Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pire que la Grèce,
la Californie !

Le déficit californien atteint désormais 88 milliards de dollars (65 milliards d'euros) et la Californie, malgré les efforts de son nouveau gouverneur Jerry Brown, est désormais le seul Etat américain dont la notation financière est inférieure à celle de la Grèce...

Crise

Publié le - Mis à jour le 19 Octobre 2011

L'État californien est terriblement endetté, mais il n'est pas seul. Beaucoup de ses municipalités, y compris celle de certaines de ses plus grandes villes sont très mal en point. Quelques exemples précis permettent de constater les dégâts, et certaines aberrations, qui rapprochent la Californie de... la Grèce.

En janvier 2009, l'Express posait la question "La Californie est-elle au bord de la faillite ?" en rappelant les chiffres si souvent entendus "La Californie est l'Etat américain le plus riche et le plus peuplé. Indépendant, ce territoire de la taille de l'Italie et habité par 36,5 millions de personnes, serait la huitième économie mondiale"...

Mais en ajoutant que son déficit atteignait alors 40 milliards de dollars.

En février 2009, "L'agence de notation Standard and Poor's (S&P) a abaissé la note de la dette de l'État de Californie en raison de la crise budgétaire que traverse le territoire. Du coup, la Californie est désormais considérée comme le débiteur le moins fiable des États-Unis." notait le quotidien la Tribune.

En février 2010, The Trumpet s'interrogeait "La Californie sera-t-elle la prochaine Grèce ?" et citait une réflexion du patron de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet (qui va quitter la direction de la BCE dans quelques jours). The Trumpet estimait la dette californienne à 200 00 dollars par habitant... et ajoutait que si l'Europe peut survivre sans la Grèce, l'économie américaine ne survivrait pas à une faillite de la Californie qui abrite un Américain sur huit.

Aujourd'hui, ce n'est plus de 40 milliards de dollars dont il faut parler, mais de 88 milliards de dollars (65 milliards d'euros) et la Californie, malgré les efforts de son nouveau gouverneur Jerry Brown, est désormais le seul État américain dont la notation financière est inférieure à celle de la Grèce

Le mensuel Vanity Fair s'intéresse à son tour à la Californie, et plus particulièrement à deux villes qui illustrent sa situation derrière l'apparence d'un des États les plus prospères des États-Unis, et bien sûr, à son ancien gouverneur, le très médiatique Schwarzenegger.

Mais Vanity Fair évoque aussi une inconnue, Meredith Whitney, analyste indépendante qui dirige sa propre société à Wall Street : le 14 décembre 2010, dans la célèbre émission d'information "60 Minutes", elle se fait remarquer en soulignant que c'est au niveau local, au niveau des municipalités que l'Amérique est en train de couler.

Elle déclenche une salve de critiques mettant en cause son expérience, et l'accusant de parler sans savoir. En juillet 2011, l'agence Bloomberg écrit que la catastrophe qu'elle annonçait ne s'est pas produite, que sa crédibilité est remise en cause, et y consacre une longue dépêche pour réfuter sa thèse.

Pourtant, en cette fin d'année 2011, Vanity Fair estime qu'elle n'a peut être pas tort, et prend l'exemple de la Californie, la quintessence de l'Amérique et de son rêve avec Hollywood et la Silicon Valley. Elle s'étend le long de la côte du Pacifique de San Diego (frontière mexicaine) au sud, jusqu'à San Francisco au nord, sur plus de 800 Km mais elle ne couvre que 400 000 Km2, soit deux fois moins que la France.

Le journal considère que l'ancien gouverneur de l'Etat, Schwarzenegger y a réalisé quelques réformes importantes, mais que sur les recettes et les dépenses de la Californie, il a connu un échec total. A son arrivée au pouvoir en 2003, il atteignait 70% d'opinions favorables et l'on croyait que son mandat servirait à résoudre les problèmes financiers de la Californie. mais quand il est parti en 2011, sa cote de popularité était en dessous de 25%, et il n'a presque rien résolu.

Schwarzenegger répond qu'il n'a jamais eu les outils pour agir. David Crane, ancien conseiller économique démocrate, souligne que les pensions des fonctionnaires de l'État faisaient un trou deux fois plus grand dans le budget au départ de Schwarzenegger qu'à son arrivée. 

Et il donne des détails précis et choquants : la Californie dépense 6 milliards de dollars pour moins de 30 000 gardiens de prison. Celui qui commence sa carrière dans une prison à 45 ans, peut prendre sa retraite 5 ans après avec une pension égale à la moitié de son ancien salaire... Le psychiatre en chef des prisons californiennes est le fonctionnaire le mieux payé de Californie : 838 706 dollars par an.

Si la Californie dépense 6 milliards pour ses prisons, elle ne consacre que 4,7 milliards à ses universités qui abritent 33 campus et 670 000 élèves, à comparer aux 30 000 gardiens. En 1980, un étudiant californien payait 776 $ par an en frais de scolarité ; en 2011, il paie 13 218 $. Partout, l'avenir à long terme de l'État est sacrifié.

Schwarzenegger reconnaît s'être rendu compte que quelque chose n'allait pas, lorsque mi-2007, les impôts ont rapporté 300 millions de moins en un mois, puis le mois suivant c'était 600 millions. En fin d'année, il manquait un milliard de dollars. Vanity Fair cite deux exemples. D'abord celui d'une grande ville que ceux qui ont parcouru la Californie connaissent, mais que les Français ne voient pas, aveuglés par San Francisco, qui n'est pas loin.

Déjà San Jose est une ville de près d'un million d'habitants. Elle se trouve à l'autre bout de la Silicon Valley qui commence aux portes de San Francisco. San Jose abrite le siège d'Adobe (éditeur du logiciel Photoshop etc.) et d'autres entreprises célèbres... Mais elle est au bord de la faillite. Ses malheurs ont, en fait, commencé dans les années 1990 avec le boom Internet, tout le monde s'est cru riche et les fonctionnaires municipaux ont voulu aussi leur part de gâteau, comme les policiers et les pompiers. En 2002, les policiers avaient été augmentés de 18%, puis les pompiers ont obtenu 23%. Les policiers ont réclamé une compensation pour être au même niveau.

Le maire de la ville, Chuck Reed, va jusqu'à dire qu'ils gagneront encore plus en retraite que lorsqu'ils travaillaient mais il espère ne pas en être au niveau de la Grèce en matière d'endettement. Pourtant les retraites et les mutuelles représentent plus de la moitié du budget, et ces dépenses continuent d'exploser.

Du coup, bien que la ville ait 250 000 habitants de plus, elle a dû réduire de près d'un tiers son nombre d'employés qui est passé de 7 450 à 5 400, soit le niveau de 1988. Les bibliothèques sont fermées trois jours par semaine, elle a licencié des pompiers et des policiers. Heureusement via un fonds fédéral de 15 millions de dollars, la ville a pu réembaucher, le 25 août dernier, 15 pompiers comme le montrent ces photos.

Si la situation ne s'arrange pas, en 2014, San Jose, 10e ville des USA ne pourra plus employer que 1 600 fonctionnaires. Les négociations avec les pompiers et les policiers n'avancent pas car ces deux corporations se considèrent comme indispensables, toutes les économies doivent donc se faire sur d'autres services à leurs yeux. 

L'exemple de Vallejo, une autre ville californienne, qui se trouve près du bord nord-est de la baie de San Pablo, qui s'enfonce dans les terres au-delà de la baie de San Francisco illustre-t-il ce qui attend la Californie ? Le hall d'entrée de la mairie est vide, il y a un bureau d'accueil, mais personne derrière. Beaucoup de bureaux dans les étages sont vides. Cette ville de 117 000 habitants a fait faillite en 2008, les charges salariales des employés municipaux dévoraient 80% du budget municipal. Le taux de chômage en ville atteint 15,8%.

En août 2011, un juge a validé la banqueroute de Vallejo : ses créditeurs ont récupéré 5 centimes pour chaque dollar que la ville leur devait, rien de plus.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Demystificateur - 18/10/2011 - 11:29 - Signaler un abus Il va y avoir des affaires à faire !

    Notamment dans l'immobilier...

  • Par iznogoud - 18/10/2011 - 13:46 - Signaler un abus Comme d'habitude....

    .... tout le monde veut gagner plus quand l'économie va bien (surtout ceux qui n'y sont pas pour grand' chose).... mais personne n'est prêt à se serrer la ceinture quand les choses tournent mal !

  • Par rue102361 - 18/10/2011 - 14:05 - Signaler un abus rendement

    pour être complet faut peut-être ce demander d'où vient la paye des retraites californienne

  • Par alankin - 18/10/2011 - 14:35 - Signaler un abus il y a aussi l'illinois

    suppression des retraites des fonctionnaires, etc etc.. notons aussi l'endettement privé MASSIF, 14% de chômage réel (5% sont cachés), 25M d'américains profitant de bons alimentaires.... il s'agit d'une 2nde crise de 29....dramatique parce que la croissance s'est toujours faite sur le crédit, et que celui ci est devenu abyssal... il leur faudra au moins 10 ans pour en sortir, et encore...

  • Par Gilles - 18/10/2011 - 18:36 - Signaler un abus Et en France ?

    Les 36 000 communes, les comcoms, départements, régions, SIVOM et autres syndicats continuent à mener grand train. Chaque petit village a désormais sa salle polyvalente, sa piscine, sa caserne de pompiers, ses services techniques et ainsi de suite. Mais les plus belles choses ont une fin heureusement.

  • Par LeLiberal - 18/10/2011 - 23:30 - Signaler un abus Envoyez Chris Christie

    Quand le gouverneur du NJ aura complètement remis à plat les finances de l'Etat, il pourra aller faire le même taf en Californie (sauf s'il se décide en 2016 pour la Présidence). Le hic de la Californie est que la population veut des sévices publics sans payer d'impôts (la taxe foncière est la plus basse des USA je crois), en économie c'est juste impossible.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs blogueur, Le Phare depuis 2005, et utilisateur quotidien de Twitter depuis 2007.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€