Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ecarts de rémunérations hommes-femmes : ces facteurs d’explication que les statistiques internationales oublient de prendre en compte

Le dernier rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) révèle un déséquilibre salarial entre hommes et femmes sur un échantillon de 38 pays. La France ne fait pas exception, les hommes y gagnent 16 % de plus. Et la discrimination entre les sexes n'est de loin pas la seule explication.

Voeux pieux

Publié le
Ecarts de rémunérations hommes-femmes : ces facteurs d’explication que les statistiques internationales oublient de prendre en compte

Les écarts de rémunération entre hommes et femmes en Europe sont encore importants, selon le dernier rapport mondial de l'Organisation internationale du travail sur les salaires. Crédit Reuters

Atlantico : Les écarts de rémunération entre hommes et femmes en Europe sont encore importants, selon le dernier rapport mondial de l'Organisation internationale du travail sur les salaires (voir ici). En France, à temps plein les hommes gagnent 16% de plus que les femmes, selon les chiffres 2013 de l'Observatoire des inégalités (voir ici). Quels sont les facteurs qui expliquent qu'à niveau de qualification équivalent, hommes et femmes ne gagnent pas autant en moyenne ?

Cecilia García-Peñalosa : Deux facteurs expliquent cet écart. D’un côté, les femmes travaillent moins que les hommes, que ce soit à cause des arrêts de travail ou parce qu’elles ont un nombre d’heures de travail inférieur.

En 2012, le taux d’activité des femmes était de 67% contre 76% pour les hommes, et parmi les actives, 27% des femmes travaillaient à temps partiel contre 6% des hommes. Ces différences impliquent moins d’heures payées, mais aussi une pénalité due au fait que les postes à temps partiel ont un salaire horaire inferieur[1]. D’un autre côté, hommes et femmes travaillent dans des secteurs et postes différents. Les femmes sont surreprésentées dans des secteurs offrant des horaires souples et peu d’incertitude dans les progressions de carrière (services à la personne, secteur public, etc.) et qui se caractérisent par des rémunérations plus faibles que celles qu’on trouve ailleurs. Outre la ségrégation des femmes dans certains métiers, il existe une ségrégation verticale qui les confine en bas de l’échelle des carrières. Les hommes et les femmes ont des rythmes de promotion très différents qui contribuent à l’écart salarial et qui expliquent pourquoi il est bien plus important en fin qu’en début de carrière

L'OIT rappelle qu'une part de l'écart de rémunération entre hommes et femmes reste "inexpliquée" (9%, selon l'Observatoire des inégalités). Que faut-il entendre par là ? Cette part est-elle attribuable uniquement à la permanence de considérations sexistes plus ou moins avouées, ou d'autres pistes sont-elles envisageables ?

Comme nous venons de voir, l’écart de rémunération entre hommes et femmes est en grande partie dû aux différences entre les deux groupes en termes d’éducation, durée du travail, expérience et type d’emploi (catégorie CSP, fonction, secteur d’activité). La partie de l’écart qui ne peut pas être attribuée à des différences dans ces caractéristiques est appelée "inexpliquée". Une interprétation possible de la composante « inexpliquée » est la présence d’une discrimination à l’encontre des femmes, définie comme le fait de payer des salaires différents à deux individus avec les mêmes capacités et poste mais de sexes différents. Une telle interprétation n’est pas toujours légitime car les séries statistiques disponibles à niveau national ne mesurent pas toutes les caractéristiques productives des individus. Ainsi, la composante « inexpliquée » peut résulter du fait que nous n’observons pas toutes les caractéristiques du poste de travail. Pour un pays comme la France, une fois qu’on utilise des données suffisamment précises, la partie inexpliquée de l’écart salariale est presque inexistante, mais elle peut rester importante ailleurs, notamment pour les économies émergentes et en développement.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 08/12/2014 - 12:39 - Signaler un abus Caramba, encore raté.

    La cause de la disparité salariale homme-femmes est connue depuis longtemps et a beaucoup été énoncée dans la presse anglo-saxonne (celle qui n'est pas dans le déni de réalité franco-socialiste) : les hommes gagnent plus parce qu'ils jugent que c'est ce que les femmes (et en premier lieu la leur) attendent d'eux.

  • Par vangog - 08/12/2014 - 12:44 - Signaler un abus Les femmes sont globalement plus éduquées que les hommes,

    mais, globalement, moins payées...Un signe que "trop d'éducation tue l'éducation"? Et que les métiers réclamant plus d'initiative et de risque, et moins d'éducation sont plus l'apanage des hommes? Vouloir changer ce qui est le fond de la nature humaine ne servira à rien d'autre que d'accentuer le malheur des hommes et des femmes. Si on raisonne vraiment globalement, plutôt que s'arrêter, arbitrairement aux salaires, il y a un réel bonheur à effectuer le métier qu'on a librement choisi et pour lequel on a choisi, tout aussi librement, d'effectuer moins ou plus d'études abrutissantes...sauf en république égalitariste gauchiste, bien-sur!

  • Par kiki08 - 08/12/2014 - 13:43 - Signaler un abus les facteurs.

    toute ma vie , et dans tous les domaines , j'ai entendu parler des problèmes de facteurs , yan a mare, demain quant je voie le facteur , il vas prendre une raclée . a par ça ,ce problème de différence de salaire devrait être résolu depuis qu'on en parle .

  • Par bjorn borg - 08/12/2014 - 13:48 - Signaler un abus @kiki08

    Voilà une bonne idée, tuez donc ce con de facteur! Si non, je suis d'accord pour que l'on augmente le salaire des femmes de 20 % Avec la loi inepte sur la parité ce sera tout bénéfice pour l'Etat socialiste.

  • Par Anouman - 08/12/2014 - 19:23 - Signaler un abus Egalité

    "Pour un pays comme la France, une fois qu’on utilise des données suffisamment précises, la partie inexpliquée de l’écart salariale est presque inexistante" Même avec une faute à "salariale", il semblerait alors que certains s'agitent en vain chez nous.

  • Par winnie - 08/12/2014 - 22:21 - Signaler un abus Ca fait 30 ans,

    Que je travaille avec des femmes dans plusieurs entreprises et jamais il n y a eut un salaire pour homme et un autre pour femme.a qualification égale ,poste égal et ancienneté égale, le salaire est le même. C' est le temps de travail qui n'a est pas le même qui fait la différence. Donc si l' on écoute les féministes il faudrait augmenter le salaire des femmes qui sont a 25 heures pour qu'elles gagnent autant que ceux qui sont a 35 heures. C'est ça le socialisme

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Cecilia García-Peñalosa

Cecilia García-Peñalosa est directrice de recherche Cnrs à l’Ecole d’Economie d’Aix-Marseille (AMSE) et membre du Conseil d’Analyse Economique.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€