Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La France catholique d'aujourd'hui : des pratiquants plus citadins qu'autrefois

La France compte environ 47 millions de baptisés catholiques, dont 10 millions de pratiquants occasionnels et 3 millions de pratiquants réguliers. Avec des chiffres pareils, il est impossible de faire croire que les catholiques sont invisibles en France. Tel est donc l’objet de ce livre : donner un visage au catholicisme français du XXIe siècle. Extrait de "La France catholique", de Jean Sévillia, publié aux éditions Michel Lafon (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le - Mis à jour le 10 Novembre 2015
La France catholique d'aujourd'hui : des pratiquants plus citadins qu'autrefois

Du point de vue de la pyramide des âges, le déséquilibre est frappant : les moins de 25 ans, qui constituent 30 % de la population française, ne représentent que 16 % des catholiques, tandis que les personnes de 50 ans et plus, qui forment 42 % de la population, représentent 65 % des catholiques. Le déséquilibre existe aussi du point de vue des sexes : alors que les femmes forment un peu plus de la moitié de la population, elles représentent 61 % des catholiques pratiquants 13.

Du point de vue de la géographie, les catholiques déclarés sont nombreux dans l’Ouest intérieur et en Bretagne, au Pays basque et au Béarn, dans le sud du Massif central (Aveyron, Lozère, Ardèche, Haute-Loire, Cantal), dans les zones rurales du Nord-Pas-de-Calais et dans le bloc de l’Est qui s’étend de la Haute-Marne à l’Alsace et de la Meuse au Jura. Ailleurs, dans le grand espace central de la France et le long des grands axes de communication qui relient la capitale à Lille, Bordeaux, Toulouse ou Marseille, le mouvement de déchristianisation amorcé dans les années 1960 s’est accentué.

Proportionnellement, ce sont plutôt les campagnes qui se déchristianisent, tandis que les grandes villes maintiennent un tissu social actif : la majorité des pratiquants, aujourd’hui, est formée de citadins 14.

>>>>>>>>>>>>> A lire également : "Twittomélies" : comment la France catholique d'aujourd'hui s'adapte au Web et aux réseaux sociaux

Quant à l’origine sociale de ceux qui franchissent régulièrement la porte des églises, le contraste est net, et l’exemple de la capitale est à cet égard parlant. À Paris, le taux de pratiquants est d’autant plus fort que l’arrondissement est bourgeois (XVIe et VIIIe en tête), et à l’inverse d’autant plus faible que l’arrondissement est populaire ou bobo (IVe, Xe, XIe, XIXe et XXe). Dans la petite ou la grande couronne, les catholiques pratiquants s’avèrent nombreux dans l’Ouest parisien, entre Neuilly, Saint-Cloud et Versailles, et dans les villes résidentielles comme Sceaux, Fontainebleau ou Chantilly. « D’une répartition provinciale, la géographie du catholicisme a donc évolué vers une répartition sociale 15 », observent Jérôme Fourquet et Hervé Le Bras. Le catholicisme populaire d’autrefois n’a pas disparu, surtout dans la ceinture parisienne ou en province, mais il devient minoritaire. Le phénomène ne laisse pas l’église indifférente : depuis 2010, les évêques des huit diocèses d’Île-de-France organisent régulièrement des enquêtes et des colloques sur « l’évangélisation en milieu populaire ».

Du point de vue politique, les décennies récentes ont marqué une franche évolution à droite de l’électorat catholique, surtout chez les pratiquants. Au premier tour de l’élection présidentielle de 2012, ceux-ci ont voté à 47 % pour Nicolas Sarkozy, à 17 % pour François Bayrou, à 15 % pour Marine Le Pen et à 14 % pour François Hollande. Au second tour de 2012, les sondages attribuaient entre 66 % et 79 % des suffrages des pratiquants réguliers à Nicolas Sarkozy 16.

Ces chiffres et ces courbes ayant été enregistrés, il reste une donnée brute. La France compte 44 millions de baptisés, soit deux personnes sur trois : qu’on le veuille ou non, cette proportion représente une grosse majorité de la population. En 2045, selon les projections, le pays comptera entre 37 millions de baptisés (hypothèse haute) et 33 millions (hypothèse basse) 17. Moins de la moitié de la population sera baptisée, mais le nombre de catholiques, y compris dans l’hypothèse pessimiste, représentera encore une masse considérable. Même aujourd’hui, en additionnant le nombre de pratiquants réguliers (environ trois millions de personnes) et celui des pratiquants épisodiques (une dizaine de millions), on arrive à 13 millions de catholiques qui savent pourquoi ils entrent dans une église : ce chiffre n’est pas de ceux que l’on tient pour quantité négligeable. Minoritaires, les catholiques français du xxie siècle ? Oui. Mais l’objet de cet ouvrage n’est pas d’analyser pourquoi le catholicisme, en France, est passé du statut majoritaire au statut minoritaire, mais de comprendre, par le texte et par l’image, quelle place occupe cette minorité dans la société française. Et partant, de s’interroger pour savoir si ce noyau catholique possède non seulement la capacité de se maintenir, mais de recommencer à grandir.

1)Yann Raison du Cleuziou, Qui sont les cathos d’aujourd’hui ? Sociologie d’un monde divisé, Desclée de Brouwer, 2014.

2) Jérôme Fourquet et Hervé Le Bras, op.cit.

  1. 3)Jérôme Fourquet et Hervé Le Bras, op.cit.
  2.  
  3. 4)Yann Raison du Cleuziou, op. cit.
  4.  
  5. 5)Sondage Paradox’Opinion/La Vie, 2 avril 2015.
  6.  
  7. Extrait de "La France catholique", de Jean Sévillia, publié aux éditions Michel Lafon, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.
  8.  
  9.  

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bretondesouche - 07/11/2015 - 15:58 - Signaler un abus Dans les campagnes

    Les femmes vont à l église quand les hommes sont au cafe plu. Dans les 2 cas l espoirs fait vivre

  • Par Anguerrand - 07/11/2015 - 20:52 - Signaler un abus Dans le cœur des francais

    en majorité quoi que l'on en dise, les valeurs chrétiennes sont nos valeurs et beaucoup de lois n'en sont que le reflet. ( tu ne tueras point, tu ne voleras point,etc). Nous sommes à l'opposé des soi disantes valeurs de l'islam qui rejette l'amour, prône la guerre, considéré la femme comme un objet soumis à l'homme et veut nous asservir à leur moyen âge.

  • Par quesako - 08/11/2015 - 01:00 - Signaler un abus Si il nous reste qu'une seule chose c'est le baptême !

    Et c'est la plus importante ! Ensuite la personne est libre de son choix, ne plus vraiment croire, assister aux cultes d'autres églises chrétiennes, mais cette personne a reçu le baptême, sacrement qui est reconnu par toues les églises chrétiennes. Quant au catholicisme proprement dit il est certain que les habitants catholiques des XVIème, VIIIème, Versailles, etc ont un catholicisme plus "traditionnel" avec parfois des prêtres qui reprennent la soutane noire

  • Par Deudeuche - 08/11/2015 - 14:33 - Signaler un abus @clint

    non le plus important est la conversion en tant que chrétien. La France est remplie d'athées baptisés qui n'ont rien à voir avec le christianisme.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Sévillia

Jean Sévillia est rédacteur en chef adjoint au Figaro Magazine et membre du conseil scientifique du Figaro Histoire. Essayiste et historien, il a publié de nombreux succès de librairie, notamment Zita impératrice courage (Perrin, 1997), Le terrorisme intellectuel (Perrin, 2000), Historiquement correct (Perrin, 2003), Le Dernier empereur, Charles d’Autriche (Perrin, 2009).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€