Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 14 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le porte-avions chinois
est-il à craindre ?

La Chine vient de mettre à l'eau son premier porte-avions, le Shi Lang. Acheté à bon prix aux Ukrainiens, il semble être loin du niveau technologique atteint dans ce domaine par les Américains ou les Français. Cependant, l'empire du Milieu avance à grand pas. Est-il en passe de devenir la première puissance maritime mondiale ? Éléments de réponse avec Bernard Prézelin, auteur du célèbre almanach spécialisé "Flottes de combat".

A l'eau !

Publié le

Atlantico : Comment expliquer qu’un bâtiment construit en Ukraine dans les années 80 soit devenu le premier porte-avions chinois ?

Bernard Prézelin : L’historique de ce bâtiment est plutôt original. Il a effectivement été construit en Ukraine. Il avait été commandé par la marine soviétique de l’époque. C’était le "sistership" du porte-avions russe Amiral Kouznetsov. Il a été mis sur cale à Nikolaïev, en Ukraine. Lors de l’effondrement de l’empire soviétique, l’Ukraine a acquis son indépendance et avec cela des notions capitalistiques. Ils ont annoncé à la marine russe qu’ils ne livreraient ce bâtiment, initialement appelé Riga mais rebaptisé Varyag, que si les Russes assuraient de payer la facture du chantier.

La marine russe étant incapable de financer ce bâtiment, Il a été mis en vente sur le marché international. Moscou s’y est formellement opposé et a tenté de conclure un accord selon lequel la marine ukrainienne pouvait conserver gratuitement un croiseur lance-missile qui était en achèvement dans ses chantiers à condition qu’elle ne cède pas le fameux Varyag. Les Russes auraient acheté le bâtiment, une fois les caisses renflouées. Voyant qu’ils ne pourraient jamais payer, les chantiers ukrainiens ont décliné l’offre et mis en vente le bâtiment.

Il a été acheté en juin 2000 par un sombre homme d’affaire chinois, de Hongkong,  qui prévoyait de le transformer en casino flottant à destination de Macao. Après moult péripéties, notamment au passage du détroit turc et au Canal de Suez, le bateau arrive enfin en Chine en mars 2002. Il n’est pas allé à Hongkong comme initialement prévu, mais à Dalian, au nord de la Chine, où se trouve un important chantier naval civil et militaire. Après de nombreuses études règlementaires, les travaux commencent dans le plus grand secret en 2005. 6 ans après, il est mis à l’eau.

Pourquoi les Chinois ont-ils dû acheter leur porte-avions en Ukraine ? Ne sont-ils pas capables d’en construire un ?

C’est une question de technologie. Dans le domaine commercial, les Chinois savent construire des minéraliers, des porte-conteneurs, des pétroliers, que des bâtiments sans grande valeur ajoutée. Ils commencent à maîtriser les méthaniers mais ne savent toujours pas faire de paquebot. En ce qui concerne les bâtiments de guerre, ils ne peuvent construire que des navires de taille réduite : destroyers, frégates et bâtiments auxiliaires. Ils n’ont jamais su faire de porte-avions.

Il y a plus de trente ans, ils avaient racheté le porte-avions australien Melbourne pour le démanteler et tenter d’en récupérer des informations utiles. Ils ont également acheté trois ex porte-aéronefs soviétiques, le Kiev, le Minsk et le Novorossiysk, dans le même but. Ils servent maintenant de parcs d’attraction… Ils étaient aussi très intéressés pour acheter notre vieux porte-avions Clémenceau quand il a été démantelé.

Il est très probable, quasi certain, que les Chinois aient commencé cette année la construction d’un porte-avions purement chinois, dérivé du Shi Lang.

Les Chinois ont-ils vraiment besoin d’un porte-avions ? Ne serait-ce pas qu’une démonstration de force à destination des autres pays ?

Il est vrai que cela apparait comme une démonstration de force vis-à-vis de leurs voisins japonais, coréens et même indiens. Le fait de l’avoir nommé Shi Lang, du nom de l’Amiral Shi Lang, conquérant de Taiwan en 1681, est un clin d’œil certain au « vieil ami » taiwanais. C’est aussi une question de prestige. Les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU disposent tous de porte-avions. C’est un outil diplomatique très fort qui permet de s’attribuer le qualificatif de « grand puissance ». Ils souffraient clairement de ne pas en avoir.

Quand le porte-avions sera-t-il opérationnel ?

Il va d’abord falloir faire des essais à la mer pour pouvoir valider la mise en service du « flotteur ». Ensuite, ils vont devoir essayer en conditions tous les systèmes électroniques. Les radars, l’armement d’autodéfense (artillerie multitubes et missiles courte-portée) doivent également être testés. Le plus compliqué pour eux sera l’acquisition de cette culture aéronautique qui leur fait défaut. Cela ne s’acquiert pas du jour au lendemain. Il leur faudra une période de temps de 5 à 10 ans pour maitriser pleinement l’outil fort complexe qu’est un porte-avions.

Que manque-t-il aux Chinois pour devenir la première puissance maritime mondiale ?

La Chine est la troisième puissance mondiale par le tonnage. Ils ont atteint ce rang, en l’espace de 10 ans, ce qui est tout à fait impressionnant. Ils sont passés d’une marine à vocation côtière (Brown Water Navy) à une marine océanique qui va au large (Blue Water Navy), en un temps record. Ils ont un nombre de bâtiments très important mais il leur manque, mis à part un porte-avions complètement opérationnel, des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins et d’attaque. A ce niveau-là, le retard est énorme. Ils en sont encore à des modèles équivalents au premier SNLE français élaborés dans les années 60 et 70.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bobocleaner - 14/08/2011 - 08:19 - Signaler un abus decidemment vous faites dans le péril jaune en ce moment

    tant que quelqu'un a pas la riche idée de délocaliser la DCN ou que l'on leur laisse pas racheter les lambeaux de l'equivalent UK. Mais bon nos creanciers vont pas venir nous bombarder tout de suite. d ici que le porte avions chinois croise du coté de Taipeh le charles de gaulle aura connu deux arrets pour maintenance.

  • Par Thomas Bishop-Garnier - 14/08/2011 - 10:11 - Signaler un abus Quand la Chine s'effondrera...

    Une démonstration de force avec un porte-avion ne sert à rien, face à des manifestations sur le continent et à l'effondrement démographique de la Chine. Stratégiquement, il y a une besoin vis à vis des pays riverains de la mer de Chine méridionale, comme le Vietnam, l’Indonésie, la Malaisie, Taiwan, Brunei et les Philippines, pour qui cette mer est la "mer philippine occidentale".

  • Par fauvette13 - 14/08/2011 - 11:22 - Signaler un abus s'il fonctionne aussi bien

    que leur train à grande vitesse ou que leurs gadgets on peut être tranquilles un moment.

  • Par alankin - 14/08/2011 - 11:59 - Signaler un abus oh toujours la même chose...

    par des transferts de technologie en échange de contrats, ils boostent leur progression ainsi. Avec des erreurs, par exemple le TGV.. Un concurrent d'Airbus arrivera de la même manière... pas très fan d'embarquer sur un de leur futurs avions... Quelques fusées qui mettront plus ou moins bien les satellites en orbite...

  • Par eva-40 - 14/08/2011 - 18:57 - Signaler un abus nous pas encore, mais le Taiwan?

    la Chine a des dents très longs. sa première cible sera le Taiwan. qui défendra ce pays? this is the question....;

  • Par Chamaco - 14/08/2011 - 20:16 - Signaler un abus Titre/question accroche

    ce porte aéronefs fera des ronds dans l'eau en mer de Chine ce qui ennuiera les US. si la Chine voulait prendre Taiwan ce serait fait.

  • Par bobocleaner - 15/08/2011 - 12:07 - Signaler un abus plus grave

    les chinois se seraient aussi équipés d'un huissier et aurait pris contact avec des agences de recouvrement. On murmure qu'ils souhaiterait expulser les députés du Palais Bourbon avant la trève hivernale.

  • Par NOVY12 - 15/08/2011 - 15:27 - Signaler un abus Est ce vrai que des millions de Chinois rament à l'intérieur

    pour le faire avancer !!!

  • Par bobocleaner - 15/08/2011 - 23:27 - Signaler un abus dernière minutes

    ca y est ils l'ont équipé de NEMS au poulet fiancé par le 0,001 % de bon du trésor américains remboursés !

  • Par LeditGaga - 16/08/2011 - 10:40 - Signaler un abus Les Français parlent aux Français...

    Atlantico ne répond plus, je répète : Atlantico ne répond plus ! Il y a du bug sur la toile, je répète : il y a du bug sur la toile !

  • Par kaptanoglux - 17/08/2011 - 21:50 - Signaler un abus Catapulte ?

    Remarque technique : La forme caractérisque du pont d'envol à l'avant indique que ce batau n'a pas de catapulte et ne peut donc mettre en oeuvre que des avions à décollage court, relativement légers, et moins performants en combat aérien. A ma connaissance à ce jour seul les USA maîtrisent la technologie des catapultes, qu'ils acceptent parfois de fournir, sous licence, à certains de leurs alliés

  • Par bobocleaner - 17/08/2011 - 22:00 - Signaler un abus restons calmes

    Tant que BHL lance pas une campagne de presse en payant 100 journalistes on ne risque pas d'entrer en guerre avec la chine

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bernard Prézelin

Bernard Prézelin est un spécialiste des navires de guerre.

Il est l'auteur de "Flottes de combat", almanach français recensant l’ensemble des bâtiments des marines du monde.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€