Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Octobre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et pendant que l’Éducation nationale s’épuise en pédagogisme, la Chine utilise avec succès les méthodes qui marchaient chez nous il y a 40 ans

En perte de vitesse dans les classements internationaux, notre Education nationale ne songe pas à se remettre en cause et à - pourquoi pas ? - regarder ce qui fonctionne ailleurs. Comble de l'hérésie, des enseignants britanniques ont osé se rendre à Shanghai, nouveau lieu de l'excellence dans ce domaine.

Ils auront tout copié...

Publié le
Et pendant que l’Éducation nationale s’épuise en pédagogisme, la Chine utilise avec succès les méthodes qui marchaient chez nous il y a 40 ans

Enseignement : la Chine utilise avec succès les méthodes qui marchaient chez nous il y a 40 ans. Crédit Reuters

Atlantico : 70 enseignants britanniques sont partis à Shanghai, numéro 1 au classement PISA, pour observer les méthodes éducatives qui y sont employées, rapporte le site The Conversation (voir ici). Alors que la France s’épuise actuellement dans des débats autour des nouveaux programmes, que pensez-vous de cette démarche consistant à se rendre sur place pour voir ce qui se fait ailleurs ?

Jean-Paul Brighelli : Les Anglais ont au moins l’originalité d’aller voir les systèmes éducatifs les plus performants — on aurait pu citer Singapour (particulièrement pour les mathématiques) ou la Corée du Sud à côté de Shanghai, qui non seulement est en tête des classements, mais triomphe chaque année depuis au moins dix ans dans les Olympiades de maths.

 Nous, nous nous obstinons à chercher des modèles dans les systèmes qui caracolaient en tête de PISA il y a dix ans — essentiellement la Finlande. Ce sont des choix idéologiques : les pédagogistes à la manœuvre en France seraient outrés de l’initiative britannique : la pédagogie chinoise est, de notre point de vue européen, quasi terroriste. Beaucoup d’appelés, très peu d’élus : l’accès au Supérieur est extrêmement filtré. Bref, chacun va voir si l’herbe est plus verte ailleurs.

Il est ressorti de ces observations que les Chinois pratiquent la méthode d’enseignement qui était traditionnellement en vigueur en Europe il y a 40 ans. Bien que Shanghai soit connu pour son système extrêmement élitiste et peu représentatif du reste de l’éducation chinoise, quels enseignements pourrait-on en retirer ? Toute idéologie mise de côté, qu'est-ce qui est bon à prendre ?

L’Angleterre n’a pas attendu Shanghai pour avoir Oxford ou Cambridge. Nous n’avons pas attendu la Finlande pour avoir le meilleur système d’enseignement au monde — celui de la IIIème République. Chaque pays doit développer le système qui lui est propre. On peut toujours aller voir ailleurs, mais c’est en restant fidèle à son propre génie que l’on réussit le mieux. Croyez-vous que les Chinois soient tentés de copier le système français ? Nous avons nous-même démantibulé l’école de la République en nous laissant influencer par des pédagogues américains des années 1950, puis en les combinant avec des idéologies scandinaves. Résultat, nous ne savons plus enseigner à la française. On ne réussit pas un boeuf bourguignon en allant voir comment les uns préparent le hamburger ou le hareng à la crème aigre et les autres le canard laqué.

Dans la plupart des pays occidentaux il est de nos jours considéré que l’enfant doit être actif pour mieux assimiler les connaissances. Cependant, la réussite chinoise tend à démontrer que la posture en apparence passive de l’élève face à un professeur qui, craie en main, expose le contenu du cours, ne nuit pas à sa réussite, et pourrait même l’améliorer. Comment l’expliquez-vous ?

L’enfant est une pâte molle, dans laquelle on peut imprimer une foule de connaissances. De surcroît, il est demandeur — en quête de "pourquoi" dès qu’il sait parler —, et désireux de faire plaisir. Et contrairement à une légende entretenue par les plus paresseux des pédagogues, il n’est pas rétif au travail, pourvu qu’on lui en explique les objectifs et l’intérêt. Et il adore rentrer chez lui le soir et étaler ce qu’il a appris pendant la journée — sauf qu’on ne lui apprend littéralement plus rien depuis qu’il est censé être "acteur de son propre savoir", quoi qu’un tel jargon puisse signifier.

Selon une étude britannique (voir ici), le fait de s’adapter au profil d’apprentissage de chaque enfant, et d’abandonner le système de notation traditionnel pour un mode d’évaluation moins "traumatisant" serait inefficace. Aurions-nous dû en rester aux méthodes d’enseignement héritées de la 3e république ?

L’enseignement à la carte institutionnalisé est une aberration. Un vrai enseignant s’adapte naturellement sinon à chaque enfant, du moins à chaque groupe. Son travail c’est de trouver le biais pour faire entrer des connaissances nouvelles dans des crânes vierges. En prétendant que les enfants pouvaient "construire" (d’où l’appellation de "constructivisme" donné à cette idéologie aberrante) son propre savoir, on a renoncé à la transmission verticale, qui est le seul moyen — le seul ! — de faire passer des connaissances. Croyez-vous que les hommes des cavernes aient perdu du temps à suggérer à chacun de leurs gosses de chercher chacun de son côté le moyen de faire du feu ? Ils le leur apprenaient — et les enfants, formés, trouvaient d’autres techniques. C’est ainsi que ça marche — et pas autrement. Les Chinois l’ont compris — et ils dominent le monde. Nous faisons le contraire — et notre civilisation s’effondre. À vous de conclure à qui la faute.

Propos recueillis par Gilles Boutin

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 28/04/2015 - 11:23 - Signaler un abus Enseignement à Shangaï

    Sans pédagogistes, ils osent réussir! Et ils sont élitistes, en plus, eux communistes? Il est grand temps d'appeler les français au secours, pour y mettre la pagaille que la gauche (dont les communistes) devrait s'évertuer à mettre partout: enseignement, emploi, entreprises...., la gauche française y réussit si bien!

  • Par vangog - 28/04/2015 - 12:16 - Signaler un abus Le nivellement par le bas gauchiste...

    la seule réussite pleine et entière de la gauche!

  • Par pguillermo - 28/04/2015 - 12:49 - Signaler un abus Article très intéressant et plein de bon sens

    Bien sûr il est totalement inutile de spéculer sur ce que nos dirigeants pourraient ou devraient faire pour améliorer le système éducatif. Les vraies questions à se poser à la suite de ce genre d'article sont celles-ci. "Que pourrait-t’ont faire dans l'immédiat pour tenter de compenser le désastre des cinglés en place ?". "Et quand ces derniers auront été virés comme il se doit, que devront faire leurs remplaçants ?". Ces questions valent d'ailleurs pour tout le reste du pays et pas simplement pour son système d'éducation. Comme lors d'une guerre ou d'un cataclysme il faut tenter de survivre au mieux et préparer l'après pour tenter de reconstruire (si c'est possible).

  • Par Anguerrand - 28/04/2015 - 14:33 - Signaler un abus Quand l'EN refuse d'utiliser les mêmes méthodes des annees 60

    D'abord le respect, on se lève quand l'enseignant éntre en guise de salut, on ne parle pas sans accord, on revet une blouse ou un uniforme afin de tarir la course a la mode vestimentaire, les enseignants cessent leur absentéisme chronique, utilisent les anciennes méthodes de lecture ( b-a, ba) de calcul d'éducation civique. Et miracle les enfants sortent de CP en sachant lire, écrire, compter, mais allez savoir pourquoi ce n'est pas possible, peut être pas de gauche et anti syndical? Derniere chose l'enseignant est noté et payé en fonction de ses résultats, mais la ce n'est pas de gauche. Alors continuons dans la médiocrité actuelle de l'EN.

  • Par Olivier K. - 28/04/2015 - 18:16 - Signaler un abus Mon entourage est socialiste non militant mais pense de même!!

    Je suis sûr qu'on sondage réglerai rapidement la situation, je parie sur une victoire écrasante du retour à l'ancienne.

  • Par Anouman - 28/04/2015 - 23:04 - Signaler un abus Méthode chinoise

    Que les Chinois se soient inspirés des méthodes Françaises de la 3ème République, pourquoi pas, mais sans doute ont-ils fait simplement preuve de bon sens. Mais peut-être que la méthode marche parce qu'ils ont quelque chose à gagner à apprendre quelque chose à l'école. Pas forcément en France tant sont nombreux les enfants d'assistés qui n'ont jamais vu leurs parents travailler. Pour fonctionner l'enseignement doit être très sélectif. Si ceux qui n'ont pas le niveau avant la sixième étaient mis en usine pour un salaire de misère, ils seraient peut-être moins nombreux. Et s'ils sont nombreux peu importe, il faut toujours de la main d'oeuvre à bon marché. Et à partir du moment où on a remis de la vraie sélection on peut remettre de vraies méthodes d'enseignement et transformer les écoles primaires de garderie gratuite, ce qu'elles sont aujourd'hui, en lieu d'apprentissage sélectif et donc efficace.

  • Par pale rider - 29/04/2015 - 08:22 - Signaler un abus @olivier K je vous trouve bien optimiste

    Bien sûr que la grande majorité des parents et peut être même des enseignants pense de même. Mais L'Ed Nat est sous l'emprise des syndicats, ces derniers (financés par nos sous, un comble !) ont parfaitement verrouillé le système. C'est une oligarchie parfaitement organisée. Vous croyez qu'un vote et un solide bon sens peux changer les choses , allons allons en Republique Democratique Française ça se saurait ....

  • Par Gré - 29/04/2015 - 20:35 - Signaler un abus insécurisant

    L'enseignement actuel est insécurisant pour l'enfant. On lui demande de chercher lui-même mais un enfant a besoin de cadres pour l'apprentissage du savoir, comme pour celui du savoir-faire et du savoir-être d'ailleurs. Il y a des éléments de base qu'un enfant ne peut apprendre que par transmission verticale.

  • Par Wortstein - 30/04/2015 - 10:28 - Signaler un abus Et pourtant tout n'est que politique

    En supprimant les lois programmatiques pondues depuis plus de 40 ans on reviendrait assez facilement à celle N-1 en vigueur avant la prise en main des pédagogistes. Le principal soucis de n'importe quel gouvernement à venir est de détruire des lois plutôt que d'en créer toujours plus, avec l'avantage de revenir automatiquement à celle d'avant la dernière détruite. Il y en a un paquet de ces lois scélérates qui pourrissent la vie des gens et qui aliènent les possibilité de créer de la richesse. Toute cette merdasse socialisante (prédatrice) qui consiste à châtrer ce qui dépasse et à acheter avec l'argent volé des pans entiers de la population transformés en oisillons incapables de prendre leur envol. Il faut 3 mois à une équipe ayant bien en tête les lois antécédentes pour voter la destruction de celles postérieure qui nous tuent, le tout par ordonnance pour ne pas subir la maladie de l'amendement.

  • Par Mario - 30/04/2015 - 10:41 - Signaler un abus titanic

    oui le bateau coule , tout le monde le sait et l'orchestre continue de jouer. il faut un nouveau mai 68 mais dans l'autre sens pour revenir à la raison, au pragmatisme et donc s"éloigner de cette idéologie égalitaire,droit de l'hommiste , ce parti de l'autre qui se déteste lui même et pour certains qui détestent l'homme . l'occident est riche de valeurs, d'histoire et ils liquident tout cela. nous avons à faire à des fous....

  • Par antidote - 30/04/2015 - 11:35 - Signaler un abus Tout en trompe l’œil !

    Qu'attendons pour descendre dans la rue et les éjecter du pouvoir ? Seulement les seuls à pouvoir le faire sont les fonctionnaires engraissés et choiller par l'état ,leurs calcul des retraites toujours florissants alors que le privé reste à la ramasse avec un calcul obérant sur les 25 meilleurs années se serre la ceinture dans tous les domaines , les médias qui sont privilégiés concernant leurs impôts , ces incapables socialistes ne cessent de mettre en pièce l'équilibre budgétaire du pays .L'endettement ne cesse d'augmenter et se profile le risque d'une catastrophe financière bien plus importante que 2008 .Il y a de quoi s'inquiéter pour notre avenir si jamais cela s'avéré exacte .Mais à qui la faute si non à SARKOZY n'est ce pas Mr Hollande !!!

  • Par phegp - 30/04/2015 - 18:58 - Signaler un abus SOS EDUCATION...

    fait beaucoup d'efforts pour lutter contre la démolition de l'éducation nationale entreprise dès l'arrivée au pouvoir des socialos (il faut relire les déclarations ministérielles de l'époque, c'est hallucinant, les moquettes ont dû en prendre un coup...). Accédez à la pétition que SOS EDUCATION a mise en œuvre récemment et signez-la (si vous ne l'avez pas déjà fait). Certes, ce n'est qu'un modeste moyen de se manifester, mais bon, pourquoi pas ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli, délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment La Fabrique du crétin (Jean-Claude Gawsewitch, 2005) et La société pornographique (Bourin, 2012). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€