Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fillon, c’est pas encore gagné… Les 7 combats idéologiques que le vainqueur de la primaire devra remporter pour se faire élire ET gouverner

La bataille de la droite remportée, François Fillon s'apprête à connaître de longs mois de campagne pendant lesquels il devra se défaire de certaines étiquettes qu'on lui a déjà assignées : anti-européen, destructeur du code du travail, de la sécurité sociale, du progrès sociétal...

Du pain sur la planche

Publié le - Mis à jour le 2 Décembre 2016
Fillon, c’est pas encore gagné… Les 7 combats idéologiques que le vainqueur de la primaire devra remporter pour se faire élire ET gouverner

François Fillon propose d'alléger les charges sociales pour tout le monde en contrepartie du fait qu'il augmente de deux points la TVA. Crédit Pixabay

Préjugé 1 : Le programme de Fillon va détruire la protection sociale, car il ne saura pas empêcher la France de tomber dans un modèle médical à deux vitesses comme au Royaume-Uni

Jean-Charles Simon : C’est à la fois une caricature de son programme et une méconnaissance de la situation actuelle. Il y a déjà une protection sociale à plusieurs vitesses dans différents domaines. En matière de retraite, les couvertures complémentaires ne sont pas les mêmes selon les statuts et même selon les entreprises pour la partie dite "surcomplémentaire". En santé, l’assurance complémentaire, lorsqu’elle existe, n’a rien à voir entre la CMU-C et les meilleures protections d’assurances privées. Des écarts qui vont se ressentir à la fois en termes de choix et d’accès aux soins et aux professionnels de santé, mais aussi de taux de remboursement.

Fillon veut simplement spécialiser le régime de base sur les affections les plus graves, ce qui paraît du bon sens. Et il évoque une aide spécifique aux moins favorisés pour la partie complémentaire, ce qui reste conforme à l’architecture en vigueur. Rien n’est dit en revanche sur le maintien voire l’extension de la logique d’assurances complémentaires collectives obligatoires, en entreprise ou sur d’autres périmètres pour les non-salariés.

Philippe Crevel : Si l'on s'attache aux termes, François Fillon ne veut en aucun cas détruire la sécurité : elle est déjà ébréchée depuis de nombreuses années, et sa proposition sur l'assurance maladie ne vise en aucun cas à rembourser certains remboursements tels que certains le mentionnent. Simplement, il tire la conséquence d'un déficit structurel important de l'assurance-maladie qui oblige à faire évoluer le système en distinguant gros risques et petits risques ; c'est la suite logique de réformes prises ces dernières années. En aucun cas il n'y a volonté de destruction de la protection sociale. Il fait le nécessaire pour qu'elle puisse survivre au défi démographique.

 

Préjugé 2 : Fillon va s'attaquer à un acquis social protecteur, celui du code du Travail et du statut du CDI

Jean-Charles Simon : Il veut au contraire revitaliser le dialogue social dans l’entreprise. Et sur une base on ne peut plus équilibrée : des accords majoritaires ou des référendums pour adopter les règles propres à l’entreprise. Il est d’ailleurs regrettable qu’il prévoie des dispositions fixées au niveau de la branche pour les TPE, alors qu’il faudrait aussi leur permettre de définir leur cadre social. L’évolution globale est en tout cas très saine, car un carcan commun à toutes les entreprises, même au niveau d’une branche, est totalement inadapté à la diversité de leurs réalités économiques. Sans oublier que le code du Travail resterait un cadre minimal commun. Sur les conditions de licenciement pouvant être prévues dès le départ dans les CDI, c’est justement une façon de faciliter le recrutement sous cette forme. Alors qu’on observe aujourd’hui un marché dual : des CDI protecteurs pour une grande partie des salariés ; et une population, en augmentation, qui enchaîne des contrats de plus en plus courts, car les entreprises craignent de les faire basculer sur des CDI trop rigides.

Philippe Crevel : Aujourd'hui, 90% des embauches sont en CDD ou en intérim et il y a plus de 5 millions d'emplois. On peut considérer de ce fait que l'objectif qu'a la nation de fournir à tout un chacun un travail lui permettant de vivre dignement de ses compétences n'est plus assuré. De ce fait, il n'est pas inutile de réfléchir à l'organisation du code du Travail pour voir s'il répond à l'objectif qui lui est assigné envers la nation. Il faut faire évoluer ce code qui exclut aujourd'hui une partie de la population de l'emploi et qui ne permet pas aux entreprises d'être compétitives. Il faut inventer un droit du XXIe siècle, ne pas être figé sur des législations datant de 1944-1945. Il convient de prendre en compte les évolutions du monde du travail : on n'est plus aux temps de la machine à vapeur et du travail à la chaîne. On est aujourd'hui à l'époque des travaux intellectuels demandant une certaine mobilité, une certaine flexibilité. Il faut pouvoir associer protection sociale et travail. C'est l'objectif de François Fillon, et c'est plutôt une bonne nouvelle pour les actifs et les inactifs.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 29/11/2016 - 11:12 - Signaler un abus Le Front National veut re-rembourser le "petit-risque"

    et augmenter le nombre de Medecins, d'infirmières...Et cela permettra de réduire le déficit de la SS. C'est étonnant, non? Et incompréhensible pour les comptables ( dont Francois Fillon) qui nous gouvernent depuis trente ans! Ceux-ci sont dans une logique typiquement gauchiste: "notre politique comptable UMPSECOLOCOCO ne fonctionne pas, alors...allons encore plus loin! De remboursons à tout-va et sabrons dans les effectifs de santé..." ça ne fonctionnera pas mieux demain que cela n'a fonctionne hier. Pourquoi? Car la vie est une question de choix! Choisir de dérembourser les dépenses de santé courante afin de multiplier les traitements anti-SIDA et anti-cancereux (mille fois plus coûteux) est une politique de mort!

  • Par cloette - 29/11/2016 - 11:13 - Signaler un abus Gagnant-Perdant

    Il n' y a pas eu de vainqueur , , mais il y a eu un vaincu . Le vaincu c' est le " système " , comme en Angleterre , aux US, , Donc l'histoire n'est pas finie et il faudra bien parler de ce qui fâche qui a été soigneusement évacué dans le débat .

  • Par vangog - 29/11/2016 - 11:16 - Signaler un abus Nous, au Front National, préférons la vie!

    car la politique de mort UMPSECOLOCOCO ne fait UE prolonger la mort, pour un coût décuplé ( regardez le coût des nombreux nouveaux médicaments anti-cancer ou anti-Sida et vous comprendrez qu'ils ne réduiront jamais les 45 milliards de déficits cumulés de la SS...). Et nous, les patriotes, préférons re-rembourser tous les traitements pour enfants (peu coûteux) qui ont été sabrés par les politiques UMPSECOLOCOCOS plutôt que multiplier les recherches de médicaments coûteux. Fillon fait le choix contraire: celui de la prolongation de la mort. Le Front National préférera faire le choix de l'enfance et de la vie, car le confort des familles est plus important pour lui que le confort des vieillards ( Oooooh, le vilain populiste!)...de plus, cela encouragera les familles à se multiplier, soit l'inverse de la politique de mort de Fillon...

  • Par edac44 - 29/11/2016 - 11:37 - Signaler un abus Les sept travaux d'Hercule Fillon !...

    N°1 : réservons la SéCu à ses seuls cotisants français, elle redeviendra excédentaire et arrêtons déjà de financer pendant des années les "légumes" irrécupérables en fin de vie à plus de 1000 euros par jour. N°2 : le 21ème siècle ne pourra plus fournir de travail à tout le monde, seuls les jobs "high-tech" subsisteront pour continuer à éliminer la présence humaine dans les circuits de production. Ou on met en place le revenu de base pour les exclus ou les élimine, genre "soleil vert" N°3 : travailler plus pourquoi faire ? la productivité de la main-d'œuvre française par heure travaillée s'élevait à 45,40 euros en 2011, d'après Eurostat. Une performance qui se situe dans le haut du palmarès européen, tandis que la moyenne des Vingt-Sept s'établit à 31,90 euros et celle de la zone euro à 37 euros. À noter que la France devance l'Allemagne (42,30 euros) ou encore la Suède (44,40 euros). N°4 : le système paritaire de négociation et de gestion dans notre pays est un verrou à faire "sauter revient à rendre le pouvoir de décision au patronat et à museler les syndicats. Trouver un consensus sur ces bases revient à faire un feu de camp sur un tonneau de dynamite.

  • Par edac44 - 29/11/2016 - 11:37 - Signaler un abus Les sept travaux d'Hercule Fillon !... SUITE ...

    N°5 : si la hausse de TVA et la baisse des charges associées est aussi efficace que les 40 milliards de cadeaux aux entreprises, pourquoi pas mais si on arrêtait de faire supporter toutes les charges sociales de ce pays sur le seul poste travail ??? Quand la machine aura définitivement remplacer l'homme, qui taxera t-on ??? N°6 : faut pas se leurrer, la croissance a 2 chiffres, c'est fini pour tout le monde. On ne va pas changer son smartphone ou sa voiture tous les quatre matins pour maintenir une consommation de plus en plus destructrice pour la planète, pour faire plaisir aux actionnaires et maintenir les carnets de commande. N° 7 : la société s'est petit à petit débarassée du diktat religieux et les homos se sont plus condamnés à mort ou brûlés en place public. Emmerder les couples qui veulent avoir des enfants pour un simple soucis de filiation et donc du sacro saint droit à l'héritage est d'un arquaisme absolu. Le seul héritage qui vaille est celui de l'intelligence, de la culture, de son ouverture (esprit) sur le monde et du respect des différences. En en France, cet héritage là n'est pas encore imposable.

  • Par edac44 - 29/11/2016 - 12:46 - Signaler un abus Les 7 travaux d'Hercule Fillon !... correction orthographique

    Mon dictionnaire orthographique a encore falli : Emmerder les couples qui veulent avoir des enfants pour un simple soucis de filiation et donc du sacro saint droit à l'héritage est d'un ARCHAÏSME absolu.

  • Par Ganesha - 29/11/2016 - 12:50 - Signaler un abus Edac44

    Edac44, j'ai l'impression que vous êtes relativement nouveau sur ce site. Vous semblez défendre un certain nombre d'idées raisonnables, notamment sur le Revenu de Base. Je vais peut-être me sentir un peu moins seul.

  • Par essentimo - 29/11/2016 - 16:52 - Signaler un abus Augmenter le smic

    de 10 %, réduire les charges d'autant. Le pouvoir d'achat supplémentaire va rapporter de la TVA à l'Etat, en espérant que ce soit des produits made in France.

  • Par Yves3531 - 29/11/2016 - 21:05 - Signaler un abus Bien sûr que transférer à la TVA le plus possible du coût ...

    de notre protection sociale est à l'évidence intelligent. Faire payer le coût hyoer-élevé de notre protection sociale sur le travail (charges salariales et patronales) revient à tenter de faire payer celle-ci aux consommateurs étrangers à l'export et à rendre nos produits sous compétitifs tant en France qu'à l'étranger. A l'inverse transférer un maximum de ces charges sociales sur la TVA revient à faire payer celles-ci sur les produits français bien sûr mais alors surtout aussi sur les produits étrangers importés. C'est tout bénéfice pour nos productions nationales et notre protection sociale. Il faut être demago-con socialiste marxoïde pour dire que c'est injuste socialement, d'autant plus que plus on est riche, plus on consomme, y compris de manière diffèrée sur notre épargne.

  • Par vangog - 29/11/2016 - 23:40 - Signaler un abus Augmenter la TVA, c'est plomber la consommation!

    car les budgets des ménages ne sont pas extensibles...pour cause d'augmentation de ce nouvel impôt ( Francois Fillon est un spécialiste: déjà 40 milliards d'impôts nouveaux lors du quinquennat Sarkozy), la consommation diminuera, et les impôts diminueront donc, eux aussi... Fillon est prêt à renouveler les histoires gauchistes minables de vases communicants à tuyaux percés...vous parlez d'un libéral!

  • Par DESVESSIESPOURDESLANTERNES - 30/11/2016 - 01:12 - Signaler un abus @yves3531

    la TVA est socialement injuste , tout comme le paquet de clopes a 7 € : elle est payée parle le consommateur et pas par les entreprises qui ne font que la reverser . Plus on est pauvre plus la TVA ponctionne le pouvoir d'achat . La tva "sociale " n'existe pas ! En revanche mais c'est une autre paire de manches on pourrait surtaxer les importations Issues de pays en position de dumping social vis a vis de la France .Mais quid des règles de l'UE Et calme-toi l'archi-favori 6 mois avant l'élection :généralement il est battu (chaba, balladur ,sarko, jospin etc..)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Charles Simon

Jean-Charles Simon est économiste et entrepreneur. Chef économiste et directeur des affaires publiques et de la communication de Scor de 2010 à 2013, il a auparavent été successivement trader de produits dérivés, directeur des études du RPR, directeur de l'Afep et directeur général délégué du Medef. 

Il a lancé en 2013 le site d'information FactaMedia.com, site de fact-checking et d'information factuelle.

Il tient un blog : simonjeancharles.com et est présent sur Twitter : @smnjc

Voir la bio en entier

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€