Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dans un champ de ruines politique et institutionnel, la France dégagiste installe LREM face à la France résignée

La projection est saisissante. Le demi-camembert symbolisant l'hémicycle de l'Assemblée Nationale, est monopolisé par La République en Marche qui est sur le point de gagner plus de quatre cent sièges dimanche prochain.

Législatives

Publié le
Dans un champ de ruines politique et institutionnel, la France dégagiste installe LREM face à la France résignée

Du jamais vu au Palais Bourbon : en 1993   lorsque la Droite avait (déjà) balayé le PS, elle était composée de deux groupes distincts, le  RPR et l'UDF. Cette fois, ce sera massif et monocolore,-du moins dans un  premier temps. Car la vague  République En Marche, certes annoncée, n'a pratiquement rien laissé sur son passage. Elle a laminé les socialistes et leurs alliés écologistes, comme c'était attendu. Ce qui l'était moins, c'était  qu'elle emporte avec la même violence des sortants de droite théoriquement bien installés, parachevant le mouvement entamé avec les primaires.

Ce travail  de dégagisme a été facilité par l'abstention massive des électeurs,(-plus de 50% ne se sont pas déplacés!), à savoir  les déçus de la présidentielle (FN et France Insoumise), et ceux qui considéraient que ce vote était inutile dans la mesure où le nouveau pouvoir installé s'était déjà mis au travail, et qu'il serait bien temps de contester (-dans la rue ?) le moment venu . Aujourd'hui on retrouve le  PS totalement décapité : le  premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, est éliminé, battu par Munir Mahjoubi, le secrétaire d'Etat chargé du numérique mais battu  également Guillaume Bachelay, le successeur de Laurent Fabius  au Grand Quevilly, fief socialiste historique .Sorti à Marseille Henri Jibrayel, qui en 2012 était le député socialiste le mieux élu de l'Assemblée Nationale. Si Manuel Valls arrive à se faire réélire dimanche prochain, ce sera sans l'étiquette du Parti dans lequel il milite depuis sa jeunesse. Autant dire que la déclaration de Jean-Christophe Cambadélis affirmant que " l’unanimisme est le terreau de l’aveuglement et le ferment des  tensions" a peu de chances d'être entendue actuellement.

Quant à la droite qui rêvait d'une cohabitation le soir de l'élection présidentielle, elle en est pour ses frais, et renvoyée à ses faiblesses structurelles. Le groupe L.R, qui avait résisté à la vague hollandiste en 2012  va subir une cure d'amaigrissement sévère à l'Assemblée. L.R. est attaqué dans tous ses bastions : Rhone Alpes, l' Alsace, le Var, et surtout à Paris et dans toute l'Ile de France . Dans la capitale, Sylvain Maillard, un proche d'Emmanuel Macron se paye même le luxe d'être élu au premier tour dans la première circonscription et dans le fief réputé imperdable du 16e arrondissement, le sortant Claude Goasguen est menacé par Valérie Boucaut-Delage, la candidate REM qui le devance de six points. Idem dans le 15e où le député-maire sortant Philippe Goujon a résumé la situation à la manière de Monsieur de la Palice : " Notre électorat ne s'est pas mobilisé, les électeurs de la droite et du centre n'ont pas assez compris que s'ils voulaient une véritable politique de droite, il fallait voter pour un représentant de la droite… Moi je représente cette droite"... Mais peut-être les électeurs en veulent ils  encore ? Lassés des oppositions systématiques, préfèreront-ils une Assemblée où l'opposition sera réduite à la portion congrue, condamnée à s'époumoner dans le vide pour contester le gouvernement ? Pour le moment cela semble être le cas .Dans la droite ligne de la présidentielle, les électeurs qui se sont déplacés ce dimanche pour apporter leur suffrages aux candidats d'En Marche, l'ont fait pour donner les moyens au gouvernement de mener sa politique. Sur les six ministres candidats, cinq sont assurés d'être élus ou réélus. Le choix de l'étiquette a primé sur celui des hommes et des femmes. Les électeurs  espèrent ne pas perdre au change car les élus qui cumulaient un mandat local avec un mandat parlementaire ont dans leur majorité choisi l'ancrage local. Mais que se passera-t-il dans cette future chambre introuvable dominée par le Parti présidentiel, où le Front National sera sous représenté, où le gouvernement n'aura même pas besoin des élus du Modem ou de LR  " constructifs" pour faire passer des réformes difficiles, et lorsque la Gauche, aujourd'hui à terre, va se réveiller ? Emmanuel Macron  va-t-il tirer les conséquences de cette sous et sur représentativité parlementaire en proposant une modification du mode de scrutin au pays ? C'est l'une des grandes questions que le chef de l'Etat doit se poser, tout en savourant sa victoire.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Totor Furibard - 12/06/2017 - 10:32 - Signaler un abus Mr Macron proposerait une modification du mode de scrutin ?

    C'est sûrement de l' humour. Mr Macron est un homme autoritaire issu de l'appareil technocratique de l'état, convaincu du bien-fondé de notre "dictature présidentielle" de 5em république. Il ne va certainement pas changé un situation qui lui donne une majorité absolue, et confortable de surcroît, avec en réalité à peine 1/5 de soutient de la population. Rappelons aussi la promesse annoncée d'utiliser le 49.3 pour couper court à tout débat parlementaire, alors même que l'issue d'un processus parlementaire normal serait forcément positif. Non Madame Hausser: Mr Macron ne va rien changer !

  • Par Ganesha - 12/06/2017 - 11:37 - Signaler un abus Grosse colère !

    En fait, le programme de Macron n'est pas aussi ''flou'' qu'on le répète partout : ce charmant belâtre a été mis en place par les quelques milliardaires qui possèdent les médias (magazines et télés privées). Sa mission : mettre en oeuvre un projet ultra-libéral établi par Attali et Minc ! Au profit de qui ? Quelques milliardaires, dont Pierre Bergé et quelques autres. Pierre Gattaz ? La bonne nouvelle, c'est que le projet concurrent, celui de François Fillon, était encore plus stupide et destructeur ! Mais il a heureusement été anéanti par l'exposition au grand jour de toutes les turpitudes de cette infecte fripouille ! Effectivement, les français vont réaliser assez rapidement ''qu'ils ont été menés en bateau''... et je pense qu'en se réveillant, ils vont ''piquer une grosse colère'' !

  • Par lafronde - 12/06/2017 - 13:08 - Signaler un abus 50 % d'abstention : grosse fatigue et démission citoyenne !

    Dans une République parlementaire, le scrutin le plus important est celui qui désigne la représentation nationale, détentrice du pouvoir de valider le gouvernement; Voter à l'élection Législative est le B.A. BA du citoyen, surtout s'il souhaite un changement radical. Les partis contestataires n'ont pas assez sensibilisé leurs électorats respectifs la persévérance nécessaire. Mais le système oligarchique alliance des intérêts au pouvoir et des medias complaisants aliène l'opinion publique en répendant la fable d'une "logique" de la Ve République, qui voudrait que l'Assemblée soit "cohérente" avec le gouvernent, que les citoyens "donne sa chance au Président de mener à bien son projet". triple aliénation institutionnelle, politique et mediatique ! Etes-vous certain que ce "projet" soit le bon ? La Société multi-culturelle, vous êtes pour ? Le Progressisme qui est l'idéologie qui la rendra obligatoire, vous êtes pour ? Les impôts pour financer ce "projet de Société", vous êtes pour ? D'ailleurs est-ce que notre Société doit être libre et défendre sa Liberté, ou bien doit-elle faire l'objet d'un "projet de Société" ? "Tout dans l'Etat, rien contre ni hors de l'Etat." Benito Mussolini

  • Par Ganesha - 12/06/2017 - 13:26 - Signaler un abus Solution américaine, ou autre ?

    Élire un parlement juste après les élections présidentielles est utile, quasiment indispensable, si il y a une alternance. Trump a eu la chance d'hériter d'un parlement républicain. Hillary Clinton se serait heurtée à un parlement hostile. Par contre, l'avantage des élections ''mid-term'' des Américains c'est de pouvoir freiner un président dont on n'est pas satisfait. La solution serait donc des législatives tous les deux ans et demi en France (tous les 2 ans aux Usa) Autres propositions : le recours au référendum (Marine Le Pen) ou la possibilité de ''Révocation'' de Mélenchon.

  • Par Citoyen Ordinaire - 12/06/2017 - 17:15 - Signaler un abus Analyse différente

    Avec 50% d'abstention, les français n'ont surtout pas donné sa chance à Macron, lol. Ils savent qui il est et pour qui il roule malgré les cajoleries médiatiques pitoyables à n'en plus finir....On se croirait en ex URSS....Les Français ont montré leur totale opposition à un système représentatif qui ne représente personne en l'absence totale de proportionnelle d'un part et du fait que les députés ne représentent pas vraiment les français puisqu'ils votent depuis des années des lois allant contre leurs intérêts....Et enfin, les français ont peut-être compris que les députés ne servent à rien puisque toutes les orientations législatives sont décidées par la dictature de l'UE et ses commissaires et nous ne faisons que faire semblant de légiférer en recopiant leurs demandes cf...loi Sapin Macron El Kormi etc... Un grand Ras le bol de la dictature Européenne et de l'absence totale de démocratie. Un parti faisant 10% de voix aura peut-être 10 députés et un qui fait 30% en aura 400 ? Et vous osez parler de démocratie ? Macron ou le vieux monde qui agrippe encore à ses privilèges et son pouvoir et qui tente de résister avec un festival de recyclage mélange de crevards et de lobbyistes.

  • Par fanfoué - 12/06/2017 - 17:50 - Signaler un abus Et bien moi ça me va !

    Et oui, bande de "râleurs professionnels" qui connaissez tout sur tout, moi ça me va ce résultat;. Non que je crois encore au père noël ou en "saint Emmanuel" mais il est logique de lui donner les moyens de gouverner; le temps du jugement viendra après, si les résultats ne sont pas là. En tout cas je suis heureux de voir disparaître des partis antédiluviens et corrompus comme le PS.

  • Par gerint - 12/06/2017 - 19:27 - Signaler un abus @fanfoué

    Il y a des "pourritures" dans le nouveau pouvoir: Bayrou, Ferrand, Sarnez, et sans d'autres d'autres qu'on ne connaît pas car la vie civile n'est pas en elle-même un gage d'honnêteté. Et en plus plus de 400 députés dont la plupart sont totalement incompétents pour obtenir des votes de godillots cela coûte très cher.

  • Par Orchidee31 - 13/06/2017 - 00:29 - Signaler un abus Gerint

    D'accord avec vous - qui disait déjà que "les français sont des veaux" ? Donner la majorité absolue : pas de contre-pouvoirs, pas d'opposition, pas de débat - quand aux nouveaux godillots ils vont tout voter comme un seul homme sans réfléchir car ils vont lui être redevables... d'être là ...Alors c'est ça la démocratie ? permettez-moi d'en douter ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€