Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’étincelle corse : pourquoi la mèche de l'explosion du système politique français est bel et bien allumée

Alors que 43% des Français ne condamnent pas le saccage d’un lieu de prière à Ajaccio la semaine dernière, la société française est aujourd’hui sur une pente dangereuse. Le délaissement de certains quartiers par l’Etat pousse de plus en plus de citoyens à tolérer les pulsions d’auto-défense. Un constat qui pourrait bien s’avérer périlleux pour la nation française.

Explosif

Publié le - Mis à jour le 1 Janvier 2016
Info Atlantico
L’étincelle corse : pourquoi la mèche de l'explosion du système politique français est bel et bien allumée

Atlantico : L’agression de pompiers corses le soir de Noël a déclenché une grande vague d’émotions sur l’île, avec des manifestations à Ajaccio et le saccage d’une salle de prière musulmane. Mercredi, Atlantico publiait un sondage (voir ici) montrant qu’une part importante de la population française approuve ou comprend ces actes de réponse. Est-ce que, selon vous, cela signifie que l’Etat français doit agir de toute urgence pour ne pas laisser proliférer ce genre de situations ?

Jérôme Fourquet : Bien évidemment.

Les chiffres du sondage montrent le niveau d’exaspération très impressionnant de toute une partie de la population vis-à-vis de ces affaires à répétition. C’est, hélas, presque banal que des pompiers appelés volontairement sur un incendie soient très violemment pris à partie et que certains d’entre eux soient blessés. Face à l’idée selon laquelle on laisserait courir les délinquants dans ces quartiers-là et que la situation empirerait, on approuve de plus en plus les réactions violentes. Pour reprendre l’expression de Max Weber, l’Etat doit conserver le monopole de la violence légitime. Il faut donc urgemment que l’Etat fasse preuve de détermination. Le deuxième élément majeur de cette enquête, c’est que nous constatons dans toute une partie de la population un continuum qui s’opère entre violence des banlieues, radicalisation islamiste et menace terroriste. Si l’Etat n’intervient pas pour casser de toute urgence cette chaîne, la France risque d’être confrontée à des tensions croissantes dans les mois qui viennent.

>>>> A LIRE AUSSI : Violente manifestation de représailles en Corse : les Français ne sont "que" 41% à la condamner et 87% pensent qu'elle pourrait se reproduire dans d'autres villes de France

Yves Roucaute : Qui peut être étonné par ce sondage ? Ma surprise vient de la réaction du gouvernement qui semble ne rien comprendre à la situation et qui persiste dans sa politique de l’autruche. Il suffit de voir la réaction de Paris face aux exactions corses, ou à la montée du nationalisme corse, pour voir que cette classe politique socialiste est autiste. Elle est incapable de se remettre en cause. Elle est incapable de se poser cette simple question : "Comment en est-on arrivé là ?". Elle ne le veut pas car cela reviendrait à constater ce fait : elle est responsable, donc coupable. Et une partie de la droite avec elle. Dire que les coupables, ce sont les autres, les Corses par exemple, est tout simplement ahurissant. Cette posture insouciante est la marque d’une absence abyssale de pensée politique. Elle est dangereuse, car si rien n’est fait, la crise d’autorité peut conduire à une crise de légalité, et c’est ce qui commence à se voir aujourd’hui. Cela signifie que les citoyens ne respecteront plus les lois. C’est ce qui s’est passé en Corse. Ce qui pourrait se passer demain sur le continent, à Béziers ou ailleurs. Et cette crise de la légalité serait la porte ouverte à la crise de régime qui emporterait la nation dans la guerre civile. Nous n’en sommes pas là, heureusement. Nous avons une chance fantastique qu’il faut saisir : la Corse vient de tirer le signal d’alarme. C’est en quelque sorte le laboratoire de la République. Ecoutons-la.

La Corse indique que nous avons affaire à un phénomène qui touche la société française dans son ensemble, une société qui n’en peut plus du laxisme. Nous sommes dans une situation que De Gaulle qualifierait d’abdication de l’Etat. L’Etat ne répond plus à sa première mission : la protection de la population, notamment en termes de libertés fondamentales, telles que la liberté de propriété de son corps et de ses biens, l’égale dignité de l’homme et de la femme, pas plus qu’il ne préserve le mode de vie français. Des zones entières sont des zones de non-droit qui voient impunis des comportements d’incivilités et des actes très violents. Des centaines de voitures brûlées tous les week-ends en France, des insultes contre les femmes, des agressions physiques, des trafics de drogue, des attaques contre des forces de l’ordre, contre des médecins de nuit ou des pompiers. Dans quel pays cela serait-il acceptable ? Pour tous les Français, c’est une situation extrêmement grave et inacceptable.

Clairement, les premiers responsables de la situation que nous connaissons en France, ce ne sont pas les nationalistes corses, ce ne sont pas même ceux qui ont attaqué le quartier des Jardins de l’empereur à Ajaccio, ce sont les hommes politiques qui ont démissionné de leur responsabilité républicaine sous prétexte d’attribuer systématiquement les actes délinquants et criminels à la pauvreté, à la misère, au chômage. Allez dire cela aux plus pauvres de nos concitoyens ? Allez dire cela aux bergers Corses qui croient en la responsabilité ? Les Corses disent tout haut ce que la France des cafés murmure. Terroriser les citoyens ordinaires qui veulent seulement vivre tranquillement leur recherche du bonheur individuel, cela suffit ! Comme le disait mon ami Charles Pasqua, dont la parole de responsabilité républicaine nous manque tant en ce moment, le temps est venu de terroriser racaille et terroristes. La seule question est "comment ?".

A cette question les Français ont commencé à répondre négativement : pas par cette élite qui nous gouverne. Ils ont clairement sanctionné ceux qu’ils jugent responsables de cette abdication de l’Etat lors des dernières élections régionales. Ils ont désavoué le Gouvernement français et ses soutiens à un point que nul ne semble avoir souligné. Le Parti socialiste a eu environ 23% des voix exprimées, donc 12% des inscrits. Cela signifie que 88% des gens ne l’ont pas soutenu. Nul ne s’en inquiète à l’Elysée ? Et quand on voit l’effondrement de l’extrême-gauche révolutionnaire qui joue systématiquement un laxisme paroxysmique contre les valeurs de la République, la messe est dite pour cette gauche qui n’est pas à la hauteur de la nation. Nous avons affaire à une vraie crise de représentativité puisque les Français n’apportent pas leur credo à ce gouvernement.

La Corse, par sa grande sensibilité aux errements de la République, dénote donc d’abord l’étendue du drame. La situation est d’autant plus grave que cette crise de représentativité se double d’une crise d’autorité. Nous avons un vrai problème d’autorité. Quels que soient les discours de François Hollande et du Gouvernement Valls, les Français ne les croient plus. Et le fait d’être incapable de se demander comment on en est arrivé à voir des centaines de Corses attaquer une cité de non-droit, ou de quasiment non-droit, montre que cette irresponsabilité gouvernementale reste globale.

La Corse est précisément intéressante car cette sensibilité de la population, cette susceptibilité diront certains, est un vrai thermomètre. C’est une susceptibilité morale. Elle tient à l’histoire de la Corse, où le respect de la vie, le respect de ceux qui la donnent, le respect de ceux qui préservent la communauté, des médecins, prêtres, pompiers par exemple, n’est pas négociable. La seule exception vient du rapport à ceux qui représentent l’Etat français.

D’ailleurs, durant la guerre, force est de constater la puissance de la résistance française et le soutien aux Juifs sur l’île qui avait décidé de vivre selon ses valeurs au risque de la vie de leurs habitants. C’est cela qui est intéressant dans ce coin du monde : on ne transige pas quand il en va de l’honneur et l’honneur d’être corse c’est aussi celui de ne pas transiger sur les valeurs de dignité.

Cela peut être pour des raisons d’insularité, mais surtout pour des raisons religieuses. Il ne faut jamais oublier que la première constitution corse, qui date de 1755, se place sous l’égide de la Trinité et de Marie. Les habitants considèrent que déroger au respect de la vie et de la dignité humaine est la marque de la pire des immoralités. Même les phénomènes de vendettas ou de violences qu’on retrouve parfois en Corse, condamnés d’ailleurs au XVIIIème siècle par Pasquale de Paoli, ne sont jamais tournés vers les femmes, les enfants, les médecins, les pompiers, les gens qui sont au service de la population. Or, les Corses ont constaté que la sécurité de la vie des Corses eux-mêmes n’était plus assurée par l’Etat. Idem pour la sécurité des biens. Ils constatent que ceux qui risquent leur vie pour les sauver, les pompiers par exemple, sont attaqués. Dès lors, on peut évidemment se dire que les violences en Corse sont moins importantes en volume et en proportion que sur le continent mais c’est oublier que tout est affaire de sensibilité. Tendre un guet apens à des pompiers méritent pour les Corses une réponse féroce. Qui peut dite le contraire ? Elle devrait être celle de l’Etat et elle ne l’est pas.

Certes, cet Etat incapable d’assurer les libertés fondamentales ne produit pourtant pas sur le continent de tels comportements. En tout cas, pour l’instant. Le degré d’acceptation du dérèglement moral est plus fort. Je crois qu’il y a une plus forte résilience en France. Pour l’instant, le continent n’est pas prêt à violer les lois de la République pour se porter au secours des gens attaqués ou pour faire justice eux-mêmes. Cette résilience française explique aussi que le continent se garde de réactions racistes tournées vers nos compatriotes musulmans. Les Français, dans leur ensemble, veulent de l’ordre, mais un ordre républicain, qui préserve tous ceux qui, quelle que soit leur confession, quelle que soit leur origine, sont des patriotes.

Et si je comprends la colère corse, comme tous ceux qui ont tout simplement du bon sens, il me semble incroyable de voir qu’à aucun moment les partis au pouvoir n’ont été expliquer à ces jeunes Corses que leur légitime colère était mal orientée. Il faut leur dire, à ces jeunes qui ne sont pas tous des racistes, contrairement à ce que prétend ce gouvernement, qu’autour de Napoléon comme autour du Général de Gaulle, dans les tranchées de 14-18 comme dans la guerre contre le djihadisme, il s’est toujours trouvé des patriotes musulmans pour sacrifier leur vie pour notre pays. Il faut leur dire, à ces Corses qui ont le sang chaud quand on touche à leurs valeurs que la pire des illusions est de croire que l’on puisse gagner la guerre contre le djihadisme, pour la patrie, pour le peuple corse compris, sans l’appui de nos frères en humanité musulmans.

Hélas, nous connaissons deux phénomènes qui nous laissent penser que nous ne sommes pas loin de la crise de légalité. Le premier, c’est le fait que certaines villes, et je pense à Béziers, commencent à développer l’idée que l’on pourrait créer des sortes de milices qui permettraient d’assurer la sécurité. Le second, c’est que l’Etat assure insuffisamment ses fonctions régaliennes, contraignant la population à les prendre en charge, si rien n’est fait. Car, tant pis pour le politiquement correct, je crois profondément que les citoyens sont en droit d’assurer leur sécurité si l’Etat ne l’assure pas.

Or, et nous revenons sur le premier point, je constate un grand paradoxe à gauche. Depuis des lustres, l’idéologie laxiste de la gauche explique, et finalement justifie, les viols de la loi républicaine dans certains quartiers, par la pauvreté, le chômage. La faute n’est jamais vraiment celle des coupables. Il est quand même paradoxal de voir que quand des Corses attaquent un quartier, quand leur colère apparaît en pleine lumière, quand bien même elle s’oriente vers des ennemis imaginaires au lieu de se tourner vers des ennemis réels, la racaille et les islamistes, nous n’avons pas, à gauche, le début d’un discours pour expliquer le phénomène. Les élites ne sont pas à la hauteur des demandes de la nation. Elles ne sont pas même capables d’orienter la colère qui gronde. C’est cela qui est le plus inquiétant.

Hayette Hamidi : L'État doit rester le seul garant du maintien de l'ordre public dans notre démocratie. Les événements qui se sont produits en Corse illustrent dramatiquement bien la réalité de nombreux quartiers français. L’État apparaît affaibli et les citoyens ne se sentant plus protégés, s’arrogent le droit d’intervenir eux-mêmes. Nous avions déjà observé ce phénomène, pour les campements illégaux de Roms à Marseille, qui avaient provoqué la colère des riverains et ces derniers ne supportant plus les nuisances et la passivité des pouvoirs publics, avaient mis le feu aux caravanes. L'émotion est forte et à la hauteur de l’agression particulièrement intolérable dont ont été victimes ces pompiers. Les pompiers français risquent leur vie au quotidien pour sauver celle de leurs concitoyens et particulièrement celle des habitants des quartiers populaires : ils doivent être protégés et leur statut sacralisé. S'en prendre aux anges gardiens de la Cité sans défense est donc un acte parfaitement lâche et scandaleux : le nihilisme dont font preuve ses auteurs est effrayant et révèle leur mépris absolu pour les symboles étatiques. Dans le même temps, l'amalgame entre ces délinquants et un lieu de culte est inacceptable. La communauté musulmane corse est doublement victime : tout d'abord comme tous les autres habitants, elle subit une discrimination territoriale face à l’accès aux soins et aux services publics, parce que les pompiers n’entreront plus aussi rapidement dans ces territoires, et elle se retrouve également victime de cette profanation et d’insultes racistes des manifestants. Je fais pourtant confiance à la sagesse du peuple de Pasquale de Paoli pour conserver un esprit fraternel entre les habitants corses, y compris ceux de confession musulmane.

Peut-on parler de risque de guerre civile en France dans un futur plus ou moins proche ?

Jérôme Fourquet : La situation est suffisamment inflammable et instable pour ne pas agiter le chiffon rouge. Néanmoins, ces événements qui se sont produits à Ajaccio, dans un contexte particulier, ont eu un très fort retentissement en France sur le continent, et ne sont clairement pas à prendre à la légère. Au regard des chiffres que nous avons observés, ils sont à prendre comme un signal d’alarme ou d’alerte tout à fait préoccupant.

Yves Roucaute : Nous sommes au bord de la crise de la légalité. Or, cette crise peut conduire à l’autodéfense, à la révolte, à une crise de légitimité. Cela signifierait qu’à ce moment-là, les institutions elles-mêmes ne deviendraient plus légitimes. Ce moment-là est effectivement celui de la guerre civile. Nous en sommes encore loin. La France reste assise sur le respect de la République. La population française tient bon sur ses valeurs. La position des Corses qui ont investi le quartier des jardins de l’Empereur ne me paraît pas adaptée. Précisément parce que la France est encore assez forte pour régler les problèmes qui lui sont posés et débarrasser le pays des élites politiques incompétentes. Néanmoins, si l’Etat français continue à abdiquer, à tergiverser, tout est possible. Et le petit jeu qui consiste à laisser la crise se développer en espérant ainsi laisser le FN monter, affaiblir la droite et trouver des voix aux présidentielles a quelque chose de pathétique. Il est temps que le Gouvernement cesse ses atermoiements et ses jeux politiciens qui consistent à faire plaisir au centre, à la gauche, à la gauche de la gauche. Il nous faut une stratégie de défense de la République.

Selon vous, comment en est-on arrivés là ? Les pompiers, policiers, enseignants, médecins de ces quartiers ont-ils été suffisamment soutenus face à ces problèmes ?

Hayette Hamidi : Pour commencer par une profession que je connais bien, les professeurs d'école, ces enseignants se sentent littéralement abandonnés par leur hiérarchie, à tel point qu'être affecté dans ces zones est vécu comme une punition, un très mauvais moment à passer, qu'on tentera d’écourter par tous les moyens possibles. Le temps n'est plus à l'instruction, il est à la garderie et pour ceux qui en ont le courage, à une assistance psychologique. L'Éducation nationale est incapable de s’adapter aux spécificités de ces territoires. Le dogmatisme de l'égalitarisme produit exactement ce contre quoi il est censé lutter : l’échec scolaire et, avec, le désespoir de toute une population qui se paupérise. Tant que les hauts fonctionnaires de la rue de Grenelle ne comprendront pas qu'on n’enseigne pas de la même façon à une classe où 80 % des élèves ont des parents qui ne parlent pas français, l’impasse sera toujours la même. Concernant les médecins, un bon nombre d'entre eux ont déjà déserté ces quartiers, car trop souvent rackettés et harcelés par les délinquants et débordés par une patientèle extrêmement précarisée. Quant aux forces de l'ordre, c'est peu dire que leurs revendications ne sont pas entendues : aucune autre profession en France n'accepterait de telles conditions de travail !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jupiteruranus - 31/12/2015 - 08:35 - Signaler un abus UN PARLER VRAI: Les politiques devraient lire Atlantico

    Je me reconnais parfaitement dans cet article d'Atlantico. J'habite la banlieue Parisienne dans la plus grande ville du 94 et je ne supporte plus le laxisme de ceux qui ont pour responsabilité Première la sécurité des citoyens Français. Je suis dégoutté à chaque fois que je constate qu'on accuse ou qu'on cherche à culpabiliser les victimes et qu'on donne le signal d'impunité aux agresseurs et autres délinquants.

  • Par john mac lane - 31/12/2015 - 09:09 - Signaler un abus Mais les élus réagissent FOR-MI-DA-BLE-MENT.

    Mais les élus réagissent FOR-MI-DA-BLE-MENT. Chaque jour qui pase est un exemple. Prenez Saint Denis. Cette ville ou les politiciens ont réussi a en faire un bastion mondialement connu de communautarisme. Cette semaine les élus se sont augmenté de 125%. En effet, perdants aux régionales ils souhaitent que les habitants compensent leurs gamelles...C'est ça pas la bonne réaction au communautarisme? Cette semaine Le Drian ministre pseudo indispensable aux déjeuners p'tits fours des gradés, demande une "demi part" d'indemnité d'élu fictif en Bretagne. Lui à 70 ans qui cumule avec une retraite complète d'une carrière de fonctionnaire totalement fictive. C'est avec sa femme la mieux rémunérée de la gamelle de la région en "emploi à moitié fictif" comme vice présidente de la région, n'est pas l'exemple de la bonne réponse au communautarisme? Passons sur Bartolone en arrêt de travail pour cause de reproche sur sa gamelle fêter au champagne sa défaite? Rassurons nous Juppé veille. Il ne pourrait avoir un poste de pompier ou agent de change car pour cela il faudrait un casier vierge, mais sans honte il se présente à la présidentielle. C'est pas l'exemple de la bonne réponse?

  • Par Lafayette 68 - 31/12/2015 - 09:19 - Signaler un abus Un peu d'objectivité ne fait pas de mal

    "des hommes comme Philippe de Villiers ou Robert Ménard et ses milices citoyennes ont des discours qui encouragent les tensions et pulsions de guerre civile". Je trouve que cette remarque est totalement inacceptable et ne fait pas honneur à votre site ...

  • Par boulegan - 31/12/2015 - 09:28 - Signaler un abus La peur se lisait fans leurs yeux

    Durant la conférence de presse donnée en corse par les represenrants de l etat en face des journalistes on voyait dans le regard de ces 2 personnes la trouille d etre débordées dépassées par les evenements particulierement par le défilé sous les fenetres de la raca...de gens déterminés a bien MONTRER leur colère que la peur change de camp c est la seule issue

  • Par Djib - 31/12/2015 - 09:32 - Signaler un abus Flambée des actes islamophobes?

    Mais curieusement aucun fait grave, comme l'agression de femmes voilées ou de barbus à babouches. Pas de mosquée incendiée, aucun élève musulman tabassé dans les lycées et les collèges. Tant mieux, mais statistiquement c'est une aberration. Si le nombre d'actes islamophobes explosait, on devrait mécaniquement voir apparaître des faits graves dans le panel. L'explication: on a laissé le soin de comptabiliser ces actes à des mouvements islamistes victimaires experts en chantage devant lequel nos politiques se sont toujours couchés.

  • Par zouk - 31/12/2015 - 09:36 - Signaler un abus Saccage d'un lieu de prière musulman à Ajaccio

    Trop facile: accusons les indépendantistes, alors que ce n'est que la lâcheté volontaire du Gouvernement: lutte contre la discrimination, assistance, volonté de ne pas appliquer la loi quand elle devrait réprimer, indulgences multiples en faveur des délinquants voire criminels...... tout cela produit des agressions des pompiers comme à Ajaccio ou en région parisienne l'organisation guet-apens contre la police, les pompiers et même les médecins ou le SAMU. Les Corses sont d'autant plus révoltés que, même au temps des pires vendette (pour les pointus vendetta au pluriel), la tradition corse imposait de respecter les femmes et les enfants bien sûr, mais aussi les gendarmes, les prêtres, les instituteurs, les médecins (rares), càd tous ceux qui se mettent au service des autres.

  • Par zouk - 31/12/2015 - 09:40 - Signaler un abus Saccage d'un lieu de prière musulman à Ajaccio

    Trop facile: accusons les indépendantistes, alors que ce n'est que la lâcheté volontaire du Gouvernement: lutte contre la discrimination, assistance, volonté de ne pas appliquer la loi quand elle devrait réprimer, indulgences multiples en faveur des délinquants voire criminels...... tout cela produit des agressions des pompiers comme à Ajaccio ou en région parisienne l'organisation guet-apens contre la police, les pompiers et même les médecins ou le SAMU. Les Corses sont d'autant plus révoltés que, même au temps des pires vendette (pour les pointus vendetta au pluriel), la tradition corse imposait de respecter les femmes et les enfants bien sûr, mais aussi les gendarmes, les prêtres, les instituteurs, les médecins (rares), càd tous ceux qui se mettent au service des autres. Signé: UN FRANCAIS révolté par la lâcheté volontaire de son gouvernement et qui se souvient de ses racines corses.

  • Par MONEO98 - 31/12/2015 - 09:42 - Signaler un abus @ Guy Lombard

    je partage votre opinion.Ces personnes sont indignées du laxisme justement dénoncé par cet article .Comme Anne ne voyant rien venir , en hommes concrets, ils décident ,en attendant ,de parer au plus pressé puisque l'Etat nie les problèmes, et que nous payons le conséquences du fameux " il est interdit d'interdire" appliqué au problème migratoire Quand on pense que 6000 personnes africaines ont défilé dans Paris pour dénoncer notre racisme alors que leurs slogans ,eux, étaient racistes comment penser que nos compatriotes vont ad viternam supporter le 2 poids/ 2 mesures de la part de nos élus. Quand on voit que 300 personnes défilant à Ajaccio avec pour certains le slogan "ARABI FORI pose un problème national incontournable à nos TV et personnel politique alors que la manif sale race ou ta race de paris n'a eu aucun écho gouvernemental ou judiciaire ...on comprend pourquoi la situation ne repas évoluer dans l bon sens

  • Par frOM - 31/12/2015 - 09:56 - Signaler un abus Amusant…

    "… peuple de Pasquale de Paoli …" Visiblement, aujourd'hui, notre cher Napoléon n'est plus en odeur de sainteté. Voilà qui doit ravir notre Garde des sceaux.

  • Par vangog - 31/12/2015 - 10:02 - Signaler un abus Tout cela a été dénoncé par les élus Front National...

    depuis longtemps! Mais lorsque Roucaute pose fort justement la question "comment faire?" Reconnaissons que seul le Front National possède la réponse. Les autres partis archaïques sont empêtrés dans des politiques bisounoursiques, facilement terrorisés par des médias et des juges rouges qui lancent, contre eux, les fatwas fabriquées par le haut conseil de l'éthique socialiste: "stigmatisation!", "amalgame!", "racisme!". Pour ces partis archaïques, la messe est dite, car ils seront incapables de surmonter ces fatwas, préférant débrancher le karcher, comme Sarko-le-tricheur, plutôt que risquer l'indignité médiatique, ou préférant l'indignité électorale de s'allier avec les gauchistes qui entretiennent la violence, comme Estrosi, plutôt que d'affronter courageusement le destin de la France avec ses seules idées et ses seules forces...seul le Front National aura le courage d'affronter une situation créé par quarante années de laxisme et de lâcheté politique, et il y a urgence pour la France!

  • Par Lafayette 68 - 31/12/2015 - 10:20 - Signaler un abus @MONEO98

    Merci pour votre remarque et commentaire que je partage entièrement. Pour Monsieur Roucaute , qui considère que Ménard et De Villiers profitent et prospèrent du climat ambiant , je l'invite ainsi que les lecteurs à relire l'article de Benoit Rayski publié le 29 novembre 2015 sur P de Villiers , intitulé: "les mosquées de Roissy: en 2006 personne n'a voulu écouter P de Villiers".

  • Par pale rider - 31/12/2015 - 10:23 - Signaler un abus @mr roucaute d'accord avec la plupart de vos dires mais

    le salut pour vous viendra du parti les republicains ? c'est une plaisanterie ? je ne sais pas d ou viendra le salut , mais certainement pas de ce parti la , en tous les cas pas tant qu'il menenront la même politique veule et de courte , celle du ps .

  • Par Leucate - 31/12/2015 - 12:35 - Signaler un abus la "Paix de la Reine"

    Il est intéressant de relire la "Common Law" anglaise - loi coutumière datant du haut moyen âge qui a valeur de loi constitutionnelle - parce qu'elle montre avec force le lien qui existe entre l'allégeance que le sujet doit au Souverain et la Sureté que le souverain doit aux sujet selon le principe de la protection que le suzerain doit à ses vassaux. Je cite: ""en contrepartie de l'allégeance, de taxes, travaux et service militaire, le monarque garantit au peuple un état de paix et de sécurité appelé (aujourd'hui) la Paix de la Reine. Toute interruption dans la paix et le bon ordre qui se doivent de prévaloir dans une société civilisée est un "attentat" (breach) contre la Paix."" Quand le souverain (l'Etat) n'assure plus son devoir de suzerain, le peuple est donc délié de son devoir d'allégeance et c'est alors le début de la fragmentation du royaume suivie de sa fin, avec certainement des guerres entre différentes parties de la population. C'est ainsi qu'un Etat disparaît. En France, nous en sommes à la V° république, ce qui signifie qu'il y a eu beaucoup de régimes entre 1789 et aujourd'hui et qu'ils ont tous été renversés par la rue ou suite à une défaite militaire.

  • Par LouisArmandCremet - 31/12/2015 - 15:17 - Signaler un abus Bon article

    Voici un bon article d'Atlantico. Je ne suis pas d'accord à 100% avec tout ce qui est dir mais il me semble aller dans un très bon sens. Un bien meilleur que ce qu'on perçoit dans les discours du gouvernements dont on sent qu'ils ne maîtrisent en rien la situation !

  • Par Mike Desmots - 31/12/2015 - 17:30 - Signaler un abus La réponse est simple ...parce que la laïcité est une religion >

    instrumentalisée par les franc maçons et gérée par les socialistes...!

  • Par Mike Desmots - 31/12/2015 - 17:36 - Signaler un abus remarque.. ,saccage de dizaines d'églises en Syrie /Irak

    et ca ne fait pas le dixième de la couverture médiatique pour la mosquée en devenir à Ajaccio....!

  • Par ERVEFEL - 31/12/2015 - 17:38 - Signaler un abus L'INCURIE DE L'ÉTAT EN MATIÈRE DE POLICE ET JUSTICE

    Je rejoins Guy LOMBARD-31/12/2015-09:19 au sujet de son commentaire sur : "des hommes comme Philippe de Villiers ou Robert Ménard et ses milices citoyennes ont des discours qui encouragent les tensions et pulsions de guerre civile". Cette assertion est en totale contradiction avec cet article qui reconnaît qu'il n'est pas étonnant que le peuple s'empare des fonctions régaliennes (police et justice) que l'état n'est plus capable d'assurer. J'ajouterais que les milices citoyennes sont un moindre mal quand, face à l'incurie des pouvoirs publiques, la justice de la rue est inéluctable comme cela a failli se produire en Corse. Il faut être affublé d'une sacré cécité pour ne pas s'en rendre compte, mais cela est l'apanage de ceux qui ferment les yeux devant l'épouvante de "l'extrême droite" et par la même ne voit pas un danger "bien pire encore". C'est leur cécité et leur incurie qui mèneront à tous les "débordements" et c'est d'ailleurs souligné, à plusieurs fois, dans cet article qui ajoute que sans modification de la politique de l'état on peut s'attendre à tout et que le mèche a été allumé en Corse. Il faut avoir la foi pour croire que ce gouvernement changera ses dogmes. Inch Allah.

  • Par jmpbea - 31/12/2015 - 17:50 - Signaler un abus La guerre civile a commencé il y a au moins 10 ans

    mais nos politiques mettent la poussière sous le tapis en permanence...bien sûr que ça va bouger...et heureusement...mais cela peut aller dans deux sens opposés... Soit les politiques continuent de fermer les yeux et alors il y aura des morts..encore... Soit ils mettent en place des mesures drastiques contre l'incivilité partout et dans toutes ses formes...et la Françe s'en sortira la tête haute... Sers la France et tu seras un citoyen ( bien que ce mot soit maintenant galvaudé à la sauce socialo-bobo) sers toi de la Françe et tu seras bannis....

  • Par ERVEFEL - 31/12/2015 - 18:10 - Signaler un abus LES BISOUNOURS SONT DE RETOUR

    avec leur pasdamalgame et bienvivreensemble quand il est dit dans cet article : "dans le même temps, l'amalgame entre ces délinquants et un lieu de culte est inacceptable." Il faut savoir que ce n'était pas un lieu de culte mais un simple local d'association caritative où était censé s'être réfugié les délinquants que recherchait la foule. La bien-pensance médiatico-faciste est de retour pour stigmatiser et culpabiliser les patriotes qui défendent les valeurs que l'état a abandonné de faire respecter! C'est toujours le monde à l'envers de la dictature de la pensée et il est vain d'avoir quelques espoir en elle pour inciter ce gouvernement à changer de dogmes. Inch Allah.

  • Par ERVEFEL - 31/12/2015 - 18:50 - Signaler un abus QUELLE CÉCITÉ OU INVERSION DU LANGUAGE

    quand il est dit dans cet article : "La population française tient bon sur ses valeurs. La position des Corses qui ont investi le quartier des jardins de l’Empereur ne me paraît pas adaptée. Précisément parce que la France est encore assez forte pour régler les problèmes qui lui sont posés et débarrasser le pays des élites politiques incompétentes. Néanmoins, si l’Etat français continue à abdiquer, à tergiverser, tout est possible." Ça n'est pas sur ses valeurs que tient bon la population française, mais sur une absence de valeurs qu'elle a oublié et que lui rappelle les Corses qui eux sont réputés pour y être attaché comme le souligne d'ailleurs cet article. Quand à croire que la France va se débarrasser des élites politiques incompétentes, ça n'en prend pas le chemin qui est le choix entre un Hollande bis, Sarko bis, Juppé "bis" ou Fillon "bis". L'état français va donc continuer à abdiquer car en "religion" on ne change pas de dogmes comme cela; et le peuple français en 2017 va continuer à tergiverser, ce qui fait que "tout sera possible". Inch Allah

  • Par ERVEFEL - 31/12/2015 - 20:25 - Signaler un abus UN GOUVERNEMENT DE COALITION DROITE GAUCHE PEUT ÊTRE?

    Quand Yves Roucaute dit : "Et la gauche sera incapable de mener à bien la politique que les Français réclament à moins d’exploser. Le FN n’est pas non plus en position de tenir les valeurs universelles de la République et une politique sécuritaire. Le seul espoir vient des Républicains. Il leur appartient d’écarter définitivement toutes les pensées molles qui agitent des courants qui ne comprennent rien à la situation.Ne pas agir avec détermination, c’est l’assurance d’aller vers une crise de légitimité.", je me demande à quel gouvernement LR il pense, sachant que quelque soit le prochain président gauche ou droite il n'aura pas de majorité parlementaire. Donc "toutes les pensées molles qui agitent des courants qui ne comprennent rien à la situation" (sic) ne pourront être écarté puisqu'il faudra nécessairement un gouvernement de coalition. Que pourra faire la droite coalisée avec la gauche alors que seule elle n'a rien pu faire? C'est bien d'avoir la foi, mais "c’est l’assurance d’aller vers une crise de légitimité" (sic) pour reprendre exactement ses termes. Inch Allah.

  • Par Le gorille - 01/01/2016 - 00:42 - Signaler un abus A la gloire des LR, et haro sur le FN

    Des choses parfois justes, quand on se contente des faits. Des jugements erronés quand ils sont émis. Si le LR est porté aux nues, le FN continue d'être relégué en enfer, et le PS y est transparent. Quant à la cohérence, commençons par réduire l'article à 1 page au lieu de 3 (version numérique), et peut-être en trouvera-t-on une.

  • Par Mike Desmots - 01/01/2016 - 05:42 - Signaler un abus La France souffre d'avoir une république trop républicaine ...

    Un fédéralisme ...voir une restauration de la royauté serait plus moderne ...Cela éviterait à nos " fonctionnaires politiciens de carrière ", de rajouter ridiculement derrière chaque contre-vérité proclamée ...l'adjectif - républicain- ... un peu, comme la novlangue socialiste , qui ne peut tolérer le mot -service - sans rajouté public ...! alors que le clients demande un service fiable et qui marche...! Bonne année à tous les "Atlanticonautes..".

  • Par Gordion - 01/01/2016 - 07:15 - Signaler un abus @ Guy LOMBARD et @MONEO98

    Je partage votre analyse. Y.Roucaute a écrit ici une bonne analyse, quelque peu gâchée par les propos qui ont fait l'objet des commentaires de ces 2 internautes. Je mets également quelques bémols sur "la vendetta corse" qui n'est peut-être pas si éloignée de la mafia sicilienne...un système parallèle qui défie l'Etat. La féodalisation de la France, encouragée par le modèle fédéraliste de l'UE, ne sera qu'une accélération de la dissolution de la France dans ce "machin européen" sans âme, vision ni frontière. Quant aux valeurs universelles citées, leur conceptualisation excessive - quels droits pour quel Homme? - est la source de bien des abus: liberté de culte ne signifie pas l'imposition par certains de leur mode de pensée - la Foi contre la Loi - la réforme constitutionnelle devrait commencer ici. L'analyse de Y.Roucaute demeure excellente au demeurant.

  • Par MONEO98 - 01/01/2016 - 10:05 - Signaler un abus @Gordion

    D'abord bonne année 2016,pas de voitures brûlées ,pas d'attentats ,pas d'attaques de pompiers , toubibs etc... plus de commentaires intolérables et inacceptables sans aucune conséquence ,plus de policiers lynchés médiatiquement et médiatiquement pour avoir blessé un djeune tellement innocent qu' à minuit à 13 ans , on se demande ce qu'il faisait dans la rue au milieu de ses grands "frères" balançant pacifiquement des coktails de bienvenue aux forces de l'ordre, plus de banlieues interdites aux forces del 'ordre etc... votre comparaison avec la maffia sicilienne pour la vendetta est fausse , on parle d'Honneur bafoué ,pas de racket parfois les 2 se mélangent .Par contre vous ne semblez pas comprendre que dans le sud de l'italie les gens paient la maffia parce que l'Etat n'assume pas son rôle du maintien de l'ordre ....malgré les impôts payés ... voila ou conduit la démission de la tâche régalienne causée par le gaspillage des impôts utilisés à des fins qui ne lui incombe pas à priori (sauf si vous êtes communiste) les propos de monsieur Roucaute son contradictoires , peut être nos échanges lui en feront prendre conscience sauf réflexe de Pavlov bien ancré

  • Par guillorette - 01/01/2016 - 12:45 - Signaler un abus Fariboles

    Une fois de plus Y. Roucaute est à côté de la plaque ou fait semblant de l'être. Trois pages pour nous expliquer que le LR peut, seul, nous sortir du cul-de-sac où nous nous trouvons, est une plaisanterie. D'ailleurs, de quel LR parle-t-il, celui de NKM ou celui de Wauquiez? En réalité, l'équation est beaucoup plus simple et ne prend qu'une seule ligne: UNE FEMME VOILEE EN MOINS = UN VOTE FN EN MOINS. Tout le reste n'est que fariboles.....

  • Par Liberte5 - 01/01/2016 - 13:49 - Signaler un abus Bon article et bonnes analyses à deux choses près..

    D'abord parler de forte résilience des Français à accepter ce laxisme de l’État devant ce désordre dans les cités, c'est ne pas admettre que par définition les Français majoritairement, laissent aller du moment qu'il ne se sont pas touchés directement. Si la classe politique fait la politique de l'autruche c'est bien parce qu'elle sait que les Français sont majoritairement passifs. Durant la dernière guerre mondiale c'est en France que la collaboration a été la plus forte, la résistance très marginale.sauf en 44 après le débarquement. Ensuite évacuer le problème musulman relève de la facilité intellectuelle. Sachant que partout où l'islam devient majoritaire, les autres religions sont éradiquées. L'islam massif en France est un problème. Ne pas le reconnaître c'est aller vers de graves difficultés

  • Par Liberte5 - 01/01/2016 - 13:51 - Signaler un abus Ah! j'oublais

    l'ex UMP n'est pas taillée pour régler le problème. Si tel était le cas cela se serait vu.On ne peut compter sur ceux qui ont crée les problèmes pour les résoudre.

  • Par Gordion - 01/01/2016 - 17:09 - Signaler un abus @MONEO98

    Meilleurs vœux également. Concernant la mafia sicilienne, c'est un peu le problème de la poule et de l’œuf. Ce qui est sûr, c'est qu'il existe une certaine consubstantialité entre ces populations et la mafia, en Corse aussi. Question de culture.

  • Par Aetius451 - 02/01/2016 - 00:12 - Signaler un abus si on essayait la démocratie

    L'analyse du problème est claire et pertinente. Il y a quelques année, une telle analyse aurait été simplement inimaginable. Mais, le problème étant clairement posé, que faut-il faire maintenant? A mon humble avis, il est inutile d'espérer dans l'arrivée au pouvoir de tel parti ou dans le sursaut salvateur de tel autre. Le problème français est avant tout celui de sa constitution politique et de la main-mise d'une élite autoproclamée. Cette élite, pour l'essentiel, ne souhaite que sa propre perpétuation au moindre effort. Nous la connaissons tous: on la retrouve à la tête des grands partis politiques, des associations y inféodées, de la presse et des média, de l'administration, y compris la magistrature, les grandes entreprises et autres corps influents (syndicats, etc.). Tout changement politique radical qui remettrait en cause les équilibres existants dans la répartition de ses prébendes est purement et simplement impensable. Certes, cette "élite" doit périodiquement se soumettre à l'exercice de l'élection, mais tout le système électoral est organisé pour que cet exercice reste largement factice. Quelque soit le niveau de pouvoir, le système électoral est en France tout sauf

  • Par Aetius451 - 02/01/2016 - 00:40 - Signaler un abus si on essayait la démocratie

    tout sauf démocratique. Aucune assemblée ne peut prétendre représenter les citoyens si elle n'est pas le strict reflet des préférences qu'ils expriment par leur vote. Le système français est conçu pour l'onction populaire de chefs omnipotents adoubés par l'élite, tous assurés de majorités qu'ils n'ont en fait jamais obtenues, sinon par la grâce d'un système électoral absconse. Bref, les assemblées sont des assemblées-croupions qui n'ont que très peu à dire et ne représentent même pas l'électeur. Le chef n'est responsable que vis-a-vis de ses pairs qui l'ont adoubé. L'objectif, c'est la perpétuation du système, pas de mener la politique souhaitée par les électeurs. En un mot comme en cent, rien ne changera (sinon par la violence) tant que le peuple ne pourra, à tous les niveaux, choisir directement et sans interférences partisanes les élus qui le représenteront pour mener la politique qu'il souhaite.

  • Par Gré - 02/01/2016 - 01:26 - Signaler un abus @ Aetius451

    Analyse : 10/10

  • Par Lucide42 - 03/01/2016 - 12:23 - Signaler un abus 30 années de posture de l'autruche

    Sarkozy voulait tout nettoyer au Karcher, il n'a rien fait. Hollande et Taubira ont assoupli les peines. Un français se doit de respecter la loi et de se conformer aux us et coutumes de la France. Ça fait des années qu'il y a des zones de non droit mais éviter de stigmatiser, l'état ne fait pas son travail. Le peuple le fera un jour.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Yves Roucaute

Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.

Voir la bio en entier

Hayette Hamidi

Hayette Hamidi est Secrétaire Nationale pour le parti Les Républicains et présidente du think tank France Fière. 

Voir la bio en entier

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€