Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La gifle Piketty à Hollande : oui, la France a besoin d’une grande réforme fiscale… mais pas forcément celle de l’économiste star

Au cœur de la théorie de Thomas Piketty, la réduction des inégalités avec pour outil privilégié la fiscalité. Mais étant déjà l'une des plus progressives au monde dans notre pays, l'adapter aux besoins des entreprises plutôt que d'en faire une arme sociale semble beaucoup plus pertinent. Et elle deviendrait même une solution aux problèmes de répartition des richesses que l'économiste prétend pouvoir solutionner.

Fausse route

Publié le - Mis à jour le 9 Janvier 2015
La gifle Piketty à Hollande : oui, la France a besoin d’une grande réforme fiscale… mais pas forcément celle de l’économiste star

Thomas Piketty a récemment refusé la légion d'honneur. Crédit Reuters

Atlantico :Thomas Piketty a récemment refusé la Légion d'honneur, évoquant dans une interview une distinction "surannée" (voir ici). Dans un ouvrage collectif intitulé "la révolution fiscale", il émettait l'idée d'un taxe à 60% pour les revenus les plus élevés qui a inspiré à François Hollande l'idée de taxe à 75%, enterrée depuis ce 1er janvier. Si la France devait opérée une révolution fiscale, quelle forme cette dernière devrait-elle prendre ?

Jean-Philippe Delsol : Thomas Piketty est un idéologue érudit. A ce titre il est aussi dangereux qu’un charlatan. Il a allumé un incendie en proposant de taxer à 60% dès le premier euro tous les revenus supérieurs à 60%.

Il a ainsi, en effet suscité la folle proposition de Hollande de taxer les revenus supérieurs à 1 millions d’euros au taux à 75%. Il a ainsi contribué au climat de méfiance qui depuis deux ans éloigne les investisseurs étrangers de la France et affaiblit l’économie française. Et puis maintenant il crie au feu come un pompier pyromane. Et pour se faire de la publicité, il refuse la légion d’honneur qu’il ne méritait pas.

Plutôt que de faire de l’acharnement fiscal, notamment à l’égard des contribuables les plus riches et les classes moyennes, il vaudrait mieux en effet réformer la fiscalité de fond en comble pour la simplifier et la rendre supportable, favorable à la création d’entreprise, c’est-à-dire à l’emploi et à la croissance, ouverte à l’initiative et au travail. En France, les taux supérieurs d’impôt sur le revenu (64,5% avec la CSG), l’impôt sur les Sociétés (38% avec la surtaxe Fillon revisitée façon Hollande), les droits de succession (45%) sont parmi les taux les plus élevés du monde. Les employés supportent également les charges sociales qui sont les plus élevées de tous les pays développés, représentant de 80 à 100% du salaire net médian. Les classes moyennes sont particulièrement frappées à ce titre en payant des cotisations sociales proportionnelle alors qu’elles ne profitent pas davantage de ces assurances sociales qui n’ont plus d’assurance que le nom et qui sont en fait de nouveaux impôts progressifs, les salaires les plus bas en étant de plus en plus exonérés.

Gérard Thoris : Barak Obama a reçu le Prix Nobel de la paix principalement sur la base de son discours "La paix maintenant", donné au Caire le 4 juin 2009. La suite de l’histoire a montré que les Etats-Unis n’avaient pas été la source de paix escomptée, ni directement, ni indirectement. Thomas Piketty a été plus avisé : d’une part, il n’y a aucune chance que son programme soit appliqué dans le pays où son dernier livre est devenu un best-seller ; d’autre part, il est déjà appliqué en France, au moins dans son esprit et la France succomberait à une augmentation du taux de l’impôt sur le capital comme du taux marginal de l’impôt sur le revenu. L’honorer de la Légion d’honneur était une façon de saluer le retentissement de la pensée d’un français aux Etats-Unis tout en esquivant l’application de ses préceptes en France.

Rappelons d’abord que Thomas Piketty n’est pour rien dans la taxe sur les salaires de plus de un million d’euros. Il l’a dit et répété, il est favorable à une tranche à 60 % de l’impôt sur le revenu. Attention, il s’agit d’un taux moyen applicable à l’ensemble du revenu au-delà d’un certain seuil et non, comme dans le système actuel, d’un taux applicable à la part du revenu qui dépasse ce seuil ! Rappelons ensuite que l’ouvrage qui a fait sa renommée internationale propose de taxer le capital à 15 %. Les Américains ont cette gentillesse constante de laisser les autres nations essayer les solutions suicidaires. Ils n’ont jamais eu d’impôt sur la détention du capital et il n’a jamais été question qu’ils en aient un. Par contre, ils ont connu les impôts confiscatoires sur la transmission du patrimoine, ce qui est tout autre chose. Les héritiers ne sont jamais les créateurs ; ils ont une propension assez facile à comprendre à vivre de leurs rentes…

Alors, que peut-on reprocher à cette proposition d’imposition du capital ? D’abord, qu’elle ne réussirait pas à réduire les inégalités de patrimoine. Les très grandes fortunes trouvent toujours le moyen de se mettre à l’abri de l’impôt. Si tant d’entreprises du CAC40 ont choisi une structure juridique avec Conseil de surveillance, n’est-ce pas pour permettre au dirigeant historique de laisser croire que son patrimoine relevait de « l’outil de travail », en tant que Président de ce conseil ? Par contre, les fortunes intermédiaires qui refusent de d’expatrier continuent à être dans la ligne de mire du fisc ! Tout cela serait connu si les services de Bercy jouaient le rôle qui est attendu d’eux dans une démocratie : que chacun puisse savoir, jour après jour, combien de particuliers ont effectué une déclaration de non-résidence et, de ce fait, ne sont plus imposables sur leur patrimoine en France.

Mais ce qui est beaucoup plus fondamental, c’est que Thomas Piketty se trompe d’époque. Essayons d’être marxiste ! Pour Karl Marx, ce fin observateur du système capitaliste au XIX° siècle, ce qui menace le plein emploi, c’est l’insuffisance du capital pour embaucher tout le monde. L’armée de réserve des chômeurs est constituée de ces gens qui ne trouvent pas d’emploi parce que les capitalistes n’arrivent pas à dégager assez de profits pour les embaucher. Cela tient à l’augmentation de la composition organique du capital d’une part, à la baisse du taux d’exploitation d’autre part. N’en déplaise à notre Thomas Piketty, cette situation est aggravée par l’impôt sur le capital ! Or, on peut considérer que la situation présente en France relève partiellement de cette interprétation.

Qui peut croire en effet que nos 3,5 millions de chômeurs vont retrouver un emploi dans les entreprises existantes, avec le capital existant ? Leur destin est presque entièrement suspendu à la création de nouvelles activités, stimulées par un progrès technique tellement exponentiel qu’on n’arrive pas à faire l’inventaire des innovations. Seulement, pour créer de nouvelles activités, il faut des idées – les Français en ont, et à foison – et des capitaux – les Français qui disposent d’un capital n’arrivent pas à l’accroître ; ceux qui disposent d’un revenu n’arrivent pas à le transformer en capital.

Philippe Crevel : La fiscalité a comme objectif le financement des dépenses publiques. La première révolution à réaliser en la matière serait la maîtrise de ces dépenses. Au-delà de ce principe de bonne gestion, toute fiscalité a des effets économiques. Il n’y a pas de bonne fiscalité car par définition il s’agit d’imposer aux citoyens une contribution. Ils ne peuvent pas s’y soustraire. Il est souvent recommandé d’avoir la fiscalité la plus neutre économiquement parlant sans que l’on sache réellement ce que cela signifie. Certains préconisent le recours à une fiscalité indolore car passant relativement inaperçue.

La TVA fait partie de cette catégorie. Mais, ce côté indolore est une invitation à l’augmentation des prélèvements. Il ne faut pas se faire d’illusions. Tout impôt est payé in fine par les citoyens. Ce n’est pas en taxant une vache que la vache paie la taxe comme le dit Alain Madelin. De même, les impôts sur les entreprises sont, en fin de chaine, payés par les ménages sous forme d’augmentation de prix ou de minoration des salaires ou de moindre rémunération de l’épargne. En France, les responsables publics ont toujours fait preuve d’imagination en matière de prélèvements.

Nous pratiquons l’impressionnisme fiscal en multipliant les impôts et les dérogations. Nous aimons les raffiner à l’extrême avec à la clef une légendaire instabilité. Nos impôts ont bien souvent des assiettes plus étroites que celles de nos partenaires et des taux plus élevés. La véritable révolution serait donc de ne rien faire. A défaut de retenir cette solution, il faudrait tenter d’harmoniser les assiettes des grands impôts directs au sein de la zone euro. A défaut d’opter pour une solution européenne, la révolution fiscale devrait avoir comme ligne directrice la simplification et l’acceptabilité. Un bon système fiscal c’est un système compris et accepté par le plus grand nombre.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 03/01/2015 - 09:28 - Signaler un abus Oui mais

    1% de la population mondiale qui possède 50% des ressources de la planète, c'est choquant, si on ne veut pas de bateaux chargés de pauvres hères arrivant en masse sur nos côtes , il faut changer la donne car cela ne peut plus durer, d'autre part cet ouvrage a eu un retentissement mondial et dans des pays comme les États Unis, l'Australie, il faudrait peut- être l'expliquer, la solution n'est pas de taxer sans doute , mais quelle pourrait être cette solution?

  • Par Enjoy - 03/01/2015 - 11:06 - Signaler un abus Ces histoires de pourcentage , c'est

    de l'idéologie pour affoler le clampin moyen ... et justifier toujours plus détaxes et d'impôts . il faut arrêter de relayer ces infos insignifiantes , occupez vous de vous , arrêtez de regarder chez les autres !

  • Par zouk - 03/01/2015 - 11:08 - Signaler un abus Réforme fiscale: quand? laquelle?

    Evidemment pas celle de Piketty. Que de bon sens et de bonnes propositions dans cette discussion! Mais elles ne seraient électoralement payantes qu'à long terme, alors.... aucune chance. Noe politiciens continueront d'abuser le bon peuple en faisant assault de démagogie.

  • Par Benvoyons - 03/01/2015 - 11:24 - Signaler un abus cloette - Cela veut dire que pour la France

    qui n'est pas une économie Libérale et avec des prélèvements à plus de 47% et un État à 57.3% du PIB et bien suivant Piketty et consort il faudrait donc un prélèvement à 57% et un État à 70% pour que la redistribution soit efficace. Je puis t'assurer qu'avec cela et bien la France deviendra de suite le Bangladesh c'est à dire FranceDèche! En effet il ne restera pas grand monde pour payer, mais pas seulement à cause des départ, mais à cause de l’appauvrissement générale que cela provoquera. Tous les systèmes économiques qui ramènent tout l'argent vers le bas et bien agrandissent le bas et réduisent drastiquement le haut donc plus d'investissement, moins de TVA, etc....Comme la France actuellement Les gens vont adapter les dépenses vers le bas et ainsi l’État sera obligé d'augmenter la pression sur des sommes qui seront en réduction continuelles. Exemple les retraités seront ponctionnés de 3.2% supplémentaire en 2015 et sans augmentation de la retraite et bien les retraités vont nécessairement diminuer les dépenses de 6%à 10% pour assurer les arrières. L’État gagne d'un côté et perdra de l'autre gain 0 et même une perte car il réduit le dynamisme et la volonté d'aller de l'avant.

  • Par Benvoyons - 03/01/2015 - 11:34 - Signaler un abus Je préfère un Bill Gates qui avec sa Fondation qu'il a doté de

    20 milliards de$ et qu'il va distribuer en choisissant lui même l'intérêt des dotations qu'il fera , que l'UNICEF qui ponctionne 30% à 40% de frais pour payer ses fonctionnaires. Je préfère un Bill Gates et d'autres milliardaires qui investissent plusieurs centaines de millions de $ chaque année dans Khan Academy qui fait de la formation sur Internet gratuitement et dans une quarantaine de langues. https://fr.khanacademy.org/

  • Par Benvoyons - 03/01/2015 - 11:35 - Signaler un abus J'ai oublié 20 milliards pour l'Afrique

    !

  • Par cloette - 03/01/2015 - 11:41 - Signaler un abus benvoyons

    je raisonne au niveau mondial ,les bénéfices c'est à dire les intérêts d'un argent créé virtuellement qui ne correspond à rien servent à racheter des mines, des ressources des industries, et cela donne 1%de personnes qui possèdent la moitié des ressources de la terre , pourcentage connu et vérifié. Il ne s'agit pas de dire que taxer en France telle ou telle grosse fortune qui investit c'est bien je dis que ce n'est pas la solution et que le résultat est négatif, de même que les taxations de Picketty, mais que faire pour qu'il y ait plus d'équilibre dans le monde? Ces très grosses fortunes veulent justement la régularisation des sans papiers encore et encore , pourquoi ? Ce système ne tiendra pas, et on aurait intérêt à rebattre les cartes .

  • Par Benvoyons - 03/01/2015 - 12:01 - Signaler un abus cloette - 03/01/2015 - 11:41 Tu es sûre d'avoir fait un

    raisonnement????? "je raisonne au niveau mondial ,les bénéfices c'est à dire les intérêts d'un argent créé virtuellement" ====Cela n'existe pas il n'y a que chez les socialistes et le FN que le virtuel existe et justement c'est là le vrai problème!

  • Par MONEO98 - 03/01/2015 - 12:21 - Signaler un abus Encore plus d'impôts serait la solution?

    La plus grande inégalité c'est le chômage....il s'étend chez nous pour différentes raisons.Trop de dépenses publiques conduisent invariablement à plus d'impôts....pourquoi toutes ces dépenses? par clientélisme électoral d'abord,par idéologie ensuite : construire des moulins à vent en mer seraient d'une grande utilité ( à part les constructeurs soigneusement sélectionnés j'ai de sérieux doutes) et il y a le système aussi.....combien vivent du chômage officiellement complétés allégrement au noir pour pouvoir bénéficier de toutes ces allocations diverses et variées non imposables ..il ya de véritables spécialistes des seuils sociaux et fiscaux.. combien de fonctionnaires au 35 H arrondissent au noir leurs émoluments ( les petits cours ça se déclarent?) combien d'indépendants déclarent le strict minimum et font le reste au noir. j'ai récemment lu que l'argent circulant réellement n'avait rien à voir avec les revenus officiels ...d'ou contrairement à beaucoup l' 'intérêt d'un impôt sur la consommation, seule façon de récupérer quelque chose sur les bouteilles de champagne ou les huitres du réveillon par exemple et enfin aligner l'impôt des sociétés sur l'Irlande .

  • Par Arbannais - 03/01/2015 - 12:44 - Signaler un abus Vive le Moyen Age

    L'écart entre les hauts et les bas revenus était bien moindre au Moyen Age qu'aujourd'hui (et il est à parier qu'il était encore bien moindre dans la préhistoire), il nous faut donc revenir en arrière pour gommer un maximum d'inégalités. Pour ma part, j'ai un train de vie qui me convient très bien, même si certain ont mille fois plus, je m'en contente. Quand à "l'économiste Star"... Que je sache, ce n'est pas lui qui a reçu le Prix Nobel.

  • Par kiki08 - 03/01/2015 - 12:52 - Signaler un abus c'est sur que notre système

    c'est sur que notre système ne vas pas tenir . les entreprises qui ont les moyens , vont continuer a se délocaliser , et les petites réduisent leur voilure . beaucoup d' artisans se séparent de leurs collaborateurs et continuent de travailler seuls ( ça a été mon cas , avec 7 collaborateurs ) . la plus part de ceux qui continuent de foncer , sont pris dans un engrenage financier , qui dans beaucoup de cas les amène a la faillite et a la rue . les idées de piketty ne peuvent marcher qu'avec un troupeau de chèvres lobotomisées . c'est un trou du cul qui ferait mieux de rester couché .

  • Par cloette - 03/01/2015 - 13:58 - Signaler un abus Fin du capitalisme?

    Pour les raisons suivantes 1). Les profits du Capital vont se réduire car la main d'œuvre coûtera plus cher y compris dans les délocalisations, de plus la concurrence obligé à baisser les prix il y aura vente à perte, et plus d'accumulation du capital et régression 2). Le numérique l'informatique les automates réduiront de plus en plus les emplois dans l'industrie mais le tertiaire 3). A plus long terme, le système basé sur toujours plus de consommation ( obsolescence des objets, créations de nouveaux besoins , innovations ) entraîne l'utilisation des ressources forcément et celles ci ne sont pas illimitées REMÈDE ? Création d'une nouvelle humanité plus intelligente, indépendante des ressources, avec classe sociale taillable et corvéable, le meilleur des mondes..........

  • Par bjorn borg - 03/01/2015 - 15:12 - Signaler un abus Taper sur le FN

    toujours et toujours. Ils finiront bien par abandonner non? Le ridicule ne tue pas c'est vrai!

  • Par bjorn borg - 03/01/2015 - 15:14 - Signaler un abus cloette

    la fin du capital n'est pas pour demain ni après demain. Faut pas rêver non plus!

  • Par Benvoyons - 03/01/2015 - 15:22 - Signaler un abus Arbannais - 03/01/2015 - 12:44 Erreur Guillaume Le Conquérant

    disposait de l'équivalent de 229,5 milliards d'$ alors que le plus riche en 2014 ne dispose que de 78 milliards de $.

  • Par Benvoyons - 03/01/2015 - 15:27 - Signaler un abus cloette 03/01/2015 - 13:58 Tu marches au Rhum ou au gros rouge?

    Déjà il y a encore de la matière et de plus nous savons la recycler.

  • Par cloette - 03/01/2015 - 16:56 - Signaler un abus Benvoyons

    c'est bien d'etre optimiste, moi je ne le suis pas, car la période est instable , Internet devient inquiétant qui contrôle tout, le marché commande aux Etats, et s'il est sans règles ,il n'y aura plus de démocratie .

  • Par vangog - 03/01/2015 - 22:41 - Signaler un abus Trop d'impôt tue l'impôt!

    Piketty dit qu'il faut en rajouter une louchée, car l'égalitarisme gauchiste n'a pas encore été atteint...chiche?

  • Par Bretondesouche - 04/01/2015 - 17:37 - Signaler un abus Boursouflure

    Picketty c est du marxisme mal compris

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Jean-Philippe Delsol

Jean-Philippe Delsol est avocat fiscaliste et Président de l'IREF (Institut de recherches économiques et sociales).

Son dernier ouvrage : L’injustice fiscale ou l’abus de bien commun (publié en février 2016 chez Desclée de Brouwer)

Voir la bio en entier

Gérard Thoris

Gérard Thoris est maître de conférence à Sciences Po. il a notamment rédigé une Analyse économique des systèmes (Paris, Armand Colin, 1997), contribue au Rapport Antheios et publie régulièrement des articles en matière de politique économique et sociale (Sociétal, Revue française des finances publiques…).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€