Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 22 Février 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces Britanniques installés en France pour qui l’aventure tourne au cauchemar, à la pauvreté voire à la fraude

Nombreux sont les Britanniques qui lâchent tout pour venir s'installer en France, un rêve qui trop souvent s'écroule devant les difficultés. Entre le problème d'intégration et les difficultés administratives voire parfois les fraudes, la réalité est bien plus compliquée qu'elle n'y paraît au départ.

Game over

Publié le - Mis à jour le 26 Septembre 2014
Ces Britanniques installés en France pour qui l’aventure tourne au cauchemar, à la pauvreté voire à la fraude

En France, les Britanniques doivent souvent faire face à des difficultés imprévues.  Crédit Reuters

Atlantico : En France de nombreux Anglais voient leur rêve de nouvelle vie sombrer dans un gouffre de difficultés imprévues. Qu'est-ce qui pousse tant de britanniques à venir s'installer en France?

Catharine Higginson : Les raisons sont nombreuses. Il y a plusieurs catégories de personnes qui ont des raisons très différentes. Pour commencer, les Britanniques ont une affinité depuis longtemps avec la France. Elle a été notre destination de vacances préférée pendant de nombreuses années. Nous aimons le rythme lent de la vie dans la France rurale, la belle pierre construite, les "pigeonniers" et les champs de tournesols. Cela rappelle aux anglais comment l'Angleterre était, avec un rythme de vie plus lent et sécurisé. Il y a aussi beaucoup de programmes de télévision au Royaume-Uni montrant des gens qui ont déménagé en France et, plus important encore, en montrant comment les gens achetant des propriétés peuvent obtenir beaucoup plus en France qu’en Angleterre avec le même budget.

Vous pouvez toujours échanger une petite maison au Royaume-Uni pour quelque chose de beaucoup plus grand avec dépendances et terrains en France. Les gens regardent les programmes (qui sont presque toujours filmés quand  il fait beau temps  !) Et pensent "Wow ! Je pourrais le faire, je pourrais vendre ma maison et acheter une "maison de maître" avec trois hectares et avoir assez d'argent pour installer une piscine ".

Les retraités qui sont venus tout simplement pour une belle retraite détendue ont tendance à s’en sortir  mieux. Ils sont heureux avec (en général !) le temps qui est meilleur et un taux de crime moins élevé. Pour eux, les aspects positifs de la France l'emportent largement sur les aspects négatifs. Ils ont tendance à mieux s'intégrer. Peut-être qu'ils sont une génération plus accommodante et stoïque. Peut-être qu'ils ont plus de temps pour s’arrêter et discuter avec les voisins et assister aux fonctions du village. Ils ont tendance à se joindre à un groupe ce qui rend l'intégration plus facile et ils sont moins préoccupés par leurs erreurs quand ils parlent français, donc ils sont plus heureux de communiquer. Sur l'ensemble des personnes que nous connaissons, les retraités ont tendance à être plus heureux et installés. Puis il y'a les jeunes immigrants qui ont besoin de gagner leur vie. C'est le groupe qui a généralement le plus de difficultés.

Les aides RSA, CMU, le système social français attirent-elles les Anglais en France ?

Thierry Vallat : Il a souvent été dressé un cadre quelque peu "idyllique" d'un système social français qui attirerait de nombreux étrangers, européens ou non, Concernant spécifiquement les anglais, il faut bien comprendre que le système d'aides instauré au Royaume-Uni a été longtemps globalement plus favorable, notamment avec de bien meilleures aides au logement. Contrairement à une idée reçue, le système anglais est donc nominalement resté plus généreux, même si toutefois les allocations de type RSA ou CMU demeuraient plus favorables en France. Il n'est donc pas étonnant que de nombreux anglais aient été attirés par la France, mais pas forcément uniquement pour bénéficier des aides.

Toutefois dès 2011, le gouvernement Cameron a été amené à opérer des coupes drastiques pour lutter contre les déficits. Dès lors,la tentation est effectivement devenue plus grande pour certains ressortissants étrangers d'obtenir des aides sur notre territoire, notamment issus de l'Union européenne et naturellement des anglais.

Mais il faut noter que ce "tourisme social" n'est pas propre à notre pays avec la crise qui accélère le déplacement de travailleurs, mais que le débat est ouvert dans d'autres pays européens comme l'Allemagne et aussi...la Grande-Bretagne elle--même et ses craintes de venues massives des "plombiers polonais". D'où les tentatives de restrictions pour décourager les migrants. Il s'agit donc bien là d'une préoccupation à l'échelle de l'UE.

Catharine Higginson : Pas du tout. La plupart d'entre eux ne sont  pas conscients de la façon dont cela fonctionne . La grande majorité des expatriés viennent  avec l’intention de travailler et c'est seulement quand les choses vont mal et qu’ils ont vraiment besoin d'aide qu'ils commencent à en savoir plus sur la façon dont le système de prestations fonctionne. Il est certainement beaucoup plus difficile de réclamer des aides ici qu’au Royaume-Uni, donc je ne pense pas que ce soit un facteur. Et n'oubliez pas, beaucoup de ces personnes n'ont jamais revendiqué quoi que ce soit dans leur vie au Royaume-Uni et sont très choqués quand ils tombent sur ​des temps financiers difficiles. Je sais que cela a été un énorme choc pour moi. Je travaille maintenant à temps plein en tant que professeur d'anglais pour la CCI et la ESDL mais il m'a fallu beaucoup de temps pour obtenir un certain degré de stabilité financière et je sais combien cela peut être difficile.

Toutes ces questions sont les raisons pour lesquelles nous avons commencé notre site Web. Comme beaucoup d'expatriés, j'ai un blog sur la vie en France. On a appelé notre site Survive France et nous l’avons lancé parce qu’il y avait un réel besoin de réseaux sociaux pour les anglophones en France. Le nom est un jeu de mots en anglais, nous vivons tous en France, mais la vie peut être une lutte - d'où l'accent sur ​​le mot "VIVE" - un mot français - survivre dans - un mot anglais. Nous avons environ 60 000 visiteurs uniques sur notre site chaque mois et environ 8000 membres inscrits. C'est un endroit où les gens peuvent aller pour poser des questions et partager leurs expériences. Et oui, nous avons pas mal de membres français aussi !

Des Britanniques vivant en France ont-ils par le passé pu "profiter" du système ? Constate-t-on encore des abus actuellement ? 

Thierry Vallat : Il est indéniable que certains britanniques ont usé, et parfois abusé, du système. De nombreuses dérives ont commencé à défrayer la chronique il y a une dizaine d'années lorsque, par exemple, on a appris que des anglais fortunés ayant investi dans le Sud Ouest dans de magnifiques demeures rénovées à grands frais étaient devenus des clients réguliers des médecins locaux et se trouvaient, contre toute attente, bénéficiaires de la Couverture médicale universelle.

C'était devenu même un phénomène récurrent dans certains départements comme l'Aude, le Lot ou les Pyrénées-Orientales. Certains avaient même pu parler de "ratissage social", encouragé par la difficulté pour la CPAM de maîtriser à l'époque les revenus des ressortissants anglais et donc d'octroyer la CMU à des bénéficiaires abusifs.

L'allocation indue et répétée du RMI à des centaines d'allocataires européens en Périgord, majoritairement des sujets britanniques, avait également attiré l'attention des autorités françaises sur les conditions, sans doute trop larges, d'obtention des aides.Aussi, les conditions d'octroi du RMI ou de la CMU se sont depuis durcies dès 2007, notamment avec la règle des trois mois de résidence régulière minimum.

En vain apparemment, puisque la fraude aux prestations sociales a tout de même explosé: les derniers chiffres viennent de tomber ce mercredi 17 septembre 2014 avec la publication du rapport annuel sur la sécurité sociale de la Cour des comptes révèle qu'entre 2007 et 2013 leur chiffre a doublé pour atteindre environ 5 milliards d'euros (25 milliards pour l'ensemble des fraudes aux cotisations sociales, principalement du travail dissimulé)

Il y a donc manifestement encore de nombreux abus, mais il serait excessif de stigmatiser une nationalité plutôt qu'une autre. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Texas - 23/09/2014 - 12:07 - Signaler un abus Survie

    La survie face à un Etat prédateur ne s' improvise pas !

  • Par assougoudrel - 23/09/2014 - 12:21 - Signaler un abus Pourquoi venir en France,

    terre d'enfer fiscal, au niveau national, régional, départemental et communal? Nos dirigeants préfèrent d'autres immigrés indésirables et leur déroulent le tapis rouges. Les autres européens iront voir ailleurs, tout comme beaucoup de français.

  • Par Paoli - 23/09/2014 - 15:11 - Signaler un abus Ben voyons...

    Il eut ete utile aux auteurs de lire l'article edifiant du DailyMail d'il y a deux semaines qui y decrit le calvaire de residents Anglais en France qui ou n'ont jamais pu traivaller ou ont du mettre la clefs sous la porte, et qui n'ont jamais eu droit a RIEN. Extraordinaire tout de meme: des gens qui veulent travailler (et repute comme tel), qui veulent bien gagner leur vie et participer a la vie de la communaute et du pays ou ils se trouvent ne peuvent le faire. En attendant, on est pret a payer tout et n'importe quoi a n'importe qui. Et si on a le malheur d'etre pauvre mais de venir d'un pays riche, alors malheur! on ne peut rien faire pour eux, hein, parce que voyez vous, ce serait scandaleux de les aider ces gens la, vous comprenez?

  • Par cpamoi - 24/09/2014 - 09:55 - Signaler un abus Welcome in France !

    Les Britanniques sont les bienvenus ! On devrait savoir accueillir plus honorablement nos voisins d'outre-manche ! Mais il est vrai que même pour un citadin français vivre dans un "trou" n'est pas simple !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Catharine Higginson

Catharine Higginson est blogeuse. Elle tient un site internet pour les expatriés britanniques en France "survive france".

Voir la bio en entier

Thierry Vallat

Thierry Vallat est avocat au Barreau de Paris - cabinet secondaire à Tallinn (Estonie) - intervient régulièrement dans les dossiers de fraudes sociales, fiscales et travail dissimulé. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€