Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et un nouveau candidat à la primaire : Bruno Le Maire secoue-t-il la droite ou uniquement ses concurrents ?

Alors que Bruno Le Maire a annoncé officiellement sa candidature aux primaires de la droite à Vesoul ce mardi 23 février, il suscite déjà de nombreuses inquiétudes pour les autres candidats de son camp, sans exception. Il lui reste encore à enflammer les électeurs.

Qui s’en soucie ?

Publié le
Et un nouveau candidat à la primaire : Bruno Le Maire secoue-t-il la droite ou uniquement ses concurrents ?

Atlantico : le 18 février, l'hebdomadaire Le point titrait "Le Maire, l'homme qui secoue la droite".  En quoi la candidature de Bruno Le Maire aux primaires des Républicains représente-t-elle une véritable "secousse" au sein de la droite ? Et si secousse il y a, atteint-elle les électeurs, ou simplement les autres candidats ?

Jean Garrigues : Il faut bien reconnaître que la situation politique est telle que nous sommes dans une incertitude historiquement exceptionnelle. Le jeu a rarement été aussi ouvert qu’aujourd’hui, car dans la tradition de la droite française, le candidat potentiel est soit le président sortant, soit le chef de parti. Et comme Nicolas Sarkozy ne fait pas l’unanimité, ce rejet partiel fait porter l’attention sur le renouveau, et aussi le déjà-vu, ce qui explique en partie l’image et la construction médiatique de Bruno Le Maire.

Il faut reconnaître aussi que la campagne qu’il avait faite pour l’élection du président de l’UMP est une réussite car il s’était installé comme une figure de l’UMP.

Maintenant sur le fond des choses, il n’y a rien dans les idées ou le programme qu’il propose qui serait de l’ordre de la "révolution copernicienne" de la droite. Quand on regarde quelles ont été les étapes clés de la droite au cours de la Vème République, il y a d’abord le renouvellement incarné par le général de Gaulle. A sa manière, Valéry Giscard d’Estaing a aussi fait bouger les lignes. Enfin, le tournant néo-libéral de la droite dans les années 80 a aussi été une étape importante… C’est dans des moments comme ceux-ci que l’on a senti qu’une nouvelle époque commençait. Avec Bruno Le Maire, il est plus difficile de parler de renouvellement. A cet égard, celui qui a le programme qui pourrait incarner un véritable renouveau néolibéral, c’est plutôt François Fillon.

Côté charisme, si Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ont renouvelé la droite non par leurs idées mais par leur charisme et leur capacité à susciter une dynamique politique, on ne peut non plus dire que Bruno Le Maire soit à la hauteur de ses prédécesseurs. Car il a un déficit de charisme, un côté "gendre idéal" un peu tiède, qui n’est pas à la hauteur de ce que sa famille politique a pu connaître.

On est en réalité davantage dans une sorte de jeu de rôle, d’apparence, plutôt que d’incarnation du changement.

Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire général du PS, le décrit ainsi : "Bruno Le Maire est le candidat le plus dangereux parce qu'il allie à la fois une position très, très à droite, quand on regarde et quand on l'écoute. Et en même temps, il se présente comme un centriste bon teint". En quoi Bruno Le Maire pourrait représenter une menace pour les autres candidats ? Comment définir son positionnement politique ?

Ce qui est sûr c’est qu’effectivement s’il devait y avoir une ligne de partage entre les droites aujourd’hui, elle laisserait sans doute voir une tripartition. François Fillon y incarnerait le porteur de la clarification libérale avec un programme de rénovation économique, axé sur la libération des énergies productives. Son programme est bien identifiable. Nicolas Sarkozy quant à lui mise sur l’ordre, l’autorité et la sécurité que certains peuvent interpréter comme un clin d’œil au populisme. Enfin, il y a une autre droite plus conforme à la tradition chiraquienne représentée par Alain Juppé, une droite humaniste, sociale, plus modérée…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 24/02/2016 - 09:28 - Signaler un abus Le Maire en adéquation

    Avec ce que les français veulent à tout point de vue. C'est a priori un candidat que je retiens...en attendant mieux ! Mais à droite, une vraie droite pas le FN de MLP - Philippot qui veut une politique de gauche.

  • Par Benvoyons - 24/02/2016 - 09:52 - Signaler un abus Vous dites:

    "le candidat potentiel est soit le président sortant, soit le chef de parti.""Et comme Nicolas Sarkozy ne fait pas l’unanimité," Ce qui est totalement faux. Le président de la France Caton H ne fait pas l'unanimité dans le PS car les adhérents du PS souhaitent une Primaire et les sondages le donnent perdant chez les adhérents du PS. Cela est vrai ! Mais pour le Président Sarkozy chez Les Républicains a fait 64,5% pour être élu et actuellement dans les sondages sur les adhérents des LR il est proche de 75%.:)::)) Concernant Bruno Le Maire pour lequel j'ai voté tout en sachant qu'il ne serait pas élu à la Présidence du parti Les Républicains et bien il est un homme d'avenir car pour moi quelqu'un qui quitte la Fonction Publique pour être Député me semble être un homme crédible dans son action future. Tout ceux qui se pavanent dans la Politique tout en restant dans la Fonction Publique sont des branleurs, sont des exploiteurs, sont des voleurs de la Politique. Donc pour moi Sarkozy ,Le Maire sont des hommes qui méritent car ils sont poursuivis par toute une caste nominée et définie par moi même un peu plus haut! :)::))

  • Par superliberal - 24/02/2016 - 10:22 - Signaler un abus Exemplarité...

    Le fait qu'il ait démissionné de la fonction publique le rende très crédible...(un parasite de moins) il s'affirmerait un peu plus libéral que ça le rendrait sympathique. A défaut d'être le meilleur c'est le moins pire, tous candidats confondus...La posture libérale de Fillon je n'y crois pas. Il ne faut pas confondre positionnement marketing dans le but de conserver sa rente et convictions profondes, si Fillon était un vrai libéral ça se saurait depuis le temps.

  • Par Lafayette 68 - 24/02/2016 - 10:38 - Signaler un abus @Benvoyons

    Ne croyez-vous pas que la vraie chance de Le Maire ,c'est la défection de Sarkozy pour la primaire et donc pouvoir battre Juppé au second tour? Mais ....danger du premier tour de la présidentielle : Sarko ou Le Maire , c'est Hollande au second tour assuré(candidatures Bayrou). Cornélien !

  • Par Benvoyons - 24/02/2016 - 10:57 - Signaler un abus @Lafayette 68 Fillon dit des choses justes mais

    n'a pas la capacité d'aller au bout (trop de j'ai besoin d'aide de recherche de connivences pour réussir, il n'a pas de fond ) il peut être bon mais en second rôle. Concernant Sarkozy et Le Maire il faut attendre les programmes définitifs. Celui qui va gagné sera celui qui va inclure des réformes que tous les Français savent incontournables pour créer la nouvelle gestion de la France et ceci pour les 30 prochaines années:)::)) et Juppé est loin du compte. Maintenant en effet il n'est pas sûr que Sarkozy se présente car il ne fera pas l'erreur de faire gagner la Gauche juste pour son égo. Il a trop le sens de l’État et du besoin réel pour la France.

  • Par Lafayette 68 - 24/02/2016 - 14:28 - Signaler un abus Renouveau mais autorité

    Le Maire oui mais s'il parle comme Wauquiez au conseil national ou ....Wauquiez en personne pourquoi pas au lieu de Sarkozy ? MMLP : encore mieux !

  • Par Benvoyons - 24/02/2016 - 14:48 - Signaler un abus Lafayette 68 - 24/02/2016 - 14:28 Elle n'a aucun programme

    pour réformer la France :)::)) et pour cause c'est celui des Socialistes Nationalistes FN de MLP Philipot :)::))60% de vos électeurs sont des gens de Gauche :)::))

  • Par Lafayette 68 - 24/02/2016 - 15:48 - Signaler un abus @Benvoyons

    MMLP :culturellement de droite et économiquement ...aussi ! pour l'instant c'est vrai ,elle "s'aligne"...Donc 2017 ce sera trop tôt. Vous dites 60% des électeurs FN sont de gauche : % un peu élevé , certes des ouvriers majoritaires et petits employés oui, lâchés par les gauches (difficultés sociales, en précarité parfois) mais en majorité ce sont des gens de droite en recherche d'autorité , qui en on marre que la France soit défigurée culturellement , des agriculteurs , des petits patrons qui veulent de l'air économiquement (UE carcan). Franchement Wauquiez ou MMLP c'est le même discours ( les 2 respectant pour l'instant les lignes des cadres dirigeants de leur parti mais jusqu'à quand ?)

  • Par Benvoyons - 24/02/2016 - 16:07 - Signaler un abus Le Marché France dans l'espace économie qui est nécessaire

    aux entreprises Françaises anciennes et nouvelles est peanuts et l'économie que de la France s'écroulerait sans l'UE. Il ne faut pas sortir de St Cyr pour le comprendre. Si l'UE est un carcan cela me semble étonnant car des pays comme les Pays-Bas, Autriche,etc.. s'en sortent . Ils s'en sortent car ils savent changer leur organisation et savent mettre les priorités ou il faut . Pas la France qui est un cul de plomb du à notre organisation sans changement car une oligarchie de Fonctionnaires gouverne depuis trop longtemps. C'est pour cela que les Français disent qu'ils ne voient aucun changement entre la droite et la gauche. Les Fonctionnaires ont pris tous les pouvoirs à la période de Mitterrand 1981 et que personne ne veut interdire aux Fonctionnaires d'être des élus qui dominent les différentes chambres et commissions les contrôles de l’État, la Justice Régions les Syndicats etc.... Il faut comme dans les autres pays interdire à un Fonctionnaire d'être un élu il doit démissionner et ne plus revenir s'il n'était pas réélu autrement il n'y aura aucun changement avec maintenant.

  • Par Lafayette 68 - 24/02/2016 - 16:40 - Signaler un abus @Benvoyons

    Vous avez amplement raison sur le lourd carcan administratif purement français ...

  • Par langue de pivert - 24/02/2016 - 17:36 - Signaler un abus Laissons faire la nature ! ☺

    La droite aura le candidat qu'elle mérite et les Français auront le président qu'ils méritent ! La preuve ils ont Hollande ! Et moi je m'arrangerai avec ça ! Toutes ces savantes analyses me saoulent ! La majorité de ceux qui ont voté pour le plouc pleurent misère et hurlent à la trahison...moi je n'ai pas voté pour lui et je vais bien merci ! ☺ Voir la France dans cet état me désole bien sûr, mais je me console en me disant que la majorité des Français a voulu ça !

  • Par de20 - 24/02/2016 - 22:34 - Signaler un abus Un visionnaire ....

    Un visionnaire ....

  • Par Liberte5 - 24/02/2016 - 22:41 - Signaler un abus Attendons les programmes des uns et des autres pour choisir.

    Les évènements qui déchirent la gauche vont laisser des traces profondes. Les candidats "les républicains " vont devoir revoir à la hausse les réformes à faire pour libérer l'économie du carcan qui l'étouffe. C'est sur ce terrain , ceux de l'immigration et de la sécurité que tout va se jouer. Ce ne sera pas l'un sans l'autre.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Garrigues

Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié l'Histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau Monde éditions, 2014), La République des hommes d'affaires 1870-1900 (Aubier, 1997), Le Général Boulanger (Perrin, 1999), Les Patrons et la politique. De Schneider à Seillière (Perrin, 2002) et La France de la Vème République (Armand Colin, 2009). Son dernier ouvrage " Chaban. L'ardent" (La Documentation française).  

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€