. Ce type est à détruire coûte que coûte nbravo Mr Trump .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Géré

François Géré est historien.

Spécialiste en géostratégie, il est président fondateur de l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS) et chargé de mission auprès de l’Institut des Hautes études de défense nationale (IHEDN) et directeur de recherches à l’Université de Paris 3. Il a publié en 2011, le Dictionnaire de la désinformation.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€