Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"En voulant supprimer le latin, on cherche à faire de nous des penseurs dociles, peut-être parce qu’on gouverne mieux des imbéciles."

Après la publication du décret de la réforme du collège et alors que la circulaire d’adaptation est encore en débat, plusieurs spécialistes reviennent sur ce que peuvent apporter l’étude du grec, du latin, du Moyen-Âge et des Lumières. Aujourd’hui, entretien avec Jean-Noël Robert, latiniste et historien de Rome.

Réforme des programmes

Publié le
"En voulant supprimer le latin, on cherche à faire de nous des penseurs dociles, peut-être parce qu’on gouverne mieux des imbéciles."

80% de notre vocabulaire vient du latin. Crédit Reuters

Atlantico : Pourquoi apprendre encore le Latin à l’ère du numérique ?

Jean-Noël Robert : La connaissance du latin, c’est tout simplement la connaissance de notre langue : 80% de notre vocabulaire vient du latin, notre grammaire est héritée du latin. Par conséquent, que nous le voulions ou non, nous parlons le latin. Souvent, je suis surpris de voir que même les personnes qui sont au sommet de l’Etat utilisent un vocabulaire approximatif.

On a parfois l’impression qu’ils ne connaissent pas le sens des mots. Ca crée un certain nombre de confusions. . Il y a pourtant du plaisir à savoir ce qu’on dit, à penser avec précision, outre que cela peut être utile… 

Le latin, par sa rigueur, par sa précision et par son histoire est un élément qui structure l’esprit. Je me rappelle avoir entendu le Pr Laurent Schwartz expliquer un jour que le latin était plus formateur pour l’esprit que les mathématiques. En nous obligeant à une distanciation entre le langage et la pensée, le latin nous offre la possibilité d’une expérience de la pensée autonome. C’est un élément essentiel, car sans cela nous allons avoir des petits perroquets qui répètent tout ce qu’on leur apprend mais restent muselés par une pensée unique. Et j’ai l’impression qu’en voulant supprimer le latin, en voulant empêcher ce moyen d’acquérir une pensée personnelle et critique, on cherche à faire de nous des penseurs dociles, peut-être parce qu’on gouverne mieux des imbéciles.

Apprendre une langue, vous l’avez dit, c’est adopter des structures de pensée. C’est aussi intégrer l’héritage d’une civilisation. Que devons-nous principalement aux Romains ?

Quels sont ceux qui ont uni sous leur loi les peuples du monde ancien en généralisant la pax romana jusqu’aux confins de l’empire ? Quels sont ceux qui ont façonné un modèle qui a permis à tous ces hommes de s’unir et de s’identifier ? Ce sont les Romains. Si on veut éviter l’émiettement des cultures qui forment la civilisation européenne, il faut se retrouver dans cette volonté d’être un tout, retrouver une culture signifiante qui étaie notre quête de communauté. On nous parle tous les jours de l’Europe. Rappelez-vous Kissinger disant : "l’Europe, quel numéro de téléphone ?" Eh bien l’Europe a un numéro de téléphone : c’est la ligne des Romains.

Le traité de Maastricht dit dans son article 8 : "Il est institué une citoyenneté de l’Union. Est citoyen de l’Union toute personne qui a la nationalité d’un Etat-membre. La citoyenneté de l’Union complète la citoyenneté nationale et ne la remplace pas." C’est-à-dire que comme à Rome où on était citoyen de Rome et de sa petit patrie, pour reprendre les mots de Cicéron, si on veut avoir des citoyens de l’Union, il faut avoir des gens qui ont leur originalité de langue et de pensée et en même temps qui puissent se comprendre et se sentir en communauté. Or le latin est la langue de la culture européenne, non pas une langue morte, mais une langue mère. Elle est notre substrat commun. Je ne porte là aucun jugement de valeur : elle n’est ni meilleure, ni moins bonne qu’une autre, mais c’est un fait.

Le latin serait donc un facteur d’intégration ?

Nous ne sommes que les maillons d’une chaîne, qui nous relie dans le temps et dans l’espace. Chaque nouvelle génération ajoute un maillon à cette chaîne. Elle ne la détruit pas, sans quoi elle n’existerait plus : elle s’accroche au précédent et ouvre les bras au suivant qui la poursuivra pour aller plus loin. Il n’y a que comme cela qu’on progressera. On ne progresse pas en tuant ses parents. Il en va de même pour la langue.

Et aujourd’hui, avec les migrations de populations, si on n’aide pas à accueillir et à intégrer ces populations pour renforcer l’Europe, on ira vers sa désintégration, avec intolérance, conflits, incompréhensions. La culture latine permet d’avoir une patine commune, quelque chose qui va nous rassembler, ce qui ne veut pas dire qu’on va renier les particularités de chacun, mais qu’on va essayer de leur donner une force commune pour aller de l’avant.

Et que répondez-vous à ceux qui disent qu’il s’agit d’un enseignement élitiste, inégalitaire ?

Le biologiste Jean Rostand, disait déjà il y a un siècle : "Nous sommes des individus et on veut faire de nous une collection de semblables". L’égalité ne réside pas dans le fait que nous soyons tous semblables, mais dans la reconnaissance de la valeur propre de chacun. Ce n’est pas parce que tout le monde ne peut pas faire telle ou telle chose, qu’on doit l’interdire aux autres : va-t-on interdire la cuisine parce qu’on trouve des gens qui ne savent pas faire cuire un œuf ? Ils ne savent pas faire cuire un œuf, mais ils savent faire autre chose. Le problème, c’est que ceux qui font ces réformes sont des gens qui sont d’abord motivés par une idéologie. Ils ne s’intéressent absolument pas à la diversité des talents. C’est ce qui fait qu’un certain nombre d’établissements se transforment en ghettos où les profs ne peuvent rien enseigner parce que leur enseignement n’est pas adapté. Ce dont des procédés suicidaires, destructeurs. C’est d’un mépris pour les capacités de la jeunesse que je trouve ahurissant.

Le département où le latin s’est le plus développé ces dix dernières années est d’ailleurs la Seine-Saint-Denis…

Oui, le latin, dans les banlieues, pour les jeunes qui se battaient avec le français et avaient moins de facilités à cause de leur contexte familial par rapport aux fils de bourgeois, était un moyen de se valoriser, car devant lui, tout le monde était à égalité. Cela a permis à beaucoup d’entre eux de prendre confiance, de prendre conscience de leur valeur. Alors qu’on ne vienne pas nous dire que c’est pour l’élite. C’est maintenant, avec cette réforme, que ça le sera, parce que le latin ne sera plus enseigné que dans les écoles privées et seuls ceux qui auront de l’argent pourront en faire bénéficier leurs enfants.

Entretien réalisé par Pauline de Préval

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 01/06/2015 - 10:08 - Signaler un abus excellent, tout à fait ça !!

    Plus les bribes d'information données par ci par là. Qui a le temps d'aller s'informer plus amplement... Pas tout le monde. Le petit peuple qui travaille, non, pas le temps d'aller creuser l'info.. les zélites qui nous gouvernent le savent bien... le peuple serait il imbécile ???? Le peuple sait très bien qu'il est méprisé. Le retour de baton n'en sera que plus dur....

  • Par Phlt1 - 01/06/2015 - 10:46 - Signaler un abus Et ça continue...

    Il faut comprendre que la volonté délibérée des Gauchistes est réelle dans le but d'abrutir les enfants, les ados et les adultes. C'est une stratégie issue de la pensée trotskyste, les trotskystes étant aux postes clés de l'éducation nationale depuis Mitterrand. Rien de tout cela n'est un leurre, mais bien une réalité, soigneusement réfléchie et appliquée par les bons petits soldats gauchistes de l'éducation nationale. C'est un scandale au dessus de tous les autres scandales et dont personne ne parle. Avec un seul but: qu'une nomenklatura conserve le pouvoir. Le degré de cynisme nécessaire à l'accomplissement d'une telle tâche est effrayant. Sur le fond, il n'y a aucune différence entre l'état socialiste et Daesh qui abruti ses enfants dans des écoles coraniques.

  • Par vangog - 01/06/2015 - 10:54 - Signaler un abus "Vae victis Ripoublicis!" au Pontet, 60% des vrais Républicains

    votent pour Joris Hebrard, représentant victorieux une seconde fois du Front National. Les RipoublicainS sont défaits, dès le début...ça promet pour la suite...non, les Français ne sont pas des imbéciles, contrairement à ce que croient les gauchistes!

  • Par ccourouve - 01/06/2015 - 15:19 - Signaler un abus Les maths aussi

    C'était déjà le cas lorsqu'on évacua la plupart des démonstrations et l'esprit de raisonnement de l'enseignement des mathématiques.

  • Par Anouman - 01/06/2015 - 19:20 - Signaler un abus Penseurs dociles?

    Que certains, par goût, aient envie de faire du latin, ou du grec mérite de maintenir certaines options. Maintenant affirmer que parce qu'on fait du latin on ne sera pas un "penseur docile" (expression étonnante car celui qui pense n'est en général pas très docile) est quand même très excessif. Pas besoin du latin pour comprendre le Français, et celui qui n'est pas capable d'apprendre le Français ne saura pas plus apprendre le Latin. D'ailleurs beaucoup se passent de réfléchir car ils aiment se retrouver dans une majorité (même relative). Et quand on fait partie d'une majorité on est quasiment certains d'avaler autant de couleuvres que l'on en est capable, chose impossible sans mettre au placard son esprit critique. Je ne vois aucun conflit entre le fait d'être latiniste et le fait d'être incapable d'avoir une idée sortant des conventions.

  • Par jurgio - 01/06/2015 - 23:55 - Signaler un abus Les penseurs indociles nous apprenent toujours la même chose

    : que nous pensons mal car nous ne pensons pas comme eux, alors que nous ne demandons qu'à être éclairés. L'indocilité n'est pas une qualité intrinsèque de la pensée mais plutôt une fuite en avant, très prisée aujourd'hui, par l'incapacité de se tenir en place pour méditer. Un Lorrain me disait naguère que le dialecte de la région frontalière est du prussien qui avait perdu ses déclinaisons. Le français est du latin qui les a beaucoup perdues aussi. La place des mots est essentielle. Ce que nous apprend cette langue est une gymnastique de l'esprit et la justesse de l'expression, tant espérée dans une société qui ne sait plus ni parler ni écrire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Noël Robert

Jean-Noël Robert est latiniste et historien de Rome. Auteur de nombreux livres sur l’antiquité romaine, dont Pompéi, De Rome à la Chine et Les plaisirs romains, il est aussi directeur de collections aux Belles Lettres. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€