Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Macron président ? Le rude casse-tête de la composition d’un gouvernement En Marche pour aller aux législatives

Élu président de la République, le premier défi d'Emmanuel Macron sera de nommer un Premier ministre à la fois capable d'incarner le renouveau, tout en ayant de l'expérience, et qui soit apte de faire campagne jusqu'aux législatives.

Candidat particulier cherche parlementaire particulier

Publié le - Mis à jour le 28 Avril 2017
Macron président ? Le rude casse-tête de la composition d’un gouvernement En Marche pour aller aux législatives

Atlantico : Candidats au second tour des élections présidentielles, Emmanuel Macron est en tête des sondages pour remporter les présidentielles. Dans l'optique de former une majorité à l'Assemblée, quelles sont les difficultés que pourraient rencontrer l'ancien ministre de l'Economie ?

Arlette Chabot : La première décision importante, voire déterminante, pour Emmanuel Macron, s'il est élu, sera le choix du Premier ministre. Il a déjà indiqué que ça devrait être un homme ou une femme qui incarnerait le renouvellement tout en ayant une expérience politique. C'est très important évidemment de savoir si c'est quelqu'un qui vient de la gauche, de la droite ou du centre. C'est déterminant car, au fond, ce Premier ministre sera choisi pour conduire, en principe, la campagne législative pour que le Président nouvellement élu ait une majorité.

Seront de même importantes les nominations de cette première équipe gouvernementale. C'est le premier acte scruté, observé par les Français. Cette première équipe doit refléter les choix, les intentions et la méthode du gouvernement du président de la République. En ce qui concerne l'équipe d'Emmanuel Macron, on peut se poser plusieurs questions sur leurs parcours personnels et leurs orientations politiques. On peut se demander si cette équipe sera une équipe de transition, en attendant le résultat des législatives qui pourrait modifier l'équipe gouvernementale ensuite, ou une équipe définitive. 

Emmanuel Macron n'est-il pas contraint par une injonction contradictoire, ayant besoin de soutiens aussi bien à droite et de gauche, mais en restant astreint à un besoin d’ambiguïté, pour éviter de repousser ces mêmes électeurs par des personnalités trop clivantes ?

Il y a un impératif contradictoire : c'est le renouvellement et l'expérience. Vous ne pouvez pas avoir, aux législatives, que des candidats novices, des gens qui découvrent la politique. Il faudra, demain, composer une nouvelle majorité dans l'Assemblée avec des députés d'En Marche qui seront capables de tenir la commission des Finances, d'être rapporteur général du Budget et d'occuper des fonctions importantes à l'Assemblée. Il ne peut pas y avoir que des personnalités nouvelles sans expérience. Et avoir trop de personnes qui ont déjà exercé des fonctions, qui ont été déjà élus ou sont des sortants, risque de l'affaiblir. C'est la raison pour laquelle, au fond, sur les personnes qui gouverneront avec lui demain, il y a un certain flou. Si des gens de droite le rallient, il devra certainement être prêt à élargir et modifier ses plans. Emmanuel Macron va devoir choisir une équipe qui lui donnera une majorité. Il y a une tradition : la "photo de famille" du premier gouvernement, formé au lendemain de l'élection présidentielle, où chacun est content d'être là aux côtés du président de la République. Mais celle-ci risque de frapper les Français. Combien de visages seront connus par un grand nombre de Français ? Combien seront inconnus, mais pourront incarner le renouvellement ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vauban - 25/04/2017 - 09:03 - Signaler un abus L ´ex trader de la société générale

    Soutien actif. des frères musulmans en France ferait un très bonPM et donnerait l'impulsion à la future politique non avouée de Mr Macron À défaut :Jacques ATTALI ?

  • Par vangog - 25/04/2017 - 10:11 - Signaler un abus Un gouvernement gloubi-boulga...

    un peu d'ultra-socialisme: le gloubi...et un peu d'ultra-libéralisme: le boulga...avec Attila à la manœuvre de l'invasion barbare pour créer la croissance artificielle (1,1% c'est le bon dosage gauchiste) de ce mélange sulfureux...je prévois soit une explosion du soufflet dans deux ans, soit un dégonflement brutal, la combinaison des deux n'étant pas impossible...

  • Par Beredan - 25/04/2017 - 11:08 - Signaler un abus L'équipe de choc....

    - 1er ministre.....................Juppé - aff etrangères...................le foll - défense.............................le Drian - intérieur............ ..............Cazeneuve - éducation nat..... .......... ..Bayrou -? Garde des sceaux....... .estrosi - jeunesse............ ............cohn Bendit - santé...............................cambadelis - agriculture.... ..................robert Hue

  • Par toupoilu - 25/04/2017 - 17:11 - Signaler un abus Et si on attendait quinze jours ?

    .

  • Par lemillanh - 25/04/2017 - 19:00 - Signaler un abus L AVENTURE C EST L AVENTURE NOUS VERRONS BIEN

    SI IL SE CONTENTERA DE RÉFORMETTE OU SI IL CASERA LA BARAQUE MAIS JE CRAINS UN HOLLANDE BIS RDV DANS CINQ ANS

  • Par vangog - 25/04/2017 - 20:27 - Signaler un abus Et si Macron prenait Flamby comme premier Sinistre?...

    Vous imaginez? Une alternance à la russe (ou à la turque) entre l'adolescent attardé et le vieux vicieux...les Français entubés deux fois par les mêmes, et sans vaseline...Ouille-Ouille-Ouille!

  • Par tapio - 25/04/2017 - 21:09 - Signaler un abus 15 ministres, pas un/une de plus

    (ou plutôt pas une/un pour causer le macron-language). Déjà un problème de parité, c'est un nombre impair. Alors 7 hommes + 7 femmes + 1 LGBT ? Mais ça va bêler chez les Zoophiles, stigmatisés pour leurs préférences sexuelles. Plus, de la diversité : du noir euh pardon de l'homme.femme de couleur, de l'arabe. Un jaune aussi en plus peut-être pour changer ? Bon, le renouvellement : des gens qu'on a jamais vus à la télé, mais quand même un peu sinon ils ne seront pas élus. Ensuite un subtil équilibre centre droit / centre gauche / gauche / droite / écolos. Ensuite (d'abord ?), récompenser les fidèles, ils ne se contenteront pas des sandwiches de la Rotonde. Et puis les gourous protecteurs, les attali bergé drahi levy minc cohn, ou leurs envoyés spéciaux. Et les représentants des religions : un sunnite un chiite un protestant un boudhiste un catholique (ah finalement non erreur pas de catho beuark), un raélien peut-être. Et puis la société civile. Sans oublier stéphane et matthieu. Bon, finalement, c'est pas 15 ministres qu'on aura, c'est 150.

  • Par doray jacqueline - 26/04/2017 - 18:17 - Signaler un abus Un femme d'expérience

    comme premier Ministre : Ségo est libre puisqu'elle a pris un rateau à l'ONU et avec Bibi ça va être la joie.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Arlette Chabot

Arlette Chabot, née le 21 juillet 1951 à Chartres, est une journaliste et animatrice de radio et de télévision française.
Après avoir travaillé chez France Inter et TF1, elle intègre France 2 en 1992, où elle occupe différents postes à responsabilités : directrice adjointe de l’information puis de la rédaction de 1994 à 1996, et directrice générale adjointe chargée de l’information de 2004 à 2010. Elle est connue pour avoir présenté les émissions Mots Croisés de 1997 à 2005, puis À vous de juger jusqu’en 2011. Après avoir cessé sa collaboration avec la chaîne publique, elle dirige la rédaction d’Europe 1 pendant la saison 2011/2012. Depuis 2014, elle y intervient dans l'émission Le débat des grandes voix.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€