Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Gangrène : les banques du monde entier sont contaminées par des dettes pourries

L’Eurogroupe a accepté ce mercredi la demande d'aide pour recapitaliser les banques espagnoles et chypriotes. Reste que l'Europe devrait ouvrir les yeux sur le fait qu'il est trop tard pour sortir de la crise, plan de sauvetage ou non. Place désormais aux solutions envisagées outre-Atlantique : une gestion ordonnée de la faillite des États les moins solvables et des banques trop exposées aux dettes toxiques.

Cécité politico-économique

Publié le

Alors que les marchés semblaient se réjouir d'un audit chiffrant à « seulement » 62 milliards d'euros le besoin de recapitalisation des banques espagnoles, l'agence Moody's a jeté un froid en dégradant la notation du risque de crédit de 15 grandes banques mondiales, puis en abaissant de nouveau la note de la dette de 28 banques espagnoles. Le motif ? Il y a trop de créances douteuses dans leurs bilans.

Le comble de l'absurde est atteint dans la péninsule ibérique, où des banques en quasi faillite vont recevoir une capitalisation d'un fond de secours public, qui bénéficiera d'un prêt de l’État espagnol, lui même alimenté par des ressources européennes qui restent à déterminer, fournies par des États eux-mêmes proches du surendettement, comme l'Italie ou la France.

Et tout cela pour quoi ? Pour qu'elles puissent continuer à prêter à l'État espagnol !

Les investisseurs remboursés par l'argent des nouveaux emprunts : nous avons là un schéma de Ponzi à l'état pur, mais aucun des Madoff à la tête de nos gouvernements n'ira pourrir en cellule, merci pour eux.

L'argent-dette mal utilisé ne peut être remboursé

Comment les États du sud de l'Europe espèrent-ils s'en sortir ? Grâce à... Une relance de la croissance, obtenue par un maintien à un niveau élevé des dépenses publiques, et donc par un creusement de la dette. Un tel niveau de niaiserie économique laisse pantois. Rappelons quelques fondamentaux normalement maîtrisés par tout étudiant en économie. 

La qualité d'une dette dépend de la faculté du débiteur à s'inscrire dans une chaîne de création de valeur suffisamment performante pour le rembourser. Si une entreprise investit sa créance dans des outils de production performants, dont les produits séduisent les consommateurs, aucun problème. Si cette chaîne de valeur permet aux salariés de voir leur rémunération augmenter, ceux-ci peuvent sans souci avoir recours au crédit.

Mais que la proportion de dettes mal utilisées augmente, et la capacité de remboursement des débiteurs est menacée. C'est ce qui se passe en Europe. L'illusion de prospérité créée par la monnaie unique a permis à des agents économiques de pays peu performants d'emprunter pratiquement au même prix que les Allemands, et le faible coût de cet argent facile a favorisé des utilisations de mauvaise qualité. Pour le secteur privé, trop de ressources ont été allouées, par exemple, à des maisons sans acheteur, comme en Espagne ou en Irlande. Quant aux États européens, il y a longtemps que tous utilisent leurs déficits pour financer les voies d'eau de leurs dépenses courantes, sans aucun bénéfice pour leur compétitivité.

Aussi la dette augmente-t-elle bien plus vite que la capacité de remboursement des emprunteurs. Et il ne faut pas compter sur une hypothétique croissance pour la résorber : dès 2010, la banque des règlements internationaux, dans une étude restée hélas confidentielle, montrait que pour ramener en 10 ans leur dette simplement au niveau d'avant crise, en 2007, les États européens devaient améliorer leur balance primaire de 5 à 10% de leur PIB, voire 15% pour certains PIGS (Portugal, Italie, Grèce, Espagne et Irlande).

Malgré les cris des adversaires d'une austérité encore timide, aucun État n'a effectué le tiers des efforts nécessaires à cette stabilisation. Et la croissance nécessaire à une telle performance sans effort budgétaire significatif est inenvisageable dans une zone Euro qui n'a guère brillé en ce domaine depuis l'adoption de la monnaie unique.

La dynamique actuelle des dettes publiques est insoutenable

Il faut se rendre à  l'évidence : la dynamique actuelle des dettes publiques est insoutenable. Or, l'exposition des grandes banques européennes à ces dettes se chiffre de 50 à 100 milliards par établissement, sans compter les produits dérivés, et il faut y ajouter les dettes privées non remboursées, qui atteignent aujourd'hui 8% des créances en Espagne. D'où l'inquiétude légitime de Moody's vis à vis du secteur financier.

Tout laisse croire que la crise entre dans une nouvelle phase d'aggravation très douloureuse. Si l'on s'en tient au cas de l'Espagne, une recapitalisation des banques signifie que celles-ci ne pourront pas continuer à garnir leurs portefeuilles d'obligations de leur État souverain, brisant la chaîne de Ponzi. Or, l’État espagnol a besoin de plus de 270 milliards de refinancement en sus de la recapitalisation de ses banques d'ici à la fin 2014 [ii]. Seuls les mécanismes européens de « stabilité », il faut le dire vite, pourront lui apporter ces sommes... Mais tous les États qui contribuent à ces fonds sont eux-mêmes surendettés ! Tôt où tard, les investisseurs décideront que l'Allemagne ne pourra pas à elle seule garantir le comblement de toutes les voies d'eau de la maison Europe : qui paiera alors les renflouements ?

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 28/06/2012 - 07:41 - Signaler un abus Bravo

    Il faut féliciter Atlantico de publier de temps un article qui dit la vérité, ce que ne font pas les autres sites ou médias. Nous pourrons, sans état d'âme, refuser de rembourser la quasi totalité des dettes qui sont entreposées dans des paradis fiscaux : argent sale ou fictif, issu de la spéculation ou de l'évasion fiscale !

  • Par carredas - 28/06/2012 - 09:00 - Signaler un abus Vérité...

    Sans parler de" vérité" toujours contestable par d'autres "vérités", l'intérêt d'Atlantico est de proposer des analyses très différentes sur la crise actuelle, souvent bien argumentées, qui obligent les lecteurs à dégager par eux-mêmes des lignes de force sur lesquelles appuyer leur avis. Cela change agréablement de l'entreprise d'information à sens unique pratiquée sur les médias et notamment sur les chaînes audiovisuelles publiques; on y entend parfois de véritables odes en hommage à la politique menée par la gouvernement actuel qui devraient hérisser le poil de tout non encarté PS.

  • Par letroll - 28/06/2012 - 10:42 - Signaler un abus ça y est !! on ose en parler !!

    cette crise n'est pas une crise , c'est juste la fin d'un monde qui ne fonctionne plus que doper à la dette . La seule issue sera le défaut de paiement généralisé et la remise à zéro des comptes, puisque personne n'est capable de rembourser

  • Par Iletvilain - 28/06/2012 - 10:53 - Signaler un abus Dettes pourries, créées par... elles-mêmes !

    Petit texte, finalement assez gentil par rapport à ce que font ces gens, mais le mensonge est une constante... http://www.grincant.com/2012/06/16/bvpp-banque-vraiment-pleine-de-pepettes/

  • Par Doudoule - 28/06/2012 - 11:11 - Signaler un abus gangrène ?

    Certainement que toute l'économie ainsi que la finance qui la soutient sont gangrenées depuis le début par des décisions aberrantes de nos politiciens qui, peu économistes qu'ils sont, la plupart n'ayant fait que du droit, n'ont cherché qu'à plaire à leur électorat. Nous sommes bien mal partis et je crains que cela ne se termine par une grande catastrophe économique et sociale. Il est grand temps de prendre le taureau par les cornes et de s'engager à soigner l'Europe malade avec un remède de cheval ou de taureau si vous préférez.

  • Par Equilibre - 28/06/2012 - 12:09 - Signaler un abus 30 ans de n'importe quoi arrivent à leur fin

    La correction sera douloureuse. Les neurocrates n'ont rien pu empêcher et ont même accéléré le phénomène de créations de dettes avec leur monnaie idéologique, le neuro, qui a permis à tout un tas de pays, dont nous, de s'endetter plus que de mesure. Comment croire que les mêmes seront capables de proposer une solution viable, qui ,si elle l'est et si elle est proposée, arrivera trop tard? Pendant ce temps, toutes les solutions pourries, allant du MES (et autres acronymes pourris), en passant par la relance sauce hollandaise, jusqu'à la mise sous tutelles d'états, vont continuer. Combien de temps avant l'écroulement général?

  • Par Ravidelacreche - 28/06/2012 - 12:30 - Signaler un abus recapitaliser les banques

    Si vous mettez un gramme de m....e dans un kilo de caviar ça sent la m....e l'inverse ne marche pas !

  • Par Ercole - 28/06/2012 - 13:19 - Signaler un abus Sources: analyses de JP Morgan

    Ces fumiers !!! Ils ne méritent que la taule ainsi que goldman sachs...

  • Par jerem - 28/06/2012 - 14:14 - Signaler un abus @ganesha - mon pauvre

    ohlala, c'est vrai c'est un complot . Faites vous un petit plaisir . jean marc sylvestre a toutes les semaines une lumiere qui explique ses vues (en profitant pour traiter tous les francais de bon cheptel) .... et ne manquez pas les chroniques economiques de LCI reprises sur TF1 a pas d'heure. Sinon sur la FM , on peut aussi vous recommander radio courtoisie .... LA france est un pays muselé , d'ailleurs France Tele ne diffuse jamais de documentaires economiques pertinants par exemple dans la serie des doc24 ou infrarouge .... c'est limite les soviets sous stasi (et pas exstasi). Atlantico nous donne un eclairage interessant avec la mise en lumiere de tous ces cercles de reflexion (qui prefere se faire nommé think tank, c'est so cool) qui parlent de reductions de dépenses publiques mais qui , pour les plus importants et les plus concernés , ne proposent pas pour commencer de supprimer l'avantage fiscal a 66% sur les dons qu'il percoivent .... c'est bien connu que c'est a l'etat de faire vivre des organismes issus d'initiative privé .... c'est tout le discours de ces organismes d'ailleurs ....

  • Par jerem - 28/06/2012 - 14:32 - Signaler un abus zone euro certes ... et les autres ?

    le gourverneur de la banque de france vient de faire une jolie annotation dans la revue "documents et debats " de mai 2012. "S’agissant des fondamentaux, la zone euro semble aujourd’hui en position de force par rapport aux autres économies développées. La croissance y est plus forte qu’au Royaume-Uni et au Japon depuis 2007. Les comptes extérieurs sont équilibrés. Même la situation budgétaire est favorable. En termes agrégés, le défi cit de la zone euro est le plus faible de tous, à 4 % du PIB, soit moins de la moitié de celui des États-Unis, du Japon ou du Royaume-Uni. Cela reste vrai même dans certains pays de la périphérie. Par exemple, le défi cit budgétaire de l’Espagne, à 6,1 % du PIB, est très inférieur à celui des États-Unis, du Royaume-Uni ou du Japon. La dette publique brute totale, qui s’établit à 67 % du PIB, est parmi les plus faibles de l’OCDE." VOILA , VOILA, de quoi mieux recentrer le débat dans une mise en perspective mondialisée (faudrait pas se contenter de sortir la mondialisation uniquement pour la flexsecurite"

  • Par Seb Per - 28/06/2012 - 15:02 - Signaler un abus clair dans ses idées

    cet article neanmoins pèche uniquement par l'absence de chiffrage. Combien de milliards ( trillions?) doivent partir en fumée puisqu ils ne reposent sur rien? combien de % de PIB doit être effacé des économies ayant créé ces richesses virtuelles? combien de banques doivent disparaitre? lesquelles? plus grave : quel est le % de taux de chomage qui va en resulter? Et dans toute cette avalanche, quelques questions penales : - qui savait et n'a rien fait, - qui savait et en a profité? - qui savait, en a profité, et a poussé à la roue? Quelques reponses dans "All Devils Are Here", un livre objectif, serieux, mais hallucinant sur la création VOLONTAIRE de ce trou noir qui nous engloutit.

  • Par Arny - 28/06/2012 - 17:22 - Signaler un abus C'est si bon, mais à quoi bon...?

    Cet article met en avant ce que bon nombre d'économistes ont toujours dénoncé: le politique (l'état), dépensant l'argent qui ne lui appartient pas et ne se sentant pas non-plus obligé d'en justifier l'usage, n'a pas conscience que l'état ne produit pas de richesse ou très peu au prorata de son budget et de ses investissements. L'état ne peut pas indéfiniment emprunter à perte comme il le fait allègrement depuis la loi Rothschild. Il semble illégitime que l'on renfloue toutes ces banques pour qu'elles puissent prêter aux états, alors que ce sont les états eux-mêmes qui s'endettent sur le dos du contribuable qui est à chaque fois le grand perdant de ce petit jeu entre amis. Mais qui pourrait contrarier ces plans idiots? Plus les coupes budgétaires drastiques se font attendre et plus les "acquis sociaux" seront revus à la baisse. Les Français ont voté à gauche pour les conserver en l'état mais que nenni, la gauche n'aura pas le choix. PS: Bravo au peuple allemand pour le fait d'accepter de payer pour tous et ainsi devenir la vache à lait de l'europe. Bravo aussi aux gouvernements français incapables de protéger nos intérêts et nos industries face aux pays émergeants.

  • Par Arny - 28/06/2012 - 17:33 - Signaler un abus @Jerem

    Oui, les chiffres sont corrects quand on les compare aux autres pays occidentaux et que l'on prend l'Europe dans sa globalité. Mais il ne s'agit plus de nous comparer entre nous, mais avec les pays émergeants tel que la Chine, le Brésil, l'Inde, etc. C'est pas parce-ce que les indices sont meilleurs qu'aux Etats-Unis que nous sommes sorti du rouge. L'Europe est vacillante, nous ne sommes pas sûr de son avenir. Les mauvais élèves de l'europe sont compensés par les pays émergeants intracommunautaires qui eux repartent de zéro (ou presque) depuis la chute du mur de Berlin et qui ne peuvent donc afficher qu'une croissance positive. Les statistiques données par le gouverneur de la banque de France sont une tentative ridicule de rassurer encore et encore les marchés. Elles reviennent seulement à dire, nous sommes les moins mauvais des mauvais, mais uniquement si l'on considère l'Europe comme une entité étatique. Ce qu'elle n'est pas.

  • Par alankin - 28/06/2012 - 18:31 - Signaler un abus la question est simple.

    peut on mettre sur le seul dos des banques et autres marchés le soin de financer à eux seuls les dettes souveraines européennes? la réponse est non. pendant ce temps la BCE gère seulement le cours de l'Euro. nous allons donc purement et simplement à la ruine.

  • Par ElmoDiScipio - 28/06/2012 - 19:12 - Signaler un abus Mais taisez vous Benard !!!!

    Les banques ne prettent jamais aux Etats souverains pauvre crétin incompétent. Pour la bonne et double simple raison : - aucune banque locale n'a un crédit meilleur que l'Etat (donc un cout d'emprunt superieur) - sauf à faire du mauvais Mélenchon, aucune banque n'emprunte à aps cher à court terme auprès de la BCE pour pretter à long terme plus cher à l'Etat. C'est juridiquement, reglementairement, comptablement INTERDIT sombre nouille. La détention de titres d'Etat par les banques Espagnoles se font : - faire du repo auprès de la BCE (part minoritaire) pour leur financement court terme - et surtout "collateraliser" les produits de placements des particuliers espagnols. En effet, vu que les banques espagnoles sont passées Non Investment Grade (moins de BBBB) elles ne peuvent plus vendre des produits d'epargne (structurés en général) sous leur nom de crédit, elles doivent donc investir la partie Capital Protégé dans le seul support financier payant et vendable pour des espagnols : leurs titres d'Etat.

  • Par ElmoDiScipio - 28/06/2012 - 19:15 - Signaler un abus De plus pauvre enfumeur Turgotiste à la manque

    Les Banques espagnoles ne peuvent à la fois crouler sous les besoins de refinancement de leur bilan liés aux refinancement des crédits toxiques (quelle appelation d'économiste. Foire) des particuliers espagnols et avoir des surplus de liquidités qu'elles pretteraient à l'Etat Espagnol. Donc mon pauvre Benard vous êtes comme vos confrères éco-marabouts un vendeur de vide.

  • Par jerem - 28/06/2012 - 19:30 - Signaler un abus @arny

    nous sommes d'accord, c'etait juste une remise a plat car on nous gonfle depuis des mois sur la crise de l'euro comme si le continent europeen etait devenu le mali ... s'entendre rappeler a l'ordre par Obama ou Cameron .... ca commence a bien faire . Quand on fait marcher la planche a billet comme ils le font depuis des années et que l'on a mis autant de creances pourries sur le dos des contribuables, on a la pudeur d'eviter de demander urgemment a l'europe continentale de se bouger.

  • Par jerem - 28/06/2012 - 19:35 - Signaler un abus @ElmoDiScipio

    merci de nous confirmer que les banques espagnols ne peuvent preter à l'etat mais se contentent de souscrire aux emprunts que cet état emet pour le compte de tous les produits de placement quelles ont en vitrine a proposer ..... C'est vrai d'ailleurs la difference est fondamentale .... soudain un flash ..... quid de la retraite par capitalisation ?

  • Par jerem - 28/06/2012 - 19:42 - Signaler un abus @arny

    En passant les nouveaux pays de la communaute ne "peuvent qu'avoir de la croissance" surtout parce que le budget européen et les redistribution nombreuses et variées leur attribuent un solde positif. pologne 8 milliards de bénéfice net dans le budget européen autant que la contribution nette de l'allemagne . La france presente une contribution nette de 5 milliards , l'italie 4 et .... oh surprise, le royaume uni s'en ressort avec un cheque de retour de 5 milliards (c'est pas beau ca).plus que le benefice net de l'espagne a 4 milliards.

  • Par ElmoDiScipio - 28/06/2012 - 19:45 - Signaler un abus @jerem

    Koikidi ? Votre epargne (sicav, fcp, assurance vie) quand elle est a capital garanti ( ou pas d'ailleurs) elle est garantie par quoi ? Pour votre gouverne les dettes d'Etat sont détenues directement ou indirectement par les epargnants. En france les SICAV sont pour les 2/3 des SICAV obligataires ou mixte (tres obligatiare depuis 4 ans car actions en berne). Votre image d'epinal de la tete de gondole avec les produits des banques pour refourguer la dette de l'Etat est .... Risible.

  • Par jerem - 28/06/2012 - 19:45 - Signaler un abus @ alakin

    vous serez bie naimables de vous informer sur le nombre de milliards qui ont été injectés par les états depuis 2008 pour sauver des etablissements de credit aux etats unis (fanny), en grande bretagne ou en allemagne (oui meme l'allemagne s'est pris de grosse tole a coup de 50 milliards ).... Alors oui on peut effectivement pointer du doigt la finance.

  • Par jerem - 28/06/2012 - 19:48 - Signaler un abus @ElmoDiScipio

    oui et effectivement les sicav se souscrivent en pharmacie c'est bien connu et d'ailleurs les gestionnaires de sicav sont des opérateurs telecom. et les interets communs d'un banquier et des produits qu'ils placent sont une lubbie et les emprunts d'etats ne portent pas le doux non d'emprunts obligataires. Arreter de regarder la pub BNP passer a la fiche signaletique des sivac

  • Par jerem - 28/06/2012 - 19:51 - Signaler un abus @ElmoDiScipio

    l'image de la tete de gondole est si risible d'ailleurs que pour les assurances vie qui se composent de lingots d'or bien sur .... , ont sensibiliser bercy sur le petit danger a doubler brutalement les plafonds du livret A .... n'est ce pas ?

  • Par jerem - 28/06/2012 - 19:53 - Signaler un abus @ElmoDiScipio

    les 1000 milliards de la BCE aux banques avec en garanties des actifs d'un niveau moins que tres elevée ce n'etait evidemment pas de la liquidite notamment pour les banques espagnoles ?

  • Par jerem - 28/06/2012 - 19:56 - Signaler un abus @arny

    "Les Français ont voté à gauche pour les conserver en l'état mais que nenni, la gauche n'aura pas le choix." Heureusement que l'on sort de 10 ans d'UMP .... avec le douvblement de la dette publique on l'a echappé belle pendant tout ce temps , en effet.

  • Par ElmoDiScipio - 28/06/2012 - 19:59 - Signaler un abus @jerem

    Bon ok j'ai cru un instant que vous saviez un tant soit peu de quoi vous parliez. Perdu. Bonne soirée.

  • Par ElmoDiScipio - 28/06/2012 - 20:05 - Signaler un abus @jerem

    J'ai lu vos autres commentaires plus bas. En fait vous êtes un parfait ignare faiseur de phrases . Vous bossez avec Benard ?

  • Par ElmoDiScipio - 28/06/2012 - 20:12 - Signaler un abus Pour votre gouverne

    Fannie mae et Freddy Mac ne sont pas banques. Et l'Allemagne n'a aucune dette auprès de ses banques. Comme la France ou l'Italie. Les seuls sont les Anglais avec la nationalisation entre autre de RBS.

  • Par jerem - 28/06/2012 - 20:53 - Signaler un abus oui Allemagne continue comme çà , tu vas gagner .

    Le figaro sert une article tres interessant sur la chanceliere et les allemands . "les Allemands rejettent de financer la croissance à coups de relance keynésienne, qui ne ferait que creuser la dette et consommer leurs économies." Nous allons d'ailleurs demander immediatement à la RATP et la SNCF de stopper fisa les achats de bus et rame à la societe MAN qui nous gave de ses spots publicitaires depuis un mois . Nous nous devons de faire boire leur potion a ces sympathiques voisins qui vivent par l'export et détester la relance keynesienne. Collectivites locales , il est de votre devoir confraternel dans une volonte de convergence de sucrer tous les contrats de voirie , de commandes de matériels qui pourraient avoir un lien avec l'allemagne . il ne faut pas de relance, il faut surtout que toute relance ne beneficie plus du tout a ce donneur de conseils qui oublie que nombre de donneur d'ordre leur alimente le frigo depuis des années. Meme chose pour les voitures , Sus a la polo et la golf des modeles sans plus aucune originalité largement comparable a des modeles de marques francaises ou italiennes (espagnols , on est desolé , vous etes filiales de volkswagen )...... VOILA VOILA...

  • Par jerem - 28/06/2012 - 21:02 - Signaler un abus un nouveau canard plein d'humour est né !

    die welt : "«L'Europe a vécu aux frais des générations à venir". A hurler de rire avec le taux de natalité pitoyable. on recapitule de 1981 a 1990, baisse du nombre d'eleves 300.000 par an. Apres un apport de 2,5 millions d'eleves de l'allemagne de l'est ...relance positive a 200 par an jusqu'en 97 et depuis c'est reparti pour atteindre des moins 150.000 par depuis 2006. C'est sur !!! avec une telle natalité l'addition va etre a partager avec de moins en moins de monde .... Apres cela le celebrissime cercle de reflexion thomas more peut nous parler des points de dépenses publiques en moins .... moins de momes , pas de maternelles ..... c'est a s'interroger si par hasard il n'y aurait pas trop de dépenses pour les anciens par rapport a l'investissement sur les nouvelles générations . ....

  • Par jerem - 28/06/2012 - 21:14 - Signaler un abus @ElmoDiScipio

    vos compliments m'importent au plus au point . quant a vos arguments .....

  • Par jerem - 28/06/2012 - 21:22 - Signaler un abus @ElmoDiScipio

    oui FAnnie faisait dans l'article de deco sans rapport avec les credit immobilier . en allemagne meme chose avec HRE, c'est un fabricant de glaces et Dexia pour les francais et les belges est un laboratoire pharmaceutique.....

  • Par jerem - 28/06/2012 - 21:31 - Signaler un abus @ElmoDiScipio

    et comme vous n'etes pas au fait, c'est avec HRE que l'allemagne disciplinée et methodique (comme pour le cablage de l'A380) avait fait une petite erreur d'ecrire comptable de 50 milliards (decouverte 6 mois apres l'arrete des comptes .... - certes plus rapide que la decouverte de l'optimisation fiscale d'un expert en convergence )

  • Par ElmoDiScipio - 28/06/2012 - 23:46 - Signaler un abus Pauvre bouffon infatué

    Faire la confusion entre une agence hypothécaire et une banque de crédit montre a quel point vous ne maitrisez rien. Dexia comme HRE sont malheureusement pour vous le contre exemple de vos affabulations de clown de forum où l'on a deux etablissements de crédit qui financaient .....des projets publics (source de leur effondrement de bilan). Retournez a vos dyatribes de bac à sable vous aurez surement un public pour vos pitreries.

  • Par ElmoDiScipio - 28/06/2012 - 23:51 - Signaler un abus Mes arguments sont etayés

    Vos réponses sont tout juste des allusions, des tentatives assez ridicules de faire dans l'ironie pour masquer votre incompétence et votre désir de dire n'importe quoi pour coller à votre discours prémaché de petit poujadiste. Et je confirme Fannie mae est une agence quasi étatique qui refinance les banques et les établissements de crédits par collateralisation et pas une banque de crédit sinistre guguss.

  • Par ElmoDiScipio - 28/06/2012 - 23:58 - Signaler un abus Mais bon mon cher jerem

    C'est gentil de votre part de creuser votre propre tombe de vaticineur de forum. Vous êtes si nombreux.... Et si prévisible. Pour vos réponses éventuelles, faites nous l'insigne honneur de construire votre raisonnement. Laissez l'ironie au vestiaire, l'exercice en devient pénible quand on traine comme vous autant de carences techniques.

  • Par patagonie - 29/06/2012 - 00:18 - Signaler un abus VIVE LES EXPERTS

    j'ai parcouru en travers tous les commentaires !!!!!! Hallucinant le niveau et moins on en sait plus on cause. Quand on avance que les français n'y comprennent rien à l'économie on en a ici le triste exemple. C'est tellement pitoyable que de tels propos devraient être censurés - pour motif complètement à côté de la plaque !!!

  • Par patagonie - 29/06/2012 - 00:22 - Signaler un abus LA TRISTE REALITE

    et merci à Vincent Bénard

  • Par ElmoDiScipio - 29/06/2012 - 00:29 - Signaler un abus Merci à Patagonie

    pour sa percée sémantique et ses arguments de choc.

  • Par doro - 29/06/2012 - 06:19 - Signaler un abus étudiante

    Merci pour cette leçon qui ne dit pas son nom... "Si une entreprise investit sa créance dans des outils de production performants, dont les produits séduisent les consommateurs, aucun problème. Si cette chaîne de valeur permet aux salariés de voir leur rémunération augmenter, ceux-ci peuvent sans souci avoir recours au crédit." j'ai une question d'étudiante en économie? Grâce à quoi les consommateurs peuvent-ils se procurer des produits qui les séduisent? si un Etat mène une politique d'austérité, c'est à dire que la monnaie circule de moins en moins entre les individus (comme en Grèce: privatisation, baisse de salaires des fonctionnaires = consomment moins, moins de prestations sociales pour les pauvres = consomment encore moins qu'avant) tout ça, c'est moins de revenus pour les individus, donc moins de consommation, donc moins d'achat de produits séduisants, donc les entreprises vendent moins, donc elles ont besoin de moins de personnel (licenciement) donc si chômage, moins de consommation.. etc... si une entreprise investit, c'est qu'il existe des consommateurs qui ont des revenus!

  • Par jerem - 29/06/2012 - 09:15 - Signaler un abus @ElmoDiScipio

    A sa seigneurie, sa votre fetide suffisance .

  • Par jerem - 29/06/2012 - 09:21 - Signaler un abus @patagonie

    "Quand on avance que les français n'y comprennent rien à l'économie on en a ici le triste exemple" Evidemment vous avez des retours sur le niveau economique des habitants des autres pays .... c'est sur que lorsque l'on a une radio dite specialiste du business qui n'est pas capable de faire la diffences entre les charges salariales et patronales et qui parlent du poids des charges salariales dans le compte de resultat , il faut surement blâmer les incultes .....plutot que les diffuseurs et autres invités chroniqueurs qui enterinent des enormites jour apres jour. Cette semaine cela parlait smic mais pas un seul pour repondre a une question toute bete de l'animateur, quel le cout d'un smic charges patronales comprises....; Mais ca n'a pas empeche , y compris a un patron de PME , de disserter longuement sur l'enjeu des 2%. Les nullités ne sont pas toujours là où on pense les trouver.

  • Par ElmoDiScipio - 29/06/2012 - 09:40 - Signaler un abus @jerem

    A Sa Flatulence sa risible vacuité. La prochaine fois que vous venez nous assener vos vérités à 2 sous .. Venez avec du concret.

  • Par ElmoDiScipio - 29/06/2012 - 09:53 - Signaler un abus Est ce qu'une ame charitable peut expliquer à notre jerem

    Que le surcout de la part patronale sur le SMIC en France est ridicule car les charges sont dans la majorité des cas réduites ou nulles ou sur un forfait relativement bas. Et que donc se préoccuper de l'impact d'une hausse de 2% de pas grand chose est la dernière de ses bouffoneries. Vous remerciant par avance de votre solicitude envers notre camarade mal-comprennant de base.

  • Par jerem - 29/06/2012 - 12:02 - Signaler un abus @ElmoDiScipio

    merci je n'ai pas besoin de vos bons conseils , allez donc les donnez a ceux qui se presentent sachant comme vous et blablatent sur BFM Business . Au lieu de vous emportez comme un bobeauf, allez donc en causer aux médias qui tendent le micro a des intervenants "qualifiés" et recurrents qui parlent toute l'année d'economie en tournant en boucle. Je sais ce que coute un smic dans un compte de résultat , je n'ai pas besoin de vous et de votre hauteur suffisante.

  • Par jerem - 29/06/2012 - 12:10 - Signaler un abus @ElmoDiScipio

    pour le concret, sa sainteté imperiale, il faudra relire votre commentaire de départ : a part l'invective , on a surtout vu que vous en etes rester a des emprunts a 10 ans de l'etat ....Allez donc faire une tour sur l'agence France Trésor cela vous eclairera sur le raccord possible entre un pret BCE de 3 ans et des termes qui peuvent aller de 3 mois a 15ans ... Donc meme si l'auteur pouvait avoir pris des raccourcis , l'insulte d'ouverture n'etait certainement pas l'approche quand on veut faire adherer . Mais votre suffisance doit vous satisfaire amplement apparemment , vu la tonalité depuis le début.

  • Par ElmoDiScipio - 29/06/2012 - 15:51 - Signaler un abus Merci mon bon jerem

    Ma soit disante suffisance ne saurait masquer l'indigence et la tartuferie de vos réponses. Votre point sur ma soit disante evocation de la maturité des emprunts d'etat lors de mon premier post est une autre de vos inventions pour vous rattrapez aux branches . Vous n'apportez tjrs rien au débat, n'infirmez techniquement aucun de mes dires ni n'etayez aucun de vos flans. Votre role est celui du quidam standard de fanfaron des forum qui croît qu'une ou deux formules ironiques sans aucun sens font une discussion. Commencez par respecter vos interlocuteurs en faisant preuve d'une véritable participation. Comme votre référence au site France Tresor qui est d'une parfaite fumisterie et ne démontrebrien mais en plus est totalement hors sujet. ON NE DESTRUCTURE PAS UNE ECHELLE DES MATURITES DANS UN BILAN DE BANQUE. Et l'article est bien un beau ramassis de contre vérités et les attendus de l'auteur se contredisent.

  • Par Vinas Veritas - 29/06/2012 - 17:01 - Signaler un abus PIB brut et PIB net

    tout le monde ici ou là, economistes en tete, se gorge du ratio PIB mais il conviendrait mieux de prendre poour référence le Produit Intérieur productif, celui qui résulte de la production réelle de bien , c'est à dire le PIB auquel on a retiré toutes les subventions de production et les indemnisation des assurance qui n'ont eu pour but que de réparer une destruction. je conçois que les assurances sont un bien pour aider à la reconstruction après sinistre mais de là à définir que cela produit un bien nouveau alors qu'il existait avant il y a un pas qu'il n'aurait pas fallu franchir. alors à quand un indice basé sur la production réelle de biens nouveaux ?

  • Par jerem - 30/06/2012 - 09:05 - Signaler un abus @ElmoDiScipio

    il est vrai que tout le monde peut relire votre 1er post sur cet article , pour voir a quel point vous avez le sens de la discussion : 128/6/2012 - 17h33 "pauvre crétin incompétent.". Effectivement quel sens de la discussion . Ne testeez pas l'humour ca m'empecherait de m'eclater de rire.

  • Par jerem - 30/06/2012 - 09:11 - Signaler un abus @Vinas Veritas

    Effectivement mais que faire des transactions d'un trader (quand il est parfois automatisé en haute frequence) qui vend et qui achete sans aucun interet pour la marchandise en sous jacent et qui genere des commissions et des milliemes de marge....ou est la production effective, comparée a votre assureur qui dedommage des degats pour des biens reellement des détruits. Quand les postes tele 4/3 sont partis à la poubelle pour etre remplacé par l'ecran plat 16/9, on n'a pas fait une décote pour usage residuel non utilisée de la tele cathodique. Comme l'indice des prix et son panier de reference...il ne sera jamais parfait comme toute les moyennes. ce qui compte ce sont la coherence de l'indice par rapport a sa mesure recherchée et sa comparaison possible avec l'indice produit dans les memes conditions par d'autres .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Vincent Bénard

Ingénieur et économiste, conseiller national du Parti Libéral Démocrate, Vincent Bénard a analysé en profondeur les effets pervers de l’imbrication public-privée dans les domaines du logement et de la finance.

Il est l'auteur de deux ouvrages “Logement, Crise Publique” (2007) et “Foreclosure Gate, les gangs de Wall Street” (2011).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€