Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Chute de Khadafi : victoire posthume
des néoconservateurs ?

La défaite sans doute imminente de Khadafi marque un succès pour l'Occident. Mais au-delà de la satisfaction des pays membres de l'OTAN, cette victoire est aussi une victoire idéologique pour les néoconservateurs proches de George W. Bush...

Libye

Publié le - Mis à jour le 25 Août 2011

Au moment où nous écrivons, et sauf incroyable coup de théâtre, la chute du régime de Kadhafi semble assurée. Même si c'est avec retard sur nos impatiences politiques ou médiatiques (l'affaire dure depuis février contre toute probabilité annoncée)...  Peu de gens regretteront l'ubuesque inventeur de la "Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire socialiste", responsable des bombes de Lockerbie en 1988 et de celles du vol UTA en 1989, absout pourtant il y a cinq ans au prix de son renoncement au nucléaire.

"On" a gagné ! Mais qui est donc ce fameux "on" ?

Donc "on" a gagné ! Qui "on" ? Sarkozy, Juppé et Longuet ? BHL et les partisans de l'ingérence humanitaire ? L'irrésistible démocratisation du monde arabe dont on voit déjà les ratés en Égypte ? Le Transitional National Council reconnu par 30 pays et dont on n'a identifié ni tous les membres, ni toutes les divisions, ni tous les couteaux dans le dos ? Quels rebelles, quelles tendances, quelles tribus, quelle région ? Quels anciens du régime, quels partis en exil ? La boîte de Pandore est ouverte.

En 2001, le régime des talibans s'effondrait (lui, en quelques jours) sous les coups de l'Alliance du Nord au sol et de l'aviation de l'Otan. Sous les applaudissements du monde entier. Avec le résultat que l'on sait aujourd'hui. On comprend que les enthousiasmes soient devenus plus discrets en 2011.

Que faire ? Laisser le chaos s'installer ? Intervenir au sol - promis, juré, c'est tout à fait provisoire - pour faire du "Nation Building " ou du "Peace Building", ce que seuls les mauvais esprits confondent avec une occupation militaire ? Ne pas s'ingérer dans un pays dont les réserves pétrolières n'égalent que le potentiel de chaos pour la région ? Qui va le croire sérieusement ? Quelqu'un doit répondre à la question du "jour d'après" et il s'appelle Barack Obama. Car, qu'on le veuille ou non, il décidera pour la coalition même s'il l'a rejointe en traînant les pieds pour d'évidentes raisons d'agenda AFPAK (Afghanistan et Pakistan).

Le paradoxe néoconservateur

En 2001, l'invasion de l'Afghanistan répondait à un projet idéologique bien précis, celui des néoconservateurs derrière G.W. Bush. Et à leurs principes clairs :

  • Ne laisser en aucun cas les États-Unis apparaître comme un tigre en papier, ne pas hésiter à montrer sa force au service de ses valeurs et de ses intérêts.
  • Faire la chasse aux trois T : terroristes, tyrans, et trafiquants d'armes de destruction massive.
  • Cesser de soutenir les dictateurs même réputés pro-américains au nom du réalisme.
  • Accompagner, si besoin par l'intervention armée, l'irrésistible "tsunami démocratique" qui n'allait pas manquer de secouer le monde arabe.

En 2011, la politique étrangère d'Obama - interventionnisme, prolongation des guerres "démocratiques", renforcement de la présence militaire en Afghanistan pour une contre-insurrection (avant d'annoncer un retrait partiel), chasse aux terroristes y compris par assassinat ciblé, drones sur le Pakistan, soutien (même tardif) aux mouvements contre les autocrates arabes - n'a pas fait que du chagrin aux néocons. À tel point que l'on parle outre-Atlantique du "tropisme néoconservateur" de l'occupant de la Maison Blanche (et a fortiori d'Hillary Clinton). Nous allons en mesurer le poids dans les jours qui viennent. Sans doute embarrassés par une victoire sans père putatif, les USA doivent faire des choix. Qu'ont-ils appris en dix ans ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Chamaco - 24/08/2011 - 09:46 - Signaler un abus USA : une seule "politique" extérieure, la guerre

    Qui a gagné ? Et aussi qu'a-t-on gagné ? Obama a pris la suite des néo-cons, rebaptisant les actions en "remodelage du Grand MO" dont on constate l'inanité. Au Maghreb, puisque manipuler l'opposition chiite/sunnite était impossible il a fallu dézinguer les dirigeants (Tunisie, Libye, Egypte). Ailleurs il faut établir la puissance de l'Arabie.et Israel. Liban, Syrie, Iran, la suite est connue.

  • Par Ogo - 24/08/2011 - 09:56 - Signaler un abus Je m'attendais à ce qu'

    Je m'attendais à ce qu' Docteur d'État en Sciences Politiques et habilité à diriger des recherches, réponde plus aux questions qu'il n'en pose ! Que la situation soit un satisfecit pour les néoconservateurs , ok , très bien, mais ça l'est aussi pour les autres ! Ce billet ne m'apprends rien de plus et j'ai la pénible impression que l'auteur fait des ronds dans l'eau .

  • Par Ogo - 24/08/2011 - 10:10 - Signaler un abus Je crois que là vous posez

    Je crois que là vous posez deux bonnes questions :Qui a gagné ? Et aussi qu'a-t-on gagné ? je rajouterai aussi, a-t-on réellement gagner? Le tirant est "mort" qui va t'on mettre à sa place ? La transition dictature/démocratie pourra t'elle se faire aussi bien que l'a fait la Tchécoslovaquie pour finalement se scinder en deux ?

  • Par New - 24/08/2011 - 10:27 - Signaler un abus Le plus difficile reste à venir en Lybie

    on doit réjouir de la chute de Khadafi mais il reste maintenant à mettre en place un Etat de droit et des structures de gouvernement dans un pays qui n'a quasiment pas d'expérience en la matière. Le nouveau pouvoir va avoir besoin d'aide !

  • Par L'Impertinent - 24/08/2011 - 22:33 - Signaler un abus L'article a raison

    Voilà un article fort pertinent, à lire en conjonction avec un autre papier paru dans Atlantico: "Les Américains ne sont plus les gendarmes du monde", lequel article sort également à la défense des néocons.

  • Par luc.b - 25/08/2011 - 12:30 - Signaler un abus Goerge Bush soutenait les dictatures amies.

    Le senateur Mark Steven Kirk soutenait que Ben Ali était un démocrate. Dick Cheney a regrété la chute de Moubarak. George Bush soutenait le régime de Bahrein où la répression a fait 75 morts. George Bush soutenait Pervez Musharraf, responsable de 2 coup d'état au Pakistan. Enfin George Bush souteanit l'occupation du Sahara occidental, où la répréssion a fait au moins morts 17 morts en 2010.

  • Par A2lbd - 25/08/2011 - 13:23 - Signaler un abus Oui mais non

    il y a eu aussi la publication par wikileaks des correspondances des ambassades US. Les peuples ont pu alors se rendre compte que contrairement à la version officielle, leurs dirigeants mangeaient à la table des USA. Et puis l'hêritage des néo cons c'est aussi le déficit abyssale plombé par des opértions militaires mal préparées, le renforcement militaire du Pakistan qui un jour va péter.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François-Bernard Huyghe

François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’IRIS.
 
Il enseigne notamment au Celsa Paris IV à l’IRIS Sup et anime le site http://huyghe.fr
 
Spécialiste des stratégies de l'information, il est l'auteur de nombreux ouvrages - dont La Soft-idéologie (Robert Laffont ), L'Ennemi à l'ère numérique (PUF), Comprendre le pouvoir stratégique des médias (Eyrolles), Maîtres du faire croire de la propagande à l'influence (Vuibert), Les terroristes disent toujours ce qu'ils vont faire (avc A. Bauer, PUF), Terrorismes, Violence et Propagande (Gallimard) 
 
Son dernier ouvrage : Désinformation Les armes du faux (Armand Colin 2016)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€