Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Christiane Taubira, la garde des Sceaux qui avait abandonné la gestion du ministère de la Justice

Son bilan se résume à deux lois et un projet de loi : celle du "Mariage pour tous", celle concernant la contrainte pénale ; et un projet de loi pour réformer la justice des mineurs. Pour le reste, c'était du verbe, une certaine arrogance, un mépris de l'adversaire…

Bloquages multiples

Publié le
Christiane Taubira, la garde des Sceaux qui avait abandonné la gestion du ministère de la Justice

Atlantico : Pouvez-vous nous donner des exemples concrets de décisions qui n'ont pas été prises en raison des problèmes d'organisation et des tensions au sein de la Chancellerie?

Philippe Bilger : D'abord je n'étais pas un familier de la Chancellerie, mais j'ai lu comme tout le monde qu'elle était très mal organisée, débordée par l'organisation qu'elle avait elle-même mise en place, et que beaucoup de directeurs de cabinet sont partis.

On a aussi entendu dire que la ministre mettait un temps fou à signer les documents. Elle n'était objectivement pas une gestionnaire remarquable. Sur ce plan-là, la Chancellerie n'a sans doute pas donné une bonne image de la justice.

Je constate qu'au bout de quatre ans, l'icône incarnée par Christiane Taubira, qu'on ne cesse de vanter, était largement ébréchée puisque la droite comme la gauche, bien que pour des motifs différents, étaient ouvertement hostiles à sa politique - ou à son absence de politique. Et ce aussi bien sur le plan pénitencier que sur le plan du fonctionnement et des moyens des juridictions, que sur le plan de sa propre politique.

Son bilan se résume à deux lois et un projet de loi : celle du "Mariage pour tous", et celle concernant la contrainte pénale ; et un projet de loi pour réformer la justice des mineurs qu'elle ne pourra pas assumer à moins qu'elle ne soit présentée au Parlement. Pour le reste, c'était du verbe, une certaine arrogance, un mépris de l'adversaire… Je note que depuis l'annonce de son départ, ni ses adversaires, ni ses soutiens n'évoquent le bilan de Christiane Taubira, comme si son activité de ministre avait été réduite à presque rien. On parle beaucoup de sa personnalité, de sa capacité et de son aptitude orale, des rapports de force au sein du gouvernement, mais personne n'a défendu son bilan ou parler du bilan lui-même. Tout le monde à l'air de s'accorder sur le fait que cette ministre de la Justice, dans le registre qu'on lui a donné, a été inconsistante : rien de substantiel n'ayant été fait. 

Cette mauvaise organisation de la Chancellerie a sans doute rendu encore plus perverse une politique pénale réduite à presque rien à cause d'un dogmatisme et d'une vision doctrinaire. Cette vision a écarté  le peuple réel au bénéfice d'un peuple fantasmé qui avait les grands avantages de s'accorder avec l'image que s'en faisait Christiane Taubira. Mais il est clair qu'un ministre qui n'est pas capable de gérer un ministère est rarement lui-même un bon ministre. 

Quelles étaient les relations de Christiane Taubira avec ses directeurs de cabinet ?

Si on les compte bien, elle en a eu quatre. A l'évidence, elle n'était pas un ministre facile, et les directeurs de cabinet avaient du mal à travailler avec elle. Il n'est pas tout à fait normal que dans un ministère régalien, avec un ministre digne de ce nom, les directeurs de cabinet ne sont bien sûr pas affectés à ces postes à perpétuité, mais tout de même ils circulent moins rapidement que ceux de Christiane Taubira ne l'ont fait. Et je crois savoir que le premier, un directeur de cabinet tout à fait remarquable, Christian Vigouroux a laissé dire par la suite que c'était un enfer… Il n'y a pas non plus de mystère dans le fait que dans une Chancellerie en état de déconfiture sur le plan de la gestion, avec la ministre qu'elle était, que des directeurs de cabinet ont du s'exaspérer à cause de leur impuissance à mettre un peu d'ordre et de cohérence dans un univers dont elle était la seule maîtresse…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jean-Benoist - 28/01/2016 - 16:18 - Signaler un abus Inconsistante

    voilà qui résume bien le personnage apte à nous abreuver de mots mais incapables de défendre la veuve et l'orphelin. Elle savait avec son verbiage trouver des excuses aux délinquants mais a traité le million de français dans la rue opposé au mariage pour tous par le mépris. Elle a même embastillé des veilleurs (non violents) Une honte

  • Par tubixray - 28/01/2016 - 18:01 - Signaler un abus En conclusion

    Elle était aussi nuisible à la chancellerie que pour la sécurité des honnêtes citoyens français .... Hollande l'avait nommé, il devra en rendre compte.

  • Par Texas - 28/01/2016 - 21:29 - Signaler un abus Si les Cubains...

    ...en veulent bien , ce sera avec un plaisir non dissimulé !

  • Par vangog - 28/01/2016 - 22:40 - Signaler un abus "C'était un enfer"

    Pas seulement pour les directeurs de cabinets...pour nous aussi, les sans-dents!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Bilger

Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de " la France en miettes" aux éditions Fayard. Il est également l'auteur de "Ordre et Désordre" (Editions Le Passeur, avril 2015).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€