Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 26 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment le socialisme est devenu un club d’indignés de salon

Zohra Bitan, ancienne porte-parole de Manuel Valls, fait ses adieux à une certaine gauche, dont elle juge l'action dans les banlieues inefficace et teintée d'hypocrisie. Interview à propos de son livre "Cette gauche qui nous désintègre".

Déconnectés

Publié le
Comment le socialisme est devenu un club d’indignés de salon

Atlantico Vous dénoncez dans votre dernier ouvrage une gauche de plus en plus phagocytée par "les jeunes loups arrogants de Terra Nova. Un fait qui vous a notamment amené a quitter le Parti Socialiste en 2011. Quel a été le déclencheur ?

C’est un long chemin que j’ai effectué à l’intérieur du PS. Ma connaissance des banlieues et des cités m’a permis de voir que leurs politiques publiques mises en œuvre par les socialistes ne produisaient finalement que très peu d’intégration sociale.

Cette dernière est le fait d’associations ou d’individus, mais très rarement du Parti socialiste. J’ai toujours trouvé violents l’assistanat, la compassion et le paternalisme du PS, qui rendent inexistante la méritocratie. Je ne pouvais décemment pas garder cela pour moi, voilà pourquoi j’ai écrit ce livre.

A lire également : Cette gauche qui nous désintègre : les imposteurs de l’indignation face au racisme

J’ai pour coutume de dire que des émeutes de 2005 à aujourd’hui, il y a seulement le Jihad. On peut faire le bilan qu’on veut, mais aujourd’hui la minorité agissante pourrit la vie d’une majorité silencieuse. Les banlieues sont donc punies de partout : par un PS qui n’a jamais eu vocation à les intégrer, par les Français qui pensent qu’elles ne sont composées que de  racailles, par un apartheid social où la mixité n’a jamais eu lieu, par la crise, le chômage, la discrimination et le racisme. Tant qu’on ne dira pas la vérité sur ce qui ne va pas, la majorité ne pourra pas être protégée.

Le livre aborde aussi une dimension "sociologique" en commentant l'arrivée des "indignés de salon" portant des "pulls en cachemire" au sein du Parti. Peut-on parler "d'embourgeoisement" au PS aujourd'hui ?

Non seulement ils se sont embourgeoisés, mais en plus ils le nient. Les classes sociales ne sont pas un problème en soi, on peut tout à fait être bourgeois et humaniste. Sauf que ces personnes n’assument pas ce qu’ils sont et ce qu’ils font. La colonne vertébrale du Parti socialiste s’appelle hypocrisie. Ni Putes ni soumises n’est pourtant plus à la mode dans les banlieues, aujourd’hui elle est aux jupes pour les garçons ! Et quand on se prononce contre ce genre d’initiative, on est taxe de "facho". Il faut arrêter de donner des leçons aux personnes militantes qui vivent en banlieue, qui elles, savent de quoi elles parlent, et qui ont réellement envie que les gens vivent ensemble. L’argument consistant à dire que si l’on est contre la journée de la jupe, cela veut dire qu’on est contre l’égalité hommes-femmes, n’est pas recevable. Que ces personnes fassent alors preuve de courage et aillent passer la journée de la jupe en banlieue ! Cette initiative n’a rien d’utile dans un établissement sans histoires.

Peut-on dire qu'une bonne partie des Français issus de l'immigration ont intégré ce changement à gauche ?

 

Si vous saviez le nombre de Français de ma génération issus de l’immigration et qui m’envoient des mails pour me dire qu’ils sont contents de ce livre, qu’ils le cautionnent ! Sans même l’avoir lu, "Cette gauche qui nous désintègre" est pour eux une bénédiction en soi !

Le décalage s’est clairement traduit aux municipales. Le président est allée à Villiers-le-Bel, certes, mais pour parler aux jeunes, et non aux parents : quand leur parlera-t-on, à eux ? Ces derniers sont exonérés de tout, ils n’existent pas, alors qu’en réalité c’est leur responsabilité qui vient en premier, ce n’est tout de même pas l’Etat qui, tout seul,  va prendre à sa charge l’éducation des enfants. C’est pourquoi je dis que c’est fini : les socialistes ont perdu les banlieues.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par sandhom - 17/05/2014 - 12:09 - Signaler un abus @Zohra Bitan

    Excellent : vous résumez en quelques mots les maux qui déchirent le pays sur ces questions sensibles. Fasse que votre message et votre vision se diffusent, enfin.

  • Par vangog - 17/05/2014 - 13:14 - Signaler un abus "les Socialistes ont perdu les banlieues"...

    Pourquoi? Les banlieues leur appartenaient-elles? Aucun territoire de la France n'est la chasse gardée d'aucun parti, il faut que les politiciens français archaiques appréhendent cette nouvelle donne et perdent leurs vieux mécanismes de pensée conre productive, PS comme UMP, comme UDI, comme écolo-réactionnaires, comme ultra-gauche...

  • Par Deudeuche - 17/05/2014 - 16:21 - Signaler un abus Mme Bitan merci !

    Résistance contre la domination Terra Novesque !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 17/05/2014 - 19:38 - Signaler un abus Mieux vaut tard.........

    Les réflexions sont très pertinentes, et donnent envie de lire le livre. Une petite remarque cependant, comment une femme notoirement intelligente a pu attendre 22 ans avant de se décider à quitter ce parti de "bobos". Mieux vaut tard que jamais .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Zohra Bitan

Membre fondatrice de La Transition, Zohra Bitan est cadre de la fonction publique territoriale depuis 1989, ancienne conseillère municipale PS de l'opposition àThiais (94), et était porte-parole de Manuel Valls pendant la primaire socialiste de 2011. Militante associative (lutte contre la misère intellectuelle et Éducation), elle est l'auteur de Cette gauche qui nous désintègre, Editions François Bourin, 2014.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€