Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

C'est quoi un bon prof ? C'est celui qui respecte, qui valorise et qui fait progresser les élèves

Un bon prof doit pouvoir atteindre les objectifs pédagogiques du programme tout en respectant l'histoire personnelle de chaque élève. Un vrai défi. Sixième épisode de notre série.

L'instit'

Publié le - Mis à jour le 9 Septembre 2012
C'est quoi un bon prof ? C'est celui qui respecte, qui valorise et qui fait progresser les élèves

La notion d’efficacité doit toujours intégrer le souci de faire réussir et de respecter tous les élèves. Crédit Flickr/Sharon Drummond

A (re)lire, les précédents épisodes :
Rentrée scolaire : qu'est-ce qu'un bon prof ?

C'est quoi un bon prof ? De l'enthousiasme communicatif et beaucoup de persévérance...

C'est quoi un bon prof ? Adopter un positionnement original face aux nouvelles sources d'information

C’est quoi un bon prof ? Quelqu'un qui a encore le courage de faire cours !

C'est quoi un bon prof ? Celui qui a l'art de transmettre le sens critique et le goût de la rigueur

Enseigner consiste à permettre à tous les élèves d’atteindre les objectifs pédagogiques fixés par les programmes. Cette tâche s’avère éminemment complexe car les histoires individuelles et les relations dans le groupe classe ont une influence réelle sur l’enseignement dispensé.

Les recherches montrent ainsi qu’à programme équivalent, le choix des pratiques pédagogiques et la qualité des interactions au sein de la classe initiées par le professeur déterminent la courbe de progression des élèves. La question cruciale est donc bien celle-ci : de quels atouts un enseignant perçu comme «efficace» peut-il bien user ?

Pour ouvrir avec pragmatisme la réflexion, rappelons tout d’abord que les élèves définissent le «mauvais» enseignant comme quelqu’un qui explique mal, qui n’est pas à leur écoute, qui les ennuie, qui manque d’autorité et qui est injuste.

Tentons à présent et à l’inverse d’analyser ce que seraient les qualités d’un enseignant «efficace»... Cette notion d’efficacité est d’ailleurs bien difficile à appréhender : se mesure-t-elle à l’aune des résultats scolaires ? de la réussite des meilleurs ? de la progression des plus faibles ? du plaisir qu’ont les élèves à aller en cours ? de l’ouverture culturelle qui leur est offerte ? de l’acquisition d’une conscience citoyenne ?

Pour aborder cette question de manière plus rationnelle, une note publiée en juillet 2011 par le Centre d’analyse stratégique, intitulée «Que disent les recherches sur l'effet enseignant ?» a montré qu’un professeur pouvait accroître la réussite scolaire de ses élèves en jouant sur les facteurs suivants :

- Le temps consacré effectivement au travail pendant la durée du cours : dire que plus on passe du temps sur un sujet, plus on a des chances de progresser ressemble à une lapalissade... Reste qu'à durée de cours égale, le temps dévolu à la matière varie parfois fortement d'une classe à l'autre.

- Les attentes des enseignants : des objectifs ambitieux motivent les élèves, à condition que les étapes intermédiaires soient accessibles et adaptées aux difficultés qu’ils rencontrent.

- Le feedback, c'est à dire le retour que font les enseignants aux élèves concernant leur travail, en s’assurant de la bonne compréhension du cours et en cherchant à comprendre et / ou expliquer ce qui pose problème. N’oublions pas que l’implicite et les malentendus pénalisent toujours les élèves les plus en difficulté.

- La structuration des activités pédagogiques : rappeler voire noter le plan du cours permet aux élèves de se repérer et de ne pas perdre pied. L’enseignant qui n’a que sa matière à gérer, oublie parfois que la classe en suit plusieurs. De même, varier les approches et les activités peut permettre à chaque élève de trouver la méthode qui lui convient le mieux.

Pour conclure, il semble que toute relative qu’elle soit, cette notion d’efficacité doit toujours intégrer le souci de faire réussir et de respecter tous les élèves, en les accompagnant avec autant de bienveillance possible dans un parcours scolaire qui correspond à cet âge un parcours de vie, parfois très compliqué. L’encouragement et la valorisation de tous les efforts, même en cas d’erreur, fait ainsi partie intégrante de l’apprentissage, et les notions de bien-être et de plaisir doivent trouver leur place aussi dans le second degré. Or, pour relever ce défi constant, l’enseignant s’appuie certes sur ses compétences disciplinaires, mais aussi et surtout sur les relations qu’il noue et entretient avec les parents et les autres acteurs de l’établissement : lorsque les adultes travaillent ensemble et avec cohérence dans l’intérêt des enfants, les distinctions individuelles entre «bons» et «mauvais» professeurs tendent alors à disparaître.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par guigou - 08/09/2012 - 11:43 - Signaler un abus Ca fait 30 ans qu'on le sait, mais il faut des moyens...

    La forte concertation est le point commun aux système éducatifs qui fonctionnent correctement. La jeune génération d'enseignants y est très favorable, certains le font sur leur temps personnel. Mais il faudrait l'instituer, le péréniser et réserver des heures hebdomadaires, puis les... payer... C'est là qu'est l'impasse ! Quand on y travaille pas, on peut difficilement imaginer à quel niveau d'économie on est arrivé dans ce grand ministère: on doit fournir des enveloppes timbrées à toute demande si on souhaite une réponse, les convocations aux formations et réunions sont faites par téléphone afin qu'il n'en reste pas de trace écrite, ce qui engagerait l'administration à devoir rembourser les frais de déplacement. Tous les documents sont envoyés par mail, même les documents à fournir obligatoirement aux familles ou les livrets de compétences (50 à 100 pages annuelles par élève) afin que l'impression soit payée par l'établissement lui-même (budgets des collectivités locales). Les AVS/EVS qui accompagnent les enfants handicapés sont en quantité limitée: premiers demandeurs, premiers servis. Pour les autres, on verra l'an prochain...

  • Par boblecler - 08/09/2012 - 12:25 - Signaler un abus Pas besoin de moyens, il y a

    Pas besoin de moyens, il y a 30 ans on était tous 40 par classes, cela n'a pas empêché certains de devenir directeur, ingénieur, commerciaux que des professions à 3000 euros par mois dans des zones rurales. Suffit que l'élève respecte le prof et qu'il fasse ses devoirs à l'Ecole. A l'époque aussi, il y avait les bots peoples, les réfugiés turcs etc qui ne parlaient pas français!!! Il faut structurer les enfants et leur donner des repères et pour ça la sanction est efficace si les parents les éduquent!!!!!! le respect paternel est au moins universel

  • Par derechadeverdad - 09/09/2012 - 02:14 - Signaler un abus Quelle bouillie verbale ! Quel blabla sans intéret !

    Que dire de plus ? C'est tellement affligeant ! Par pitié, Madame, donnez vos cours et épargnez-nous vos circonvolutions cérébrales débilo-gauchistes ! Le respect : j'ose l'espérer ! Ceci n'est en aucun cas le privilège des profs, mais une obligation pour tous, quel que soit son métier ! La valorisation : non, désolé, vous n'êtes pas chargée de valoriser, juste d'enseigner ce que vous savez, ce qui est déjà pas mal ! Faire progresser : quelle formule creuse ! Mais c'est quoi cet article ????

  • Par derechadeverdad - 09/09/2012 - 02:14 - Signaler un abus Quelle bouillie verbale ! Quel blabla sans intéret !

    Que dire de plus ? C'est tellement affligeant ! Par pitié, Madame, donnez vos cours et épargnez-nous vos circonvolutions cérébrales débilo-gauchistes ! Le respect : j'ose l'espérer ! Ceci n'est en aucun cas le privilège des profs, mais une obligation pour tous, quel que soit son métier ! La valorisation : non, désolé, vous n'êtes pas chargée de valoriser, juste d'enseigner ce que vous savez, ce qui est déjà pas mal ! Faire progresser : quelle formule creuse ! Mais c'est quoi cet article ????

  • Par Loupdessteppes - 14/09/2012 - 10:55 - Signaler un abus Vulgarité ambiante....

    Un bon prof est une personne qui n'emploie pas l'expression "c'est quoi", et qui ne cède pas à la vulgarité ambiante !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nathalie Anton

Nathalie Anton est enseignante depuis treize ans. Elle a travaillé en collège et lycée et a intégré durant trois ans une équipe chargée de prévenir et de lutter contre la violence en milieu scolaire. Elle est également psychologue clinicienne. Nathalie Anton anime par ailleurs depuis 2008 un blog destiné aux parents d'élèves, intitulé "Conseil et accompagnement scolaire".

Elle est l'auteur du livre "L'art d'enseigner" chez Ixelles éditions.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€