Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 28 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Loi du retour accéléré : la théorie vertigineuse du futurologue de Google qui n’a jamais eu tort

Il ne s'est encore jamais trompé. Ray Kurzweil, le futurologue de Google, a été l'un des premiers à prophétiser qu'un jour un ordinateur battrait un homme aux échecs. Cette fois-ci, il a développé la loi du retour accéléré, soit un progrès illimité de plus en plus rapide avec pour conséquence que l'immortalité devienne réalité.

Dans ma boule, je vois, je vois...

Publié le - Mis à jour le 5 Juin 2015
Loi du retour accéléré : la théorie vertigineuse du futurologue de Google qui n’a jamais eu tort

Ray Kurzweil a développé la loi du retour accéléré, soit un progrès illimité de plus en plus rapide avec pour conséquence que l'immortalité devienne réalité. Crédit Reuters

Atlantico : Ray Kurzweil a théorisé la loi du retour accéléré. Elle fait écho à la loi de Moore du nom du co-fondateur d’Intel qui affirmait en 1965 que la puissance des ordinateurs allait croître de manière exponentielle. Que signifie la loi du retour accéléré ? Comment fonctionne-t-elle ?

Laurent Alexandre : C’est une extension de la loi de Moore à toutes les technologies liées aux nanotechnologies, aux biotechnologies, à l’informatique et aux sciences cognitives (les NBIC). Elle consiste à dire que toutes les activités humaines vont croitre dans les décennies qui viennent de façon absolument explosive comme la puissance des ordinateurs a cru de manière explosive depuis 1965. A son époque, Gordon Moore estimait que sa loi s’arrêterait en 1975.

Or, en 2015 elle tient toujours. On a toujours une progression exponentielle de la puissance des microprocesseurs.

Ray Kurzweil et les transhumanistes sont persuadés que les lois identiques à cette loi de Moore sont en train d’émerger dans les sciences du cerveau, dans les nanotechnologies, dans le séquençage et la manipulation de l’ADN… L’idée c‘est que l’évolution des capacités humaines suit une succession de courbes exponentielles. Il s’agit de courbes qui montent à la verticale et de plus en plus vite. Concrètement, la loi du retour accéléré donne un pouvoir à l’homme qui devient quasi illimité sur son cerveau et sur la matière.

On observe déjà cette courbe exponentielle en génétique. Le coût du séquençage ADN s’effondre. Il a été divisé par 3 millions en 10 ans. On séquence de plus en plus vite et de moins en moins cher. Dans le domaine des modifications de l’ADN, on a aussi une courbe exponentielle puisque le coût de la manipulation de l’ADN a été divisé par 10 000 en 7 ans.

Dans le domaine des nanotechnologies, nous en sommes au tout début donc il est difficile de dire s’il y a une courbe de même nature qui est en train d’apparaitre. Idem dans les sciences du cerveau. Mais Ray Kurzweil est persuadé que dans les nanotechnologies et dans ces sciences du cerveau on va voir apparaître la même explosion des capacités technologiques.

Vincent Pinte Deregnaucourt : Les "Lois de" sont des objets empiriques mais au demeurant scientifiques, qui permettent de théoriser des concepts. La loi de Moore la plus connue (car il y en a en fait 3) postule ainsi que tous les 18 mois, le nombre de transistors dans les microprocesseurs doublent. Et depuis près de 50 ans, cette loi ne se dément pas.

Ray Kurzweil, le "Grand Manitou du Futur" chez Google a ainsi récemment postulé une loi, celle du "retour accéléré". Celui-ci étend en fait, la loi de Moore en l'incorporant dans sa propre loi : il valide cette dernière et postule que les conséquences sont elles même exponentielles. Par exemple, l'informatique s'est développé de manière exponentielle. La biologie a bénéficié de l'informatique "à plein rendement", et donc se développe également de façon exponentielle. Ainsi, si l'on prend le tout premier séquençage de l'ADN (dont on pensait encore en 1985 qu'il serait impossible), il aura coûté 3 milliards de dollars, sollicité 20 000 chercheur et duré 13 ans pour aboutir en 2003. En 2007, nous étions déjà à 1,5 million de dollars et nous sommes désormais sous les 1000 dollars en 2013. Il n'y a pas de raison de croire que nous ne serons pas sous les 5 dollars dans un avenir proche.

Cette loi pourrait s'énoncer sous une forme plus explicite : l'utilisation de technologiques dont la croissance est exponentielle, permet, lorsqu'elle est le moyen d'étude d'un sujet, de faire progresser la connaissance de ledit sujet de façon également exponentielle.

Bien évidemment, le caractère exponentiel de ces changements, qui est une première dans l'histoire de l'humanité, change toute la donne, y compris en terme de civilisation. Imaginez par exemple que demain il n'y ait tout simplement plus de maladie. C'est d'ailleurs ce qui va se produire d'ici 5, 10 ou 30 ans. Demain, donc ! Que fera-t-on des centaines de milliers d'hôpitaux à travers le monde, et que feront les millions de médecins et personnels associés, infirmières, mais aussi, de façon connexes, les industries spécialistes de la constructions de bâtiments de santé ?

Concrètement, quelles implications peut avoir cette théorie dans notre quotidien ? 

Laurent Alexandre : Dans la partie qui a déjà démontré sa véracité à savoir la loi de Moore, on a observé un bouleversement de pans entiers de l’économie. Internet, l’ordinateur individuel, le smartphone, les réseaux sociaux sont des enfants de la loi de Moore. Dans le domaine de la biologie, si les coûts continuent de s’effondrer comme c’est le cas jusqu’à présent, notre capacité de bricoler le vivant va être illimitée. Le champ des possibles va donc exploser. Il sera alors envisageable de modifier notre ADN à un prix raisonnable, de traiter beaucoup de maladies, d’augmenter l’espérance de vie humaine, d’augmenter nos capacités, etc. 

Dans l’hypothèse où les lois explosives de cette nature-là se poursuivent, l’homme va avoir une capacité quasi-illimitée de modifier sa propre nature et de modifier la matière physiqueL’idée des transhumanistes est que cette loi du retour accéléré va permettre de tuer la mort, d’augmenter les capacités humaines en branchant de l’intelligence artificielle sur le cerveau humain et donc de faire un humain 2.0 pour reprendre le titre du livre de Kurzweil "L’humanité 2.0". L’objectif des transhumanistes est de surfer sur cette loi pour changer l’homme et lui donner un pouvoir démiurgique.

L’immortalité ne serait plus un fantasme, la capacité d’augmenter le fonctionnement de nos yeux, de notre cerveau, de nos muscles deviendrait réalité. Et nos capacités intellectuelles grâce à l’interfaçage entre notre cerveau et des microprocesseurs deviendraient des millions de fois plus puissantes qu’aujourd’hui. Tout ceci à l’horizon de la fin du siècle.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pale rider - 02/06/2015 - 07:40 - Signaler un abus Ayant toujours travaillé dans ces domaines j'ai vu arriver

    tout ceci de loin . Il ne faut pas avoir peur des techniques , ou alors vouloir comprendre pourquoi cela fait peur . J y vois personnellement une invitation urgente à se pencher sur ce qu'est l'Homme . Je pense qu'il sera crucial de ré-inviter le spirituel dans le débat , car c'est bien cela qui différencie l'Homme de la machine et rien d'autre . La "prophétie" de Malraux "le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas" prend tout sons sens

  • Par zouk - 02/06/2015 - 09:26 - Signaler un abus FUTUR DE L'HUMANITE

    Voilà qui nous promet une jolie fracture de l'humanité! Mais il serait beaucoup plus important de penser à ce que sera alors l'homme dans l'univers, un simple insecte grégaire ou toujours un individu? C'est à dire quelqu'un qui pense, pour lui m^me, et pour ses successeurs. Je prie pour que cette fois, il se trompe. Le besoin de réflexion sur le futur de l'Homme n'en est pas éliminé.

  • Par matin de mai 2 - 02/06/2015 - 11:53 - Signaler un abus zut

    La durée de la vie humaine es si brève que l'on peut vivre heureux sans se soucier du futur. Si l'éternité pointe son nez qu'elle angoisse.

  • Par Nin@ - 02/06/2015 - 13:52 - Signaler un abus Merci

    Très bel article, passionnant. A suivre ....

  • Par J'accuse - 02/06/2015 - 15:20 - Signaler un abus J'ai fait mieux que Kurzweil !

    Dans les années 70, bien avant la création de Google, et même avant celle du Web d'ailleurs, je l'annonçais déjà, quand tous les "spécialistes" s'accordaient à dire qu'un ordinateur ne pourrait jamais battre un grand maître. Mais évidemment, personne ne m'écoutait. Qui dit que les machines pourront exercer un pouvoir qu'on ne leur donnerait pas ? Mon ordinateur calcule beaucoup plus vite que moi (heureusement, sinon à quoi me servirait-il ?), mais jamais il n'a voulu me remplacer, encore moins m'éliminer ! Ça viendra, voudrait-on me faire croire ... Bon, bah, j'y crois pas; et n'oubliez pas que je suis meilleur que Kurzweil, sans blague !

  • Par cpamoi - 02/06/2015 - 16:39 - Signaler un abus De plus en plus urgent de différencier l'homme du robot.

    Les recherches sur le cerveau ne mènent nulle part pour la raison que l'homme n'est pas un robot organique dont la cervelle serait le microprocesseur. La vision matérialiste de la médecine occidentale attribue à cet organe composé à 90% d'eau, comme le poulpe, des propriétés spirituelles qu'il ne saurait posséder. Je rejoins Pale Rider : si l'homme ne recouvre pas d'urgence ses vertus d'intégrité et d'honnêteté, qui sont la marque indélébile de sa spiritualité, toute nouvelle découverte deviendra une arme létale.

  • Par Bulldozer - 03/06/2015 - 07:16 - Signaler un abus Nous passerons donc d'un

    Nous passerons donc d'un ennui mortel à un ennui immortel.

  • Par vins100 - 03/06/2015 - 15:33 - Signaler un abus Article passionant

    Merci, les directions vers lesquelles nous semblons aller me font penser au monde décrit par Barjavel dans la Nuit des Temps, un monde où les machines fourniront tout à l'homme, ou l'homme ne travaillera que quelques heures pour participer à "l'entretien" desdites machines, où il n'y aura plus d'argent mais un crédit alloué à chacun de manière égalitaire et annuelle, permettant de vivre pendant un an, remis à zéro et renouvelé à la fin de chaque année.

  • Par Jacques HAAS - 08/06/2015 - 15:40 - Signaler un abus eh bien cette fois vous vous trompez, M. "je sais tout du futur"

    En effet, si les hommes vivent 1.000 ans, il faudra très vite cesser d'avoir des enfants (la politique de l'enfant unique en Chine sera de la rigolade, de la petite bière), sinon la planète n'aura pas 10 milliards d'habitants, mais 500 milliards (je n'ai pas fait le calcul). Autrement dit, un âge de 1.000 ans signifie la fin du renouvellement, la fin de l'espèce, et aussi, corollaire, la fin de la soi disante sacrée loi de Moore justement : on n'aura plus de petits Mozarts tous les 25 ans. Dommage ! Tout cela va se ralentir inexorablement. La loi de la cinétique s'appliquerale prédit : tout système qui ne génère pas d'entropie négative (nég-entropie) évolue vers un système stable, c'est-à-dire la mort qui est la stabilité absolue. Donc, messieurs les apprentis sorciers, réfléchissez bien à ce que vous allez financer à coups de milliards de dollars. Moi personnellement, ça m'est égal, car je suis croyant et crois à la résurretion et à la vie éternelle. Pied de nez à tous les matérialistes !

  • Par bd - 11/01/2016 - 17:36 - Signaler un abus Les rythmes de fécondité s'adapteront

    Il est possible d'imaginer que si la fécondité soit aussi prolongée. Les cris d'orfraies sont injustifiés. Les rythmes de procréation s'adapteront et si par exemple, une femme a une fécondité prolongée jusqu'à 90 ans, elle mettra plus de temps à avoir son premier enfant comme ça se passe maintenant déjà. Simplement, on passera plus de temps à vivre eu moins à éduquer. C'est une évolution qui ne me fait absolument pas peur.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Alexandre

Chirurgien de formation, également diplômé de Science Po, d'HEC et de l'ENA, Laurent Alexandre a fonde dans les années 90 le site d’information Doctissimo. Il le revend en 2008 et développe DNA Vision spécialisée dans le séquençage ADN. Auteur de "La mort de la mort" paru en 2011,  Laurent Alexandre est un expert des bouleversements que va connaître l'humanité grâce aux progrès de la biotechnologie. 

Voir la bio en entier

Vincent Pinte Deregnaucourt

Ingénieur en informatique de formation, il est aujourd’hui professeurs à l’Institut Poly Informatique de Paris et consultant avec l’agrément « expert scientifique » auprès de PME sur leur programme de recherche et développement.

En 2014 il a reçu la médaille d’Or au Grand Prix de l’Innovation Digitale dans la catégorie « Entreprise optimisée ».

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€