Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Français ne croient plus vraiment aux avantages de l’Europe et ne pensent plus non plus qu’on puisse la changer : quatre scénarios par lesquels elle pourrait renaître

Selon un sondage Elabe-Les Echos-Institut Montaigne-Radio Classique, seuls 24% des Français considèrent que l'Union européenne offre plus d'avantages que d'inconvénients, 38% pensent qu'elle présente plus d'inconvénients, et 38% y voient autant d'inconvénients que d'avantages. Ce même sondage indique également que 64% des Français ne croient pas en la capacité d'Emmanuel Macron de "faire évoluer significativement le fonctionnement et l’orientation politique de l’Union européenne".

Citoyens européens

Publié le
Les Français ne croient plus vraiment aux avantages de l’Europe et ne pensent plus non plus qu’on puisse la changer : quatre scénarios par lesquels elle pourrait renaître

 Crédit Thomas SAMSON / POOL / AFP

Atlantico : En réponse à un tel sondage, montrant une attente des Français d'un changement de l'Europe -  alors que ces derniers considèrent qu'Emmanuel Macron n'en aurait pas les capacités -  quel serait le scénario qui permettrait d'aboutir à une réelle transformation du fonctionnement et de l'orientation politique de l'UE correspondant aux attentes des Français ? 

Bruno Alomar : Avant de répondre à la question, il faut s’arrêter quelques instants sur le sondage. Même si nos systèmes démocratiques se caractérisent par une plus grande versatilité de l’opinion, ce qui incite à la prudence, une chose est certaine : la construction européenne, pour les français, n’a plus rien d’évident. C’est dire que les français sont en décalage majeur avec l’orientation de leurs gouvernants, dont le mantra, depuis Valery Giscard d’Estaing – Emmanuel Macron ne déroge en rien à cette ligne- est de considérer qu’il faut toujours « plus d’Europe ».

Il y a là un puissant feu qui couve…

Par ailleurs, il faut souligner que les français ont raison de considérer qu’Emmanuel Macron n’a pas les capacités de transformer l’Union européenne, contrairement au rêve qu’il a caressé et exprimé, en particulier en septembre 2017 au travers du discours de la Sorbonne. A cela deux raisons. La première, c’est que l’Union européenne est, par nature, lourde, complexe, car elle est la sédimentation de soixante années de construction, et qu’elle réunit des pays et de peuples aux caractéristiques très diverses, et aux intérêts souvent divergents. Prétendre, « changer l’Union européenne » en quelques mois, comme certains ont prétendu « changer la vie », c’est au mieux une naïveté, au pire un mensonge. La seconde raison, c’est justement qu’en prétendant changer rapidement l’Union européenne, le pouvoir en place, face à une situation politique très compliquée (migrations, raidissement américain etc.), dont il n’est pas complètement responsable, a exaspéré beaucoup de partenaires de la France, et rendu une éventuelle transformation de l’Union européenne encore plus difficile. Si l’on prend la question de la zone euro par exemple, ceci est patent : constatant l’incapacité de la France à se réformer, la plupart des Etats de l’Union ont adressé une fin de non-recevoir aux ambitions formulées par Emmanuel Macron. En fait, Emmanuel Macron a fait l’inverse de ce qu’il fallait faire : exiger de ses partenaires des réformes, alors qu’il fallait d’abord mettre en place un puissant train de réformes en France, afin de reconquérir notre crédibilité budgétaire et financière perdue…
 
Si l’on en vient à la question proprement dite, elle appelle plusieurs éléments de réponse. 
 
D’abord, les attentes des français. Quelles sont-elles ? Personne ne le sait vraiment. Une Europe qui protège ? Une Europe qui amène de la croissance et de l’emploi ? Rien que des évidences. Mais que met-on derrière ? La question sous-jacente, c’est plutôt, me semble-t-il, la question de savoir si l’Union européenne sert à quelque chose, et, surtout, à quoi elle pourrait servir. Or, à cette aune, il y a un décalage majeur entre la réalité de ce qu’elle est, de ce qu’elle peut faire, des pouvoirs qui sont les siens, et la perception qu’en ont les français. L’Union européenne, contrairement à ce que clament les pro européens et les-anti européens – jumeaux dans l’analyse erronée, mais qui, hélas, font l’opinion – n’est ni le Croquemitaines ni le Père Noel. Elle est toute petite ! C’est une organisation internationale qui a des pouvoirs dans le domaine économique, et nulle part ailleurs. Mais même dans ce domaine, ses pouvoirs sont beaucoup plus petits que ceux des Etats membres. Le chômage, la compétitivité, le pouvoir d’achat, l’investissement, l’innovation…tout ceci résulte d’abord et avant tout de choix nationaux et/ ou de réalités culturelles de long terme ! 
 
Ensuite l’orientation. Dans la mesure où l’on perçoit mal ce qu’elle est, il est difficile de savoir ce que l’on veut. Les français jugent l’Union européenne trop « libérale » ? Mais les britanniques la quittent parce qu’ils l’ont trouvée insuffisamment libérale au plan économique ! Les français voudraient qu’elle soit moins présente, qu’elle les laisse un peu en paix ? Mais ils sont les premiers – quand un problème survient - à demander plus d’Europe. Les français veulent plus de protectionnisme économique ? Les allemands pensent le contraire. Les français voient l’Europe comme un démultiplicateur de puissance ? Le concept même de puissance ou d’intérêt européen est insupportable à beaucoup de nos partenaires ! On pourrait continuer. En réalité, quand l’on pose la question de l’orientation de l’Europe, on se confronte à deux grandes voies, difficilement conciliables. La première, c’est plus ou moins d’Europe. La seconde, c’est une Europe plus à gauche ou une Europe plus à droite. Mais si vous êtes de gauche et pro européen, comment faites-vous si l’Europe qui se construit se construit « par la droite », comme les allemands le veulent ? Etc.
 
Dès lors, aucune réforme substantielle de l’Union européenne n’est possible. Les Etats-membres sont divisés sur ce qu’elle devrait faire. Le couple franco-allemand n’existe plus vraiment. Le problème migratoire, créé de toutes pièces par l’Allemagne, est un puissant dissolvant de l’Union. Le Brexit est peut-être une première étape de défaisance. Etc.
 
Au total, ceux qui militent pour un changement radical de l’Union européenne se trompent d’époque. L’heure n’est pas, qu’on le regrette ou non, à des avancées majeures. La réalité, beaucoup moins rose, est que pour les dix ans qui viennent, la question est : que peut-on sauver de la construction européenne… Dans mon ouvrage « La réforme ou l’insignifiance – 10 ans pour sauver l’Union européenne » (Editions de l’Ecole de Guerre – 2018), je m’efforce de tracer quelques pistes qui se résument à une idée simple : que l’Union européenne se concentre sur les quelques compétences fortes qu’elle a déjà, et qu’elle fasse enfin la preuve qu’elle les exerce bien dans l’intérêt des européens. Cela semble un truisme…Pourtant, les européens n’en sont pas convaincus.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 08/10/2018 - 09:11 - Signaler un abus Pensum !

    Minable petit article, pessimiste , négatif et nuisible ! Les abonnés de ce site qui ne lisent jamais les textes avant de les commenter auront, au moins cette fois, raison de ne pas s'infliger ce pensum ! L'idée maitresse : Emmanuel Macron ne peut rien apporter de constructif à l'Europe, mais il n'y a aucune alternative crédible ! A noter : les auteurs sont plutôt ''pro-immigration'' !

  • Par Ganesha - 08/10/2018 - 09:16 - Signaler un abus Espoir !

    En fait, il nous faut faire preuve de patience : aucune date n'est est annoncée, mais le Rassemblement National publiera certainement un programme détaillé avant les Européennes de Mai 2019. Et nous aurons, bien sûr, également droit aux habituels slogans simplistes du petit démagogue auvergnat en blouson rouge !

  • Par vangog - 08/10/2018 - 09:25 - Signaler un abus Beaucoup plus intéressant le candidat anti-corruption Bolsonaro

    obtient 48,5% au premier tour des élections brésiliennes. L’AFP gauchiste avait tenté de nous (re) vendre Lula, malgré les malversations et corruptions gauchistes, mais les Brésiliens n’ont pas cédé aux sirènes des médias (qui polluent fort, au Brésil aussi...). Bientôt un Président du Brésil anti-système? Les gauches mondialistes sont à la ramasse totale...

  • Par Ganesha - 08/10/2018 - 12:07 - Signaler un abus Espoir Commun

    A mon (humble) avis, je pense que la rédaction d'un programme risque de constituer une tâche particulièrement ardue pour les différents partis Souverainistes européens ! A défaut d'un ''Programme Commun'', ils seront animés, par un ''Espoir Commun'', celui d'obtenir la majorité au prochain Parlement Européen. Et, comme une large majorité, toujours grandissante, de la population du continent les soutient, ils ont des chances raisonnables d'y parvenir . Seule exception : les vieux croûtons rabougris et quelques capitalistes égoïstes sur Atlantico !

  • Par Ganesha - 08/10/2018 - 12:10 - Signaler un abus Assemblée Constituante

    Il s'agira donc d'une ''Assemblée Constituante'', chargée de définir le ''changement radical de cap'' qu'impose le désastre actuel ! Impossible, bien sûr, de prévoir l'issue des débats entre les différents pays européens. Faudra-t-il ensuite organiser des référendums dans chacune de nos nations ? En tout cas, je souhaite bon courage à Marine Le Pen ! Et je ne doute pas que la duplicité et la faiblesse intellectuelle de Laurent Wauquiez éclatera au grand jour : sa spécialité à lui, ce sont les ''lapalissades'' !

  • Par Atlantica75000 - 08/10/2018 - 13:30 - Signaler un abus Discutailler pour éviter les vraies infos !

    Entendu cette nuit sur RFI l'interview du Ministre de l'Intérieur du Luxembourg un aveu inouï : "puisque les pays africains acceptent de reprendre leurs migrants, il faut qu'on leur "donne quelque chose" à savoir accepter des "migrants" !Il savait donc ce qui est déjà acté à notre insu. L'entretien était mené de façon pointue et excellente par une des 2 anciennes présentatrices d'Envoyé spécial. Il a ajouté que l'ONU avait indiqué que en raison de notre démographie en baisse, il fallait cette immigration (refrain connu). Ce qui était frappant était l'agacement de ce monsieur qui n'arrivait pas à trouver d'arguments. Je vus conseille de retrouver cet entretien. Lu sur le site Les Observateur Toutes les questions concernant les migrations de masse sont liées à l’UE. (...) crédo des «frontières ouvertes» a permis telle invasion directement liée à la hausse actuelle de la criminalité. En décembre prochain, il est prévu de signer au Maroc la «déclaration de Marrakech», exigeant de 57 Etats de l’UE et de «pays partenaires» africains, après de nombreuses années de négociations, «favoriser un comportement adéquat envers migration

  • Par Atlantica75000 - 08/10/2018 - 13:34 - Signaler un abus Atlantico, merci de parler du Pacte de Marrakech !

    57 Etats de l’UE et de «pays partenaires» africains, après de nombreuses années de négociations, «de favoriser un comportement adéquat envers la migration, la diaspora et de coopérer pour le développement de sociétés dans les pays d’origine, de transit et d’accueil». Des observateurs indépendants estiment que cet accord est une prochaine porte grande ouverte pour une migration de masse d’Afrique vers l’UE. Alors que le ministère autrichien des Affaires étrangères a déjà donné son aval à cet accord, le ministre des Affaires étrangères hongrois a justifié l’opposition de son gouvernement en disant que la Déclaration de Marrakech «présente la migration comme un phénomène nécessaire et positif» et qu’on peut parfaitement présager que dans le cadre de ce «processus de Rabat» surviendra une nouvelle vague migratoire. Interview de Inge Rauscher, présidente de l’«Initiative Heimat & Umwelt»et porte-parole du comité interpartis en vue d’un retrait de l’UE. Il y a trois ans, eut lieu une semaine de récolte de signatures pour l’initiative populaire autrichienne demandant la sortie de l’UE. Pour pouvoir remettre une telle initiative au Parlement, il fallait avoir obtenu 100 000 signatures d

  • Par gerint - 08/10/2018 - 13:46 - Signaler un abus Pour moi la France doit rester la France

    Avec ses lois non contrôlées par des instances supra-nationales et encore moins imposées par elles, sa monnaie, sa souveraineté venant du seul peuple Français, ses propres soucis graves et moins graves, et ses propres solutions. Je ne veux pas être « protégé » par une union à tendance totalitaire. Il y a le pouvoir régalien Fançais pour cela. Je pense qu’il faut de toute façon être toujours prêt au combat et au risque. Donc Frexit.

  • Par gerint - 08/10/2018 - 14:16 - Signaler un abus Macron est un félon

    Il dit que son maître à penser est Jürgen Habermas. Celui-ci prône un Etat anti-nation. Donc Macron aussi, et tout le monde ressent à quel point Macron en effet veut disloquer la Nation Française au nom du "progressisme" en fustigeant avec mépris- marque de fabrique du personnage-ceux qui ne sont pas d'accord comme Finkielkraut et Onfray. C'est ainsi qu'il conçoit l'UE, un état anti-nations. En vociférant comme un malade à l'ONU, il plaide pour un multipolarité-multiculturelle tous azimuts mais il fait semblant de vénérer ensuite le souverainisme des pays absolument contradictoire. Il recale le chômeur Français mais s'acoquine avec le repris de justice Antillais dans une pause obscène. Pas de quoi être fier !

  • Par Loupdessteppes - 08/10/2018 - 14:28 - Signaler un abus 3 économistes fonctionnarisés à la peine...

    Les pseudo-élites ont peur de la démocratie directe, Ils font feu de tout bois pour éviter de subir la voix du peuple. Et ils réussissent à coup d'artefacts (l'élection pésidentielle) et de discours mielleux... Donnez nous du temps disent-ils et de l'argent taxé. Leur manque d'idées novatrices est abyssal...

  • Par gerint - 08/10/2018 - 14:44 - Signaler un abus Les Français veulent rester dans l'UE?

    C'est ce que disent les auteurs de cet article, sauf Sapir qui ne se prononce pas là-dessus. Pour moi ce n'est pas sûr du tout. Ils sont peut-être résignés et apeurés (on leur serine tellement que ce serait une catastrophe) par une sortie de l'UE certes,, mais je pense que la majorité récuse la vision européenne de Macron et l'infantilisation que leur propose ce point de vue en les diluant dans un magma étranger à leur sentiment,à ce qu'ils sont.

  • Par gilbert perrin - 08/10/2018 - 17:17 - Signaler un abus à gerint ...

    oui, les français veulent rester dans l'europe, mais dans n'importe quelle europe ? Par ailleurs vous avez raison la FRANCE doit rester la FRANCE, alors oui à l'europe des NATIONS …..redonner le pouvoir de la FRANCE à la FRANCE… UNION STRATEGIQUE de toutes les nations qui tiennent ce langage … C'est possible et çà peut rapporter gros ?????

  • Par lasenorita - 08/10/2018 - 17:25 - Signaler un abus Européistes et souverainistes.

    Les souverainistes (Salvini,Le Pen..),ou nationalistes,veulent une Europe ''européenne'';les Européistes (Merkel,Macron..)désirent davantage d'immigrés extra-Européens...L'Europe est devenue un système totalitaire et anti-démocratique,c'est une Europe mortifère!Je trouve que c'est ''normal'' de la part d'un député de vouloir faire passer les nationaux avant les ''clandestins'' extra-Européens..la majorité des Européens le désirent aussi..Ce n'est pas ''normal'' aussi que ce soient des banques de Londres ou de Zurich d'être les prêteurs des pays de l'U.E...ce sont les banques ''nationales'' qui doivent le faire!

  • Par gerint - 08/10/2018 - 18:09 - Signaler un abus à gilbert perrin

    Merci de votre réponse. Nous ne sommes pas vous et moi antagonistes sur le fond. Seulement je crois qu'une telle Europe, conforme à nos voeux mais pas du tout à ceux qui ont recruté Macron et coll, a fort peu de chances de voir le jour. M^me si les élection européennes amènent une majorité de députés défendant nos idées, je crois que tout sera fait pour détourner l'effet des élections.

  • Par Loupdessteppes - 08/10/2018 - 18:33 - Signaler un abus Selon Romer Nobel 2018 d'économie

    C'est une habitude des économistes médiocres que de multiplier leurs propositions, une façon comme une autre, de ne pas se mouiller et d'avoir plusieurs fers au chaud. Ces alternatives constituent une forme de renoncement à la décision. Il vise Macron et ses sbires en particulier.

  • Par Anouman - 08/10/2018 - 18:51 - Signaler un abus Réformes

    Personnellement je ne crois pas à la capacité de Macron à convaincre de faire les réformes qu'il souhaite et je trouve que c'est une bonne chose car je ne souhaite pas ce type de réformes, soit plus d'intégration. Ce qu'il faut c'est revenir en arrière, garder le marché unique, supprimer toute forme de redistribution, supprimer la CEDH, les normes inutiles, les frontières passoires, supprimer ces règles de fausse concurrence et on peut en trouver encore beaucoup.

  • Par Mahaut - 08/10/2018 - 20:45 - Signaler un abus Les Européens associent à raison l'Europe aux migrations de mass

    L'Europe de façon absurde encourage l'immigration extra européenne depuis des.années alors que le dessein des Pères fondateurs n'était que de rapprocher les Européens, voila que les Eurocrates veulent ouvrir le continent à tous. Les négociations d'adhésion avec un pays non Européen comme la Turquie, la representation de ponts sur les billets de Banque, symbole stupide d'ouverture au reste du monde alors qu'aucun continent n'a produit autant de génies, qui remplaceraient bien avantageusement ces tristes édifices virtuels et enfin, cerise sur le.gateau, politique dramatique de Merkel sur les migrants. L'Europe est par bêtise est revenue une organisation internationelle sans âme ni histoire de plus.

  • Par ajm - 08/10/2018 - 22:24 - Signaler un abus Trahison des intentions d'origine

    L'Europe des fondateurs de l'Europe a été transformée en une espèce de plate-forme impersonnelle, sans âme et sans histoire, conçue comme une zone , au sens commerciale, vouée au transport et à l'échange sans entrave des marchandises et personnes du Monde Entier, en fait un espace de transit et de stockage, sans Frontières Internes mais Surtout sans Frontière Externe. Les Anglais ont poussé à la roue dans ce sens , avec l'alliance des pays du Nord, ceux des marchands de la Hanse historique, mais partent maintenant, nous laissant avec cet héritage empoisonné.

  • Par ajm - 08/10/2018 - 22:33 - Signaler un abus Le droit à la FERMETURE.

    Le dogme de l'OUVERTURE est devenu insupportable. De même qu'une porte a vocation a être normalement fermée pour pouvoir être ouverte , de même une nation ou un groupe de nation, comme une famille, doit se sentir solide dans ses frontières et ses limites, pour pouvoir , si cela semble opportun, accueillir de nouveaux habitants dans certaines conditions. Sinon, cette OUVERTURE n'est qu'une pitoyable débandade, un minable et ignoble suicide collectif de crétins apeurés qui méritent de disparaître.

  • Par gilbert perrin - 09/10/2018 - 07:35 - Signaler un abus Europe des nations à Gerint ...

    je pense quant à moi, que l'europe des nations pourrait voir le jour : Attention , MACRON en mauvaise posture joue sur une lame … il ne s'agit aucunement d'alliance ou de soumission au FN, à DLF ou autre, mais d'un choix à réfléchir ? si, avec précision, les programmes sont susceptibles de s'entendre, sur le fond : europe des nations, terminé la toute puissance européenne, l'administration pléthorique de l'UE qui décide tout !! chaque nation est lbre et indépendante MAIS interdépendante des autres sur la défense économique, sociale, sécuritaire de l'europe… une sorte de G.I.E. (groupement d'intérêts économiques, sociaux et sécuritaires) décidant d'une action commune à l'occasion de ces élections européennes… les décisions se prennent au niveau du G.I.E., les états se gèrent sur les bases de ces décisions communes et, enfin, on aligne les conditions sociales de toutes les nations concernées. L'europe actuelle depuis des décades a été incapable d'aligner et de développer la corruption interne, sans entente pour la combattre… NON à cette europe là, je conserve ma nationalité française … ATTENTION tenir compte du fait qu'en créant les régions d'europe, ils ont créé un obstacle ?

  • Par gilbert perrin - 09/10/2018 - 07:43 - Signaler un abus auterment dit ....

    l'UE a toujours placé la charrue avant les bœufs ???? quant à MACRON je vous ai déjà dit ce qu'il attend ? alors faisons en sorte qu'il attende encore longtemps ???? et l'immigration sauvage non plus ils n'ont pas su faire : TROP de LAXISME dans ce machin ????

  • Par gerint - 09/10/2018 - 08:05 - Signaler un abus Gilbert perrin

    je ne suis pas opposé à votre vue de l'Europe, au contraire. Je suis simplement sceptique sur sa réalisation. Mais tant lieux si cela se fait

  • Par l'enclume - 09/10/2018 - 10:56 - Signaler un abus Macron a raison la majorité des Français sont des pleutres

    Pauvre clowns, la France représente 1% de la population mondiale et les yàquà et yfaucon, croient que notre pays seul pourra rivaliser avec le reste du monde. Quant à l'Europe, arrêtez vos conneries, vous qui êtes toujours prompts à vilipender les politiques, pour une fois vous les croyez, ces faux derches qui font peser sur l'Europe, leur manque de couille depuis + de 30 ans, droite, extrême droite, gauche et extrême gauche. CHAQUE PAYS EST SOUVERAIN, il peut appliquer ou pas les recommandations émises par la commission européenne. P.S : Je n'ai pas voté pour Macron

  • Par gerint - 09/10/2018 - 14:16 - Signaler un abus L'enclume

    Il ne s'agit pas de rivaliser avec le reste du monde, cela je m'en tape. Mes goûts sont très frugaux et je veux pas devenir obèse. Je veux qu'on puisse faire ses choix en tant que Français et l'UE nous en empêche, il est faux de dire qu'on peur refuser les directives européennes qui occupent notre Parlement à 80% et dont le non-respect entraîne des amendes lourdes. On ne peut même pas choisir vraiment qui peut pénétrer dans le pays. Quand Sarkozy a voulu prendre de timides mesures à propos des ROMS la Commissaire de Bruxelles est montée sur ses grands chevaux quant à Macron il n'essaie même pas inféodé qu'il est à tout ce qui n'est pas Français.

  • Par gerint - 09/10/2018 - 14:16 - Signaler un abus L'enclume

    Il ne s'agit pas de rivaliser avec le reste du monde, cela je m'en tape. Mes goûts sont très frugaux et je veux pas devenir obèse. Je veux qu'on puisse faire ses choix en tant que Français et l'UE nous en empêche, il est faux de dire qu'on peur refuser les directives européennes qui occupent notre Parlement à 80% et dont le non-respect entraîne des amendes lourdes. On ne peut même pas choisir vraiment qui peut pénétrer dans le pays. Quand Sarkozy a voulu prendre de timides mesures à propos des ROMS la Commissaire de Bruxelles est montée sur ses grands chevaux quant à Macron il n'essaie même pas inféodé qu'il est à tout ce qui n'est pas Français.

  • Par lepaysan - 09/10/2018 - 19:10 - Signaler un abus Les migrations, un business

    J'ai vécu et travaillé 10 ans dans les pays arabes et voyagé le monde pou mon job et j'ai appris que ces migrations sont avant tout des Business. Un village, une tribu, une famille envoi l'un des leurs pour l'Europe et de préférence la France pour ses biens pensants et ses aides sociale, ensuite ce "migrant" envoie de l'argent et fait venir toute sa "petite" famille. Les bonnes âmes françaises versent une larme. Quand aux migrants formés, médecins, ingénieurs . c'est un scandale qu'ils viennent en Europe alors que leur pays d'origine a un énorme besoin d'eux. Tout çà ressemble bien à de la lâcheté.

  • Par lepaysan - 09/10/2018 - 19:18 - Signaler un abus @Mr Alomar, vous écrivez...

    "les britanniques la quittent parce qu’ils l’ont trouvée insuffisamment libérale au plan économique" Les brexiters quitter l'UE pour des raisons d'immigration, pas pour des raisons de politique économique de l'UE. Les anglais sont exaspérés l'importance et les libertés prisent par l'Islam, les "Paki" et cie, voire les vidéos du maire de Sheffield, etc

  • Par vangog - 09/10/2018 - 22:46 - Signaler un abus @lepaysan Merci pour votre témoignage sur les « migrations »!

    Vous venez de démontrer ce dont tous le Français lucides se doutent (et que les patriotes RN ont dénoncé) , depuis bien longtemps...

  • Par gilbert perrin - 10/10/2018 - 09:52 - Signaler un abus et les ONG ? quand aussi ce ne sont pas les ambassades ????

    on a déjà tout vu et tout compris, cela avec la couverture du président (déchu ou pas ?) car devant un BATEAU IVRE que peut on penser ??? les marins à bords opposition ou majorité sont tous fortement IMBIBES et sans aucune réaction, ils ne savent que tchatcher ??? mais ou VA T'ON, les discours ont perdu la guerre ?????

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Alomar

Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018, Editions de l'Ecole de guerre), professeur à Sciences Po.

Voir la bio en entier

Yves Bertoncini

Yves Bertoncini est Président du Mouvement Européen – France et consultant en Affaires européennes.

 

 

 

Voir la bio en entier

Jacques Sapir

Jacques Sapir est directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), où il dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il est l'auteur de La Démondialisation (Seuil, 2011).

Il tient également son Carnet dédié à l'économie, l'Europe et la Russie.

Voir la bio en entier

Guillaume Klossa

Guillaume Klossa est fondateur du think tank EuropaNova et a été son président de 2003 à 2015. Ancien conseiller spécial du ministre en charge de la présidence française de l'UE et ancien conseiller du groupe de réflexion sur l’avenir de l’Europe (Conseil européen), il anime un blog consacré à l'Europe. Il est aussi l'auteur de Europe, la dernière chance ? (2011) et Une jeunesse européenne (2014). @GuillaumeKlossa

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€