Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emmanuel Todd : "La question du racisme doit être posée sans illusion mais le discours qui vise à dire que le vote Trump est le vote des petits blancs racistes n'est pas seulement absurde, c'est juste le contraire"

Emmanuel Todd revient pour Atlantico sur l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis.

Entretien

Publié le - Mis à jour le 18 Novembre 2016
Emmanuel Todd : "La question du racisme doit être posée sans illusion mais le discours qui vise à dire que le vote Trump est le vote des petits blancs racistes n'est pas seulement absurde, c'est juste le contraire"

Atlantico : Après le Brexit de juin dernier, c'est au tour du peuple américain de faire, avec l'élection de Donald Trump, un choix impensable. Lors d'une conférence faite à l’Audencia Business school de Nantes la veille de cette l'élection, vous n'en aviez pas du tout écarté l'hypothèse. Pourquoi ?

Emmanuel Todd : Cette conférence sur la crise de la globalisation et de la société américaine peut effectivement servir aujourd'hui à expliquer la victoire de Donald Trump. Mais je ne me suis pas mis en opposition pour le plaisir et j'essaye maintenant de comprendre pourquoi, comment j’ai résisté à la pression de l’école de l’impensable. Ce n’est pas du tout évident. Le modèle que j’utilise d’habitude ne fonctionne pas ici. J’ai consacré l’essentiel de ma vie de chercheur à dire qu’il fallait chercher les déterminants de la vie politique et idéologique au-delà de l’économie : dans les structures familiales, les valeurs religieuses, les stratifications éducatives.

Mais cette approche m’aurait amené à conclure que la société américaine pouvait supporter à l'infini le néolibéralisme, l’hyperindividualisme, la montée des inégalités, la stagnation ou même la baisse du revenu médian des ménages. La famille nucléaire anglo-saxonne est individualiste, libérale, mais pas du tout égalitaire. Le protestantisme des sectes, avec ses élus et ses damnés, est inégalitaire. La nouvelle stratification éducative en supérieurs, secondaires et primaires a rajouté une couche d’inégalitarisme à la société américaine. Il était donc possible d'imaginer (comme l’ont fait Hillary Clinton et la presse de l’establishment) que tout allait continuer. Le monde anglo-américain aurait engendré le néo-libéralisme parce que, pour le meilleur et pour le pire, il lui convenait. La résistance à la globalisation ne pouvait être qu’ailleurs, dans des pays attachés à l'égalité, comme la France, à l’intégration collective comme l’Allemagne ou le Japon, ou aux deux comme la Russie.

Je crois que c’est l’augmentation de la mortalité des Américains blancs de 45 à 54 ans entre 1999 et 2013 qui m’a fait craquer. La mortalité a un peu baissé pour les Blancs qui avaient fait des études supérieures complètes, elle a stagné pour ceux qui avaient fait des études supérieures incomplètes, elle a augmenté en-dessous de ce seuil, entraînant l’élévation du taux global. Nous en sommes au point où le groupe majoritaire, les Blancs, représentant 72% du corps électoral, est tellement en souffrance que sa mortalité augmente. Les causes de cette augmentation ne sont pas "naturelles" : il s'agit de suicides, d'alcool, de drogue, d’empoisonnements médicamenteux. A l’instinct je me suis dit : à ce stade, le système idéologique néo-libéral peut craquer. Cet indicateur est vraiment le signe que la globalisation économique a fini par conduire à une insécurité individuelle et sociale insupportable même en pays anglo-saxon. Les sondages "sortie des urnes" ont bien montré qu’au fond, la principale motivation du vote Trump était la volonté de changement. Tout sauf ce que représente Clinton.

Au fond, je suis revenu l’autre jour à la première intuition prospective de ma vie, antérieure à mon hypothèse et mes recherches sur la détermination des idéologies par les structures familiales. En 1976, j'avais prédit, à l’instinct, dans La Chute finale, l'effondrement du système soviétique, en me basant, fondamentalement, sur la hausse de la mortalité infantile russe entre 1970 et 1974. Je peux aujourd’hui boucler l’interprétation : la famille communautaire paysanne russe – égalitaire, autoritaire - a bien mené à l’idéologie communiste. Mais à un certain stade, l’absurdité économique et sociale du communisme est devenue telle que la Russie a fini par s’en débarrasser, par transcender sa propre détermination anthropologique. Il se passe aujourd’hui quelque chose du même ordre aux Etats-Unis. Une réalisation exagérée du potentiel idéologique individualiste et inégalitaire de la famille nucléaire absolue anglo-saxonne a mené l’Amérique dans une autre forme d’absurdité. La population finit par réagir et part dans une autre direction. Ce qui se passe en Amérique peut donc sans doute être mis en parallèle, en termes d'importance historique, avec ce qui s'est passé en Russie vers 1990. Dans les deux cas, un taux de mortalité avertit le chercheur. La démographie est tellement plus fiable que l’économie !

La chute du néo-libéralisme succède donc à celle du communisme. Le parallèle s’arrête ici j’espère. Le capitalisme est plastique, multiforme : il devrait permettre une reconstruction assez rapide de la nation américaine..

Vous envisagez le vote Trump comme une réaction démocratique égalitaire. Que faire de la dimension raciale du vote ? Le parti républicain est toujours un parti blanc. Les démocrates protègent les Noirs et les Hispaniques. On parle de Trump comme de l’élu des "petits blancs"

La lecture sociologique de cette élection s'est faite avant tout sur des critères d’éducation et de race. Mais il faut quand même regarder les thèmes électoraux. La campagne américaine a débuté par une double surprise, la montée en puissance de Bernie Sanders et celle de Donald Trump, qui avaient en commun la dénonciation du libre-échange. Sanders a échoué, mais Trump a réussi en s’émancipant idéologiquement du parti Républicain. Je vois bien en France et ailleurs tous ceux qui veulent penser que Trump n'appliquera pas son programme. Mais nous devons accepter de voir la tendance lourde de la société américaine, à gauche autant qu’à droite de l’échiquier idéologique. La véritable idéologie de l’Amérique c’est aujourd’hui ce que j'appelle la "globalisation fatigue". Et d'une certaine façon, le programme de Trump a déjà commencé à être appliqué sous Obama. Les États Unis sont le pays qui a pris le plus de mesures protectionnistes depuis la crise et les dépenses de reconstruction des infrastructures ont déjà débuté. Commençons donc par valider une dimension marxiste de l’interprétation. Et un choix économique.

Il est vrai que Donald Trump a fait ses meilleurs scores chez les non éduqués blancs, mais il reste le fait que Trump est aussi un phénomène de classe moyenne, et qu'il fait un peu mieux que Clinton dans l'électorat blanc éduqué. Les Noirs ont voté à 88% pour Clinton, avec pourtant un taux de participation plus faible que pour Obama. Mais les mouvements les plus importants, par rapport aux élections précédentes, ont bien eu lieu en fonction des niveaux de revenus. Alors que le parti républicain était le parti des riches, il se contente aujourd'hui de faire jeu égal avec le parti démocrate chez ceux qui gagnent plus de 200 000 dollars par an. Globalement certes, on a l'impression que le niveau économique n'est plus tellement déterminant. Mais c'est le résultat d'une mutation extraordinaire : beaucoup de riches ont fui le parti républicain. D'ailleurs, pendant la campagne, l'argent est allé vers le parti démocrate. Wall Street a voté Clinton. Tout comme les chanteurs et acteurs branchés perçus comme "de gauche", liberal au sens américain, mais qui sont quand même, au fond, des milliardaires qui bénéficient à leur manière de la globalisation.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 15/11/2016 - 08:08 - Signaler un abus Pensée de Todd

    Originale comme toujours . Page 3 !!!

  • Par Ganesha - 15/11/2016 - 08:13 - Signaler un abus La chute du néo-libéralisme

    Citation : ''La chute du néo-libéralisme succède donc à celle du communisme''. Et, en page 3, le bel Emmanuel nous dit que le programme économique des candidats à la primaire des Ripoublicains est aussi absurde que celui de Mitterrand en 1981! J'ai donc bien l'impression que ce brillant intellectuel va encore se faire copieusement insulter par tous les ''papys Mougeot'' d'Atlantico !

  • Par Lafayette 68 - 15/11/2016 - 09:21 - Signaler un abus pas mal

    Todd doit être lu avec intérêt et sa dernière phrase est hélas proche de la réalité en ce qui concerne la droite française.

  • Par ikaris - 15/11/2016 - 09:24 - Signaler un abus Todd le faux prophète frappe encore !

    La recette est toujours la même : il nous prend des statistiques, glane quelques paradoxes et c'est parti à fond les manettes sur de grandes et fumeuses envolées. Sa prédiction de la chute de l'URSS en était une qui a fini par se réaliser mais pour tout le reste (enthousiasme pour Obama, "hollandisme révolutionnaire") ça tombe à côté la plupart du temps. Au milieu de son gâteau rance on pourra savourer quelques pépites de chocolat. J'en note une : il ne considère pas (il ne le dit pas explicitement mais on le déduit) Mélenchon et son front de gauche comme un anti-système ... ce qui est ma fois fort vrai vu que c'est juste la voiture balais du PS.

  • Par Lafayette 68 - 15/11/2016 - 10:07 - Signaler un abus @ikaris

    pas fausse non plus votre critique. Todd "soutenait" Sanders mais celui-ci s'est vite rallié à Clinton la championne de Wall street , donc également une voiture- balai du parti démocrate ...

  • Par Deudeuche - 15/11/2016 - 10:17 - Signaler un abus Des élites qui préfèrent se faire couper la tête

    que prendre la tête du changement. Une vraie prise de tête! Todd a raison, les faits sont têtus. Le changement vient des parias en France! Lorsque les têtes tombent la vieille élite revient et reprend....la tête!

  • Par fanchette - 15/11/2016 - 10:38 - Signaler un abus très intéressant ....

    enfin une analyse dénuée d'affect qui pose bien les problèmes de l'évolution du monde en mettant en perspective les faits tels qu'ils sont et non pas par l'effet d'enfumage propagé par nos politiques et les médias accrochés à leurs prébendes .Les conséquences en sont prévisibles....

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 15/11/2016 - 10:38 - Signaler un abus Todd passe son temps à se faire des noeuds au cerveau........

    ...trois pages pour justifier son anticonformisme en trouvant un lien boiteux avec la mortalité. Ce n'était absolument pas nécessaire car tout le monde sait déjà......... que la mortalité est directement liée au déclassement social (pas besoin de TODD pour ça ! ). Sa théorie vaseuse revient à dire que si les jeunes ANGLAIS boivent 3 fois plus que les jeunes FRANCAIS.....et ont 2 fois moins d'accidents, il suffirait de faire boire nos jeunes un peu plus pour qu'il y ait moins de mortalité sur les routes. Notre grand sociologue urbain ne voulait pas se rendre à l'évidence, trop banale pour lui... les USA ne sont pas la France. L'économique étant totalement déconnecté du politique, le mouvement d'humeur des électeurs américains n'aura aucune incidence sur le business. Chez nous, par contre, avec une économie administrée de type socialiste, le(la) président(e) disposera aussi du pouvoir économique et c'est ce qu'on appelle le "National socialisme".

  • Par vangog - 15/11/2016 - 11:09 - Signaler un abus Affrontements brutaux??????

    et toujours les mêmes peurs irrationnelles de l'avenir, du changement...Emmanuel Todd commence bien, mais finit très mal! Il commence en remettant en cause ses vieux schémas de pensée de trente ans, et en reconnaissant que la société noire (à la différence de Todd, je dirais que toute la communauté américaine, quelle que soit sa race, y avait avantage...) avait plus d'avantages sur le long terme à voter Trump que Clinton...enfin quelqu'un qui a été sur le terrain, et s'est affranchi des vieux modèles trotskystes! Ça change...(effet Marine Le Pen?). Mais Emmanuel Todd n'a pas le courage d'aller au bout de son raisonnement...il a enfin compris que le protectionnisme intelligent (pratiqué par tous les pays archer-libéraux) associé à l'identité créatrice sont LA solution, mais refuse qu'elle soit portée par le Front National, seul parti qui s'oppose à la mondialisation dirigiste, depuis trente ans! C'est contradictoire, M. Todd. Vous voudriez qu'un parti émergeant de la droite traditionnelle applique les idées du Front National? Et ce parti participerait aux primaires de la droite, sélectionnant des candidats girouettes, consensuels, immigrationnistes et mondialisants...absurde, non?

  • Par C3H5.NO3.3 - 15/11/2016 - 11:23 - Signaler un abus todd se rattrape aux branches

    Nombreux ont été les sans voix a prédire l'ététage à venir, comme le contre temps des zélites françaises. Quant à considérer que les sieurs Juppé et consors sont libéraux parce qu.ils veulent supprimer une poifnee de fonctionnaires, ce n'est que la vision gauchiste du libéralisme, commune en France où l'on a totalement oublié Bastiat ou Turgot.

  • Par MIMINE 95 - 15/11/2016 - 11:28 - Signaler un abus CE SONT POURTANT CES MÊMES ELITES

    Qui font du FN "des parias d'extrême droite", l'insulte est bien plus commode que d'avoir à reconnaitre ses torts et bien moins fatigante qu'une argumentation basée sur des preuves est des explications et non sur des poncifs d'idées reçues sans corps.Mais, peut être, tout bêtement, ces arguments indiscuta cela est il impossible tout bêtement) S'il aiment se faire couper la tête, le peuple à qui on a déjà coupé la tête plusieurs fois depuis 1980,commencent à se fatiguer de ces sermons de curé , promettant l'enfer à toute "âme" libre.

  • Par MIMINE 95 - 15/11/2016 - 11:30 - Signaler un abus Erreur de manip, je reprends

    à la deuxième phrase :[ Mais , peut être, tout bêtement, ces arguments indiscutables sont ils impossibles à trouver.] s'il aiment se faire couper la tête ...

  • Par MIMINE 95 - 15/11/2016 - 11:36 - Signaler un abus CECI ETANT DIT

    L'analyse de Todd, loin de l'hystérie anti-Trump, est plutôt pertinente . Je n 'ai pas encore choisi mon candidat pour 2017, mais tous les petits paragraphes "finaux ", (dans les deux sens du terme), pourrait bien me faire glisser doucement vers ...."l'aventure".

  • Par JonSnow - 15/11/2016 - 17:56 - Signaler un abus Intéressant

    Todd est iconoclaste, assez inclassable. Son analyse ici recèle des éléments pertinents.

  • Par JeanR89 - 15/11/2016 - 19:13 - Signaler un abus RACISME ???

    Pourquoi parler de racisme alors que les races n'existent pas et taire la réalité de l'âgisme qui veut dire discriminations des personnes âgées et qui fait en France beaucoup plus de victimes que le "racisme" rabâché à longueur d'année ? Selon l'OMS, 1 personne âgée sur 10 est confrontée à la maltraitance chaque mois dans le monde !!! Jean Rapin, militant anti-âgisme indépendant depuis 1985.

  • Par Paul Emiste - 16/11/2016 - 06:53 - Signaler un abus Le sage a dit.

    "Les fascistes de demain s'appelleront eux-mêmes les antifascistes".

  • Par DANIEL74000 - 16/11/2016 - 07:05 - Signaler un abus LA FRANCE SERAIT ATTACHEE A L'EGALITE ?

    Est -il possible de rêver éveillé ? La France n'est-elle pas le pays des inégalités avec son statut public, ses régimes spéciaux, ses monopoles publics en déficit ses strates incontrôlables et corrompues, le privé bien que terrorisé qui réussi alors que le public croule sous les déficits comme France Télévision et tous les tenants de la pensée unique ENA, ENS, ENM & IUFM. Nul ne peut ignorer les causes, "un imbécile qui ne savait pas que c'était impossible va t'il "trumper" les citoyens assistés" Racisme ou sauvegarde ?

  • Par lasenorita - 16/11/2016 - 09:47 - Signaler un abus La ''bien-pensante'' de gauche!

    Pour les gauchistes ceux qui n'ont pas ''la pensée unique'' des socialopes sont des racistes, des fachos! Tous les électeurs américains qui ont voté Trump ne sont pas des racistes! Etre lucide et dire la vérité n'est pas une preuve de racisme..Fachisme et socialisme vont bien ensemble!.. les gauchistes doivent cesser de traiter de fachistes ceux qui ne pensent pas comme eux! moi, je pense que les Antifas sont des fachos.. les nazis étaient du parti du ''National-SOCIALISME''...

  • Par zouk - 16/11/2016 - 10:40 - Signaler un abus Trump, question raciale aux USA

    Une preuve de plus de l'étonnante capacité de notre "élite" à ne rien comprendre aux USA, Todd en tête.

  • Par Citoyen Ordinaire - 16/11/2016 - 14:22 - Signaler un abus Simplement

    Tout simplement, pourquoi des êtres humains aussi intelligents que ceux qui sont au pouvoir car la différence entre Hollande et ma Grand-Mère est difficile à trouver, continuerait de voter pour ceux qui leur mettent la tête sous l'eau ? Cette année mon salaire net a diminué pour la 3ème année de suite au 1er janvier, mes impôts ont pris 25%, et mes impôts locaux 20%.... Mais je dois être un sale fachiste, populiste, raciste, xénophobe et tous le blablablabla du moment....

  • Par lafronde - 16/11/2016 - 16:38 - Signaler un abus Classes populaires : les séduire ou les servir ?

    Toutes nos Société sont fondées sur le libre marché, l'entreprise, l'économie marchande. Ceux qui la pratique la connaisse. Des universitaires ou des curieux : journalistes ou politiques peuvent l'explorer. Toutes ces personnes ne forment pas une majorité démocratique. A l'école et en entreprise, le libre marché n'est pas souvent présenté sous son meilleur jour. Sans parler du secteur public ! Le politicien devra donc en France développer un discours d'Etat protecteur pour gagner les suffrages. Ensuite s'il veut vraiment servir les pauvres, il devra stimuler l'activité marchande, donc les entrepreneurs, ce qui se fait à base de moins d'Etat : moins de taxes, moins de réglementation. Cette rente politique pour l'étatisme, et ceux qui en vivent, est due à la mainmise de l'Etat sur l'Instruction et sur le Social. Justement c'est la mise en concurrence de l'Eduction national : par le chèque scolaire. et de la Sécurité sociale, par la liberté sociale, ou encore de Pôle Emplo par les agences d'intérim qui aideraient le mieux les moins qualifiés, les pauvres.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emmanuel Todd

Emmanuel Todd est un historien, anthropologue, démographe, sociologue et essayiste. Ingénieur de recherche à l'Institut national d'études démographiques (INED), il développe l'idée que les systèmes familiaux jouent un rôle déterminant dans l'histoire et la constitution des idéologies religieuses et politiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€