Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Philippe / Wauquiez : le match des deux droites dont aucune ne peut se permettre de reproduire l’erreur de Valls sur les gauches irréconciliables

L'Emission politique de ce 27 septembre était l'occasion d'une opposition entre Edouard Philippe et Laurent Wauquiez, anciens partenaires au sein des LR et aujourdhui divisés par le macronisme.

Débat politique

Publié le
Philippe / Wauquiez : le match des deux droites dont aucune ne peut se permettre de reproduire l’erreur de Valls sur les gauches irréconciliables

 Crédit GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Atlantico : Alors que Manuel Valls avait théorisé la notion de gauches irréconciliables pour en arriver à une désertion plus ou moins forcée de la politique française, en quoi l'enjeu pour la droite française, et pour les deux protagonistes, est d'éviter d'en arriver à une telle conclusion ?

 
Edouard Husson : Les Républicains en général, Laurent Wauquiez en particulier, doivent marquer une opposition sans compromission à Edouard Philippe - sous peine de disparaître. C’est une question politique: on est soit dans le gouvernement et la majorité parlementaire et présidentielle soit dans l’opposition. Il n’y a pas d’entre-deux. C’est d’autant plus vital pour la droite qu’une partie d’entre elle - des éléments de grande valeur- se sont ralliés à Macron. C’est pourquoi il n’y a pas le choix. Il faut réaffirmer une droite puissante; et il est donc nécessaire de marteler que Macron n’est pas de droite et gauche à la fois comme il l’a prétendu durant sa campagne mais fondamentalement, essentiellement, de gauche; c’est d’ailleurs ce que le Président ne cesse de marteler quand il se réclame du progressisme ou du libéralisme. 
 
La question suivante, c’est la ligne que devrait incarner l’opposition de droite.
Une partie d’entre elle aurait pu se rallier à Macron sur les idées et les projets mais n’a pas eu le courage d’Edouard Philippe. Si Laurent Wauquiez veut réussir dans son entreprise, il doit tenir compte à la fois de cette droite qui n’en est pas vraiment une et, d’autre part, de cette autre droite, exclue du jeu politique, qu’est le Rassemblement National - lui aussi un mouvement de droite même si Marine Le Pen s’est obstinée à poursuivre l’électorat de Jean-Luc Mélenchon pendant la camapgne présidentielle. A partir de là, Laurent Wauquiez - ou un autre - doit choisir entre plusieurs scénarios. Le premier, improbable, consisterait à tendre la main à la fois aux centristes et au Rassemblement National. Le second consisterait à rompre avec le centre crypto-macroniste et à choisir une stratégie d’union des droites, dans la lignée de Nicolas Dupont-Aignan entre les deux tours de la présidentielle; du point de vue des Républicains, ce scénario a l’inconvenient de rouvrir un espace au centre pour Macron au lieu de le pousser le plus possible vers la gauche. Le troisième scénario, inspiré de la stratégie de Nicolas Sarkozy en 2007, consiste à créer à droite un pôle d’idées et de militants suffisamment puissant pour attirer à la fois des centristes, des « républicains » et des « nationalistes ». Mais cela demande un changement radical de logiciel, une rupture avec l’histoire de la droite depuis 1974 qui aille beaucoup plus loin que la finalement timide parenthèse sarkozyste dans une séquence globale où la droite n’a quasiment plus jamais été de droite depuis la mort de Georges Pompidou.  
 

En quoi la droite aurait tout intérêt à conserver sa part d’ambiguïté, tout comme l'était la victoire mitterandienne de 1981, ou la cohabitation entre RPR et UDF au cours des dernières décennies ? Quelle est la condition permettant de faire vivre de façon constructive cette ambiguïté ?

Le gaullisme du Général ou le sarkozysme se sont construits sur des ambiguïtés. De Gaulle avait, en revenant au pouvoir en 1958, un soutien massif, des partisans de l’Algérie française aux centristes. Et le mouvement a pu survivre à l’abandon de l’Algérie et au refus gaullien de l’Europe fédérale: malgré des défections, De Gaulle a été largement réélu en 1965. L’éventail des forces rassemblées par Sarkozy était plus étroit au départ et il n’a pas survécu au quinquennat du président - à quelques centaines de milliers de voix près. En fait, Sarkozy n’a pas complètement tenu ce qu’il avait annoncé: la rupture, à droite. En particulier, son action sur le contrôle de l’immigration a été mitigée, malgré les déclarations; et la libéralisation des forces entrepreneuriales du pays n’a été que limitée. De Gaulle, lui, a résisté à l’usure du pouvoir, parce que sa rupture initiale était réelle: rupture constitutionnelle; rupture diplomatique et militaire, rupture avec les empires, y compris l’Empire français. C’est la réalité de la rupture de départ qui permet ensuite de cultiver des ambiguïtés. Giscard aussi a provoqué une rupture: mais elle allait à rebours de son intérêt: il a mis en oeuvre, concernant les moeurs, une politique de gauche, qui l’a empêché d’être réélu puisqu’une partie de l’électorat de droite s’est détournée de lui en 1981 à cause de la libéralisation de l’avortement; et, de même, sa rupture avec le gaullisme en faveur d’une Europe fédérale lui a coûté énormément de voix. De façon similaire, Chirac a bien failli ne jamais être élu président - ni réélu - car il est devenu giscardien après avoir fait battre Giscard; il a laissé le Front National s’installer à la place du gaullisme. Un leader de droite peut se permettre toutes les ambiguïtés qu’il désire pourvu que ce soit toujours des « ambiguïtés de droite »! 
 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 28/09/2018 - 08:44 - Signaler un abus La" start up nation"

    E Philippe n'a guère réussi à la défendre ! Wauquiez a été infiniment plus brillant et plus déterminé à remettre le pays en marche avant . Le En Marche macronien tourne à vide.

  • Par hermet - 28/09/2018 - 08:59 - Signaler un abus Y a plus k

    100% d'accord, Mr Husson faut se présenter alors vu qu'il y a personne à droite sur ce programme........pour en finir avec le RN il faut qu'un partie de droite "républicaine" s'allie avec Marion et là effectivement c'est un boulevard pour le pouvoir; même si les médias vont hurler à la mort ! mais aujourd'hui c'est presque un plus.

  • Par Ganesha - 28/09/2018 - 08:59 - Signaler un abus Raté !

    Mr. Husson nous fait donc un grand cours d'histoire et de géopolitique... pour cacher l'immense déception devant la prestation de Laurent Wauquiez hier soir sur France 2 ! Certes, ce petit politicien de seconde zone a fait de gros efforts pour nous convaincre qu'il haïssait les immigrants ! Surtout quand ces misérables partagent avec les français titulaires de la CMU, le privilège de recevoir des soins dentaires gratuits. Le magicien auvergnat nous a également proposé une immigration ''par cota'', sur le modèle canadien et australien... tout en faisant remarquer avec ironie au premier ministre que nos frontières géographiques n'étaient pas comparables ! Total : un beau zéro !

  • Par Ganesha - 28/09/2018 - 09:03 - Signaler un abus Marine Le Pen veut descendre de l'Europe en marche ?

    Après avoir perdu beaucoup de temps en bavardage inutile, mr. Wauquiez s'est vu offrir 30 secondes supplémentaires pour nous parler de l'Europe. En plein désarroi, il nous a sorti une ''grosse connerie'' : ''Marine Le Pen veut descendre de l'Europe en marche'', ce qui est à l'évidence, faux. Et il a évoqué une troisième voie'', qui, pour l'instant restera complètement mystérieuse !

  • Par Bobby Watson - 28/09/2018 - 09:07 - Signaler un abus Bravo, M Husson !

    Pour une fois, vous ne sombrez pas dans les approximations macroniennes. Votre définition du programme à venir de la Droite est claire et nette. La rage de Ganesha-Philippot , qui fait plaisir à voir, en est la preuve : seule une Droite sûre de ses sources gaulliennes et sans compromission avec l'ultra-libéralisme est à même d'incarner l’alternance. Puisse Wauquiez, excellent hier soir en face du pâle Philippe, en être l'incarnation désormais.

  • Par cloette - 28/09/2018 - 09:10 - Signaler un abus Pas du tout Ganesha

    Il a été bon, le problème pour lui est la mouvance Juppé Pecresse qui n'aspire qu'à rejoindre la politique toxique du sans frontière/ immigration de masse/ obéissance à Bruxelles et à ses lobbies/ haro sur l'identité française à dissoudre dans le grand magma etc ....Mais le temps était bien trop court pour que toutes les explications soient données.

  • Par assougoudrel - 28/09/2018 - 09:29 - Signaler un abus "Merci pour cette question"

    C'est tout ce dont Philippe a été capable de dire pour répondre aux question. Il était perdu, ne croyait pas en ce qu'il disait, tout comme Ganesha qui ne croit pas en ce qu'il dit (il est sourd et ne s'entend pas); un vrai "casque à boulon" que Atlantico a oublié de mettre dans la liste des intellectuels auto-proclamés pro migrants.

  • Par cloette - 28/09/2018 - 09:56 - Signaler un abus La PMA

    E Philippe était contre avant d'être ministre, mais voila le lobby bruxellois l'exige alors il est devenu pour . C'est qui celui qui n'a pas de conviction ? Les nouvelles lois sociétales viennent de Bruxelles, elles sont imposées, avec une propagande monstre, Hollande a été là pour les faire démarrer, Macron pour les poursuivre, et à moins d'être simplet, on comprend bien que ce n'est pas par amour pour l'infime minorité homosexuelle soi-disant souffrante . c'est pour bien autre chose, pas forcément ni généreux ni altruiste .

  • Par Loupdessteppes - 28/09/2018 - 09:58 - Signaler un abus La droite peut tout se permettre

    Au point ou elle en est, elle n'a plus rien à perdre. Le peuple est souverain dans une démocratie, le problème est que l'on l'a cocufié trop souvent et qu'il est versatile. Il perd confiance en des ,élites qui n'ens ont pas mais il n'a rien d'autre à proposer que la grogne et l'imprévu. Au grand dam des commentateurs politiques fonctionnarisés qui ont perdu le fil de l'Histoire...

  • Par Poussard Gérard - 28/09/2018 - 10:10 - Signaler un abus La girouette Philippe fut lamentable car il n'a aucune

    conviction à défendre juste faire plaisir a certains électeurs Pma, musulmans, lobbies financiers labos..) comme son maître le mignon..pour rester en poste jusqu'à la mairie de Paris qu'il vise.. Wauquiez excellent comme d'hab mais les journaleux complices du pouvoir rechignent à le reconnaître..on s'en fout aux européennes, il sera victorieux a condition de ne pas choisir des Barnier lamassoure, ou leonetti..trop ancien monde..

  • Par Citoyen-libre - 28/09/2018 - 10:27 - Signaler un abus J'ai un peu de mal à comprendre !

    Comment Macron pourrait-il être taxé "essentiellement et fondamentalement de gauche", alors qu'il a été recruté par le lobby Rothschild ? Ces gens là, ne sont dans aucune idéologie réservée au peuple (gauche-droite-centre), ils sont dans le pouvoir qu'offre l'argent, tout simplement. M. Husson nous décrit une droite idéalisée, porteuse d'espoirs, parce que conforme aux attentes de beaucoup de gens. Comme l'expliquait hier un excellent article, on ne voit pas le Medef et quelques autres, adhérer à de tels bouleversements, notamment dans l'immigration, source du profond malaise français. Je crains donc que Wauquiez se retrouve très vite face à toutes ces ambiguités, avec très peu de marge de manoeuvre, s'il devait accéder au pouvoir. Certes pour gagner les élection, les préconisations de M. Husson, sont excellentes.

  • Par Hitman - 28/09/2018 - 10:29 - Signaler un abus Certes

    Le travail est assez facile à entreprendre pour toutes les raisons qui sont exposées. Pour autant la droite que tout le monde attend est toujours très très loin de la mer. Après la parenthèse Sarkozy les chapeaux à plume sont retombés dans le chiraquisme de la pire espèce. La pire des réponses face à la gauche caviar qui règne depuis toujours et pour longtemps, par la division des droites.

  • Par Ganesha - 28/09/2018 - 11:02 - Signaler un abus Danger Mortel

    C'est un fait : il vous reste encore huit mois pour gazouiller, vasouiller, raconter des carabistouilles, ''battre la campagne'' ! Le rendez-vous sérieux, capital, ce sera en Juin 2019, avec la réponse à cette question : les 27 pays qui auront voté, auront-ils élu au Parlement Européen une majorité Souverainiste, fermement décidée à imposer un changement complet du système politique qui nous a amené à la situation actuelle : une impasse désespérante ! En démocratie, une majorité parlementaire se décide souvent par une différence de quelques sièges. C'est en cela, qu'un personnage aussi falot, un véritable leurre, comme Laurent Wauquiez, représente un danger mortel pour notre avenir !

  • Par cloette - 28/09/2018 - 11:13 - Signaler un abus Ganesha

    le BA BA d'un jeu si on veut gagner ,c'est de cacher le sien et de ne pas montrer ses cartes, Autour de la table il y a les quatre joueurs, LREM en face de son partenaire le représentant des bien-pensants, et Laurent Wauquiez en face de son partenaire masqué ( Marion ? ) .Qui va gagner le chelem ?

  • Par Beredan - 28/09/2018 - 11:36 - Signaler un abus Ouille !

    Le moins que l’on puisse constater , c’est que Landru était décontenancé et sur la défensive ... il se sussure que Choupinet 1er , énervé par la médiocrité de sa prestation , aurait violemment secoué son pupitre ...

  • Par Ganesha - 28/09/2018 - 11:50 - Signaler un abus 5%

    Dans les mois qui viennent, ce qui reste de ce parti agonisant ''Les Ripoux-Blicains'' est clairement en grand danger d'explosion ! Certains éléments rejoindront En Marche, d'autres ont déjà manifesté l'intention de rejoindre le rassemblement nationaliste-souverainiste qui pourrait être mené par Dupont-Aignan. Le danger, c'est qu'il reste aussi quelques ''scories'' regroupant les fans de Wauquiez, ou de Pécresse, Raffarin, Bertrand, ou encore Barnier ! Il existe une règle au Parlement Européen : les listes qui obtiennent moins de 5% des voix ne recoivent aucun siège. C'est tout le calcul des crapules actuellement au pouvoir : grâce à ces ''voix perdues'', la clique Macron-Juncker-Merkel pourra poursuivre son oeuvre maléfique !

  • Par Frangipanier123Paris - 28/09/2018 - 12:15 - Signaler un abus Deux sujets d'inégale importance !

    1/ Il est grand temps de "museler" ce "Ganesha" qui pollue vraiment le dialogue civilisé de vos autres commentateurs... Ce n'est même pas que l'on soit CONTRE SES IDEES (ah! si au moins il en avait ...) mais ce sont ses manières: inexistantes; son style: à faire pleurer; son empathie à l'égard des autres commentateurs: lilliputien. 2/ Plus important ! Wauquiez vs. Philippe = y'a pas photo ! En dépit de leur formation initiale commune: a- l'un aime la France, l'autre pas b- l'un est de droite, l'autre de centre-gauche c- l'un souhaite rendre la France aux Français, l'autre favorise immigration extra-communautaire et métissage d- l'un promeut l'Europe des Nations Libres et Responsables, l'autre souhaite une Europe "ventre mou" où tout l'monde il est beau, tout l'monde il est gentil et où les valeurs de l'Europe judéo-chrétienne sont bafouées à tout moment. Rappelons-nous enfin que pendant des années, E Philippe fut - et reste probablement ? - l'homme-lige d'Alain Juppé qui n'a d'autre conviction que de combattre les valeurs de droite: il l'a prouvé en faisant une alliance souterraine avec Macron BIEN AVANT LE PREMIER TOUR; Ph à Matignon fut sa récompense.

  • Par cloette - 28/09/2018 - 13:56 - Signaler un abus Il faut lire

    l'article de "télé loisirs"( journal hautement intellectuel et raffiné ) sur les deux débateurs Philippe et Wauquiez, c'est sidérant de mauvaise foi et on comprend que le "Système" a des relais , relais qui sont à l'image de la médiocrité ambiante !

  • Par lasenorita - 28/09/2018 - 14:07 - Signaler un abus Wauquiez a raison!

    quand il dit qu'il ne faut pas accueillir des migrants.Edouard Philippe lui a répondu que le droit maritime obligeait l'Aquarius à les secourir et à les déposer dans un port le plus proche. Wauquiez lui a répondu:''Ce navire était dans les eaux libyennes,donc le port le plus proche était en Libye''..j'ajouterai qu'il y a aussi des ports en Egypte,en Tunisie,en Algérie,au Maroc qui sont plus proches que les ports européens..La Convention de Genève dit qu'on ''est obligé de porter assistance à toute personne en détresse et qu'il ne faut pas refouler un réfugié dont la vie est menacée'' mais ces migrants se mettent nécessairement en situation de danger:les états européens ne sont PAS OBLIGES d'accueillir ces personnes sur leurs côtes!...80% des Français ne veulent pas des migrants http://www.lefigaro.fr/actualites/2018/09/25/01001-20180925QCMWWW00310-la-france-aurait-elle-du-accueillir-l-aquarius.php....les ONG font un appel d'air pour les clandestins!

  • Par cloette - 28/09/2018 - 14:50 - Signaler un abus stupéfiant

    des médias sont admiratifs ! les sondages font état de bonne audience . C'est donc que Philippe attire ..Or c'est en réalité le débat avec Wauquiez et non Philippe qui a attiré les spectateurs . Ces mêmes médias adressent moult louanges à Philippe . C'est là qu'on comprend qu'une propagande énorme a commencé en vue des prochaines élections , On est complètement manipulé !

  • Par ajm - 28/09/2018 - 17:04 - Signaler un abus Chantier immense nécessaire.

    En supposant que la droite ou les droites gagnent et même gagnent très largement, dans le contexte de vide intellectuel qui est leur lot présent, ce serait rapidement les désillusions et la défaite en rase campagne face à la coalition des médias, de Bruxelles et de sa commission, des juges Francais et Européens s'appuyant sur la multitude de traités ratifiés depuis des décennies par nos assemblées parlementaires successives, sans compter les directives de Bruxelles et la dernière interprétation constitutionnelle à la mode du CC et du CE. Il y aurait aussi les contraintes budgétaires et financieres, les réactions des marchés, la BCE etc...Pour refonder la France dans une Europe rénovée, un énorme travail préalable sur tous les sujets avec des objectifs bien clairs, la description précise des chemins à suivre et des moyens à déployer , en particulier les moyens constitutionnels et diplomatiques afin de redonner à la France sa pleine souveraineté sur les grands thèmes regaliens de la sécurité, des frontières et de l'immigration. C'est un travail immense dont je ne vois pas le debut d'une ébauche serieuse à ce jour chez LR et encore moins chez le RN .

  • Par pierre de robion - 28/09/2018 - 18:35 - Signaler un abus Audimat

    Je serai curieux de connaître l'évolution de la courbe de l'auimat une fois le face à face Philippe-Wauquiez terminé!

  • Par gerard JOURDAIN - 28/09/2018 - 21:28 - Signaler un abus arrêtons d'appeler cela des droites...

    à ce demander si les médias sortent de France..!! une droite, ce n'est pas ça. la France a inventé le communisme démocratique. on vote, oui et ensuite l'état gère tout. alors...SVP, parlons de communisme plus ou moins refermé sur lui même... pour une vrai droite , faudra aller voir ailleurs....

  • Par zen-gzr-28 - 29/09/2018 - 13:39 - Signaler un abus émission politique...

    Beaucoup ont peut-être fait comme moi...regarder cette chaîne à l'arrivée de Wauquiez.. C'est bien sûr Philippe qui en a profité en pourcentage.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est spécialiste d’histoire politique contemporaine, en particulier de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. Il est professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (Université de Cergy-Pontoise). Il a été membre du cabinet de Valérie Pécresse, avant d’être vice-chancelier des universités de Paris puis directeur général d’ESCP Europe et, enfin, vice-président de l’université Paris Sciences et Lettres. Il est membre du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€